10/02/2020 histoireetsociete.wordpress.com  9 min #168825

L'unification de l'Allemagne apparaît comme l'une des pires erreurs de Moscou

Nombreux sont les Russes qui pensent ce qu'exprime cet article, non pas la réunificationde l'Allemagne, mais le bradage des intérêts nationaux ne serait-ce qu'à travers l'acceptation de l'OTAN aux frontière, et aujourd'hui la falsification de l'histoire. et c'est un des obstacles principaux qu'affronte le KPRF,d'où son insistance sur Lénine et staline, voir sur la Chine pour Ziouganovil nous a été rapporté à Marianne et moi par des dirigeants communistes présents à la réunion des partis communistes de l'ex-URSS qui se tient périodiquement, l'anecdote suivante/ Ils étaient tous réunis, Poutine passait par là et il est venu les saluer. Ils lui ont fait une gueule pas possible et Poutine leur aurait répondu: « C'est vous et les vôtres qui avez trahi l'uRSS, moi à l'époque j'étais un petit agent du KGB en Allemagne sans aucun pouvoir. Je vous ai obéi tout en déplorant de tels faits, prenez-vous en donc à vous mêmes Nombreux sont les Russes qui pensent pareil et c'est un des obstacles principaux qu'affronte le KPRFnote et traduction de danielle bleitrach)

10 février 2020, 10h22

Il y a exactement 30 ans, lors des pourparlers avec le chancelier allemand Helmut Kohl, le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a accepté l'unification allemande selon les termes allemands. Comme l'histoire l'a montré, cela a contredit les intérêts nationaux de notre pays et est devenu pour nous l'une des défaites diplomatiques les plus coûteuses. Et pas du tout parce que nous voudrions pour les Allemands le sort d'un peuple divisé.

La formation d'une mémoire historique parmi les peuples n'est pas toujours un processus naturel. Il peut être géré à des fins politiques et stratégiques immédiates. Si l'on veut illustrer le propos, il suffit de s'en référer à la Russie,un exemple et certains en plaisantant affirment même que c'est le seul pays au monde où le passé est en constante évolution.

En réalité, ce n'est pas le cas. Nous sommes loin d'être le seul de ces pays.

Après une série de «révolutions de velours» en Europe de l'Est et l'effondrement de l'Organisation du Pacte de Varsovie dans les anciens pays socialistes, une ré-écriture de l'histoire officielle du XXe siècle a été lancé. C'est En Pologne, souvent mentionnée à cet égard, qu'elle a acquis  la plus large portée, mais toutes les autres républiques ne se sont pas non plus en reste - dans leurs historiographies, l'image de la victime innocente du régime soviétique totalitaire est passée de main en main.

La seule exception était l'Allemagne de l'Est, dont le niveau d'éducation était rigoureusement (après des licenciements massifs d'historiens) standardisé avec l'Allemagne de l'Ouest. Les tentatives de lancer une chanson polono-baltique en allemand sur les moutons lâches et le loup rouge coupable sans culpabilité ont été contrecarrées, car cela entraînait une excuse pour le régime nazi.

Mais quelques années plus tard, les Allemands de l'Est, comme en compensation, se sont vu offrir un autre mythe historique - celui d'un peuple rebelle épris de liberté qui a démoli le mur de Berlin et uni l'Allemagne en un seul État par leur audacieux mouvement de masse

Ce n'est pas un mensonge, c'est une demi-vérité, mais à certains égards, c'est encore pire qu'un mensonge.

L'unification de la RDA et de la RFA n'est pas l'objectif pour lequel l'Occident était prêt à défier l'État soviétique en déshérence et complètement décrépit, mais toujours puissant. Par conséquent, cela n'est devenu possible que parce que l'Union soviétique lui a donné son «bien». Lorsque le président américain Reagan a appelé Mikhaïl Gorbatchev à « détruire ce mur (de Berlin) », il ne s'est pas trompé de destinataire. Et si le destinataire n'avait pas écouté, toutes les bonnes intentions unificatrices des Allemands et tous leurs «rassemblements démocratiques» seraient tombés dans le sable.

Maintenant, ils essaient d'effacer le rôle russo-soviétique dans un événement si important pour les Allemands. Certes, ils restent en même temps dans les limites de la décence: officiellement les  dirigeants et les  diplomates allemands reconnaissent ce rôle et, à l'occasion, expriment leur gratitude à l'URSS et à Gorbatchev personnellement, mais ils ne parait pas très important de trop souvent rappeler les faits, de parler, d'écrire, de se souvenir de cela à nouveau. « Ils l'ont fait une fois pour toutes. »

C'est une illustration claire du fait que dans le monde de la grande politique, on ne peut pas accepter le paiement de la générosité sous forme de « gratitude historique »: c'est un prix trop bas, qui à la fin ne représentera plus rien.. Le visa de Gorbatchev lors de la prise de contrôle d'un membre des Nations Unies (RDA) par un autre membre des Nations Unies (Allemagne) est devenu une erreur colossale de diplomatie intérieure, qui a coûté très cher à notre pays.

Il est facile de prouver cette thèse: nous pourrions au moins obtenir le statut de neutralité allemande de l'Allemagne et une compensation matérielle - l'ancien ambassadeur de l'URSS en République fédérale d'Allemagne, Valentin Falin, a parler d'une énorme somme de 100 milliards de marks, que les Allemands étaient prêts à donner.

Au maximum, nous aurions pu exiger des obligations de l'OTAN d'abandonner l'expansion vers l'est.

La thèse selon laquelle Gorbatchev «a vendu la RDA» se retrouve souvent dans le journalisme. Par exemple, l'écrivain français et ancien diplomate soviétique Vladimir Fedorovsky  décrit ainsi la scène :

«Gorbatchev, comme Sarkozy, ne tolère pas l'alcool, alors que Kohl avait déjà bu ses deux bouteilles de vin. Kohl tombe le masque et dit: «Mikhail, vous savez, l'unification de l'Allemagne, c'est comme si le Rhin était un ruisseau qui ne peut pas être franchi.» A moment, il se tait et prononce une phrase fatidique: « De plus, nous sommes prêts à payer ». Cela a été suivi d'un silence momentané, après quoi Gorbatchev a pointé la proposition: « Combien? »

Cette approche montre Gorbatchev sous un meilleur jour que ne l'exige la justice historique: Moscou n'a reçu qu'une obole de Bonn, à peine suffisante pour se retirer de la RDA et le groupe de forces soviétiques du pays. Le gouvernement de l'URSS a tellement baissé les prix qu'il est amer de se'en souvenir même aujourd'hui, 30 ans plus tard.

Le regret à ce sujet ne peut pas être assimilé à un extrême d'un autre type - la proclamation périodique qui prétend que Moscou ne pouvait en aucun cas résister à l'unification de l'Allemagne.

En comparant le processus avec les eaux du Rhin, Kohl a exagéré les cartes qu'il avait en main et n'était pas sûr à 100% du succès. Cependant, le désir mutuel des deux parties de l'Allemagne de s'unir était vraiment fort, tôt ou tard ce processus serait achevé - non pas sous Gorbatchev, mais sous Eltsine. L'Allemagne de l'Est était le plus riche et le plus développé de tous les pays du bloc soviétique, mais le niveau de vie des Allemands de l'Est était encore nettement inférieur à celui de l'Occident.

Le rôle de «l'étrangleur de la liberté allemande», qui résiste de force à la fusion de la République fédérale d'Allemagne et de la République démocratique allemande, et le perd finalement de toute façon, serait pire que celui que Moscou a choisi pour lui-même. Mais en 1990, ce n'était pas un choix entre seulement deux options - non seulement Berlin, mais Washington était prêt à d'énormes concessions en faveur de l'URSS.

Helmut Kohl est un grand politicien qui a fermement atteint son objectif et a parfaitement rempli sa mission historique, que l'Allemagne n'oubliera pas. Mais, apparemment, il a lui-même été frappé par le fait que la réussite était si facile et si légère pour le budget. Sa victoire diplomatique était largement prédéterminée par la légèreté impardonnable de la partie soviétique.Gorbatchev s'est contenté de promesses juridiquement fixes et purement verbales de ne pas étendre l'OTAN à l'avenir. Cela lui suffisait même pour devenir le lobbyiste d'un accord catégoriquement défavorable pour lui.

Le plan ambitieux de Kolh n'a été soutenu sans ambiguïté qu'à Washington. Paris l'a traité avec scepticisme et le Premier ministre britannique Margaret Thatcher s'est même prononcé catégoriquement contre. Tentant de retarder le processus de négociation, Londres a fait une demande délibérément irréalisable de liberté d'exercices militaires sur les terres de la République démocratique allemande pour l'armée britannique, et Gorbatchev a personnellement demandé aux Britanniques d'accepter l'accord sans conditions préalables, pour qu'ils suivent sa propre débâcle.

Il faut le souligner: c'était un accord en particulier. Les quatre puissances victorieuses, qui partageaient la responsabilité du territoire du Reich vaincu, auraient dû officiellement l'abandonner et remettre le destin allemand aux mains des Allemands. Cela est entré dans l'histoire comme le traité de règlement final pour l'Allemagne, ou l'accord Two Plus Four, où quatre sont Moscou, Washington, Londres et Paris, et deux sont la RDA et la RFA.

Les États-Unis ne pouvaient s'empêcher d'apprécier le plan de Kohl, car cela signifiait en fin de compte étendre leur influence militaire et politique sur les terres de la RDA. Cependant, les Américains ont alors vivement apprécié les nouvelles relations avec l'URSS et l'amitié personnelle avec Gorbatchev. S'il avait fait preuve d'intégrité, Washington n'aurait pas signé par crainte d'un conflit avec Moscou

C'est-à-dire que Gorbatchev dans cette histoire était à la place de la personne qui a d'abord signé le marché quelque part dans le sous-continent indien et a accepté de payer le premier montant que le vendeur a demandé alors que ce dernier s'était initialement préparé à des marchandages épuisants i. À la grande joie du vendeur, bien sûr, mais ce n'est pas tant par ses mérites personnels qu'à cause de la stupidité de l'acheteur.

Le chef de l'URSS a surestimé considérablement la détermination des Allemands ou a largement sous-estimé la position soviétique, mais s'est finalement leurré en s'imaginant un « rôle positif dans l'histoire ». Comme, Moscou donne généreusement aux Allemands de l'Est la liberté de choix, et ceci aux Allemands en général - pour un seul pays sans rien demander en retour et en espérant qu'is apprécieront sa propre noblesse

Maintenant, il n'est pas même pas accepté de représenter l'URSS (même tard, même sous la forme de la Fédération de Russie) sous un jour positif dans l'UE. La noblesse et l'ampleur du geste soviétique s'effacent de la mémoire et ne seront pas partagées par la prochaine génération d'Allemands.

Une «tache lumineuse dans des relations historiques complexes» se transforme en mirage, tandis que les bases de l'OTAN près des frontières russes deviennent une réalité.

Bien sûr, vous ne pouvez que vous réjouir des Allemands - ils ont fait leur unité dans des conditions idéales pour eux-mêmes. Mais je voudrais aussi être content pour nous, et ça je n'y arrive pas. Trop d'efforts et d'argent ont été consacrés à la couverture des dettes soviétiques envers l'Europe et aux tentatives de contrer l'expansion de l'OTAN, mais tous ces problèmes auraient pu être résolus il y a 30 ans, si le destin en avait décidé autrement, si les dirigeants du pays avaient une compréhension des intérêts nationaux, si il a trouvé la force de négocier pour une courte période d'un an et demi.

Et même l'expression apparemment incontestable «l'histoire ne tolère pas l'humeur subjonctive» ne rend pas la pilule de la remise diplomatique plus douce. Les gouvernements de Pologne, de Roumanie, des pays baltes, etc., expérimentant la mémoire historique de leurs peuples, ont clairement montré qu'ils ne toléraient mêle pkus que justice lui soitrendue.

 Германия защитила Польшу от России. Кто на

 Regardez encore plus de vidéos sur la chaîne YouTube LOOK

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter