12/02/2020 reporterre.net  2 min #168925

Des militants de Sea Shepherd France mis en garde à vue

Pour interpeller le grand public, l'ONG expose des cadavres de cétacés à la vue de tous à l'entrée des marchés. Ces actions se sont notamment déroulées le 29 janvier 2020 à Saint-Gilles-Croix-de-Vie en Vendée et le 4 février à Nantes, en Loire-Atlantique. Dans la région, les échouages de dauphins morts sont quotidiens.

Un dauphin retrouvé mort sur une plage de Vendée en mars 2019.

L'association réclame l'interdiction de la pêche non sélective qui piège les dauphins dans les chaluts et les filets de pêche des chalutiers. Elle demande également l'installation de caméras sur les bateaux pour identifier les responsables.

Mais les militants viennent d'apprendre qu'ils sont poursuivis pour « détention et transport illégal d'espèce protégée » par le parquet des Sables-d'Olonne (Vendée). Ils risquent une peine maximale de trois ans de prison ferme et 150.000 euros d'amende.

En début de semaine, quatre militants ont été placés en garde à vue « pour avoir exposé trois dauphins tués par des engins de pêche aux abords de la gendarmerie où nous étions convoqués ce matin pour "transport illégal d'espèce protégée" », alerte l'association.

4 de nos bénévoles viennent d'être placés en garde à vue pour avoir exposé 3 dauphins tués par des engins de pêche aux abords de la gendarmerie où nous étions convoqués ce matin pour "transport illégal d'espèce protégée". #OpérationDolphinByCatch #SeaShepherd

 Dans un communiqué, les militants affirment « être prêts à aller en prison s'il le faut pour continuer à alerter le grand public sur l'hécatombe qui a lieu en France. Ces milliers de dauphins sont tués chaque année par des bateaux de pêche qui prétendent vouloir être transparents mais qui continuent de refuser farouchement les caméras à bord des navires pour identifier les bateaux responsables ».

  • Source : Communiqué de Sea Shepherd France

    Photos :
    Dauphin et militants : Sea Shepherd
    Dauphin mort © Jérômine Derigny/Collectif Argos/Reporterre

 reporterre.net

 Commenter