13/02/2020 reseauinternational.net  7 min #168954

L'Ukraine pourrait vendre ses terres aux Américains pour se protéger de la Russie

par Christelle Néant.

Alors que la levée du moratoire sur la vente des terres agricoles doit encore être définitivement votée par la Rada, sur fond d'opposition de la population et de craintes de voir les terres être accaparées par des étrangers, un expert ukrainien n'a rien trouvé de mieux à proposer que de vendre en priorité les terres près de la frontière orientale du pays aux Américains afin que l'armée des États-Unis protège l'Ukraine de la Russie.

Loi concernant la levée du moratoire sur la vente des terres agricoles : 2e round

Après le  vote en première lecture du projet de loi concernant la levée du moratoire sur la vente des terres agricoles en Ukraine, et devant l'opposition massive de la population ( 64 % des Ukrainiens sont contre) à ce qui est ni plus ni moins qu'une privatisation des terres qui risque de mener à la même catastrophe que celle des sociétés qui a suivi l'effondrement de l'URSS, le texte de la future loi a été amendé afin d'essayer d'éteindre les craintes de voir le pays perdre le contrôle de ses terres agricoles au profit des étrangers.

La limite de surface achetable par une même personne ou société a été divisée par 20, passant de 206 300 à 10 000 hectares, la vente de terre agricole aux étrangers et sociétés détenues par des étrangers ou enregistrées dans des zones offshores reste interdite jusqu'à ce qu'un référendum en décide autrement, le paiement en liquide est interdit, la vente de terre agricole est interdite aux citoyens russes (ce qui est une discrimination claire qui pourrait se faire retoquer auprès de l'OMS) même après le référendum, et pour des raisons de sécurité nationale, il sera impossible pour des sociétés ukrainiennes financées par des étrangers d'acheter des terres agricole à moins de 50 km de la frontière même si le résultat du référendum est positif.

Un prix minimum (25000 à 30 000 hryvnias) par hectare a aussi été fixé jusqu'en 2030, afin d'empêcher des ventes de terre à une hryvnia l'hectare. Et un vrai système préférentiel pour les agriculteurs qui veulent acheter les terres qu'ils cultivent actuellement en location a été mis en place, avec un système de location-achat sur 7 ans maximum.

Mais tout cela n'a pas suffi à calmer les inquiétudes légitimes de la population, et surtout des premiers concernés, à savoir  les agriculteurs, qui ont protesté à Kiev le 6 février alors que devait commencer l'étude et le vote de la nouvelle version de la loi.

Andreï Dikoun, le président du Conseil Agricole Ukrainien, a pointé du doigt le fait que le marché serait ouvert en même temps aux personnes physiques et aux sociétés, ce qui pourrait constituer une menace pour les agriculteurs.

« Tous nos voisins des pays d'Europe de l'Est nous mettent en garde : il est impossible d'ouvrir simultanément le marché foncier aux sociétés et aux particuliers. Elle doit se faire progressivement. Progressivement, nous ouvrons le marché, nous commençons par les personnes physiques, ça fonctionne pendant quelques années, si tout va bien, s'il n'y a pas de pillage, que les tribunaux fonctionnent, nous pouvons passer aux sociétés », a-t-il déclaré.

Il a aussi souligné que les promesses du gouvernement ukrainien d'aider financièrement les agriculteurs pour faire face à cette réforme n'étaient pour l'instant que des mots, sans quoi que ce soit de concret pour l'instant (d'ailleurs vu la  situation financière de l'Ukraine, je vois mal comment Kiev pourra tenir cette promesse, vu que  le pays n'a déjà plus d'argent pour payer toutes les retraites, ni financer les hôpitaux).

L'opposition à cette loi n'a pas eu lieu que dans la rue, plusieurs partis, dont la  Plateforme d'Opposition « Pour la Vie » et des membres du parti Patrie d'Ioulia Timochenko, ont bloqué la tribune de la Rada le 6 février, empêchant le vote en seconde lecture. Reprogrammé après cet incident au lendemain,  le vote a de nouveau été repoussé et aucune nouvelle date n'a encore été communiquée.

Vendre les terres agricoles de l'Ukraine aux Américains pour qu'il la protègent de la Russie

Et alors que le Kiev a essayé d'éteindre les craintes de voir le pays perdre le contrôle de ses terres agricoles, un  expert ukrainien, Zinovy Svereda, a proposé ni plus ni moins que de transformer l'Ukraine en colonie américaine pour la protéger de l'agression russe imaginaire.

« Là où il y a la guerre, il y a souvent une volonté d'investir dans l'achat de terres, car alors la terre est moins chère. Je dirais personnellement - vendons autant que possible les territoires frontaliers de la région de Soumy et Kharkov aux entreprises américaines, parce que les troupes américaines viennent là où il y a une propriété privée américaine, là où il y a leur intérêt », a déclaré l'économiste.

Selon lui, la vente de terres aux Américains permettrait également de résoudre le problème du gaz de schiste dans l'est de l'Ukraine, et il a aussi déclaré que l'Ukraine devrait construire sa « ligne Mannerheim » ou trouver des partenaires.

« Les Cosaques ont toujours cherché les Turcs, les Tatars ou quelqu'un d'autre. Il faut avoir des partenaires pour gagner », a-t-il conclu.

Cette déclaration est édifiante à plus d'un titre. Déjà cela prouve que la « révolution de la dignité » n'avait rien à voir avec la défense de l'indépendance de l'Ukraine, mais bien sa mise sous tutelle des États-Unis. Ce que propose cet expert (et qui est publié dans un média ukrainien sans aucune controverse vis-à-vis de ses propos) c'est de transformer l'Ukraine en colonie américaine pour contrer une agression russe qui n'existe pas !

Cette déclaration en est même la preuve, puisque ce monsieur dit que l'Ukraine a besoin de « partenaires » pour gagner contre la Russie, alors que ça fait six ans que la propagande ukrainienne nous bassine avec le fait que l'armée ukrainienne aurait réussi à elle seule à stopper l'armée russe dans le Donbass !

Faudrait savoir les gars, soit vous avez réussi comme des grands à stopper la deuxième armée la plus puissante au monde, soit vous avez besoin des Américains pour ça, mais alors ça veut bien dire que vous n'avez jamais arrêté l'armée russe dans le Donbass, et que c'est donc bien une milice populaire locale que vous affrontez depuis six ans, et que face à l'armée russe vous ne faites pas le poids, d'où le fait que vous avez besoin d'aide. Ça ne peut pas être les deux à la fois !

L'autre chose révélatrice c'est le choix du terme «  ligne Mannerheim » pour parler de la ligne de défense dont l'Ukraine devrait se doter. Cette ligne avait été construite par la Finlande, qui a combattu du côté de l'Allemagne Nazie pendant la Seconde Guerre Mondiale. Bon sang (de collaborateurs des Nazis) ne saurait mentir...

Et puis surtout sa phrase sur la propension qu'ont eue les Cosaques d'aller chercher systématiquement quelqu'un pour les protéger n'est pas franchement glorieuse. On dirait l'attitude d'une prostituée qui se cherche un maquereau, peu importe lequel, du moment qu'il la protège.

Là pour le coup, la dignité de l'Ukraine vient de se prendre une gifle monumentale, le pays étant relégué au rang d'aspirant au rôle de vulgaire colonie (et non de partenaire comme le dit Svereda), et prêt à mendier la protection des États-Unis contre l'une des dernières choses qu'il lui reste : ses terres agricoles...

 Christelle Néant

source :  donbass-insider.com

 reseauinternational.net

 Commenter