13/02/2020 bastamag.net  5 min #168963

Un meilleur revenu pour les paysans : encore une promesse non tenue du gouvernement

La loi Alimentation adoptée en 2018 devait permettre aux agriculteurs de vivre de leur métier. Un an et demi après les annonces présidentielles, rien n'a changé. Les négociations commerciales se sont même durcies, au profit des industriels et de la distribution dont les marges continuent de progresser.

C'est depuis le marché de Rungis qu'Emmanuel Macron avait promis en octobre 2017 une revalorisation des revenus des agriculteurs. La loi Alimentation (dite loi « EGalim ») adoptée en octobre 2018 devait permettre à ce que la valeur soit mieux répartie au sein de la filière ( notre décryptage).

Concrètement, générer de meilleurs revenus pour les agriculteurs implique une modération des marges par les industriels et la distribution. Un an et demi après, quel bilan ? « Depuis, rien n'a changé : les prix payés aux producteurs s'effondrent », déplore Émilie Jeannin, éleveuse de viande bovine en Côte d'Or. Le même constat est tiré par les producteurs dans toutes les filières, qu'ils soient éleveurs laitiers, de volailles, maraichers ou arboriculteurs.

Aucun moyen de pression de l'État vis à vis des industriels et de la distribution

Parmi les leviers, le gouvernement voulait rééquilibrer les négociations commerciales entre agriculteurs, industriels et distribution. Prenons l'exemple du lait. En 2017, le demi-écrémé est vendu 75 centimes d'euros en grande et moyenne surface, quand il est acheté environ 37 centimes aux éleveurs. La marge dégagée bénéficie exclusivement à l'industrie qui transforme le lait (en vert dans le graphique ci-dessous), et aux distributeurs (en rouge).

Selon les données de  l'Observatoire de la formation des prix et des marges alimentaires, les marges financières des industriels et de l'industrie sur le lait n'ont cessé d'augmenter depuis 20 ans, quand le prix payé au producteur a lui stagné.

Pour changer la donne, Emmanuel Macron a proposé d'inverser la construction des prix : ne plus partir de la marge que souhaitent dégager les transformateurs et les distributeurs aux dépens des producteurs, mais sanctuariser la prise en compte des coûts de production pour garantir un revenu aux paysans. L'exécutif a ainsi confié en 2018 aux interprofessions la responsabilité de rédiger des plans de filières. Or, comme le révèle notre enquête ( à lire ici), les négociations au sein de l'interprofession viande bovine se sont heurtées aux blocages des industriels et de la distribution. Ces derniers ont utilisé leur droit de veto pour bloquer tout calcul.

C'est ce dont témoigne Emilie Jeannin. Cette éleveuse siège à Interbev, l'interprofession de la viande bovine, où elle représente le syndicat de la Confédération paysanne [1]. Autour de la table figure aussi le groupe Bigard qui siège sous la bannière « Culture viande » [2]. « Certaines organisations disposent d'un droit de veto et c'est le cas de Culture Viande. Avec la fédération des distributeurs, ils ont tout bloqué à chaque réunion, que ce soit la méthode de calcul, la prise en compte des coûts, etc. », dénonce t-elle. Aucune contrainte n'étant prévue dans la loi, l'État ne s'est pas doté de véritable moyen de pression.

Les industriels continuent d'acheter le litre de lait aux éleveurs au même prix qu'il y a 30 ans

Non seulement le rééquilibrage des négociations commerciales n'a pas eu lieu, mais les négociations se sont même durcies avec la distribution et l'industrie. Le prix des aliments vendus en grandes surfaces en témoigne. Pour le lait UHT par exemple, les consommateurs paient aujourd'hui le lait 4 % plus cher qu'en 2017. Cette hausse du prix n'a pas profité aux paysans, mais aux bénéfices que se dégage la grande distribution.

Pire : la part du prix revenant à l'éleveur a diminué de 5 % depuis deux ans, quand la marge des distributeurs augmentait de 8 % ! Quant à l'industrie, elle continue d'acheter 34 centimes le litre de lait aux producteurs, quand le prix de revient est de 40 centimes [3].

Le même constat est établi en fruits et légumes. « La grande distribution, profitant de la concurrence avec les productions importées bien moins cher, impose des tarifs inférieurs de 8 % au prix de revient pour les abricots, de 9 % pour les pêches blanches et de 3 % pour les tomates rondes bio », dénoncent l'association de consommateurs UFC Que Choisir et la Confédération paysanne.

Un chèque en blanc d'1,6 milliards d'euros aux distributeurs

La loi issue des États généraux de l'alimentation pénaliserait même les consommateurs, selon l'UFC Que Choisir. L'une des dispositions phare de la loi, le relèvement du seuil de revente à perte, prévoit qu'un produit alimentaire doit être revendu au moins 10 % plus cher que le prix auquel il a été acheté. Sur la base d'une étude de prix réalisée sur la totalité des grandes enseignes, les prix alimentaires auraient subi une brutale augmentation de + 0,83% en un mois seulement, lors de l'entrée en vigueur de la mesure au 1er février 2019. Selon les calculs de l'association de consommateurs, c'est un chèque en blanc de 1,6 milliards d'euros sur deux ans à la distribution qui a été signé par le gouvernement.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

La loi Alimentation n'a pas non plus permis davantage de transparence. L'UFC Que Choisir et la Confédération paysanne déplorent que l'Observatoire de la formation des prix et des marges, censé faire la lumière sur la répartition des marges, se contente de donner des moyennes, sans divulguer les niveaux de marges par enseigne ou par fabricant.

De la même manière, l'obligation de publication des comptes des entreprises demeure mal respectée, du fait notamment d'amendes peu dissuasives. Lactalis et Bigard, respectivement numéro un de la filière laitière et de la viande bovine, ont tous deux été assignés en justice pour que le voile sur leurs comptes soit levé. C'est l'une des raisons qui les conduit à être nominés aux prix Pinocchio de l'agriculture. Les votes sont ouverts jusqu'au 18 février sur le site  prix-pinocchio.org.

Sophie Chapelle

Notes

[1] Les représentants de la profession sont répartis dans 4 collèges : production, mise en marché, abattage commerce de gros transformation, distribution.

[2] Le conseil d'administration de Culture Viande est présidé par Jean-Paul Bigard. Voir  l'organigramme de Culture Viande.

[3] Lire à ce sujet l'étude  Prix agricoles en berne et inflation en rayon réalisée par UFC Que Choisir et la Confédération paysanne, octobre 2019.

 bastamag.net

 Commenter