14/02/2020 tlaxcala-int.org  4 min #168993

Le Maroc utilise de nouvelles méthodes de répression pour réduire au silence les journalistes du Sahara occidental

 Xavier Aldekoa

La police tente d'humilier les militantes arrêtées en publiant des photos personnelles tirées leurs téléphones portables

Réfugiés sahraouis attendant l'envoyé spécial de l'ONU en 2017 à Tindouf (Algérie). Photo RYAD KRAMDI / AFP

Ils utilisent de vieilles caméras vidéo et des téléphones portables pour élever la voix depuis le désert et crier Assez Bravant le danger, ils filment en cachette les manifestations et dénoncent sur les réseaux sociaux les actes de répression de la police marocaine. Lorsqu'ils sont découverts, ils paient un prix élevé : tortures, arrestations, harcèlement, diffamation, sabotage électronique et lourdes peines de prison. Les militants de l'Équipe Média, une agence de presse clandestine fondée en 2009 par une vingtaine de jeunes Sahraouis, sont devenus le fer de lance de ceux qui cherchent à briser le blocus de l'information que le Maroc exerce au Sahara occidental et qui punit quiconque conteste sa souveraineté sur le territoire.

Dans une conversation téléphonique avec notre journal, Ahmed Ettanji, président de l'Équipe Média, dénonce depuis El Ayoun une atmosphère irrespirable. « Nous voulons expliquer ce qu'ils nous font. Toute voix exigeant les droits du Sahara est punie et sévèrement réprimée. Il y a un manque absolu de liberté ».

L'ONG usaméricaine Freedom House qualifie la situation au Sahara occidental de « non libre ».

Abandonné par l'Espagne en 1975 après plus d'un siècle de colonisation et occupé depuis lors par le Maroc, le Sahara occidental est devenu un territoire sans médias libres, comme le dénoncent des organisations telles que Reporters sans frontières (RSF), qui a publié l'année dernière la première étude sur le sujet, intitulée Sahara occidental : un désert pour le journalisme. Mais l'impact remarquable du travail de RSF n'a pas changé les choses ; au contraire, les journalistes et les militants sahraouis de la zone occupée dénoncent une aggravation des sanctions de Rabat. « Le Maroc, explique Ettanji, a officiellement ignoré le rapport de RSF, mais sur le terrain, la répression s'est accrue. Ils n'ont jamais cessé, mais maintenant il y a encore plus de pression, d'agressions et d'arrestations ».

Soldats du Front Polisario. Photo Gemma Saura

Edith R. Cachera, auteure du rapport, qui est également correspondante et rapporteur de RSF en Espagne, signale un changement de tactique de la part du Maroc pour faire taire ceux qui réclament l'autodétermination du Sahara occidental, un territoire divisé entre les zones occupées par le Maroc, celles contrôlées par le Front Polisario et les camps de réfugiés de Tindouf (Algérie). En plus des peines de prison, de plusieurs années ou courtes mais constantes, Cachera constate que les autorités marocaines ont changé les méthodes de répression vers plus d'attaques sur un plan personnel. « Le Maroc est passé de la punition par la prison, ce qui se produit encore, à la salissure de la vie privée, la calomnie, la diffusion de fausses informations sur les réseaux sociaux et d'autres types de harcèlement tels que faire perdre leur emploi aux proches des journalistes sahraouis, surtout s'ils sont fonctionnaires, les forcer à être licenciés ou boycotter leurs entreprises ». Dans le cas des femmes activistes, elle rapporte qu'il y a eu des cas, également dans des zones non sahraouies, où la police a publié des photos personnelles prises à partir des téléphones portables des personnes arrêtées pour les calomnier sur les réseaux sociaux et devant leur propre communauté.

Ce n'est pas seulement RSF qui a élevé la voix. L'ONG US Freedom House qualifie la situation au Sahara occidental de "non libre", avec un score de seulement 4 points sur 100, et dénonce que les médias et journalistes prosahraouis sont confrontés à un "harcèlement constant", à une "suspension de leur activité" ou à de "possibles blocages".

Les Nations unies ont également montré leur inquiétude face à la dérive marocaine. Le 7 janvier dernier, le groupe de travail de l'ONU sur les arrestations arbitraires a officiellement tancé le Maroc pour l'emprisonnement du journaliste sahraoui Oualid Batal. Le document de l'ONU demandait une enquête du Maroc sur l'arrestation brutale, il y a moins d'un an, du militant qui a subi, selon le texte, « des violences policières agressives et des tortures » et a été « forcé de signer des aveux qui ont ensuite été utilisés contre lui lors du procès ». Une vidéo enregistrée par un autre militant au moment de son arrestation montre plusieurs hommes en civil tirant le militant par la fenêtre d'une voiture, le frappant au sol et le battant à coups de bâton, de pied et de poing. En novembre dernier, Batal a été condamné à deux ans de prison pour « agression de fonctionnaires et possession d'armes ».

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  lavanguardia.com
Publication date of original article: 12/02/2020

 tlaxcala-int.org

 Commenter