19/03/2020 reseauinternational.net  7 min #170583

Les grandes entreprises technologiques utilisent l'automatisation pour censurer les informations sur le coronavirus

par Alan Macleod.

Les médias sociaux sont inondés de personnes en colère parce que leurs publications ont été supprimées sans raison légitime. MintPress n'a pas fait exception, avec un article sur la réponse de Cuba au coronavirus signalé et bloqué.

La Big Tech tente à nouveau de définir l'éventail des discussions politiques acceptables sur ses plateformes ; cette semaine, YouTube a annoncé un certain nombre de changements face à la pandémie mondiale de COVID-19, le principal étant que ce sont les systèmes automatisés, plutôt que les humains, qui autoriseront ou supprimeront principalement les contenus dans un avenir prévisible.

« Alors que le COVID-19 évolue, nous faisons de notre mieux pour soutenir ceux qui regardent, créent et gagnent leur vie sur YouTube. Beaucoup d'entre nous, ici et dans notre personnel élargi, ne peuvent pas travailler comme d'habitude, alors nous réduisons les effectifs dans certains bureaux, ce qui provoque des perturbations », a  déclaré Youtue dans un message sur Twitter. « Avec moins de personnes pour réviser les contenus, nos systèmes automatisés interviendront pour assurer la sécurité de YouTube. Plus de vidéos seront supprimées que d'habitude pendant cette période, y compris les contenus qui ne violent pas nos lignes directrices communautaires. Nous savons que cela sera difficile pour vous tous ».

La nouvelle selon laquelle la plateforme de partage de vidéos est désormais à la merci d'un système automatisé qui, même ses créateurs l'admettent, ne fonctionne pas correctement, a été accueillie avec scepticisme, d'autant plus que YouTube n'a pas expliqué pourquoi regarder et juger le contenu sur sa plateforme ne pouvait pas se faire à distance.

D'autres grandes entreprises technologiques comme Facebook et Twitter ont également informé le public qu'elles passaient à un système de modération automatisé potentiellement défectueux pendant la pandémie. Facebook avait été critiqué la semaine dernière pour avoir insisté sur le fait que les employés continuaient à venir au travail, mais il a maintenant pris des mesures et renvoyé ses employés chez eux. « Nous pourrions voir des temps de réponse plus longs et faire plus d'erreurs en conséquence », a également  averti Facebook.

Le problème avec de telles mesures est que la façon dont les algorithmes ont été conçus fait qu'ils frappent généralement plus durement les médias alternatifs. Dans le passé, Facebook a supprimé des pages appartenant à des médias anti-establishment comme le Black Agenda Report et Venezuelanalysis, sous le prétexte non fondé qu'il s'agissait potentiellement de fausses nouvelles soutenues par la Russie ou simplement pour « comportement suspect ». Début février, Twitter a  bloqué le compte du Président vénézuélien Nicolas Maduro et  supprimé ceux de 2 000 de ses partisans.

Immédiatement après la mise en œuvre des nouveaux changements, les médias sociaux ont été  inondés de personnes en colère parce que leurs messages avaient été supprimés sans raison légitime. MintPress n'a pas fait exception, notre  article sur la réponse de Cuba au coronavirus a été signalé et bloqué. Entre-temps, il semble que le média alternatif 21st Century Wire ait été complètement supprimé. La PDG de MintPress, Mnar Muhawesh, a décrit cela comme de la censure sous le couvert de la lutte contre les fausses nouvelles.

Qu'ils soient actifs ou non, les algorithmes des grandes technologies privilégient les médias d'entreprise et suppriment les positions alternatives contre la guerre, l'empire et le secret gouvernemental, en contournant la ligne du gouvernement, ce qui est souvent la raison pour laquelle les gens visitent ces sites en premier lieu.

Les géants des médias sont de plus en plus imbriqués avec les grandes agences gouvernementales qu'ils sont censés tenir pour responsables. Dans leur livre intitulé «  Le Nouvel Âge Numérique : Repenser l'avenir des personnes, des nations et des entreprises », Eric Schmidt et son collègue Jared Cohen, directeur de Google, ont  écrit :

« Ce que Lockheed Martin a été au XXe siècle... les entreprises de technologie et de cybersécurité [comme Google] le seront au XXIe siècle ».

L'année dernière, Facebook a annoncé qu'il s'associait avec le groupe de réflexion de l'OTAN, le Conseil Atlantique, afin d'aider à éliminer les fausses nouvelles sur son site. Le conseil d'administration du Conseil est composé de hauts fonctionnaires de l'État, dont Henry Kissinger, Colin Powell, Condoleezza Rice et de nombreux anciens chefs de la CIA, dont Michael Hayden, Leon Panetta et Michael Morell. Après avoir travaillé avec le Conseil, Facebook a  immédiatement commencé à interdire et à supprimer les comptes liés aux médias dans les États ennemis officiels comme l'Iran, la Russie et le Venezuela et a commencé à faire taire les critiques des gouvernements occidentaux.

39% des Américains obtiennent leurs informations sur Facebook, 20% sur YouTube et 15% sur Twitter, selon le rapport 2019 de l'Institut Reuters sur les Informations Numériques. En outre, un nombre similaire de personnes dans d'autres pays s'appuient sur ces plateformes pour comprendre les événements mondiaux, ce qui signifie en fait que le gouvernement américain contrôle de plus en plus ce que la planète voit en ligne. L'Iran en est un bon exemple : en janvier, à la demande de l'administration Trump, Instagram a interdit tous les messages de soutien au Général Qassem Soleimani, qui avait été tué lors d'une attaque de drones américains.

« Nous opérons sous les lois de sanctions américaines, y compris celles liées à la désignation par le gouvernement américain du Corps des Gardiens de la Révolution Iranienne (CGRI) et de ses dirigeants », a  déclaré un porte-parole technique.

Instagram compte plus de  24 millions d'utilisateurs iraniens. Un sondage de l'Université du Maryland a révélé que plus de 80% des Iraniens ont une opinion positive du Général, ce qui signifie que Trump, grâce aux monopoles de la Silicon Valley sur les communications en ligne, pourrait effectivement empêcher une opinion majoritaire d'être exprimée par des Iraniens, à des Iraniens.

L'un des principaux problèmes de toute décision de modération concernant ces géants de la technologie est qu'ils sont tellement dominants qu'ils sont effectivement devenus des services publics, trop grands et trop importants pour ne pas être utilisés. Mais tant qu'ils ne seront pas démantelés ou nationalisés, leur structure opaque conduira toujours à des décisions de ce type qui accroissent la suspicion et l'aliénation.

source :  Big Tech Firms are Using Automation to Censor News About the Coronavirus

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter