19/03/2020 francais.rt.com  3 min #170596

Contrôles de confinement : sans protection, une compagnie de Crs invoque le droit de retrait

Une compagnie de CRS a fait valoir son droit de retrait le 18 mars, selon un document confié à RT France par une source policière. Les fonctionnaires évoquent notamment le besoin de protéger leur santé et celle de leurs familles.

Selon le document ci-dessous, communiqué à RT France par une source policière, les fonctionnaires d'une Compagnie républicaine de sécurité autoroutière ont fait valoir leur droit de retrait en raison du manque de protections individuelles face à la crise sanitaire du covid-19. Ces derniers opèrent dans les départements du Rhône, de l'Ain et de l'Isère.

Les CRS concernés ont invoqué ce droit de retrait «pour assurer leur sécurité et celle de leurs familles» après avoir constaté l'absence de masques FFP2 et de gants en latex pour réaliser les contrôles de confinement face au public.

La source policière qui a confié ce document à RT France a précisé : «Certains croyaient à un fake, mais non, on a vérifié auprès de l'état-major. C'est bien réel.»

La crise couve déjà depuis plusieurs semaines dans les rangs de la police nationale et a culminé avec injonctions hiérarchiques, entendues sur les ondes policières, les invitant à ne pas porter les masques pendant les contrôles de confinement le 18 mars. Cette fois c'en est trop pour les partenaires sociaux.

Le syndicat Unité-SGP a menacé d'appeler au droit de retrait dès le 18 mars dans la soirée, tandis que le syndicat Alliance a appelé les fonctionnaires à l'exercer au matin, ce 19 mars. Même tonalité chez les associations de policiers en colère qui appelaient leurs collègues à faire usage du droit de retrait le 18 mars également.

Une autre source policière contactée a expliqué à RT France que l'exercice du droit de retrait n'était pas si simple pour les policiers et qu'à son sens, il y avait une certaine «démagogie» dans cet appel lancé par les grands syndicats.

Dans une publication sur son  compte Facebook l'Union des policiers nationaux indépendants le 18 mars, a félicité le commandant de police de la CRS qui a pris acte du droit de retrait de ses collègues : «Nous félicitons ce Commandant d'une CRS autoroutière qui, garant de l'intégrité de ses effectifs et de leurs proches, a dit NIET ! Et probablement bien plus encore... Contrôle covid-19 : Négatif.»

Antoine Boitel

 Lire aussi Consignes floues, manque de matériel de protection : les policiers de terrain inquiets

 francais.rt.com

 Commenter