19/03/2020 elcorreo.eu.org  2 min #170606

Carlos A. Zito, une perte pour le journalisme et le monde littéraire

Le 11 Mars 2020, le photographe, journaliste, traducteur et écrivain, Carlos Alberto Zito, nous a quittés.

Né dans le quartier de Villa Ortúzar, à Buenos Aires, il avait commencé sa commencé sa carrière de journaliste dès l'âge de 19 ans.

Dans les années 70, comme reporter-photo et correspondant, il a sillonné une grande partie de l'Amérique Latine.

Plus tard, il s'est exilé à Barcelone et a continué sa carrière à Paris.
Durant plus de dix ans, il fut journaliste et envoyé spécial de l'AFP (Agence France Presse) en Europe, notamment en Yougoslavie (de l'époque), en Iran, et eu l'occasion de côtoyer à Paris nombre d'artistes latino-américains dont le grand maitre Astor Piazzola.

Il a publié son premier livre en France, « Le Guide du jardin du Luxembourg », récit historique et littéraire autour de ce parc emblématique du « Quartier latin ».

De retour en Argentine, où il n'avait jamais cessé de se rendre, pays qu'il n'avait jamais cessé de chérir, il a fait partie, dès sa création, de l'équipe de l'édition régionale du Monde Diplomatique, « El Dipló ».

En même temps, il a renoué avec un projet qui lui tenait à cœur, autour de l'œuvre de Jorge Luis Borges, alors qu'il avait eu l'occasion d'interviewer l'écrivain à plusieurs reprises. A partir de sa lecture des Œuvres Complètes, il a développé sa recherche dans le livre, « El Buenos Aires de Borges » (Aguilar, 1999), « Guía de la Ciudad a través de la mirada de Borges », illustré de photos venant en partie de ses archives personnelles.

Passionné depuis toujours par les multiples facettes de Buenos Aires, il a dédié son talent d'écrivain et de photographe à la revue culturelle « Tinta roja », tout en participant à l'élaboration du « Dictionnaire amoureux du Tango », aux éditions du Seuil.

En 2016, hommage été rendu à son œuvre de photographe lors de l'exposition de « América Latina 1972 » (curadora : J.Petersen), dans le quartier d'Almagro à Buenos Aires, où il vivait depuis de nombreuses années.

Paris, le 18 mars 2020

 elcorreo.eu.org

 Commenter