21/03/2020 wsws.org  8 min #170691

Silence médiatique sur les grèves sauvages dans l'industrie automobile américaine

Par Tom Hall
21 mars 2020

Quelques heures après que des grèves sauvages dans les usines Fiat Chrysler du Michigan et de l'Ohio aient forcé la fermeture temporaire d'une grande partie de l'industrie automobile nord-américaine pendant la pandémie de coronavirus, les médias d'entreprise font tout pour étouffer l'affaire.

La vague de grèves a commencé mardi soir à l'usine d'assemblage de Sterling Heights, lorsque les travailleurs ont déposé leurs outils et ont finalement été renvoyés chez eux plus tôt par la direction. L'équipe du matin a suivi, s'asseyant et laissant passer les produits sans les toucher sur la chaîne de montage. En quelques heures, la production des usines Jefferson Assembly, Toledo Assembly et Dundee a été paralysée par une vague de débrayages spontanés.

Des travailleurs de l'automobile quittent leur usine

Avant ces événements, les entreprises automobiles américaines, avec le soutien total du syndicat des Travailleurs unis de l'automobile (TUA, UAW), ont combiné mensonges et menaces pour maintenir les travailleurs au travail, mettant en danger la santé et même la vie de 150.000 travailleurs et leurs familles. Mais mercredi, les travailleurs de l'automobile ont pris les choses en main, contre l'opposition furieuse des TUA, et ont refusé de laisser les entreprises les «tuer au front» au nom du profit des entreprises. Pour éviter qu'une vague de grèves ne s'étende à l'ensemble du pays, voire à toute l'Amérique du Nord, les entreprises automobiles ont été contraintes de faire marche arrière et d'annoncer des fermetures à travers l'Amérique du Nord.

 facebook.comLes travailleurs de l'automobile face au vice-président de la section locale 12 de l'UAW, Brian Sims, à l'usine d'assemblage de Toldeo North

Mais on ne saurait rien de tout cela à partir de la presse de la grande entreprise. Presque tous les articles relatant les fermetures, qui ont eux-mêmes eu tendance à être enterrés sur leurs sites web, excluent toute mention des grèves ayant forcé ces fermetures. Pratiquement tous perpétuent le mythe selon lequel les TUA ont exigé les fermetures, dissimulant que c'est le fait des travailleurs en opposition aux TUA.

Parmi ces titres aseptisés, on peut citer

«Les constructeurs automobiles de Detroit ferment temporairement des usines américaines pour cause de virus» (Wall Street Journal)

«GM et Ford, parmi les constructeurs automobiles qui arrêtent la production américaine» (CNN)

«Les constructeurs automobiles vont fermer des usines en Amérique du Nord» (New York Times)

«Les constructeurs automobiles vont fermer temporairement des usines pour ralentir la propagation du coronavirus» (Washington Post)

«Les constructeurs automobiles ferment des usines nord-américaines pour protéger les travailleurs contre le coronavirus» (Chicago Tribune)

«Les constructeurs automobiles de Detroit acceptent de fermer toutes les usines américaines» (Detroit Free Press)

Tous ont fait part, sans aucun commentaire, des professions de foi des cadres de l'automobile pour le bien-être des travailleurs de l'automobile. Le Free Press a transmis ce commentaire du PDG de GM, Marry Barra: «GM et les TUA ont toujours donné la priorité à la santé et à la sécurité des personnes qui entrent dans les usines GM. Nous avons pris des précautions extraordinaires dans le monde entier pour préserver la sécurité de l'environnement de nos usines et les récents développements en Amérique du Nord montrent clairement que c'est la bonne chose à faire maintenant». À peine vingt-quatre heures auparavant, la publication sœur de la Free Press, Detroit News, rapportait que la même Barra avait catégoriquement refusé de cesser les activités.

Si l'on en croit ces gros titres, les entreprises et les TUA ont subi une conversion à la Ebenezer Scrooge, ont réalisé que la poursuite de la production condamnerait des milliers de personnes à la mort et, par souci profond de la sécurité de la main-d'œuvre et de leurs familles, les ont renvoyées chez elles avec un sourire et une tape sur la tête.

Bien entendu, cette affirmation est démentie par le fait que General Motors, en particulier, cherche à retarder autant que possible le début de l'arrêt. Certaines installations pourraient rester ouvertes jusqu'à la semaine prochaine. Les entrepôts de pièces automobiles de l'entreprise resteront entièrement ouverts.

Le Detroit News, qui exprime, sous une forme plus brute que la Free Press, la pensée et les préoccupations des constructeurs automobiles de Detroit, a été l'un des rares à reconnaître ce qui s'est réellement passé. Le chroniqueur Daniel Howes a écrit jeudi que «des mutineries alimentées par la peur se tramaient» et se développaient «d'heure en heure». Il a ajouté: «C'est historique et sans précédent, et pas dans le bon sens. C'est l'équivalent fonctionnel d'une grève contre les trois entreprises dans les trois pays d'Amérique du Nord».

Le commentaire de Howes est l'exception qui confirme la règle. Il démontre ce qui explique le silence inquiet de la presse d'entreprise. Ils ne veulent pas que d'autres travailleurs, dont des millions travaillent encore dans des conditions dangereuses dans des installations de fabrication et d'entreposage non essentielles, profitent de l'exemple donné par les travailleurs de Fiat Chrysler.

C'est une leçon concrète pour les travailleurs dans le rôle des médias bourgeois. Loin d'être des «sources d'information fiables», comme on le prétend, ils fonctionnent plutôt comme des porte-parole de la propagande des grandes entreprises et du gouvernement, qui alternativement censurent ou fabriquent des nouvelles dans l'intérêt de la classe dirigeante. Alors qu'ils ont répondu par un bâillement collectif au fait que des millions de travailleurs sont exposés à l'infection en contraints de rester au travail, ils travaillent rapidement à mettre en œuvre leur propre version de la «distanciation sociale» pour limiter la contagion de l'opposition.

Ils sont particulièrement inquiets que la révolte des travailleurs de l'automobile mette en évidence la perte de contrôle des syndicats, qui ont passé les quatre dernières décennies à réprimer l'opposition des travailleurs à la destruction de millions d'emplois et à faire des concessions soutenues par les syndicats les unes après les autres.

Les développements aux États-Unis font partie d'une vague de grèves qui se propage dans le monde entier. Ils font suite à des actions spontanées menées par des travailleurs de l'automobile en Italie et en Espagne pour forcer la fermeture d'usines que les constructeurs automobiles ont tenté de maintenir en activité pendant les états d'urgence nationaux. Mais les médias sont également restés silencieux sur ce sujet.

C'est aussi la répétition du black-out médiatique des grèves de masse du printemps dernier à Matamoros, au Mexique, de 70.000 travailleurs de pièces automobiles, qui ont marché jusqu'à la frontière pour demander le soutien des travailleurs américains. Pendant des semaines, pas une seule publication en anglais dans le monde entier, à la seule exception du World Socialist Web Site, n'a rendu compte de la lutte.

La semaine dernière, le World Socialist Web Site était la seule publication qui non seulement rendait compte des conditions réelles dans les usines, mais donnait aussi la parole aux travailleurs de l'automobile. Nous avons également publié des déclarations du Parti de l'égalité socialiste, qui appelle les travailleurs à prendre les choses en main et à lutter pour leur propre solution à la pandémie, en opposition aux politiques menées par les gouvernements capitalistes et les grandes entreprises. Ces déclarations ont été lues et diffusées par des milliers de travailleurs de l'automobile.

Alors que les travailleurs sont confrontés à de nouveaux défis, notamment la lutte pour une indemnisation complète des salaires perdus et l'opposition au retour dans les usines infectées, le World Socialist Web Site continuera à percer le voile du silence des médias d'entreprise pour apporter la vérité aux travailleurs et lutter pour mobiliser et éduquer les travailleurs autour d'un  programme d'action pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Nous demandons instamment aux travailleurs de l'automobile et à tous les travailleurs de faire des  dons au WSWS et de se joindre à la lutte pour construire le Parti de l'égalité socialiste en tant que direction révolutionnaire de la classe ouvrière.

Arrêtez toute production non essentielle pour stopper la propagation du coronavirus ! Distribuez notre déclaration,  «Comment lutter contre la pandémie de COVID-19: un programme d'action pour la classe ouvrière» et formez des comités de base sur votre lieu de travail. Pour obtenir de l'aide et diffuser des informations sur les actions entreprises par les travailleurs dans votre usine, contactez-nous immédiatement à [autoworkers@wsws.org] ou sur  Facebook.

(Article paru en anglais le 20 mars 2020)

 wsws.org

 Commenter