21/03/2020 europalestine.com  3 min #170724

Jérusalem-Est : la police israélienne accroit le risque d'infection pour les Palestiniens

"Coronavirus ou pas, les agressions des policiers israéliens contre les Palestiniens de Jérusalem-Est se multiplient, mettant en péril la vie de ces derniers, dans cette période de crise sanitaire", accuse l'organisation israélienne des droits de l'homme B'Tselem.

« Malgré la crise sanitaire sans précédent qui oblige les résidents d'Israël et des territoires occupés à prendre des mesures extrêmes d'isolement social, la police israélienne a choisi ce moment pour intensifier ses exactions et punitions collectives des Palestiniens à Issawiya (quartier de Jérusalem-Est) », indique B'Tselem.

Les forces d'occupation israéliennes "envahissent quotidiennement le quartier surpeuplé, même la nuit, et plus encore le week-end, sans raison apparente, et déclenchent des affrontements avec les habitants", dénonce cette ONG.

"Et lors de ces affrontement qu'elle déclenche, la police agit violemment, tirant des obus, des grenades lacrymogènes et des grenades assourdissantes. Elle ferme les entrées du quartier et arrête les habitants, pour la plupart des mineurs, et les emmène au poste de police où ils sont interrogés seuls, et par des personnes souvent contaminées ».

Le journal israélien Maariv rapportait cette semaine que 5639 soldats israéliens sont actuellement en quarantaine car suspectés d'être infectés par le coronavirus, que 433 soldats sont effectivement contaminés, et que 10 d'entre eux sont hospitalisés.

"Ils exposent donc les résidents à des risques sanitaires substantiels et totalement inutiles", souligne B'Tselem, qui ajoute : "La conduite de la police met en danger la sécurité publique (y compris la santé des policiers) et viole les directives médicales sur l'isolement social",.

Selon l'ONG, le mépris des autorités israéliennes pour les habitants du quartier "n'est pas nouveau", mais "la poursuite et même l'escalade de tels comportements pendant une pandémie est une manifestation particulièrement épouvantable de cette politique".

Cette semaine, l'ONG israélienne Ir Amim a également tiré la sonnette d'alarme à propos des événements d'Issawiya, décrivant que la situation s'était « de nouveau détériorée avec l'intensification des raids et mesures de police violents ».

« En raison des circonstances uniques concernant le coronavirus, la forte augmentation de la présence policière et des opérations dans des quartiers proches a provoqué une anxiété et une appréhension extrêmes chez les résidents du quartier », note Ir Amim, une autre ONG israélienne.

Sources : B'Tselem & Middle East Monitor

CAPJPO-EuroPalestine

 europalestine.com

 Commenter