22/03/2020 tlaxcala-int.org  6 min #170749

Benjamin Netanyahou est-il en train d'instaurer la « première dictature coronavirale » ?

 Christoph Sydow

Le chef du gouvernement israélien, Dans la crise du corona Netanyahou, gouverne par décrets d'urgence, renforce les services secrets et empiète massivement sur les droits personnels des citoyens, sans contrôle parlementaire.

Benjamin Netanyahou, Premier ministre israélien en exercice : trois élections successives et pas de majorité. Photo Yonatan Sindel/ JINI/ XinHua/ DPA

Le coronavirus a fait sa première victime en Israël : la démocratie parlementaire. Mercredi, Yuli Edelstein, chef du parlement et camarade de parti du Premier ministre Benjamin Netanyahou, a empêché les députés élus début mars de faire leur travail.

Sans prendre de gants, il a bouclé la Knesset, empêchant ainsi non seulement l'élection de son propre successeur, mais aussi la formation de commissions parlementaires, comme celle qui pourrait surveiller la gestion de la crise du corona par le gouvernement. Edelstein a reporté la prochaine session du Parlement à lundi prochain. Il n'est pas exclu que cette séance soit également annulée en raison de la progression de la pandémie de corona.

Cela signifie que de plus en plus de pouvoir est concentré dans les mains de l'homme qui n'a pas eu de majorité parlementaire depuis plus d'un an et qui n'occupe plus que le poste de Premier ministre par intérim : Benjamin Netanyahou. Depuis avril de l'année dernière, le chef du Likoud s'est présenté à trois nouvelles élections au total. Il n' a réussi à former une coalition avec une majorité au Parlement après aucune d'entre elles.

De plus, suite aux récentes élections à la Knesset, pas moins de 61 des 120 membres du Parlement ont proposé le leader de l'opposition Benny Gantz comme futur Premier ministre. En réponse, le président Reuven Rivlin a chargé le président de l'alliance des partis bleu et blanc de former un gouvernement.

Critique du Président

Netanyahou n'a donc qu'une minorité d'élus derrière lui, mais son président du parlement et camarade de parti Edelstein bloque les droits de la majorité. Pour cette raison, ce ne sont plus seulement les opposants politiques à Netanyahou qui parlent d'un coup d'État ou de la fin imminente de la démocratie israélienne. L'historien israélien Yuval Harari voit en Israël « la première dictature du coronavirale » se mettre en place.

Yaakov Katz, rédacteur en chef du conservateur Jerusalem Post, proche de Netanyahou, décrit les actions du chef du gouvernement en exercice comme une « grave violation de l'État de droit et de la démocratie israéliens ». Le Likoud doit cesser d'abuser de son pouvoir, dit-il. Le président likoudnik Reuven Rivlin, qui est profondément opposé à son camarade Netanyahou depuis des années, a averti : « La crise du Corona ne doit pas permettre de faire de tels dégâts à notre infrastructure démocratique ».

Les critiques de Netanyahou soulignent qu'Israël a eu à se battre plusieurs fois dans son histoire dans des guerres contre ses voisins arabes pour son existence même, mais jamais en temps de guerre le gouvernement n'a remis en question le caractère démocratique d'Israël. Mais c'est exactement ce que fait Netanyahou dans la crise du Corona.

Les services secrets internes doivent contribuer à la lutte contre le virus

Netanyahou ignore ces avertissements. Il continue simplement à gouverner comme si les élections n'avaient jamais eu lieu. Le coronavirus fait son jeu. En raison de l'épidémie, le prononcé des accusations de fraude, corruption et détournement de fonds qui aurait dû avoir lieu mardi a été reporté. En raison de la crise du corona, personne ne peut prédire de manière fiable quand le procès contre le Premier ministre commencera. Selon des sources officielles, 705 personnes en Israël avaient contracté le Covid-19 vendredi soir 20 mars, une personne de 88 ans est morte du virus et un patient est dans un état critique.

Pendant ce temps, Netanyahou se présente comme le politicien qui est le seul à pouvoir sauver Israël des conséquences désastreuses de l'épidémie. « Alors que je mène la guerre contre le coronavirus et que je me bats pour la vie des citoyens israéliens, ils prévoient de destituer le Premier ministre », a déclaré mercredi Netanyahou en référence à ses détracteurs dans une interview télévisée.

Point de contrôle à Jérusalem : la police des frontières israélienne utilise des combinaisons de protection et des masques. Photo JINI/ XinHua/ DPA

Dans la lutte contre le virus, Netanyahou a recours à des mesures drastiques : Israël n'a pas seulement bouclé ses frontières nationales, imposé un couvre-feu complet et mis en quarantaine des milliers de citoyens. Cette semaine, le cabinet de Netanyahou a autorisé les services secrets internes du Shin Bet à agir. Les services secrets collectent les métadonnées de tous les utilisateurs de téléphones portables en Israël et dans les territoires palestiniens occupés depuis au moins 2002. Jusqu'à présent, selon les déclarations officielles, le Shin Bet n'a utilisé cette technologie que dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, par exemple pour localiser des Palestiniens militants.

Les rassemblements sont interdits en raison de la crise du corona

Les services secrets vont maintenant utiliser les données des téléphones portables pour savoir avec qui les personnes infectées par le virus Corona ont eu des contacts étroits ces dernières semaines. Ces personnes seront alors automatiquement informées par SMS et invitées à s'isoler.

Les groupes de défense des droits civiques critiquent cette pratique comme une ingérence massive dans les droits personnels des Israéliens. Surtout parce que Netanyahou a autorisé les services secrets sans débat parlementaire, et parce qu'il n'y a actuellement aucun contrôle parlementaire du gouvernement ou des services secrets en raison de la fermeture de la Knesset. Le procureur général Avichai Mandelbilt, qui dirige les enquêtes contre Netanyahou dans l'affaire de corruption, a approuvé le déploiement du Shin Bet.

Jeudi, la Cour suprême israélienne a remis le gouvernement à sa place : si la Knesset n'a pas élu un comité pour contrôler le programme de surveillance d'ici mardi, il faut mettre fin à l'utilisation du Shin Bet. Les juges ont également décidé que les métadonnées ne devaient pas être utilisées pour surveiller les Israéliens qui sont en quarantaine.

Le chef de la Knesset, Edelstein, a affirmé que les députés pourraient établir la semaine prochaine les commissions parlementaires pour contrôler le travail du gouvernement. Mais tout le monde n'y croit pas. Jeudi, les opposants à Netanyahou ont pris la route de Tel-Aviv à Jérusalem en convoi, et quelques-uns d'entre eux ont ensuite manifesté devant la Knesset vide. Huit manifestants ont été interpellés. Netanyahou a interdit les rassemblements de plus de dix personnes à cause du coronavirus et a ordonné à la police de disperser les rassemblements, également par décret, sans feu vert parlementaire.

Carlos Latuff

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  cutt.ly
Publication date of original article: 20/03/2020

 tlaxcala-int.org

 Commenter
Se réfère à : 1 article