22/03/2020 les-crises.fr  4 min #170762

Reuters - Le coronavirus peut persister dans l'air pendant des heures et sur les surfaces pendant des jours

PHOTO DU DOSSIER : La morphologie ultrastructurale présentée par le nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV), qui a été identifié comme la cause d'une épidémie de maladie respiratoire détectée pour la première fois à Wuhan, en Chine, est visible dans une illustration publiée par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) à Atlanta, en Géorgie, aux États-Unis, le 29 janvier 2020. Alissa Eckert, MS ; Dan Higgins, MAM/CDC/Handout via REUTERS.

Source :  Reuters, Gene Emery, 17-03-2020

(Reuters) - Le nouveau coronavirus hautement contagieux qui a explosé en une pandémie mondiale peut rester vivant et infectieux sous forme de gouttelettes dans l'air pendant des heures et sur des surfaces jusqu'à plusieurs jours, selon une nouvelle étude qui devrait permettre de proposer des conseils afin d'aider les gens à éviter de contracter la maladie respiratoire appelée COVID-19

Les scientifiques de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), qui fait partie des Instituts nationaux de la santé des États-Unis, ont tenté de simuler le comportement du virus déposé par une personne infectée sur les surfaces de la vie de tous les jours dans un foyer ou un hôpital, par exemple en toussant ou en touchant des objets.

Ils ont utilisé un appareil pour répandre un aérosol qui reproduit les gouttelettes microscopiques créées lors d'une toux ou d'un éternuement.

Les chercheurs ont ensuite étudié combien de temps le SRAS CoV-2 est resté infectieux sur ces surfaces, selon l'étude publiée en ligne dans le New England Journal of Medicine mardi - le jour où les cas américains de COVID-19 ont dépassé les 5 200 et où le nombre de décès a approché les 100.

Les tests montrent que lorsque le virus est transporté par les gouttelettes libérées lorsqu'une personne tousse ou éternue, il reste vivant, ou capable d'infecter encore des personnes, dans des aérosols pendant au moins trois heures.

Sur le plastique et l'acier inoxydable, un virus vivant pourrait être détecté au bout de trois jours. Sur le carton, le virus n'était plus viable après 24 heures. Sur le cuivre, il a fallu 4 heures pour que le virus soit inactivé.

En termes de demi-vie, l'équipe de recherche a constaté qu'il faut environ 66 minutes pour que la moitié des particules virales perdent leur activité si elles se trouvent dans une gouttelette d'aérosol.

Cela signifie qu'après une heure et six minutes supplémentaires, les trois quarts des particules virales seront pratiquement inactivées, mais 25 % seront encore viables.

La quantité de virus vivants à la fin de la troisième heure sera réduite à 12,5 %, selon les recherches menées par Neeltje van Doremalen des installations du NIAID dans le Montana, aux laboratoires Rocky Mountain.

Sur l'acier inoxydable, il faut 5 heures 38 minutes pour que la moitié des particules virales deviennent inactives. Les chercheurs ont constaté que la demi-vie sur le plastique est de 6 heures 49 minutes.

PHOTO DU DOSSIER : La morphologie ultrastructurale présentée par le nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV), qui a été identifié comme la cause d'une épidémie de maladie respiratoire détectée pour la première fois à Wuhan, en Chine, est visible dans une illustration publiée par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) à Atlanta, en Géorgie, aux États-Unis, le 29 janvier 2020. Alissa Eckert, MS ; Dan Higgins, MAM/CDC/Handout via REUTERS.

Sur le carton, la demi-vie était d'environ trois heures et demie, mais les chercheurs ont indiqué qu'il y avait beaucoup de variabilité dans ces résultats « nous conseillons donc la prudence » en interprétant ce chiffre.

Le temps de survie le plus court a été enregistré sur le cuivre, où la moitié des virus ont été inactivés en 46 minutes.

Reportage de Gene Emery ; montage de Nancy Lapid, Caroline Humer et Bill Berkrot

Source :  Reuters, Gene Emery, 17-03-2020

Traduit par les lecteurs du site  les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 les-crises.fr

 Commenter