23/03/2020 mrmondialisation.org  13 min #170866

Le côté obscur de la conservation de la nature

La conservation de l'environnement et de la biodiversité est l'un des grands enjeux de notre siècle. La très grande majorité des organisations de préservation de la nature militent pour la création d'aires protégées et de parcs nationaux afin de sauver la planète, les espèces et l'Humanité. Mais ces projets « idéaux » cachent une réalité beaucoup plus sombre marquée par les violations de droits humains contre les peuples autochtones. Pour couronner le tout, les résultats ont l'effet inverse que ceux promis et détruisent la nature plus qu'ils ne la préservent.

« Au milieu du chemin de notre vie, je me retrouvai dans une forêt obscure, car le droit chemin était perdu. »

Comme tous les Italiens, j'avais eu ces lignes enfoncées dans la tête quand j'étais enfant, sans jamais vraiment les comprendre. Ici, au plus profond de la forêt tropicale congolaise, tout a soudain pris un sens : les forêts pouvaient vraiment être des lieux infernaux. D'énormes arbres, avec leurs feuilles vertes psychédéliques, cachent le ciel au-dessus de moi. Une humidité étouffante rend la respiration difficile. Alors que je me concentre sur le bruit étrange des insectes et autres animaux peu familiers qui se cachent dans les sous-bois, les moustiques s'attaquent à toutes les parties de mon corps que je n'ai pas réussi à couvrir.

Les Baka, un des peuples du bassin du Congo autrefois appelés « Pygmées », avancent à grands pas, tandis que je suis à la traîne, trébuchant toutes les cinq secondes pour essayer de les suivre. Le regard de pitié que j'ai dans ma direction me fait comprendre qu'ils vont aussi lentement que possible, rien que pour moi. Ils s'arrêtent pour me montrer quelque chose dans la jungle que je ne peux pas identifier : un gorille vient de passer. Je me fige, paralysé par la peur, tandis qu'ils sourient. Je suis dans la forêt tropicale de Messok Dja, au nord-ouest du Congo, une région connue pour ses gorilles, ses éléphants et ses chimpanzés. En tant que haut lieu de la biodiversité, elle a attiré l'attention du WWF.

La plus grande organisation écologiste du monde a décidé de faire pression pour qu'il soit transformé en aire protégée. Le problème est que le WWF n'a pas de mandat pour le faire, car cette terre appartient aux populations autochtones. Selon un rapport du WWF, le projet affectera 48 communautés de Baka et leurs voisins Bakwele. Toutes dépendent de la forêt de Messok Dja pour leur survie. Mais ce n'est pas seulement une question de moyens de subsistance. Cette forêt tropicale fournit également aux Baka une médecine naturelle et contient des zones sacrées où leurs ancêtres avaient l'habitude de résider.

La forêt possède tout ce dont les Baka pourraient avoir besoin : « Notre forêt est une forêt qui a tout. Tout ce que les Baka recherchent : viande, fruits, miel, petites rivières ; c'est pourquoi les Baka aiment cette forêt ».

© Fiore Longo / Survival

Malgré leur relation étroite avec leur environnement, les Baka à qui je parle ont l'impression que la forêt leur est désormais interdite.

C'est le cas depuis 2008, lorsque le WWF a décidé d'installer le siège d'une base de terrain à Sembe, une ville très proche du nouveau parc proposé. Depuis lors, et bien que le Messok Dja ne soit même pas encore officiellement un parc, les gardes forestiers ont semé la terreur parmi les Baka de la région.

Des gardes forestiers ont volé les biens des Baka, brûlé leurs camps et leurs vêtements, et même frappé et torturé ces derniers. Récemment, une enquête du PNUD* a confirmé l'ampleur de ces violations :

« Les passages à tabac touchent aussi bien les hommes et les femmes que les enfants. D'autres rapports font état d'écogardes pointant une arme sur un Baka pour le forcer à frapper un autre Baka. D'autres disent que les écogardes ont emporté les machettes des Baka, puis les ont battus avec ces machettes. On rapporte que des écogardes ont forcé des femmes baka à se déshabiller et à être "comme des enfants nus". Il y avait une réticence culturelle palpable des femmes à parler de ce qui s'était passé, sauf pour dire qu'il s'agissait d'honteuses "humiliations". »

 Paulette décrit les abus commis contre des Baka par des gardes forestiers soutenus par le WWF

Si les Baka sont retrouvés en train de chasser de petits animaux pour nourrir leur famille, ils sont arrêtés et battus. La crainte de la violence des gardes forestiers a conduit de nombreux Baka à abandonner leurs expéditions de chasse traditionnelles (appelées molongo), pour lesquelles ils se retiraient dans les profondeurs de la forêt de Messok Dja.

Ces expéditions en forêt sont pour les Baka bien plus que nous ne le pensons et sont fondamentales pour l'identité de la communauté : Les jeunes Baka apprennent des valeurs et des compétences et se voient enseigner l'histoire de leur tribu par le biais d'histoires et de chansons. Bien que, comme tous les chasseurs-cueilleurs, les Baka dépendent d'une zone beaucoup plus vaste pour leur subsistance, ils passent maintenant une grande partie de leur temps dans des camps forestiers permanents le long de la route.

Leurs villages sont devenus, comme ils le disent, une prison. « Le WWF a ruiné la forêt. Il y avait beaucoup de choses importantes pour nous dedans. La forêt a besoin de nous et nous avons besoin de la forêt. Mais maintenant nous entrons à l'intérieur comme si nous étions des voleurs et ils nous frappent avec leurs machettes quand nous le faisons. »

N'est-il pas paradoxal que les habitants légitimes de cette forêt soient obligés de se sentir comme des voleurs alors que leurs terres sont volées au nom de la conservation ?

Et ils appellent ça du consentement ?

Le vol des terres tribales est par principe illégal. Le droit national et international, sans parler de la politique du WWF, stipule que les populations autochtones doivent être consultées et leur consentement libre, préalable et informé doit être obtenu pour tout projet entrepris sur leurs terres. Quelles que soient les affirmations du WWF à ce sujet, tous les Baka que j'ai rencontré ont une opinion claire : « Ils ne nous ont jamais demandé notre avis, ils nous ont juste donné un ordre : C'est le parc et vous ne serez pas autorisés à y entrer. »

 Les Baka du Congo ont dénoncé le WWF car il raconte des histoires

Ils vivent dans la crainte des écogardes et plus particulièrement du WWF : le mot baka pour garde-parc est « dobidobi » (une forme abrégée de WWF). Tant que ce sera le cas, les Baka ne pourront jamais donner leur « libre » consentement à un projet auquel participe le WWF.

Selon un rapport interne du WWF « Les communautés associent ETIC [le projet de conservation plus large qui inclut l'aire protégée) de Messok Dja] et le WWF aux écogardes et donc à la répression du (grand) braconnage (qui est malheureusement un énorme problème auquel le secteur est confronté). En conséquence, de nombreux membres de la communauté, en particulier les populations autochtones, ont hésité à participer aux réunions. De nombreuses communautés se sont également abstenues de révéler leurs domaines d'activité réels par méfiance ». Malgré cette connaissance, le WWF poursuit le projet, grâce aux fonds et au soutien de la Commission européenne, du WWF Pays-Bas, du Fonds pour l'environnement mondial et du PNUD, entre autres.

Du colonialisme vert

Dans un village tout près du parc, je suis réveillée par le bruit des camions qui transportent du bois. Pour les Baka, ce va-et-vient assourdissant est une humiliation supplémentaire. Alors qu'eux, les gens qui ont entretenu et protégé la forêt depuis des générations, sont expulsés pour faire place à un parc, les sociétés d'exploitation forestière continuent de détruire leurs terres sans se laisser décourager, agissant souvent en partenariat avec les grandes organisations de conservation.

« Les Baka protègent la nature. Nous entrons dans la forêt pour obtenir de la viande, des patates douces et des légumes à manger, pas pour les vendre. Nous n'avons pas de machines qui peuvent abattre les arbres. Nous grimpons sur les arbres pour récolter du miel mais nous ne leur faisons pas de mal. Les sociétés d'exploitation forestière enlèvent tous les arbres et détruisent tout. »

Le fait de cibler des populations autochtones comme les Baka a détourné l'attention des véritables causes de la destruction de l'environnement : l'exploitation forestière, la collusion des criminels avec des fonctionnaires corrompus (qui dirigent des réseaux de braconnage) et le consumérisme occidental. Pour la population locale, le lien entre la corruption et le braconnage est très clair.

Un homme d'un village proche du projet de parc national de Messok Dja montre les cicatrices d'une raclée qu'il a reçue des mains des écogardes soutenus et financés par le WWF. © Fiore Longo / Survival

Ce genre de comportement les éloigne également des efforts de conservation, transformant un allié naturel en ennemi et compromettant les tentatives de protection de l'environnement. Il est difficile de voir comment le parc fonctionnera un jour sans le soutien des Baka. Mettre trop de pouvoir et d'armes entre les mains d'un groupe de rangers mal entraînés et mal payés n'est pas la solution ; cela ne fait que créer un cercle d'impunité. Les rangers sont inévitablement attirés vers les crimes contre la faune sauvage, infiniment plus lucratifs, alors que leur pouvoir et leurs armes les empêchent d'être punis.

Au Congo, je me suis demandée comment les efforts de conservation de la nature s'étaient retrouvés dans ce pétrin. Comment se fait-il qu'on ait adopté un modèle de conservation qui a entraîné des violations de droits humains, qui a fait d'un peuple dont la vie dépend de la forêt un ennemi de la conservation de la nature, et qui a échoué lamentablement à cibler les véritables coupables de la destruction de l'environnement.

J'ai commencé à réfléchir aux similitudes troublantes entre ce type de conservation et les pratiques colonialistes. Comme les colonialistes l'ont fait avant eux, les défenseurs de l'environnement prétendent en savoir plus que les populations locales. Ils semblent être convaincus que la compréhension profonde des peuples autochtones sur la façon de protéger l'environnement est inférieure à la leur, et ils rejettent les pratiques séculaires comme étant arriérées, primitives et même nuisibles.

 Protection de la nature vs Colonialisme

Mais l'analogie ne s'arrête pas là. Lorsqu'ils sont battus par les gardes forestiers, les Baka utilisent le verbe « chicotter ». Ce mot dérive du portugais « chicote », un lourd fouet en cuir utilisé par les colons français et portugais à travers l'Afrique pour battre la population locale. Il semble que dans cette partie du monde au moins, la violence coloniale se poursuive jusqu'à nos jours, en tout sauf de nom. Et ce n'est pas seulement de la violence physique. La violence psychologique que les Baka endurent rappelle également le passé colonial de l'Afrique :

« Ils voient les Baka comme des animaux, pas comme des gens. Quand ils nous voient, ils ne voient que des Pygmées, pensant que nous ne savons rien et qu'ils peuvent nous frapper quand ils veulent », me dit un Baka.

De telles comparaisons entre les peuples autochtones et les animaux rendent la lecture de notre époque inconfortable et choquante. Elle crie une rhétorique colonialiste que nous aimons à penser que nous avons laissé loin derrière nous. Mais la vérité la plus inconfortable est que nous ne l'avons pas fait. Malgré ses bonnes intentions, les mentalités colonialistes semblent bien vivantes au sein du mouvement de conservation de la nature.

Le colonialisme a été, et est encore, beaucoup de choses mais il représente surtout une chose : la conviction qu'un groupe d'humains est supérieur à un autre et que tout est permis : la violence physique, l'humiliation, la mort. Que ce soit pour imposer un parc, une religion ou une nationalité n'a pas d'importance : l'idéologie centrale et ses conséquences sont toujours les mêmes.

Les meilleurs gardiens de la nature

En traversant la forêt, les Baka, ne montrant aucun signe de transpiration, s'arrêtent de temps en temps pour me montrer différentes choses dans la forêt. Aucun arbre, fruit, plante ou fleur ne passe inaperçu. Chacun contient un message caché que seuls les Baka comprennent et que mes sens occidentaux se révèlent lamentablement mal équipés pour déchiffrer.

Leur connaissance de la forêt est si vaste que même une équipe soutenue par le WWF a dû demander leur aide pour collecter les coordonnées GPS des sites les plus importants du Messok Dja afin d'établir les limites du parc. Les Baka les ont accompagnés dans la forêt de la même façon qu'ils m'accompagnent maintenant, ignorant que ces coordonnées deviendraient un jour leur prison. Un grand homme Baka aux yeux brillants me montre une substance grise collante qu'il vient d'obtenir d'un arbre : « Voici le briquet de la forêt », me dit-il. C'est la résine de l'arbre Paka, qui s'allume facilement lorsqu'elle est frappée par une étincelle. Je le regarde, surprise, embarrassée par mon ignorance et mon incapacité à survivre cinq minutes sans électricité et sans instructions sur google. Je réalise à quel point nous avons besoin des connaissances des Baka (et autres peuples autochtones) pour préserver la planète et l'avenir de l'humanité, et combien il est important de se battre pour un modèle de conservation qui respecte les droits des peuples autochtones, ce que  Survival International préconise depuis des années.

Les peuples autochtones et tribaux sont les meilleurs gardiens du monde naturel et cette affirmation ne relève en rien du fantasme ou d'une vision romantisée ! Il est prouvé scientifiquement que 80 % de la biodiversité sur Terre se trouve en territoires autochtones, alors qu'ils occupent seulement 22 % du territoire mondial. En Mai 2018, un rapport de l'IPBES a révélé que le déclin et l'extinction sont moins importants dans les régions habitées ou gérées par les peuples autochtones et les communautés locales. Si les espèces menacées d'extinction survivent encore sur les territoires des peuples autochtones, c'est grâce à leurs connaissances inestimables et lien profond avec la nature. Malgré cela, le paradigme actuel de la conservation ne semble cependant prendre en considération ni les autochtones ni leurs savoirs.

© Nicolas Marino

Ce qui arrive aux Baka dans le bassin du Congo est loin d'être un cas isolé, de nombreux projets de parcs nationaux et zones protégés menacent les peuples autochtones dans le monde. La prochaine décennie pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour la planète si nous laissons se créer les 30 % d'aires protégées d'ici à 2030 comme l'a imaginé le WWF avec son « New Deal for Nature ». Si cela venait à être mis en œuvre, ce serait catastrophique : nous perdrions des peuples autochtones, l'environnement et très certainement notre humanité.

Note :

*Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a lancé une enquête sur le projet controversé de transformer la région de Messok Dja au Congo en une aire protégée ; cette enquête fait suite à une plainte déposée par Survival International en 2018. Le journal britannique The Guardian  a obtenu une copie des conclusions préliminaires de l'enquête.

Par  Fiore Longo de  Survival International

 mrmondialisation.org

 Commenter