24/03/2020 les-crises.fr  5 min #170896

Selon les principaux experts, les fumeurs sont exposés à un risque accru de complications liées aux coronavirus

Un travailleur médical vérifie le scanner d'un patient suspecté d'avoir le Covid-19 - Credit : Reuters/China Daily

Source :  The Telegraph, Anne Gulland, 14-02-2020

Selon les experts, les taux de mortalité plus élevés chez les hommes pourraient être liés au tabagisme

Un travailleur médical vérifie le scanner d'un patient suspecté d'avoir le Covid-19 - Credit : Reuters/China Daily

Les experts en maladies pulmonaires ont prévenu qu'il pouvait y avoir un lien entre le tabagisme et le développement de complications du  coronavirus, alors que de nouvelles recherches font la lumière sur les personnes les plus vulnérables à la  maladie.

Le grand volume de données que les chercheurs publient actuellement montre des tendances claires en ce qui concerne les personnes qui sont victimes de la maladie, désormais appelée Covid-19 par l'Organisation Mondiale de la Santé.

Une nouvelle  analyse des 8 000 premiers cas de coronavirus effectuée par des chercheurs en Chine et aux États-Unis montre que les hommes sont plus susceptibles d'être diagnostiqués comme étant atteint de la maladie, de montrer les symptômes les plus graves, tels que la pneumonie, sont davantage susceptibles de succomber.

L'une des raisons de ce biais à l'encontre des hommes vient peut-être du fait que les Chinois sont de gros fumeurs.

L'analyse a été publiée alors que les derniers chiffres montrent qu'il y a eu plus de 64.000 cas de personnes atteintes par la maladie et plus de 1.400 décès. Le neuvième cas au Royaume-Uni a également été confirmé.

L'analyse des patients chinois et américains montre que les hommes sont beaucoup plus susceptibles d'être infectés par le Covid-19, avec 55 % des cas confirmés chez les hommes.

Il montre également que les hommes ont tendance à souffrir de complications plus graves - 61,5 % des personnes chez qui on diagnostique la pneumonie la plus grave sont des hommes. Et le taux de mortalité chez les hommes est de plus de trois fois supérieur à celui des femmes - selon l'étude 4,45 % des hommes sont morts, contre 1,25 % des femmes.

L'étude a montré qu'être un homme plus âgé représente un risque particulier, car près de 10 % des patients masculins de plus de 60 ans participant à l'étude sont décédés.

La raison pour laquelle les hommes sont plus susceptibles d'être atteint n'est pas entièrement connue, mais cela a été le cas lors de deux précédentes épidémies de coronavirus - le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

 Coronavirus: What is a super spreader and how dangerous are they?

Certains chercheurs disent que cela pourrait être dû à ce que l'OMS décrit comme  « l'avantage biologique inhérent » des femmes. Cependant, ce pourrait aussi être dû à des facteurs liés au mode de vie, en particulier le tabagisme.

Les chiffres les plus récents de l'OMS montrent que 52,1 % des hommes chinois fument, contre seulement 2,7 % des femmes. Au Royaume-Uni,  16,5 % des hommes fument, contre 13 % des femmes.

Les taux élevés de tabagisme ont également été liés à des conséquences plus graves, tant en ce qui concerne le SRAS que le MERS.

Gisli Jenkins, l'un des principaux experts britanniques en matière de maladies respiratoires, professeur de médecine expérimentale à l'université de Nottingham, a déclaré que les fumeurs présentaient des taux élevés de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), une forme d'atteinte des poumons. Et les personnes atteintes de BPCO sont généralement à haut risque quant aux maladies respiratoires comme le nouveau coronavirus.

Le professeur Jenkins a déclaré qu'il serait « étonnant » que les fumeurs ne soient pas plus exposés au risque de Covid-19 que les non-fumeurs. Et il a ajouté qu'il pourrait y avoir un lien entre les taux élevés de tabagisme et la gravité de la maladie.

« La Chine a des taux extrêmement élevés de BPCO et elle a également des taux élevés de pneumonie sévère. Dans ce coronavirus particulier, 15 % de la population chinoise qui a été infectée souffre de maladies respiratoires graves et environ 2 % en sont morts - dans le reste du monde, la maladie ne semble pas être aussi grave. »

« Nous ne savons pas encore pourquoi - il se pourrait que l'épidémie soit plus tardive dans son évolution dans le reste du monde. Mais nous savons qu'en Chine, les taux de tabagisme et de BPCO sont très élevés », a-t-il déclaré.

Le Dr Sanjay Agrawal, président du groupe consultatif sur le tabac du Collège Royal des médecins, a déclaré que les recherches montraient que les fumeurs étaient deux fois plus susceptibles de contracter une pneumonie que les non-fumeurs.

« Ils sont également plus susceptibles de contracter des infections, la raison étant que le tabagisme affectera vos défenses et que vous êtes donc sensible aux infections virales et bactériennes », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que la stratégie actuelle de gestion de la maladie était axée sur l'endiguement et le retardement - si il faut quelques mois pour que le Covid-19 prenne réellement son essor au Royaume-Uni, les fumeurs qui arrêtent de fumer aujourd'hui seraient moins exposés au risque de la maladie lorsqu'elle finira par arriver.

« En fin de compte, il n'y a jamais de mauvais moment pour arrêter de fumer. Vous en constaterez les résultats en quelques jours, semaines et mois.... Si vous arrêtez de fumer aujourd'hui, vous réduirez vos risques [d'attraper la maladie] et dans deux ou trois mois, vous en tirerez des bénéfices », a-t-il déclaré.

Source :  The Telegraph, Anne Gulland, 14-02-2020

Traduit par les lecteurs du site  les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 les-crises.fr

 Commenter