24/03/2020 lesakerfrancophone.fr  11 min #170921

L'Ukraine : une bombe à retardement

Par The Saker − Le 19 mars 2020 − Source  Unz Review via  thesaker.is

Entre les retombées du meurtre du général Soleimani et le coronavirus, l'Ukraine a été quelque peu oubliée, ce qui est compréhensible, mais aussi potentiellement dangereux. Le président, «jeune et dynamique», Zelenskii a plus ou moins été oublié, notamment par les médias de masse sionistes. Cela ne signifie cependant pas que la situation n'a pas évolué, et qu'elle devient en fait extrêmement dangereuse. Donc, pour ceux qui n'ont pas gardé un œil sur l'Ukraine, voici un bref résumé de ce qui s'y passe.

Résumé des développements

Premièrement, Zelenskii s'est avéré être un nul total. Autrement dit, ni lui ni son équipe ne peuvent rien faire, rien du tout. Je veux vraiment dire rien, rien du tout.

Deuxièmement, alors qu'initialement la  victoire de Zelenskii semblait indiquer que les Ukronazis avaient subi une défaite écrasante, il est maintenant tout à fait évident que Zelenskii n'a pas la volonté, ni les moyens - ou les deux - pour s'attaquer à cet énorme problème. Maintenant que les Ukronazis sont de retour en force, ils provoquent quotidiennement Zelenskii, mais l'homme est tout simplement incapable de réagir et de réaffirmer son autorité.

Troisièmement, sur le plan social et économique, l'Ukraine est en chute libre. Après des années de chaos et de corruption, ce pays est désormais désindustrialisé et ne peut vendre que trois choses : des hommes - pour des emplois subalternes en Pologne et dans l'UE -, des femmes - prostitution - et ses riches «terres noires» (chernozem). Une fois la terre vendue, elle donnera au budget ukrainien suffisamment d'argent pour conserver l'apparence d'un État pendant quelques mois, peut-être un an environ. Après ça - c'est fini, rideau baissé, lumières éteintes et tout le monde rentre à la maison...

Quatrièmement, il est assez clair que le faiseur de rois en Ukraine est Arsen Avakov, le ministre «éternel» - selon les normes ukrainiennes - de l'intérieur. Non seulement il a une réelle puissance de feu, mais il semble également pouvoir ouvrir et fermer le «robinet» ukronazi en fonction de ses besoins personnels et des circonstances. Contrairement aux cinglés de bonne foi, Avakov ne me semble pas du tout être un nazi, en fait, je dirais qu'il n'a pas d'idéologie - c'est seulement une affaire de «pouvoir pur». Cela fait de lui un «partenaire» beaucoup plus désirable pour l'Empire que des véritables cinglés.

Cinquièmement, alors que les accords de Minsk sont encore plus ou moins à l'ordre du jour, du moins officiellement, les Ukronazis ont été assez virulents dans leurs protestations pour bloquer pratiquement complètement toute négociation significative. Oui, des prisonniers seront probablement échangés, mais au-delà, je vois tout progrès réel extrêmement improbable. À toutes fins utiles, le régime de Kiev l'a dit très clairement : il n'y aura pas de négociations avec le Donbass, ce qui signifie simplement qu'il n'y aura pas de solution négociée. C'est aussi simple que ça, vraiment.

Sixièmement, le COVID-19 a frappé très durement l'Ukraine. Le problème est que les autorités, qui savaient parfaitement qu'elles n'avaient aucun moyen de faire quoi que ce soit de significatif, ont commencé par se frapper la poitrine en disant qu'il n'y avait eu aucun cas en Ukraine, pour décréter soudainement des mesures de quarantaine drastiques. Et pourtant, la véritable information filtre : les hôpitaux ukrainiens regorgent de cas, pour la plupart non diagnostiqués, et beaucoup sont déjà morts. Officiellement, et en ce moment, il n'y a que 14 cas confirmés en Ukraine, et seulement deux décès. Mais absolument tout le monde sait que ces chiffres sont totalement fictifs et que le nombre réel de cas reste inconnu en raison d'un manque de kits de test, pas d'un manque de cas. Les médecins des hôpitaux ukrainiens sonnent l'alarme, mais personne n'écoute.

Septièmement, la situation est encore aggravée par le fait qu'il n'existe pas d'alternatives crédibles à Zelenskii. Il y a une opposition en Ukraine, les cinglés typiques ukronazis, et les politiciens généralement pro-russes, qui sont catégoriquement et absolument inacceptables pour l'opposition, beaucoup plus importante, des Ukronazis. Ainsi, il ne semble pas y avoir de solution politique ou d'alternative au régime en cours. À l'heure actuelle, les deux politiciens qui semblent être les plus compétents sont Vadim Rabinovich et Elena Lukash. Ces deux-là sont très pointus et, franchement, très courageux, mais ils n'ont pas une base de pouvoir assez puissante pour affronter les nazis. Enfin, il y a Viktor Medvechuk dont la principale qualité est aussi la plus grande faiblesse : il est considéré comme proche de Poutine. Ce sont tous des personnages plutôt intelligents et courageux, mais comparés à la puissance d'un Arsen Avakov - ce ne sont que des bulles de savon. Cela changera-t-il à l'avenir ? Peut-être, mais pas dans un futur prévisible.

Scénarios possibles

Lorsqu'un pays entre dans une crise systématique dramatique et profonde, quelque chose doit inévitablement finir par céder. En ce moment, il y a relativement peu de protestations simplement parce qu'il n'y a pas la force politique de personnalités qui pourraient pousser les gens à se rallier et à lutter pour le changement. La plupart des Ukrainiens sont à la fois absolument épuisés et absolument désespérés. Ils sont dans le « mode survie », que l'histoire leur a appris, et ils attendent. Franchement, je ne peux pas leur en vouloir. Je conseille à tous mes contacts ukrainiens de sortir de là pendant qu'ils le peuvent, mais s'ils ne peuvent pas sortir, qu'ils passent en mode survie, c'est la seule option.

En ce moment, les Ukronazis se sentent revigorés et ils sont de retour avec une vengeance exigeant que l'Ukraine soit finalement transformée en Banderastan  1 dont ils rêvent depuis des générations, sauf qu'ils n'utilisent pas le mot « Banderastan » mais préfèrent l'expression « Banderstat ». Leur force réside dans leur unité et leur puissance de feu. Leur principale faiblesse est que la plupart des Ukrainiens les détestent. Une combinaison très dangereuse.

Certains observateurs ont suggéré qu'un coup d'État pourrait avoir lieu. J'en doute parce que je ne vois personne capable de mener un tel coup d'État. Avakov serait l'idéal, mais il est déjà au pouvoir, il n'a pas du tout besoin de coup d'État. En outre, si un régime ouvertement ukronazi remplace Zelenskii, cela ne fera qu'aggraver la détresse de la population en général.

La vérité est aussi simple que terrible : il n'y a pas de solution pour l'Ukraine. Pas du tout. Aucune.

Donc, que pourrait-il se passer ensuite ?

Les ingrédients de base sont assez prévisibles : manifestations, troubles civils, violence et, finalement, éclatement de l'Ukraine en plusieurs entités.

En théorie, cela pourrait être évité, mais pour ce faire, à tout le moins, les conditions de base suivantes devraient être remplies :

1 - L'Occident et les Russes doivent travailler ensemble dans un effort de reconstruction majeur pour remettre à flot l'ensemble du pays, pas seulement le Donbass dévasté par la guerre.

2 - Le régime de Kiev doit être acceptable pour l'Occident, la Russie et le peuple ukrainien

3 - Les Ukronazis doivent être désarmés et, le cas échéant, emprisonnés ou expulsés.

Comme vous pouvez le constater immédiatement, cela ne se produira pas.

Oui, certains ont commencé à réfléchir à cette question, voir, par exemple, ce rapport très intéressant de l'Euro-Atlantic Security Leadership Group ( EASLG) examinez en particulier les «étapes économiques» et les «étapes politiques» suggérées dans ce rapport. Le fait qu'un gars comme le général américain (retraité) Breedlove, ancien SACEUR et russophobe enragé, puisse signer ce document est en soi assez étonnant.

Cependant, avec la pandémie actuelle de SRAS-CoV-2 et une guerre pétrolière brutale menaçant la plupart des économies de notre planète, je m'attends à ce que les pays occidentaux perdent tout simplement tout intérêt pour l'Ukraine : ils seront trop occupés à se démener pour se remettre des retombées politiques de la crise du SRAS-CoV-2. Quant à la Russie, il est absolument impossible qu'elle accepte de payer la facture de la reconstruction de l'Ukraine, ni qu'elle fournisse les forces nécessaires pour se débarrasser des Ukronazis. Ce qui signifie que dans un avenir prévisible, l'Ukraine sera pour l'essentiel livrée à elle-même. La Russie continuera bien sûr de soutenir la Novorussie - par exemple, les kits de test SARS-CoV-2 sont déjà arrivés de Russie - tout en distribuant des passeports russes à tous ceux qui en veulent, c'est-à-dire la grande majorité de la population de Novorussia.

Conclusion

La pandémie de SRAS-CoV-2 / COVID19 aura d'énormes répercussions politiques dans le monde entier parce que dans ce cas spécifique, non seulement la machine de propagande anglo-sioniste ne pourra pas cacher la vérité aux gens - quoi qu'il en soit, toutes sortes de fausses nouvelles et de rumeurs folles auront plus de «crédibilité» que ce que les politiciens nous diront - mais les conséquences de cette crise se feront sentir partout, y compris à la maison. Ainsi, Trump peut continuer, dans chacun de ses interventions médiatiques, de prétendre que les États-Unis sont « les meilleurs », « les plus grands » et « les plus puissants », mais la vérité est que ce virus révélera non seulement l'incapacité totale du secteur privé à sauver la situation, il révélera également à quel point les États-Unis sont totalement dysfonctionnels, ainsi que la plupart des autres États occidentaux - non, Walmart et Amazon ne sauveront pas la situation. Pas étonnant que les politiciens occidentaux se démènent pour montrer à quel point ils sont tous «impliqués» - ils essaient simplement de couvrir leurs arrières pour le moment inévitable des «leçons apprises», à venir pour tous. Peut-être qu'à un moment donné dans le futur, la plupart des Américains reconsidéreront ce qu'ils pensent savoir sur le socialisme et le libertarianisme, surtout quand il devient clair à quel point la réaction au virus a été différente en Chine et en Russie par rapport à l'UE ou aux États-Unis.

La triste vérité sur l'état de la «nation indispensable» n'apparaît que lentement. D'abord au goutte à goutte, mais ensuite l'inévitable tsunami viendra.

Ces sales cocos de chinois ont non seulement vaincu le virus en un temps record, mais ils aident les capitalistes mourants (qui, soit dit en passant, ne s'entraident pas !)

Mais ce qui ne sera que gênant pour les politiciens américains, à moins d'un miracle, frappera l'Ukraine avec des conséquences bien pires que celles que nous avons vues jusqu'à présent.

Pour le moment, les Ukronazis expliquent que le salut nazi est tout simplement parfait pour cette situation : non seulement les mains ne se touchent pas, mais la paume de la main qui salue fait face au soleil, est plus hygiénique - beaucoup de nazis sont des païens, l'adoration du soleil est courante chez eux.

À l'heure actuelle, dans les premiers stades de la pandémie, presque personne n'y prête attention - la plupart des gens en Occident doivent encore comprendre que la sécurité, toute forme de sécurité, doit toujours être collective pour être efficace. À l'heure actuelle, le plus grand danger vient des Ukrainiens qui rentrent de l'étranger. Mais cela va bientôt changer, et le danger viendra des Ukrainiens quittant l'Ukraine. À ce stade, les pays de l'UE devront se tourner vers le Kremlin pour une réponse commune à ce qui promet d'être une catastrophe majeure.

The Saker

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

  1. Stepan Andriïovytch Bandera, né le dans la province de Kalouch dans l'Est de l'empire austro-hongrois et mort assassiné à Munich, est un homme politique et idéologue nationaliste ukrainien. Il a été l'un des dirigeants de l'Armée insurrectionnelle ukrainienne et le dirigeant de l'Organisation des nationalistes ukrainiens à tendance extrémiste (fasciste, NdT) - source Wikipédia

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter