26/03/2020 reseauinternational.net  15 min #171038

La sale vérité sur le Covid-19

par Gordon Duff.

Au cours de la dernière moitié du mois de mars, une douzaine de transports aériens russes massifs ont atterri en Italie afin de sauver ce pays d'une pandémie véritablement dévastatrice. Notons que les avions ont dû être acheminés sur 2500 miles supplémentaires en raison d'un blocage de l'OTAN/Pologne sur l'utilisation de l'espace aérien même pour une mission humanitaire au nom d'un autre membre de l'OTAN.

Commençons par de dures vérités. Le COVID-19 est infiniment pire que la grippe saisonnière, malgré les fausses informations contraires diffusées par les médias contrôlés. Ceux qui prétendent le contraire, et ils sont nombreux, le font par ignorance ou sont payés pour mentir au public.

Il s'agit d'une maladie très grave qui a été mal signalée et sur laquelle on a menti dès le premier jour. Nous allons nous attaquer à ces mensonges, qui sont si nombreux, et à la façon dont ils nous menacent tous. Nous pourrions tous en entendre parler très rapidement, la seule solution pour ceux qui manipulent vraiment les crises est la punition, la prison certes, mais peut-être des mesures encore plus créatives.

Commençons par les mensonges.

Jusqu'à présent, l'origine du COVID-19 semble être les États-Unis. La preuve est tangentielle mais significative et se présente sous deux formes.

Pourquoi ce document est-il si essentiel ? Les raisons sont nombreuses mais, avant tout, il est la source des affirmations de Donald Trump, publiquement, selon lesquelles la maladie est originaire de Chine et de ses affirmations privées selon lesquelles la maladie a été créée dans le :

Laboratoire Clé d'Agents Pathogènes Spéciaux et de Biosécurité, Institut de Virologie de Wuhan, Académie Chinoise des Sciences, Wuhan, Chine par Xing-Yi Ge et Zhengli-Li Shi

La vérité est bien différente. Le véritable travail de conception du COVID 19, tel que décrit ci-dessous, a été effectué à l'Université de Caroline du Nord, à l'Université de Harvard et au FDC. Selon The Abstract :

« Nous examinons ici le potentiel de maladie d'un virus semblable au SRAS, le SHC014-CoV, qui circule actuellement dans les populations chinoises de chauves-souris de type Rhinolophe. En utilisant le système de génétique inverse du SRAS-CoV, nous avons généré et caractérisé un virus chimérique exprimant le pic du coronavirus de chauve-souris SHC014 dans un squelette du SRAS-CoV adapté à la souris ».

Pour réaliser cette étude controversée de 2015, un financement était nécessaire. Cependant, la plupart des fonds provenaient d'une source secrète, l'USAID, qui est liée à la CIA et qui finance des installations de recherche sur les armes biologiques dans le monde entier.

La CIA ne finance pas la prévention des maladies et n'est certainement pas une ONG. La CIA pratique la guerre clandestine.

Lorsque les chercheurs qui ont publié l'histoire se sont rendus compte que cette source de financement avait été omise, ils ont fait apporter les corrections indiquées ici :

« Changer l'histoire

20 novembre 2015

Dans la version de cet article initialement publié en ligne, les auteurs ont omis de mentionner une source de financement, le financement USAID-EPT-PREDICT de l'EcoHealth Alliance, à Z.-L.S. L'erreur a été corrigée pour les versions imprimées, PDF et HTML de cet article ».

L'implication chinoise, telle que présentée par Trump, consistait à fournir aux installations américaines un virus disponible semblable au SRAS, en l'occurrence un virus provenant de la population de chauves-souris de Wuhan de type Rhinolophe, sous prétexte de recherche universitaire.

L'ensemble de ces recherches a bien sûr été effectué aux États-Unis, principalement à l'Université de Caroline du Nord où, comme l'indique l'extrait du résumé, un « virus chimérique » a été « généré ».

Par « chimérique », ils entendent qu'ils l'ont fabriqué eux-mêmes, quelque chose qui n'arrive pas naturellement.

En étudiant l'histoire de tous les chercheurs impliqués, il apparaît clairement que l'establishment de la Défense américaine a manifesté un intérêt important, notamment en termes de soutien et de financement, pour les années de travail qui, bien qu'elles soient ostensiblement orientées vers la « guérison », ont également permis de développer la capacité de créer et d'armer des coronavirus chimériques.

Vous voyez, dans la période qui a suivi le 11 septembre, le Vice-Président de l'époque, Dick Cheney, et le Secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, ont encouragé des recherches approfondies sur les armes biologiques et chimiques, les virus de type SRAS et les gaz toxiques tels que le sarin et le VX.

Des programmes parallèles visant à étudier les capacités de déploiement de cette forme d'arme secrètement contre les ennemis des États-Unis étaient une priorité non seulement pour les agences de défense mais aussi pour les universités américaines, toujours « sur le pouce » pour obtenir des fonds du gouvernement, quelle que soit la saleté de la provenance.

Rien n'indique que les dernières étapes nécessaires, la création d'armes ou la recherche de méthodes de préparation à une pandémie, aient fait partie de cette étude.

Cependant, il est clair qu'elle a permis de déterminer les étapes nécessaires à cette préparation et que les installations relevant du Ministère de la Défense, y compris mais pas uniquement Fort Detrick, dans le Maryland, existaient et disposaient de ces capacités.

Ainsi, nous pouvons plaider avec force en faveur du COVID-19 comme arme mais aussi démontrer avec encore plus de clarté que les accusations d'implication chinoise dans la création d'un virus chimérique sont totalement infondées.

Il est également clair que ceux qui ont accédé à cette étude et ont délibérément mal interprété le rôle de la Chine l'ont fait dans l'intention de blâmer la Chine pour quelque chose que les États-Unis avaient fait.

Il nous faut donc envisager de renommer le COVID-19 « COVID Caroline du Nord ».

Retournons en Italie, où le pont aérien russe se poursuit, un peu comme le pont aérien de Berlin à l'époque de Staline, mais cette fois en esquivant les défenses de l'OTAN et leurs tentatives d'interférer avec un effort humanitaire au nom d'une population assiégée.

Quel que soit le responsable, et la preuve irréfutable que les opérations de désinformation menées par le gouvernement US rendent impossible toute découverte, il existe d'autres obstacles à l'endiguement de la pandémie.

Le pire d'entre eux est une campagne de désinformation secondaire, largement orchestrée par Donald Trump et des personnes comme Sean Hannity à Fox News ainsi que de nombreux chefs religieux américains.

Sean Hannity et Donald Trump

Trump et son conseiller, Sean Hannity, un théoricien de la conspiration sans éducation formelle, ont communément qualifié le COVID-19 de canular.

De plus, les relations étroites de Trump avec la droite religieuse fanatique marginale américaine ont encore plus brouillé les pistes, les leaders religieux pro-Trump proposant de fausses cures, faisant des allégations scandaleuses d'intervention divine, toujours contre un gros paiement, ou simplement du négationnisme comme dans le cas de Jerry Falwell Jr.

Falwell est à la tête de l'Université de la liberté et d'une énorme église revivaliste « priez et payez » pour la guérison, qui compte des millions de fidèles. Il affirme que le COVID n'existe tout simplement pas et a réouvert des églises et des écoles malgré les interdictions des autorités légales, et il le fait avec Donald Trump à ses côtés, défiant également les autorités légales.

Actuellement, l'Amérique compte des dizaines de millions de citoyens à qui l'on dit d'ignorer les procédures de quarantaine, un message qu'ils reçoivent avec l'approbation tacite du Président des États-Unis.

Les problèmes personnels de Trump sont toujours d'ordre financier. Dans ce cas, Trump est loin derrière dans les sondages présidentiels pour l'élection de 2020, avec Joe Biden clairement favori. Trump estime que cela est dû à l'effondrement de l'économie et au chômage massif dû à l'impréparation de l'Amérique et aux gaffes personnelles massives de Trump face à la pandémie mondiale.

Cependant, lorsqu'on examine les propositions de solutions rapides que Trump et ses partisans politiques font, en imprimant des quantités infinies d'argent sans valeur pour les donner aux entreprises qui soutiennent Trump, l'idée de corriger une économie criblée de dettes par un endettement accru semble peu judicieuse.

Cela a conduit à une controverse politique sur les renflouements d'entreprises et une question secondaire, à savoir que beaucoup de celles qui cherchent à être renflouées à cause du COVID-19 étaient insolvables dès septembre 2019.

De même, l'idée de contrôler une pandémie en l'ignorant, en dénigrant la science et, pire encore, en ne soutenant pas les efforts visant à endiguer la maladie par plus de déni, plus d'incompétence et une multitude de jeux politiques sera difficile à cacher à l'électorat déjà aigri par les « Trumperies ».

Au début, nous avons eu le déni, qualifiant la pandémie de canular. Puis Trump a confié à son beau-fils, Jared Kushner, un propriétaire de taudis du New Jersey, la responsabilité des efforts de la Maison Blanche.

Kushner n'a toujours pas été entendu alors que la pandémie s'intensifie.

Donald Trump et son gendre Jared Kushner

Malgré la montée en flèche des taux d'infection et de mortalité aux États-Unis, Trump continue de prôner le déni, préconisant la réouverture des entreprises pendant que des millions de personnes répandent activement le virus.

Bien entendu, ce problème existe parce que les États-Unis, par conviction politique et par esprit de jeu, ne procèdent pas à des tests. Très peu d'Américains, à l'exception des riches ou des fonctionnaires au pouvoir, ont été testés.

En fait, la plupart des hôpitaux rationnent étroitement les kits de test ou n'en ont plus depuis quelque temps, et les tests américains prennent des jours, les kits chinois qui sont disponibles par dizaines de millions testent en 10 minutes et ne coûtent rien mais ne peuvent pas être utilisés aux États-Unis.

Si un Américain veut être testé pour le COVID 19, même un professionnel de la santé qui a été exposé, il n'y a pas de tests disponibles à moindre coût.

Vous voyez, Trump a imposé des sanctions à la communauté médicale américaine, l'empêchant de s'approvisionner en kits de test, masques, blouses, ventilateurs et autres équipements normalement achetés en Chine, équipements qui ne sont généralement pas du tout fabriqués aux États-Unis, pour des raisons politiques.

Il est cependant contraint aujourd'hui de repenser à tout cela, pratiquement « sous la menace d'une arme » et certainement bien trop tard pour prévenir l'épidémie que les tests auraient endiguée.

Pire encore, alors que la Russie joue un rôle de premier plan, avec la Chine bien sûr, dans la lutte contre cette pandémie, Trump vient de renouveler l'interdiction de toute aide russe aux États-Unis.

Le cœur du problème est la malhonnêteté et le profit au niveau criminel. Dans un seul courriel d'InfoWars, et nous ne parlerons pas de la récente interdiction par la Commission Fédérale du Commerce de la vente par InfoWars de « dentifrice magique » pour soigner le COVID-19, nous sommes tombés sur ce qui suit :

  • Regardez et partagez cette édition du mardi de l'émission la plus interdite au monde ! Ne manquez pas le LIVE BROADCAST d'aujourd'hui où j'explique comment nous ne pouvons pas laisser le virus chinois arrêter la puissance économique américaine ! Nous ne pouvons pas laisser les gens se retrouver au chômage et sans abri.
  • Le Lieutenant-Gouverneur du Texas : « Beaucoup de grands-parents » prêts à risquer de mourir d'un coronavirus pour sauver l'économie.
  • Regardez FOX News conditionner les citoyens à l'obéissance de joyeux prisonniers pendant le confinement.
  • 21 MILLIONS D'UTILISATEURS DE PORTABLES CHINOIS ONT DISPARU EN TROIS MOIS DE PANDEMIE. « En l'absence de données, le véritable nombre de décès en Chine est un mystère ».
  • NOUS APPRENONS POURQUOI ON NE PEUT PAS FAIRE CONFIANCE AUX GOUVERNEMENTS EN CAS DE CRISE SANITAIRE

Le dernier article de la liste InfoWars est le plus révélateur, certainement le plus ironique. Bien sûr, il ne faut pas faire confiance au gouvernement pour cette crise sanitaire, après tout, elle est gérée par Donald Trump, un adepte d'InfoWars.

Ces revendications bizarres étaient contenues dans un seul courriel et les Américains en reçoivent des dizaines par jour, certaines bien pires. Le message est toujours le même, prônant des comportements qui vont propager la maladie et réclamant de l'argent.

Le jeu à Washington est le « blâme » et le gros problème sera les décès parce que les États-Unis n'ont pas de respirateurs, et encore moins les oxygénateurs sanguins ECMO que les Chinois ont utilisés pour sauver tant de personnes. On n'en parle même pas, encore une dissimulation.

Selon CNN :

« Le Président Donald Trump, a été confronté jeudi à de nouvelles questions troublantes concernant sa réponse à la pandémie de coronavirus, alors qu'il est apparu clairement qu'il y a une pénurie nationale de respirateurs, de masques et d'autres équipements médicaux essentiels.

Lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, Trump a été interrogé sur les pénuries et a répondu en laissant entendre à tort que le problème était imprévu. Il a également écarté la responsabilité de la crise et a encouragé les États à trouver leurs propres ressources.

« Lorsque vous avez un problème avec les respirateurs - nous travaillons très dur pour en trouver (des respirateurs) », a déclaré le Président. « Personne, dans ses rêves les plus fous, n'aurait jamais pensé que nous aurions besoin de dizaines de milliers de respirateurs. C'est quelque chose de tout à fait propre à ceci, à ce qui s'est passé ».

Les faits d'abord : Trump a tort. Les experts médicaux et les responsables de la santé publique affirment depuis des années que les États-Unis seraient confrontés à une pénurie de respirateurs si jamais une pandémie comme celle du Covid-19 se déclarait. Même pendant la présidence de Trump, certains avertissaient que les hôpitaux manqueraient d'équipements de sauvetage et que les ressources seraient mises à rude épreuve parce que les États-Unis n'étaient pas préparés à une pandémie.

Depuis le début de la crise au début de cette année, Trump et son équipe ont réagi par des dizaines d'affirmations malhonnêtes et trompeuses. Et les commentaires du Président sur la pénurie de respirateurs s'inscrivent dans sa volonté d'éviter toute responsabilité en affirmant faussement que personne n'a jamais prédit une telle pandémie ; cela a été répété à maintes reprises, même après que cela ait été largement démenti ».

La réponse de Trump est de demander au Département d'État d'ouvrir un « programme obscur » pour accéder à des équipements médicaux « officieux » afin de couvrir l'énorme pénurie aux États-Unis. Selon Press TV :

« Les États-Unis ont lancé une campagne diplomatique désespérée pour combler les lacunes majeures du système médical du pays, alors que le nombre de décès dus au coronavirus ne cesse d'augmenter.

Le Département d'État a demandé à ses hauts diplomates d'exhorter les gouvernements d'Europe de l'Est et d'Eurasie à intensifier les exportations d'équipements médicaux vitaux vers les États-Unis afin de combler les lacunes alors que la crise du coronavirus s'aggrave.

Le Sous-Secrétaire d'État aux Affaires Politiques de Trump, David Hale, a demandé à tous les responsables des ambassades d'Europe et d'Eurasie de faire état des pays étrangers qui seraient en mesure de vendre aux États-Unis des « fournitures et équipements médicaux essentiels », a déclaré le Département d'État.

En fonction des besoins critiques, les États-Unis pourraient chercher à acheter un grand nombre de ces articles par centaines de millions, avec l'achat d'équipements haut de gamme tels que des ventilateurs par centaines de milliers », a déclaré David Hale dans un courriel. Il a ajouté que la demande s'applique aux pays hôtes « moins Moscou ».

Le courriel provenait d'un responsable du Bureau de l'Assistance Américaine à l'Europe, l'Eurasie et l'Asie Centrale - un bureau qui, dans des circonstances normales, coordonne la fourniture de l'aide et de l'assistance américaines aux pays d'Eurasie et d'Europe.

La demande contredit les affirmations du Président Donald Trump, qui a insisté à plusieurs reprises sur le fait que les États-Unis peuvent gérer seuls les demandes de tests et d'équipements médicaux, a noté FP.

« Nous avons tant d'entreprises qui fabriquent tant de produits - tous les produits que vous avez mentionnés, plus les respirateurs et tout le reste. Nous avons des entreprises automobiles - sans avoir à utiliser la loi (Defense Production Act to). Si je n'ai pas besoin de l'utiliser spécifiquement, nous pouvons l'utiliser au cas où nous en aurions besoin. Mais nous avons tant de choses qui sont faites en ce moment par tant de personnes - ça vient de s'intensifier », a déclaré Trump le 21 mars ».

Le résultat du « gouvernement par des amateurs » à Washington, inattendu par beaucoup, a été un désastre total. Lorsque de faux intervenants comme Bolton ont rejoint l'administration Trump, l'anéantissement de la capacité de réaction américaine à la pandémie était en tête de liste.

Dans une agence ou un département après l'autre, les scientifiques et les experts ont été remplacés par des publicistes et des avocats pirates.

Aucun avion américain n'atterrira en Italie, pas tout de suite. Lorsqu'ils arriveront, ce sera pour acheter du matériel médical d'occasion pour les États-Unis, avec les étiquettes russes masquées.

source :  The Nasty Truth About Covid 19

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
admin 2020-03-26 #9240

refus de monter cet article en une : la sale vérité est pire ;
le site passe en mode war

Se réfère à : 1 article