08/05/2020 lesakerfrancophone.fr  4 min #173548

Opep++

Cela aurait-il pu être mieux géré ?

Par Andrei Martyanov − Le 10 avril 2020 − Source  Reminiscence of the Future

Bien évidemment, pour commencer, les Saoudiens et les États-Unis auraient pu « s'accorder » sur les quotas entre eux pour épargner au marché pétrolier le choc sans précédent qu'il continue à subir. En fin de compte, le marché pétrolier EST un marché mondial. Mais c'est ce qu'il est et nous devons tous regarder la réalité de la situation, car une fois que la Russie est entrée en lice, il ne s'agissait plus seulement du prix du pétrole, mais du changement des règles de la production et du commerce mondial du pétrole. Et je veux dire un véritable changement. Ce changement s'est produit, comme prévu, parce que la question n'était pas de savoir COMMENT la Russie allait essuyer le sol avec les Saoudiens, c'était clair dès le départ, la question était de savoir COMMENT la Russie allait convaincre les États-Unis de « rejoindre le parti » et d'essayer de tenir parole.

En fin de compte, comme je l'ai pas dit mainte fois,  les États-Unis sont pour la Russie un « partenaire » stratégique et une autre superpuissance pour laquelle des règles différentes s'appliquent. En d'autres mots, la Russie est un partenaire stratégique et une autre superpuissance pour laquelle des règles différentes s'appliquent : La Russie peut nuire aux États-Unis, mais elle n'est absolument pas intéressée à enterrer les États-Unis car elle comprend les conséquences catastrophiques d'un tel effondrement. Pour les Saoudiens, la Russie se moque de savoir si ce pays se désintègre ou s'il survit, les deux scénarios peuvent être gérés. Mais le pétrole, bien sûr, est une question distincte. La Russie voulait un cartel mondial, l'OPEP++, auquel les États-Unis se joindraient, ce qui signifie un changement radical du jeu, dans lequel les États-Unis ont des responsabilités, et pas seulement des intérêts. Eh bien,  devinez quoi !?

Les États-Unis sont prêts à aider le Mexique à atteindre son quota de réduction de la production dans le cadre de l'accord provisoire OPEP+, a déclaré vendredi le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, alors que le pacte mondial de réduction de la production se trouvait dans une sorte d'impasse mexicaine en début de journée, le Mexique continuant à refuser les importantes réductions qui lui sont demandées. Lopez Obrador s'est entretenu avec le président américain Donald Trump jeudi et les États-Unis ont accepté de réduire de 250 000 bpj la production pour le Mexique afin de l'aider à atteindre la réduction de 400 000 bpj que l'OPEP+ lui demande, a déclaré le président mexicain lors d'une conférence de presse vendredi, notant qu'il avait informé l'OPEP+ de cette évolution.

C'est beaucoup mieux. Pas encore parfait, mais beaucoup, beaucoup mieux.  Trump a appelé Poutine et Ria Novosti a donné un résumé (en russe) de cette conversation qui, il semble, était relativement agréable, comme il se doit. La Russie obtenait ce qu'elle voulait, en mettant les États-Unis à la table. Bien sûr, tout cela rappelle beaucoup la fête pendant la peste, mais ce n'est pas la Russie qui a conduit le marché à cet état. Certains l'appellent même une victoire russe à la Pyrrhus, et ils ont peut-être raison, mais dans l'ensemble,  beaucoup aimeraient aujourd'hui être dans la position de la Russie.

NEW YORK (Reuters) − Pour la première fois depuis une génération, les principaux prêteurs américains se préparent à devenir opérateurs de champs de pétrole et de gaz dans tout le pays afin d'éviter les pertes sur les prêts aux compagnies d'énergie qui pourraient faire faillite, ont déclaré à Reuters des sources au courant de ces plans. JPMorgan Chase & Co, Wells Fargo & Co, Bank of America Corp et Citigroup Inc sont chacun en train de créer des sociétés indépendantes pour posséder des actifs pétroliers et gaziers, ont déclaré trois personnes qui n'étaient pas autorisées à discuter publiquement de la question. Les banques cherchent également à embaucher des cadres ayant l'expertise nécessaire pour les gérer, ont indiqué les sources.

Ceci est presque anticlimatique. Et comme la rumeur le dit, les États-Unis vont réduire quelque chose autour de 1,8 million de bpj en plus de prendre une partie du quota du Mexique. À en juger par le manque surprenant de nouvelles mises à jour sur Yahoo Finance, quelque chose se trame quelque part. De toute évidence, tout cela est trop peu, trop tard et les bûchers funéraires des industries pétrolières de nombreux pays pourraient commencer à brûler très bientôt, mais là encore − rien de personnel, juste les affaires. Ce n'est que le début du processus et qui sait où il mènera. Les prix du pétrole s'effondrent quoi qu'il arrive maintenant et nous savons tous ce que cela signifie, mais au moins une forme floue de cartel pétrolier mondial commence à émerger et c'est exactement ce que la Russie demandait. Poutine et Trump ont également abordé, dans une drôle de tournure, la question de l'exploration de l'espace lors de leur appel téléphonique. Pourquoi pas ? La Russie a un certain intérêt à voir les États-Unis s'habituer au nouvel ordre mondial.  Comme l'a fait remarquer Scott Ritter :

La Russie a les États-Unis entre le marteau et l'enclume. La seule question qui reste est de savoir quelle douleur la Russie entend infliger, et à quel prix. Il est irréaliste de s'attendre à ce que Trump exerce une influence sur un marché pétrolier américain fragile. Mais en maintenant la pression générée par les réalités du marché libre, la Russie pourrait être en mesure de tirer parti de tout soulagement qu'elle peut apporter pour alléger les sanctions américaines à long terme. C'est le véritable jeu qui est en train de se jouer, et il faut le garder à l'esprit alors que le G20 se réunit pour discuter de l'avenir des marchés pétroliers mondiaux.

Vous voyez, une fois que la menace militaire des États-Unis a été traitée de la manière la plus spectaculaire, de nouvelles règles ont commencé à être appliquées. En effet, la Russie peut gérer toutes les sanctions que les États-Unis peuvent introduire, mais l'Iran a besoin d'une aide urgente − elle a besoin d'un prêt du FMI pour lutter contre la pandémie de Covid-19, elle a également besoin de toute l'aide qu'elle peut obtenir, y compris de l'UE qui commence à contourner prudemment les sanctions américaines sur l'Iran. Le Venezuela a besoin d'aide, le massacre du Yémen soutenu par les États-Unis doit également cesser. Vous voyez donc qu'il y a tant de questions à discuter entre la Russie et les États-Unis. Comme le dit un vieux proverbe arabe : si la montagne ne va pas à Mahomet, Mahomet va à la montagne. Les Russes sont des gens fiers, mais quand il le faut, ils vont à la montagne et quand ils y vont... eh bien, vous connaissez ce blog depuis 6 ans, n'est-ce pas ? C'est minutieusement documenté. C'est un nouveau monde courageux qui nous attend et nous devons tous survivre à son développement. Jouer selon les règles du bon sens augmente considérablement les chances de survie. Et c'est le principe du jeu.

Andrei Martyanov

Traduit par Zokal pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter