09/05/2020 lesakerfrancophone.fr  9 min #173602

La guerre du pétrole dans le Permien n'aura peut-être pas de vainqueurs

Par  Justin Mikulka - Le 3 avril 2020 - Source  DeSmog

Une plateforme de forage sur un ancien ranch près de Barstow, Texas, dans le bassin du Permien. Crédit : Justin Hamel © 2020

En même temps qu'une guerre des prix fait rage sur les marchés mondiaux du pétrole, une guerre des prix régionale se déroule dans les champs de schiste du Texas. La  guerre du pétrole texan oppose les grandes compagnies pétrolières ExxonMobil et Chevron aux nombreux producteurs indépendants de pétrole de schiste.

Dans un geste inhabituel cette semaine, les PDG des compagnies pétrolières de schiste Pioneer et Parsley ont envoyé une  lettre à la  Commission des chemins de fer du Texas, demandant à l'autorité de régulation du pétrole et du gaz de l'État de jouer un rôle actif dans la limitation de la production de pétrole au Texas - un geste que le commissaire Ryan Sitton a récemment  approuvé.

Le PDG de Parlsey, Matt Gallagher, a expliqué le raisonnement qui sous-tend cette demande.

« Si nous continuons à produire jusqu'à ce que nous nous heurtions à un mur, sans prendre de décisions proactives, nous allons voir des prix à un seul chiffre dans tout le pays », a  déclaré M. Gallagher au Wall Street Journal.

C'est un ton bien différent de celui utilisé au début de l'année, lorsque M. Gallagher avait  prédit que 2020 serait enfin l'année où les compagnies travaillant autour du pétrole de schiste deviendraient rentables, soulignant à quel point le secteur pétrolier américain - et, bien sûr, le monde - a changé en quelques mois.

Cette demande de limitation de la production de pétrole semble être un autre signe de désespoir qui s'installe pour les producteurs indépendants dans le schiste, qui se sentent écrasés par des sociétés comme Exxon et Chevron qui tenteraient de contrecarrer les efforts visant à aider les petites entreprises.

Le Wall Street Journal a rapporté que ces deux grandes compagnies pétrolières s'opposent à toute forme de limitation de la production. Leur stratégie semble être : supporter les prix bas, regarder les petites entreprises faire faillite, puis  racheter les actifs à un prix très réduit.

Il semble que ce ne soit qu'une affaire de famille

Bonne chance pour faire participer $XOM $CVX $EOG et d'autres personnes à ce projet #OOTT #Opec #Permian

- Abhi Rajendran [(@ARaj_Energy)] 30 mars 2020

Cette semaine, le commissaire Sitton a annoncé une réunion prévue le 14 avril pour discuter de la limitation de la production de pétrole au Texas, avec un suivi attendu le 21 avril, lorsque les trois commissaires pourraient prendre une décision.

Quoi qu'il arrive à court terme, il y aura encore beaucoup de pétrole dans les champs de schiste du Texas une fois que ce sera terminé, souligne Daniel Yergin, historien du pétrole et vice-président du groupe de conseil de l'industrie pétrolière IHS Markit.

« Les entreprises font faillite, mais les roches ne font pas faillite », a récemment  déclaré M. Yergin à Bloomberg. « Quand tout cela va s'effondrer, il y aura d'autres personnes pour développer le schiste. »

Exxon et Chevron semblent prêts à devenir les prochains grands acteurs à développer une grande partie de ce schiste, mais une question importante demeure : quelqu'un peut-il faire des bénéfices en produisant du pétrole de schiste ?

Même Warren Buffett est perdant dans le secteur pétrolier du Texas

L'année dernière, une guerre différente a eu lieu dans le schiste du Texas - une guerre d'enchères. Chevron était en train d'acheter le producteur indépendant de schiste Anadarko et avait offert 33 milliards de dollars pour la société, ce qui aurait considérablement augmenté ses participations dans la zone de schiste du Permien. Cependant, avant que l'accord ne soit finalisé, la grande compagnie pétrolière indépendante Occidental Petroleum a surenchéri sur Chevron avec une  offre de 38 milliards de dollars.

Chevron a choisi de ne pas s'engager dans la guerre des offres et a été récompensé par un paiement d'un milliard de dollars de la part d'Anadarko pour avoir rompu l'accord initial. À l'époque, Chevron a reçu des éloges pour ne pas avoir  surpayé Anadarko, et des spéculations ont suivi selon lesquelles Chevron pourrait acquérir une autre société à la place. Parsley et Pioneer ont été mentionnés comme cibles potentielles d'acquisition.

Pour qu'Occidental puisse faire son offre gagnante, la société a dû approcher Warren Buffet et le convaincre de lui  prêter 10 milliards de dollars - ce qu'il aurait fait après une conversation de 90 minutes seulement.

En expliquant son investissement, M. Buffett a déclaré que c'était un pari sur la hausse des prix du pétrole, mais que « c'est aussi un pari sur le fait que le bassin du Permien est ce qu'il est censé être ».

Cependant, comme DeSmog l'a documenté, des preuves de plus en plus nombreuses indiquent que les meilleures superficies du Permien ont  déjà été forées et que les puits  ne produisent pas autant de pétrole que prévu initialement. En fin de compte, Buffett pourrait découvrir que le Permien n'est pas ce qu'il est censé être.

"Warren Buffett gets it right a lot of the time, but a perfect storm has turned this into one of his rare awful bets so far."
-- Kiplinger on WB 's losses from buying into Occidental Petroleum
« Warren Buffett a souvent raison, mais une tempête parfaite a fait de ce pari l'un de ses rares et terribles paris ratés jusqu'à présent. » M. Kiplinger s'exprime sur les pertes de Warren Buffet suite à l'achat par Occidental Petroleum

- Hiram Purkeypile [(@HiramPurkeypile)] 31 mars 2020

Jusqu'à présent, l'achat d'Anadarko par Occidental a été un désastre, car le cours de l'action de la société a chuté. Oscar Brown, l'un des dirigeants responsables de l'opération, n'est plus chez Occidental. Le Wall Street Journal, qui relate son départ, qualifie l'achat d'Anadarko d'«  acquisition inopportune«. L'idée a même été émise que M. Buffett pourrait  avoir besoin de racheter la société pour protéger son investissement.

Aujourd'hui, Occidental envisagerait de  rembourser Buffett avec des actions plutôt qu'avec de l'argent liquide, ce qui serait une bonne chose pour Buffett si la société survit et si les prix du pétrole rebondissent. Mais cette décision serait un échec si Occidental ne survit pas à la crise actuelle de l'industrie. Avec une dette d'environ 40 milliards de dollars, dont 11 milliards de dollars sont dus d'ici 2022, Occidental est certainement en difficulté avec la faiblesse actuelle des prix du pétrole. L'entreprise a réduit ses dépenses et ses dividendes.

Comme Barron's l'a  récemment rapporté, l'analyste de Morgan Stanley Devin McDermott a résumé la situation à laquelle Occidental est confrontée en écrivant que « l'effet de levier élevé et le faible prix du pétrole ont créé une toile de fond difficile » pour la société.

Buffett semble maintenant découvrir exactement ce qu'est le Permien : trop de dettes et pas de flux de trésorerie disponible pour rembourser ces dettes.

Peut-être en raison de l'influence de Buffett, Occidental est maintenant l'une des  sept compagnies pétrolières invitées à la Maison Blanche le 3 avril pour discuter des options qui s'offrent à l'industrie pour faire face à cette crise financière.

Dans le passé, j'ai écrit sur la façon dont les PDG des compagnies pétrolières  continuent à gérer des entreprises déficitaires parce qu'ils reçoivent de gros salaires et des primes pour le faire. Fidèles à leur habitude, les dirigeants occidentaux restants ont reçu de gros bonus spécifiquement pour l'acquisition d'Anadarko.

Que devrait faire exactement un PDG du secteur pétrolier pour ne pas recevoir de gros bonus ?  t.co via @bopinion $OXY $WLL #OOTT

- Liam Denning [(@liamdenning)] 2 avril 2020

Exxon va probablement doubler sa part de marché sur le Permien

Dans le livre de la journaliste Bethany McLean sur l'industrie du schiste,  Saudi America, elle cite Jeff Currie, responsable de la recherche sur les matières premières chez Goldman Sachs, qui explique pourquoi le mastodonte de Wall Street ne pensait pas au départ que le schiste était un bon investissement.

« A l'époque, nous avons écarté le schiste parce qu'Exxon nous avait dit que cela coûterait 125 dollars le baril pour le sortir et que cela ne marcherait jamais », a déclaré M. Currie.

Comme l'industrie du schiste a perdu de l'argent au cours des dix dernières années, Exxon semblait avoir raison.

Un panneau indique « Small Town, Big Dreams » sur l'ancien théâtre historique Rig, dans le centre de Wink, au Texas, dans le bassin du Permien. Crédit : Justin Hamel © 2020

Cependant, Exxon a tenté d'entrer dans le jeu du gaz de schiste de manière importante en 2009 en  achetant la société XTO pour 41 milliards de dollars. À l'époque, cet achat a été décrit comme « un gros pari sur l'avenir du marché national du gaz naturel », mais il s'est avéré être l'une des pires acquisitions de l'histoire du secteur - bien que l'achat d'Anadarko par Occidental puisse être un candidat probable à ce titre à l'avenir.

Depuis lors, Exxon a  acheté d'importantes superficies dans le bassin du Permien pour la production de pétrole, avec l'objectif de produire un million de barils par jour de pétrole à partir de puits de schiste fracturés. Et il semble, selon  Scott Sheffield, directeur de l'exploitation des schistes, qu'Exxon espère acheter une superficie beaucoup plus importante après la faillite de nombreuses entreprises indépendantes de ce secteur.

Exxon est devenu beaucoup plus optimiste dans ses projections sur le marché du pétrole de schiste depuis que Jeff Currie de Goldman a déclaré que cela « ne fonctionnerait jamais ».

Il y a un an, Bloomberg  rapportait qu'Exxon prévoyait de réduire le coût de production du pétrole de schiste dans le Permien à 15 dollars le baril, citant l'ampleur de l'opération d'Exxon pour justifier cette affirmation.

Cependant, une note de recherche publiée la semaine dernière par l'Equity Research de Goldman Sachs a souligné le fait qu'Exxon, ainsi que Chevron et ConocoPhillips, n'ont pas plus trouvé comment produire du pétrole à moindre coût que quiconque dans le Permien. La note de recherche souligne que ces grandes compagnies pétrolières n'ont pas « démontré dans l'ensemble qu'elles sont plus basses sur la courbe des coûts par rapport aux E&P ». Les E&Ps désignent les sociétés indépendantes d'exploration et de production.

Le Dow Jones connaît le pire premier trimestre de son histoire. Seul un membre du Dow, Microsoft, a terminé le premier trimestre 2020 en territoire positif avec +0,01%, tandis que Boeing a plongé de plus de 50% par rapport à l'année précédente, tandis que Chevron et Exxon ont coulé d'environ 40% après que le pétrole ait subi la pire défaite trimestrielle jamais enregistrée.

- Holger Zschaepitz [(@Schuldensuehner)] 31 mars 2020

Et si elle n'est pas en mesure de produire le pétrole à moindre coût, Exxon se rapproche de la société typique du schiste. Le géant pétrolier génère à peine assez de cash-flow pour payer son dividende, et donc les quelque 25 milliards de dollars qu'il prévoit d'investir cette année devront être empruntés. « C'est loin d'être idéal, mais c'est gérable étant donné la solidité du bilan d'Exxon », a déclaré M. McDermott de Morgan Stanley à propos de la position actuelle d'Exxon, selon  Barron's.

Contrairement aux sociétés indépendantes de schiste, Exxon pourra continuer à emprunter pour financer ses opérations, mais à un moment donné, la société devra faire des bénéfices sur la production de pétrole dans le Permien pour rembourser cet argent - une stratégie commerciale qui s'est avérée insaisissable dans l'industrie.

Résister à la tempête

Le commissaire texan Ryan Sitton a terminé sa récente présentation sur les questions d'offre et de demande sur le marché mondial du pétrole en disant : « Ceux qui sont capables de traverser cette tempête seront, je pense, en bonne position. »

Exxon et les autres majors du pétrole devraient résister à cette tempête, tandis que les producteurs indépendants de schiste pourraient rapidement  faire faillite.

Sitton a également prédit que la demande de pétrole reviendrait à ses niveaux d'avant la crise et continuerait à croître à l'avenir. Cependant, d'autres analyses suggèrent que cette crise pourrait être un  tournant pour la demande de pétrole et que les investisseurs se tourneront vers les  énergies renouvelables.

Occidental et Exxon misent beaucoup sur l'idée que la production de pétrole du Permien deviendra rentable à l'avenir, même si la plupart des meilleures superficies ont déjà été forées. Les deux sociétés ont emprunté, et continuent d'emprunter, pour doubler ce pari. Cependant, les preuves jusqu'à présent montrent que les conseils d'Exxon à Goldman Sachs au début du boom du schiste semblaient judicieux lorsqu'elle a prédit que l'économie du pétrole de schiste « ne fonctionnerait jamais ».

Les grandes compagnies pétrolières comme Exxon et Chevron sont susceptibles de gagner la guerre pour les surfaces restantes dans le Permien, mais certains signes suggèrent que cette guerre ne vaut pas la peine d'être menée.

 Justin Mikulka

Note du Saker Francophone Cet article est tiré d'une série :  L'industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices

Traduit par Hervé, relu par Marcel pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter