10/05/2020 reseauinternational.net  5 min #173652

Les états-Unis atténuent la menace contre l'Iran

par M.K. Bhadrakumar.

Le retrait de la présence militaire américaine au Moyen-Orient, en particulier de l'Arabie Saoudite, n'est peut-être pas un sésame - pour reprendre le mot magique de l'histoire « d'Ali Baba et les quarante voleurs » - qui mène au trésor caché de la paix et de la stabilité régionales, mais il ouvre une perspective attrayante aux possibilités infinies.

Les spéculations abondent sur  l'annonce faite jeudi par le Pentagone que l'Armée Américaine retirera deux batteries Patriot, qui ont été déployées pour protéger les installations pétrolières saoudiennes, ainsi que deux escadrons d'avions de combat.

Le Président américain Donald Trump a ajouté une explication ambiguë : « Nous faisons beaucoup au Moyen-Orient et ailleurs. Nous faisons beaucoup de choses dans le monde entier, militairement nous avons été exploités partout dans le monde... Cela n'a rien à voir avec l'Arabie Saoudite ». Trump semble suggérer qu'il y a une « vue d'ensemble ».

Néanmoins, le mouvement est considéré comme une  épreuve de force entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite, où Washington a dit à Riyad que si elle ne suivait pas ses conseils sur le pétrole, elle la jetterait sous le bus. Les fluctuations du marché pétrolier ont mis à rude épreuve les liens qui unissent les deux fidèles alliés et l'industrie pétrolière américaine a été doublement touchée, puisque même après le récent accord OPEP+, les prix du pétrole continuent de fluctuer au détriment des producteurs américains, alors même que les pétroliers saoudiens atteignent les États-Unis, vendant leur marchandise à des prix plus bas aux acheteurs américains, ce que l'industrie pétrolière de Washington ne peut pas concurrencer.

La capacité de stockage de l'industrie américaine diminuant, le plus grand nombre de pétroliers saoudiens jamais atteint depuis des années est en route vers les côtes américaines. Riyad semble inonder le marché pour noyer l'industrie du schiste.  L'humeur à Washington a mal tourné, car les alliés de Trump au Congrès, dont les États ont été touchés par le krach des prix, ont cherché une mesure d'atténuation - le Strained Partnership Act - qui menaçait de punir les Saoudiens en retirant des troupes et en réduisant d'autres engagements militaires si Riyad ne réduisait pas sa production de pétrole.

Il ne fait aucun doute que le krach pétrolier américain qui a suivi la pandémie a eu des répercussions sur les relations américano-saoudiennes. Cela dit, Trump ne peut ignorer que toute friction entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite à ce stade ne peut que profiter à l'Iran dans la mesure où la pandémie de coronavirus offre une ouverture pour contester la présence américaine en Irak et dans d'autres endroits du Moyen-Orient. De hauts responsables militaires iraniens ont ouvertement déclaré ces dernières semaines qu'ils considèrent que les États-Unis sont au plus bas depuis un certain temps.

Téhéran semble se contenter d'une approche « attentiste » jusqu'à la fin des élections américaines de novembre, en s'abstenant de toute escalade des tensions. Téhéran peut se permettre d'attendre, puisque les alliés des États-Unis dans le Golfe - les EAU, le Koweït, Oman, Qatar - ne poussent plus les États-Unis dans une politique de confrontation mais s'engagent plutôt avec l'Iran. Le désenchantement s'accroît dans la région quant à la cohérence des politiques américaines.

Ce qui rend optimiste, c'est qu'un certain relâchement de la confrontation entre les États-Unis et l'Iran est également perceptible. Il est certain que la mise en place d'un nouveau gouvernement à Bagdad sous le Premier Ministre Mustafa al-Kadhimi renvoie à l'histoire a priori de la cohabitation tacite entre les États-Unis et l'Iran en Irak.

Al-Kadhimi est une figure laïque qui n'appartient à aucun des partis politiques chiites et pourtant il a gagné avec les votes de l'Alliance Fatah, la deuxième plus grande au Parlement, composée de partis politiques chiites qui ont des liens étroits avec l'Iran.

Il a brièvement vécu en Iran en tant que dissident, mais il est parti vivre en exil au Royaume-Uni et aux États-Unis - et pourtant, il est un choix acceptable pour Téhéran.  Il est proche de l'establishment de Washington, qui est prêt à passer des accords avec lui, et il entretient également des relations personnelles avec le Prince Héritier saoudien Mohammed bin Salman, mais Téhéran n'est pas perturbé et semble estimer qu'il est à la fois pragmatique et peut aussi être dur avec les États-Unis comme aucun candidat soutenu par l'Iran ne pourrait l'être.

Par-dessus tout, Al-Kadhimi est assez intelligent pour savoir que le soutien de l'Iran est vital si son gouvernement veut être efficace. Le poste extrêmement sensible de Ministre de l'Intérieur dans son cabinet a été confié à Othman Ali Farhood Musheer Al Ghanimi, un allié de l'Iran, tandis que le poste clé de Ministre des Finances sera occupé par Ali Allawi, une figure pro-occidentale et neveu de feu Ahmed Chalabi. (Chalabi a aidé l'administration Bush à renverser Saddam Hussein en 2003).

Fait significatif, dès que le gouvernement d'Al-Kadhimi a obtenu l'approbation du Parlement le 7 mai, Washington a  annoncé une nouvelle levée des sanctions contre Téhéran en permettant à l'Irak de continuer à acheter de l'électricité à l'Iran. Maintenant, contrairement aux précédentes dérogations mensuelles, Washington a accordé une dérogation de 120 jours jusqu'en septembre. Téhéran en prendra certainement note.

Et cela s'est produit alors que Washington et Téhéran s'efforcent de trouver des arrangements pour un autre  échange de prisonniers « gagnant-gagnant ». Quatre Américains sont emprisonnés en Iran, alors que Téhéran affirme « qu'une vingtaine » d'Iraniens sont détenus aux États-Unis. Il y a aussi le cas d'un cinquième Américain que l'on croit souvent emprisonné en Iran : Robert Levinson, un ancien contractuel du FBI et de la CIA.

L'échange de prisonniers est un moyen peu coûteux d'apaiser les tensions et Trump accorde une grande priorité à la libération des Américains emprisonnés à l'étranger, et ne tarit pas d'éloges sur le fait qu'il fait mieux que Barack Obama.

Il est clair que ni les États-Unis ni l'Iran ne se laissent aller à un combat. Les tensions vont monter d'un cran si les États-Unis font pression pour que le Conseil de Sécurité des Nations Unies prolonge l'embargo sur les armes à destination de l'Iran au-delà d'octobre (à défaut d'invoquer la clause de « retour en arrière » de l'accord nucléaire de 2015 pour réimposer les sanctions des Nations Unies contre l'Iran).

Mais alors, faute de soutien de l'UE ou du Royaume-Uni, de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne - et avec l'opposition de la Russie et de la Chine - Washington pourrait ne pas aller de l'avant. Trump pourrait discuter de l'Iran avec le Président russe Vladimir Poutine, si la fréquence de leurs conversations téléphoniques - six fois en autant de semaines déjà - est maintenue et si l'éventail des sujets s'élargit.

Moscou conseille à Téhéran de faire preuve d'une patience stratégique face aux provocations américaines. Dans le dernier tour du mandat de Trump, la Russie cherche à améliorer ses relations avec les États-Unis et une épreuve de force sur l'Iran gâcherait le climat.

Ainsi, il y a une accalmie dans les combats en Syrie et en Irak. Une pause est perceptible dans les attaques des milices contre les troupes américaines en Irak ces dernières semaines. Des discussions sont prévues en juin à Bagdad entre le Pentagone et le gouvernement irakien concernant les déploiements américains. Les responsables israéliens parlent de signes de repli iranien en Syrie.

Certains responsables américains ont également reconnu ouvertement que Téhéran ne représente plus une menace immédiate pour les intérêts stratégiques américains. Dans ce contexte, le retrait partiel des forces américaines en Arabie Saoudite peut également être considéré comme une réduction de la belligérance américaine envers l'Iran.

 M.K. Bhadrakumar

source :  indianpunchline.com

traduit par  Réseau International

illustration : le nouveau Premier Ministre irakien Mustafa al-Kadhimi a obtenu le vote de confiance du Parlement à Bagdad le 7 mai 2020.

 reseauinternational.net

 Commenter
Se réfère à : 1 article