11/05/2020 reseauinternational.net  4 min #173699

L'Irak sera plus touché par la chute du prix du pétrole que par le Covid-19 ou l'état Islamique

par Patrick Cockburn.

Des silhouettes sombres de militants armés de  l'État Islamique sont aperçues dans les plaines du nord de l'Irak en train d'attaquer un avant-poste tenu par des combattants paramilitaires fidèles au gouvernement irakien.

Quatre de ces derniers sont tués par une bombe en bord de route. L'État Islamique est spécialisé dans la publicité en ligne de ses actions militaires réussies pour montrer qu'il reste une force à craindre, malgré la destruction du prétendu califat et le meurtre l'année dernière de son chef,  Abu Bakr al-Baghdadi.

Les atrocités épouvantables commises par l'État Islamique au plus fort de son pouvoir font que tout signe de reprise du mouvement crée un frisson d'horreur dans le pays et à l'étranger. Mais, s'il est vrai que l'EI a lancé un nombre croissant d'actions de guérilla en Irak et en Syrie au cours des derniers mois, l'effet de ces actions peut être exagéré. Les attaques sont encore très limitées par rapport à ce qui s'est passé dans les années qui ont précédé la conquête de Mossoul par l'EI en 2014, ainsi que d'une grande partie de l'ouest de l'Irak et de l'est de la Syrie. Sans l'avantage de la surprise cette fois-ci et sans vide militaire à combler, il est peu probable que l'EI puisse ressusciter.

Le  coronavirus semble constituer une autre menace dangereuse pour l'Irak, avec son système de santé publique délabré et ses millions de victimes potentielles rassemblées. L'Irak partage une longue frontière commune avec l'Iran où le  Covid-19 est répandu. Ce n'est peut-être qu'une question de temps et la pandémie peut encore frapper l'Irak, mais elle ne l'a pas fait pour des raisons obscures : une population jeune et des couvre-feux stricts.

Cette focalisation sur l'EI et le coronavirus comme principales menaces pour l'Irak détourne l'attention d'un danger encore plus grand auquel le pays est confronté, comme d'autres exportateurs de pétrole du Moyen-Orient. En Irak, la menace est à son plus haut niveau car ses 38 millions d'habitants sortent à peine de 40 ans de crise et de guerre.

Les Irakiens restent profondément divisés et ont la malchance de vivre dans un pays qui est l'arène où les États-Unis et l'Iran ont choisi de combattre leurs différences. On a l'impression que c'est une époque révolue, mais ce n'est qu'en janvier que les États-Unis ont assassiné le Général iranien Qasem Soleimani avec un drone à l'aéroport de Bagdad et se sont approchés de la guerre avec l'Iran.

Le problème de l'Irak est simple mais insoluble : il est à court d'argent car ses revenus pétroliers dégringolent, suite à l'effondrement du prix du pétrole provoqué par l'impact économique cataclysmique du coronavirus. Il tire 90% de ses recettes publiques de l'exportation de pétrole brut, mais en avril, il n'a gagné que 1,4 milliard de dollars alors qu'il avait besoin de 5 milliards de dollars pour couvrir les salaires, les pensions et les autres dépenses de l'État.

Elle ne peut pas payer les 4,5 millions de personnes employées par le gouvernement et les quatre autres millions qui reçoivent une pension. Cela peut ne pas sembler être une nouvelle excitante par rapport à la hausse des meurtres de l'EI ou aux ravages potentiels du Covid-19, mais cela peut s'avérer plus profondément déstabilisant que l'un et l'autre.

« Le gouvernement n'a pas encore versé de pensions ce mois-ci, bien qu'il continue à promettre qu'il le fera dans quelques jours », déclare Kamran Karadaghi, commentateur irakien et ancien chef de cabinet présidentiel. « Ils n'ont pas l'argent nécessaire ». Des rumeurs se répandent à Bagdad selon lesquelles les salaires de l'État seront réduits de 20 ou 30%. Il est possible de se prémunir contre une catastrophe immédiate en empruntant et en puisant dans les réserves, mais il y a une limite à la durée pendant laquelle celles-ci peuvent remplacer les revenus pétroliers perdus.

L'Irak - et les autres exportateurs de pétrole du Moyen-Orient - n'obtiendront pas beaucoup de sympathie internationale dans un monde qui souffre d'un verrouillage et d'une tourmente économique sans précédent. L'avenir est peut-être particulièrement sombre en Irak, mais les autres États producteurs de pétrole sont soumis à des pressions similaires. En effet, l'ère des producteurs de pétrole super-riches qui a commencé avec les prix élevés du pétrole dans la première moitié des années 1970 pourrait bien toucher à sa fin.

Le problème est que la dépendance à l'égard des exportations de pétrole déplace la plupart des autres formes d'activité économique : tout le monde veut travailler pour le gouvernement parce que c'est là que se trouvent les meilleurs emplois. Les entreprises privées deviennent des parasites sur un État corrompu pour gagner de l'argent. Tout est importé et rien n'est produit localement. Une élite corrompue monopolise la richesse et le pouvoir.

L'Irak vient de se doter d'un nouveau gouvernement dirigé par Mustafa al-Khadimi, un ancien chef des services de renseignements qui était un opposant de longue date à Saddam Hussein et qui va maintenant devoir faire face à d'horribles problèmes financiers. Un ancien ministre irakien m'a dit, il y a plusieurs années, que la seule fois où il avait vu un cabinet irakien vraiment paniqué, ce n'était pas quand l'EI frappait aux portes de Bagdad, mais quand le prix du pétrole avait chuté plus que d'habitude de manière brutale. Cette fois-ci, la baisse du prix est bien pire que jamais du point de vue des producteurs, et bien que le prix se soit redressé depuis son nadir en avril, il y a peu de chances qu'il se rétablisse complètement.

Les protestations ont commencé à Bagdad en octobre de l'année dernière lorsque des manifestants ont demandé des emplois, la fin de la corruption et de meilleurs services publics, tels que l'électricité et l'eau. Au moins 700 manifestants ont été tués et 15 000 blessés. Les gens ne croyaient pas avoir une part équitable du gâteau économique à l'époque, et le gâteau est sur le point de se réduire considérablement.

La même colère est ressentie contre les élites prédatrices dans les États riches en ressources naturelles, de l'Angola à l'Arabie Saoudite, mais les élites ne sont pas les seules à bénéficier du système actuel qui permet à toute personne ayant les bonnes relations - famille, secte, ethnie, parti politique - de trouver un emploi. Les ministères deviennent les vaches à lait de différents intérêts. Il ne faudrait pas grand chose pour que les protestations reprennent.

L'EI n'est pas la menace pour l'Irak que certains imaginent et une population jeune pourrait ne pas être vulnérable au coronavirus, mais l'effet d'entraînement d'une baisse prolongée du prix du pétrole provoquée par la pandémie sera profondément déstabilisant pour l'ensemble du Moyen-Orient.

source :  independent.co.uk

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter