11/05/2020 francais.rt.com  6 min #173715

Covid-19 : une pandémie qui stimule l'appétit de l'industrie pharmaceutique

A l'instar de Gilead, les «Big Pharmas» désignent les sociétés privées de l'industrie pharmaceutique. Et celles-ci sont plus que jamais mobilisées en temps de pandémie. Mais pourquoi leur rôle suscite-t-il tant d'interrogations ?

Cité le 10 avril par  Le Figaro, l'américain David A. Ricks, PDG du groupe pharmaceutique Eli Lilly, a récemment déclaré à propos du Covid-19 : «Nous vivons des moments exceptionnels et l'industrie [pharmaceutique] y répond.» Prononcés par celui qui est également président de la Fédération internationale des fabricants pharmaceutiques (IFPMA), ces mots pourraient à eux seuls résumer l'implication des industriels du secteur en temps de pandémie. Et pour cause, sauf à compter sur un confinement temporellement illimité des populations à travers le monde, l'espoir d'endiguer efficacement la propagation du  nouveau coronavirus et d'en prévenir de potentielles résurgences, repose sur les avancées scientifiques. Ainsi, l'actuelle pandémie a stimulé l'appétit des «Big Pharmas», géants de l'industrie pharmaceutique qui, comme le titrait le quotidien belge  Le Soir au mois d'avril, se sont mués en véritables «sociétés d'investissement».

Lobbying des «Big Pharmas», l'exemple Gilead Sciences

Comme  l'histoire de l'industrie pharmaceutique a pu le démontrer, la bataille des laboratoires pour s'imposer sur le marché peut présenter son lot de pratiques agressives. Faire pression sur les autorités compétentes afin qu'elles autorisent la mise en circulation d'un produit ou engager une campagne pour en décrédibiliser un autre, en constituent des exemples.

La crise actuelle ne déroge pas à la règle, et comme le note Le Figaro dans son article du 10 avril, «la ruée des Big Pharma sur le Covid-19 n'a pas tardé».

Gilead Sciences []... a dépensé plus d'argent pour faire pression sur le Congrès et l'administration au cours du premier trimestre 2020 que jamais auparavant

Développé par le laboratoire américain Gilead, le médicament antiviral remdesivir a ainsi bénéficié d'une importante couverture médiatique, après une récente annonce du gouvernement américain qui, à l'issue d'un grand essai clinique dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus, a récemment vanté  des résultats concluants.

Si des doutes subsistent quant à l'efficacité du traitement, le géant américain entend bien, pour sa part, convaincre du bien-fondé de ses activités.

«Gilead Sciences []... a dépensé plus d'argent pour faire pression sur le Congrès et l'administration au cours du premier trimestre 2020 que jamais auparavant», rapporte ainsi  un article publié sur le site de la National public radio (NPR), principal réseau américain de radiodiffusion non-commercial et de service public, citant des documents fédéraux. La société pharmaceutique aurait ainsi dépensé 2,45 millions de dollars en lobbying au cours des trois premiers mois de l'année, soit une augmentation de 32% par rapport à la même période de l'année précédente. La société Gilead justifie cette augmentation par le fait d'avoir rejoint en 2019, le groupe commercial PhRMA, ou Pharmaceutical Research and Manufacturers of America, «considéré comme l'un des groupes commerciaux les plus influents du Capitole», selon l'article de la NPR. L'an passé, le groupe y aurait ainsi envoyé quelque 183 lobbyistes pour défendre les intérêts de l'industrie.

En outre, «le pic de lobbying a également coïncidé avec l'intensification des tests cliniques du remdesivir par Gilead», peut-on encore lire dans l'article. Fait notable, si le laboratoire américain a pour l'heure fait don d'1,5 million de doses de remdesivir, «la société a refusé de dire quel serait le prix du médicament», toujours selon le même article. Or par le passé, Gilead s'est illustré dans la commercialisation de médicaments dont le prix s'est avéré inaccessible au grand public, pratique dont les détracteurs ont pointé les répercussions en termes d'injustice sanitaire. «Lorsque Gilead a lancé son traitement contre l'hépatite C en 2013, le coût était de 1 000 dollars la pilule», note par exemple la NPR.

Didier Raoult, dans le viseur des Big Pharmas ?

Le nom de Gilead a eu une résonance toute particulière dans le débat public français au moment où certains observateurs se sont interrogés quant à de potentielles répercussions de l'influence d'industriels pharmaceutiques, dont le laboratoire américain, sur le travail du  professeur Didier Raoult, infectiologue de renom exerçant à l'IHU de Marseille.

Figurant parmi les contempteurs les plus virulents de Didier Raoult, Karine Lacombe, la chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, s'est ainsi montrée particulièrement acerbe envers son confrère marseillais, allant jusqu'à qualifier son travail de «scandaleux». En effet, lors d'  une intervention le 23 mars à l'antenne de France 2, elle avait déclaré : «Ce qui se passe à [l'IHU de] Marseille est absolument scandaleux []... C'est en dehors de toute démarche éthique.»

Aussi, la charge de Karine Lacombe envers son confrère a donné lieu à des interrogations au sujet de cette très médiatisée infectiologue parisienne, portant notamment sur les acteurs économiques l'ayant rémunérée ces dernières années, dont fait partie le laboratoire Gilead. Un élément qui a semé le doute chez de nombreux commentateurs, alors très circonspects quant aux objectifs visés par Karine Lacombe lors de son intervention télévisée. Entre autres reproches adressés à l'infectiologue de l'hôpital Saint Antoine, le député Joachim Son-Forget lui a par exemple adressé ce  tweet : «Vous devez quand vous intervenez, déclarer vos conflits d'intérêts puisque vous avez touché de l'argent de Abbvie qui produit le kaletra et de Gilead qui produit le remdesevir [sic]. Les deux alternatives à l'hydroxychloroquine, cheap et non protégée.»

Comme le rapporte  Libération dans une enquête à ce sujet, Karine Lacombe a pour sa part plaidé avoir eu des activités dans ces laboratoires «en plus de [s]on travail et de [s]es cours» : «Je n'ai pas de CDD chez eux, je n'ai pas d'actions chez eux, je suis indemnisée pour les heures fournies», a-t-elle assuré.

Si «l'affaire Lacombe» a ouvert une véritable boîte de Pandore sur les potentielles influences de laboratoires pharmaceutiques dans les débats sur la santé publique, il est toutefois important de souligner que cette habituée des plateaux télévisés n'est pas la seule, dans le monde de la santé, à avoir remis en cause les travaux de Didier Raoult. «La colère d'un médecin réanimateur contre Didier Raoult et son "populisme médical"», titrait par exemple  BFM TV le 13 avril. En substance, le professeur marseillais s'est vu reprocher d'avoir biaisé certains protocoles afin de vanter les résultats d'un traitement à base d'hydroxychloroquine, ce dont il se défend.

L'infectiologue a ainsi fait l'objet d'une offensive visant ses méthodes de travail dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, ainsi que certaines de ses déclarations. Au mois de février, «Les Décodeurs» du journal  Le Monde avaient par exemple pris l'initiative, en partenariat avec le réseau social Facebook, de s'attaquer à une vidéo de Didier Raoult, lui reprochant de tromper son public dès le titre. Les hostilités envers l'infectiologue marseillais ont par ailleurs franchi un cap avec l'ouverture d'une enquête après que des  menaces de mort ont été proférées à son encontre.

Le temps, un élément inhérent à la démarche scientifique

La crise sanitaire liée au nouveau coronavirus n'en a sûrement pas fini de provoquer des rebondissements au sein du monde scientifique. Concernant l'affaire Raoult, il apparaît difficile de reprocher à des professionnels de la santé, consciencieux, leur volonté de soigner les malades avant qu'il ne soit trop tard.

Mais pour l'heure, ni la chloroquine défendue par le professeur marseillais, ni le remdesivir du géant américain, ne font l'unanimité au sein de la communauté scientifique.

Aussi, face à l'intensité des débats qui accompagnent la pandémie, il convient de rappeler que toute découverte scientifique nécessite des protocoles de validation qui ne peuvent se réaliser qu'avec le temps. En particulier, l'élaboration d'un vaccin contre le Covid-19, si elle aboutit effectivement, pourrait en effet prendre de quelques mois à plus d'un an, selon différents calendriers évoqués le 10 mai dans les colonnes du  Parisien. Se poserait ensuite la question de sa distribution.

En outre, si le rôle des laboratoires pharmaceutiques ne peut être détaché des futures remèdes tant attendus, il apparaît toutefois que de tels résultats dépendent des investissements dans cette recherche, habituellement effectuée «pour 90 à 99% []... dans les laboratoires académiques», comme l'a rappelé au mois d'avril à l'antenne de  France Culture Hervé Chneiweiss, président du comité d'éthique de l'Inserm. «Cela fait des années, en France et ailleurs, qu'on dit que les financements pour la recherche fondamentale dans les différents domaines sont nettement insuffisants», commente ici le neurobiologiste.

«Après les précédentes épidémies de variantes du coronavirus, le SRAS (2002) et le MERS (2012), plusieurs scientifiques étaient proches d'une percée dans le développement de vaccins []... Mais la quête de moyens nécessaires pour passer à la phase clinique de la recherche s'est heurtée à un mur de désintérêt», peut-on également lire dans les colonnes de l'hebdomadaire belge  Le Vif. Mentionné dans cet article paru le 4 mai, le célèbre linguiste américain Noam Chomsky expliquait : «Pour les grandes entreprises pharmaceutiques, il est plus avantageux de fabriquer une nouvelle crème pour le corps qu'un vaccin.» Et de poursuivre : «Les signaux du marché étaient mauvais.»

Force est de constater qu'à l'heure où nous écrivons ces lignes, les signaux ont radicalement évolué.

Fabien Rives

 Lire aussi L'internationalisme des médecins cubains : une longue histoire révolutionnaire

 francais.rt.com

 Commenter