13/05/2020 reseauinternational.net  11 min #173811

Sur le champ de bataille du virus, le renard rira le dernier

par Alastair Crooke.

Mike Vlahos, Professeur d'Histoire à l'Université John Hopkins, dans une série de courtes interviews avec John Batchelor, nous explique comment le coronavirus est devenu un pivot ardent, poussant différents dirigeants américains à prendre des positions existentielles sur la manière de traiter ce virus. Les différents États américains insistent pour suivre des voies totalement polarisées : Le « sheltering » imposé (terme américain pour la distanciation) contre l'ouverture économique ; les États contre le Gouvernement Fédéral ; le bleu contre le rouge ; les Démocrates contre le GOP (Parti Républicain) ; « l'autoritarisme » contre le « laissez-faire » et les libertés américaines traditionnelles - et maintenant, les conflits internes aux États, les conflits bleu-rouge (par exemple, le comté de Ventura contre le Gouverneur de Californie, sur la question brûlante des plages ouvertes ou fermées) ; et même, les comtés contre les États.

Vlahos note le point important : le champ de bataille, grâce au virus, est devenu existentiel. Bleu/Rouge n'est plus seulement une fioriture rhétorique élaborée - cela a été incarné, en chair biologique, tranchant la chair - alors que l'avenir du virus est inconnu. En fait, l'inconnu approfondit les craintes. Le choix : « nourriture sur la table » dans une économie rouverte (même au risque réel du retour des « médecins de la mort »), ou jouer la sécurité, passivement, avec la distanciation. La psyché collective est divisée, les passions s'élèvent, les armes prolifèrent et les milices défilent. Ce n'est pas du théâtre : la ferveur s'infiltre dans la vie quotidienne : masques ou pas, socialisation ou pas, travail ou pas.

« L'ordre constitutionnel américain se fissure sous nos yeux : Le fait que nous ayons contourné la crise constitutionnelle depuis un quart de siècle n'est pas rassurant : Chaque nouveau défi est toujours plus âprement contesté, et encore moins résolu », explique Vlahos.

« Aujourd'hui, deux visions irréconciliables de la vie américaine croient qu'elles ne peuvent continuer que si elles possèdent l'ordre entier », soutient Vlahos. « La volonté de parvenir à cet objectif - en particulier maintenant par les Démocrates des États bleus - a fragilisé notre ordre constitutionnel et crée la base d'une crise de légitimité à grande échelle ».

L'exécutif - qui, au départ, revendiquait la seule autorité sur la procédure du Covid - a fait marche arrière, face aux gouverneurs qui affirment (à juste titre) qu'ils jouissent d'une co-souveraineté avec le gouvernement fédéral. Les gouverneurs bleu et rouge - tous deux - sont totalement opposés, mais tous deux exercent leur souveraineté respective - de manière flagrante.

Trump, lui, est entre les deux : Il encourage les rebelles libertaires du deuxième amendement, tout en mettant en place une économie de sauvetage entièrement autoritaire et fédéralisée, au sommet de laquelle il présidera - après avoir réussi son « coup » en fusionnant le Trésor et la Fed en une seule imprimerie (en dollars) - et au sommet d'une corne d'abondance monétaire sans fin.

Aujourd'hui, il existe deux visions irréconciliables de la vie américaine. Après 1992, les deux partis ont alterné les présidents tous les huit ans. Pourtant, au fil des administrations successives, le milieu politique est devenu de plus en plus rancunier et divisé. Il n'y a plus de relations entre les partis - sauf en tant qu'ennemis jurés, observe Vlahos.

D'un côté, nous avons les « Unionistes », qui attendent de la population qu'elle fasse preuve de déférence envers les jugements et l'autorité de l'élite technocratique (qu'elle soit financière ou médicale), et de l'autre, une tradition de souveraineté étatique, qui remonte à 1871 (les articles de la Confédération), qui n'accorde aucune déférence aux autorités fédérales, mais est plutôt empreinte de mépris à leur égard. D'où la culture des milices (souvent armées), prêtes à combattre « les Fédéraux » pour leurs « libertés ».

Cette dernière approche touche à une profonde émotion : l'ancien combat contre les tentacules de la pieuvre impériale britannique pour assurer les « libertés » de l'Amérique. Ainsi, le verrouillage et les terribles prédictions du monde médical qui nécessitent la fermeture de l'économie, s'apparentent à un « autre agenda » (l'agenda de la pieuvre) - une porte dérobée par laquelle les mondialistes peuvent mener à bien leur projet (imaginé) de féodalité d'un peuple par ailleurs libre. L'une des conséquences de cette situation est que, après l'apparition du virus, le verrouillage et les épidémiologistes seront largement blâmés pour la dépression à venir - et les bulles risquées de l'économie qui étaient déjà gonflées avant le virus, seront oubliées.

Vlahos est un peu timide sur la question de savoir si, ou comment, une certaine réconciliation de ces parties éloignées peut se faire. Le New Yorker est du même avis : « La pandémie a dangereusement aggravé les divisions à travers l'Amérique, une nation déjà déchirée ces dernières années par la race, la classe sociale, la religion et une politique de dénigrement. Le concept « d'une nation indivisible » semble de plus en plus insaisissable, voire inatteignable, en ces jours angoissants de pathogènes mortels, de chômage galopant et de pénurie alimentaire. Pour beaucoup, l'avenir semble si incertain. Il en va de même pour la survie, un privilège pris comme un droit virtuel par la majorité des Américains grâce aux réalisations économiques et médicales depuis la Seconde Guerre Mondiale ».

Dans ce contexte de « nation fissurée », l'Armée Américaine a publié des affiches accrocheuses, appelant à l'unité nationale et au port de masques. (On peut les voir ici). Et ils ont tous adopté un style particulièrement nostalgique de la Seconde Guerre Mondiale : « C'est aussi une guerre de femmes » ; « Combattez la propagation du coronavirus », et « Battons-nous tous » (alors qu'un GI se lance en avant, en mode attaque, baïonnette rutilante fixée).

Ok, Ok, tout le monde aujourd'hui utilise le mème militaire. Ce n'est pas la question. Demandez à l'historien, le professeur Vlahos. Il vous dira que le point essentiel est que la Guerre Civile Américaine n'a jamais vraiment pris fin, et qu'elle est toujours là, latente, aujourd'hui - sauf...

Sauf... pendant le mandat de Roosevelt, quand l'Amérique a participé à la Seconde Guerre Mondiale - c'est le point important. C'est la seule époque où l'Amérique a été un État unitaire : une seule nation, sans division ». C'est-à-dire lorsqu'elle était en guerre. Alors, comment réconcilier la psyché divisée de l'Amérique ? Comment gagner sa réélection ? Eh bien... Blâmer la Chine. Chaude ou froide ? Qui sait ? Ce sera un long et difficile semestre jusqu'en novembre.

À un certain niveau, le ciblage de la Chine pourrait être considéré comme un changement défensif - un stratagème narratif, alors que le blâme pour la mauvaise gestion de la contagion du coronavirus par les États-Unis sera inévitablement exploité par les électeurs. Mais à un autre niveau, le danger est que la Maison Blanche et le Pentagone semblent vouloir donner de la substance à la rhétorique. En cette année électorale, il faut blâmer quelqu'un (c'est la pratique courante en politique), mais ce faisant, le monde se dirige rapidement vers l'inconnu.

Ce que nous soupçonnons, c'est que cela risque de devenir une « guerre » des mécanismes du système. C'est la Chine - pas du menu fretin. Nassim Taleb fait remarquer qu'il est facile de détecter la fragilité des systèmes : La fragilité (et son contraire) peut presque toujours être détectée, en utilisant un simple test d'asymétrie : Tout ce qui se maintient par un changement soudain (ou un choc) est résilient ; l'inverse est fragile. Washington, d'après ses propres mesures de marché libérales, estime que l'économie chinoise est extrêmement fragile. Nous savons cependant que la Chine se prépare depuis longtemps à un tel moment (attendu).

La Chine se montrera-t-elle plus fragile ? Les deux pays ont des fragilités indubitables pour leurs économies ; et pourtant, un système politique qui se « fissurerait sous nos yeux », n'est-ce pas là une fragilité évidente ? Un « choc » soudain le fragmentera-t-il en plusieurs parties ? Ou bien l'escalade contre la Chine va-t-elle provoquer un autre « moment » Roosevelt de guérison de la psyché divisée ? La Chine, d'autre part, jouit d'une certaine solidarité populaire et de l'expérience de la réglementation. Le Parti reste une formidable « machine », qui touche à tous les domaines de la vie. Ne s'agit-il pas là de signes de résilience ? Il reste beaucoup d'inconnues.

Les Européens n'auront pas à se réjouir de ces fractures américaines, car ils ont les leurs. L'élection présidentielle de 2016 n'a-t-elle pas préfiguré la montée actuelle du souverainisme d'État aux États-Unis ? 2016 et le Brexit n'ont-ils pas préfiguré le « populisme » d'aujourd'hui en Europe ? Le virus amènera-t-il ces visions européennes « fracturées » à s'attaquer ouvertement à une « pieuvre » européenne déjà défaillante face au Covid-19 ?

Aux États-Unis, le virus a engendré des divergences anciennes et irréconciliables sur la nature de l'État et la nature du pouvoir au lendemain de la Guerre Civile. La pensée européenne, entre les deux guerres mondiales, est tombée dans le relativisme, le nihilisme et l'existentialisme couvant d'un Albert Camus. Elle a également été le témoin d'intrusions gouvernementales massives et sanglantes dans toutes les facettes de la société civile - avec la montée du National-socialisme, du Trotskysme et du Stalinisme. L'Europe se trouve donc aujourd'hui immobilisée avec ses propres polarités (apparemment) irréconciliables - mais elle n'a pas les moyens de se pencher vers l'intérieur, vers un cadre transcendant qui pourrait rendre intelligibles ces conflits, et permettre de les dépasser.

La tentative de développer une norme philosophique impersonnelle pour juger a échoué, précisément parce que la tentative de libérer l'éthique de l'histoire, avec son accent sur l'autonomie personnelle, empêche toute réponse aux questions : par quelle justice, par quelle rationalité, par quel récit devons-nous décider.

L'histoire du coronavirus en Occident est donc aussi celle de Nassim Taleb racontant cet événement étranger et ce « choc soudain », exposant notre fragilité cachée à présumer que la vie est à la fois sûre et prévisible. L'homme moderne s'inspire de Prométhée : ce dernier est célébré pour avoir libéré l'homme de « la tyrannie des Dieux ». Ce que Prométhée a cependant fait, c'est enseigner à l'homme à se considérer comme autonome, à ne rien considérer comme sacré, à « lutter contre ses blessures dans l'environnement divin », à reléguer la nature à un tas de matières premières, à considérer la technologie comme la plus haute réalisation, à sonder les secrets les plus profonds de la nature et à ne pas hésiter à jouer avec le feu.

WB Yeats a dit un jour : « Dieu me préserve des pensées que les hommes ne pensent que dans leur esprit. Si la pensée n'était qu'une question d'esprit, l'homme serait une monade sans fenêtre, une monstruosité liée à l'ego ». Oui. De même que les opposés ne s'unissent jamais à leur niveau propre, il faut toujours un « troisième » supra-ordonné, par lequel les deux parties artificiellement en guerre de la psyché peuvent se réunir en synthèse. Et puisque la Nature provient autant de l'inconscient que du conscient, peut-être l'intrusion inattendue de la Nature, soulignant notre précarité humaine, et la réalité choquante qui constitue la Vie, pourra-t-elle unir les sphères sectionnées.

Ted Hughes, le célèbre poète et étudiant de Shakespeare, raconte sa propre histoire d'évasion de l'anomie intellectuelle aride dans le milieu universitaire à travers « The Burnt Fox », dans lequel il se souvient des difficultés qu'il a rencontrées alors qu'il était étudiant à l'Université de Cambridge avec un essai de tutorat. Abandonnant la tâche par désespoir à deux heures du matin, le jeune Ted se couche et rêve qu'il reçoit la visite d'une étrange silhouette, mi-homme mi-renard, « tout juste sortie d'une fournaise » et en proie à une terrible agonie due aux brûlures qui couvrent son corps de la tête aux pieds. Cette créature énigmatique se dirige vers le bureau et pose sa patte sur les feuillets sur lesquels Hughes tente désespérément de concocter un essai, laissant derrière lui une empreinte ensanglantée, et dit :

« Arrêtez ça - vous nous détruisez ». Hughes se réveille en homme plus triste et plus sage.

Et avec l'avènement du Coronavirus, c'est peut-être le renard brûlé qui rira le dernier ?

source :  strategic-culture.org

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter