13/05/2020 bastamag.net  4 min #173815

Comment la direction de Pôle emploi a minimisé les cas de contamination au sein de ses agences

par  Mathieu Gilotière 13 mai 2020

Un conseiller Pôle emploi de l'agence d'Ivry-sur-Seine est mort du Covid-19 le 5 avril. Les élus du personnel avaient pourtant alerté dès fin février la direction de l'évidence de l'épidémie. Une enquête de l'inspection du travail est en cours.

Comment Pôle Emploi a-t-il assuré la sécurité de ses employés - et du public - face au Covid-19 ? Bien avant l'annonce du confinement, des instances avaient vu venir le péril et sonnaient déjà l'alarme. En Île-de-France, le comité social et économique de Pôle Emploi (CSE, la nouvelle instance représentative du personnel qui remplace les délégués du personnel, les comités hygiène sécurité et conditions de travail et les comités d'entreprise) appelle dès la fin février à prendre d'urgence des mesures sanitaires.

Les représentants du personnel demandent alors la mise à disposition, dans les agences, de gants, de masques, de gel hydroalcoolique, de lingettes désinfectantes pour les claviers et écrans destinés au public. « La direction a d'abord traité ça par-dessus la jambe », nous dit un agent syndiqué qui souhaite garder l'anonymat (comme toutes les sources de cet article). La direction de Pôle Emploi s'en tient au discours rassurant du gouvernement.

Des directions d'agences qui taisent les cas d'infection

Finalement, du gel hydroalcoolique est fourni la semaine précédant le confinement, mais en quantité largement insuffisante. Une agence parisienne reçoit ainsi deux petites bouteilles pour une centaine d'agents répartis sur quatre étages. Les agents ne reçoivent alors aucun masque. Le port du masque est même interdit lors d'entretiens entre demandeurs et conseillers.

Pourtant, selon plusieurs témoignages, des cas de contaminations par le Covid-19 d'agents de Pôle Emploi étaient connus des équipes d'encadrement de plusieurs agences d'Île-de-France dès la semaine du 10 mars. Or, elles n'en ont pas informé leurs personnels sur le moment. Les informations n'ont d'abord circulé que par le bouche à oreille, entre collègues et via des relais syndicaux. Des agents ont donc continué de venir travailler aux côtés de collègues potentiellement contagieux, car ayant été en contact avec des malades avérés ou suspectés. Les équipes d'encadrement incriminées n'ont commencé à communiquer sur cette contamination qu'après le début du confinement. Sans oublier les demandeurs d'emploi, eux-mêmes potentiellement mis en danger par ce déni.

« Les équipes d'encadrement insistaient pour qu'on vienne travailler comme d'habitude »

Les cas d'infection ont été minimisés avant et après le 17 mars. Un agent parisien raconte que le vendredi 13 mars, à l'heure du départ en week-end, « les équipes d'encadrement insistaient pour qu'on vienne travailler comme d'habitude la semaine suivante. Parce qu'il ne fallait pas s'inquiéter, que l'épidémie n'était pas si grave, que la priorité c'était d'assurer la continuité du service, et que, pour ça, il fallait maintenir les agents à leurs postes, en agences ». Le lundi suivant, Emmanuel Macron annonce le confinement généralisé du pays. La direction de Pôle Emploi change alors son fusil d'épaule. Le 17 mars au matin, la transition forcée vers le télétravail est annoncée dans toutes les agences. Chacun est renvoyé se confiner chez soi dès l'après-midi.

« Pôle Emploi a réagi comme un établissement public dirigé par le gouvernement : si le gouvernement le dit, on ne s'affole pas, et tout va très bien... jusqu'à ce que le gouvernement dise que ça va mal, et là tout d'un coup, on change tout ! », ironise un responsable syndical. La soudaine prise de conscience de l'urgence sanitaire n'a pas freiné les vieux réflexes. Lors de cette dernière matinée en agence, le 17 mars, des réunions d'équipes ont rassemblé de nombreux agents, sans protections, dans des salles trop petites pour que les distances de sécurité soient respectées.

Dans les semaines qui suivent, des cas de Covid-19 parmi les agents s'ajoutent à ceux déjà connus. Le 5 avril, un conseiller de l'agence d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) meurt du Covid-19. Âgé de 61 ans, il avait une longue carrière de service public derrière lui, était entré à l'Assedic en 1982 puis à Pôle Emploi après la fusion ANPE-Assedic de 2008.

Selon plusieurs témoignages, le cas-contact de cet agent pourrait être une collègue de la même agence, présente dans les locaux le 13 mars, et qui a constaté les premiers symptômes de Covid-19 le week-end suivant. Elle revenait tout juste d'une session au centre régional de formation Pôle Emploi de Noisy-le-Grand. Des agents de toute l'Île-de-France se croisent dans ce centre.

L'Inspection du travail a ouvert une enquête pour « danger grave et imminent »

Le 16 mars, sept salariés d'Ivry-sur-Seine qui avaient approché ce cas contact, dont l'agent qui décèdera le 5 avril, sont envoyés en confinement. Ce dernier revient en agence le mardi 17 mars pour chercher un ordinateur portable professionnel afin de pouvoir télétravailler de chez lui. Il éprouve les premiers symptômes le 21 mars, est hospitalisé le 24 mars et décède onze jours plus tard.

L'agence d'Ivry a été fermée pour désinfection le 19 mars. Jusqu'à cette date, une équipe réduite y était maintenue afin de relever et scanner le courrier reçu pour le traiter ensuite, comme cela se fait dans presque toutes les agences de Pôle Emploi. Puis, l'agence a été rouverte le 23 mars, toujours en équipe réduite et sans accueil du public.

Pourquoi une agence comptant déjà un cas de Covid-19 et présentant un aussi grand nombre de cas potentiels n'a-t-elle pas été immédiatement fermée ? L'Inspection du travail a ouvert une enquête, dans une procédure dite de « danger grave et imminent », qui interroge le respect par l'employeur de la sécurité au travail de ses salariés. Il s'agit de déterminer s'il y a eu, ou non, mise en danger des salariés par l'employeur, donc par la direction de Pôle emploi.

Sollicitée, la directrice de l'agence d'Ivry-sur-Seine n'a pas voulu répondre à nos questions. Son refus nous a été signifié par un mail de la directrice territoriale du Val-de-Marne. Tous les échelons de la direction de Pôle Emploi sollicités ont refusé de nous répondre, au motif que « pour la famille [de l'agent décédé], pour ses collègues et pour l'ensemble de Pôle emploi, nous ne souhaitons pas évoquer ce sujet douloureux ».

Mathieu Gilotière

- Lire aussi :  « Je n'ai jamais vu ça, un durcissement aussi violent » : des agents de Pôle emploi « horrifiés » par la réforme

 bastamag.net

 Commenter