13/05/2020 lesakerfrancophone.fr  57 min #173824

Tous les chemins mènent à un hiver sombre

Par Whitney Webb & Raul Diego - Le 1er avril 2020 - Source  The Last American Vagabond

Les organisateurs de deux simulations de pandémie controversées qui ont eu lieu quelques mois avant la crise du Coronavirus - Event 201 et Crimson Contagion - partagent une histoire commune, la simulation de guerre biologique Dark Winter en 2001. Dark Winter n'a pas seulement prédit les attaques à l'anthrax de 2001, mais certains de ses participants avaient une connaissance préalable de ces attaques.

Pendant la présidence de George H.W. Bush au début des années 1990, quelque chose d'inquiétant s'est produit dans le principal centre de recherche sur la guerre biologique des États-Unis, à Fort Detrick, dans le Maryland. Des spécimens d'agents pathogènes hautement contagieux et mortels - dont l'anthrax et d'Ebola - avaient disparu du laboratoire, à une époque où des laborantins et des scientifiques rivaux avaient été accusés de harcèlement sexuel et ethnique ciblé et où plusieurs chercheurs mécontents avaient quitté les lieux.

En plus des échantillons manquants d'anthrax, d'Ebola, de virus hanta et d'une variante du SIDA, deux des spécimens manquants avaient été étiquetés « inconnus » - « un euphémisme de l'armée pour désigner une recherche classifiée dont le sujet est secret »,  selon les rapports. La grande majorité des spécimens perdus n'ont jamais été retrouvés et un porte-parole de l'armée a déclaré par la suite qu'il était « probable que certains aient simplement été jetés avec les ordures ».

Une enquête interne de l'armée en 1992 allait révéler qu'un employé, le lieutenant-colonel Philip Zack, avait été filmé en train d'entrer secrètement dans le laboratoire pour mener « des recherches non autorisées, apparemment sur l'anthrax », rapportera plus tard le  Hartford Courant. Malgré cela, Zack a  pu continuer à faire de la recherche sur les maladies infectieuses pour le géant pharmaceutique Eli Lilly et à collaborer avec l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) tout au long des années 1990.

Le journal The Courant avait également noté cela : « Un compteur numérique sur un appareil de laboratoire avait été reculé pour cacher le travail effectué par le mystérieux chercheur [dont on a découvert plus tard qu'il s'agissait de Zack], qui avait laissé l'étiquette mal orthographiée « antrax » dans la mémoire électronique de la machine ». Le rapport du Courant a également détaillé les contrôles de sécurité extrêmement laxistes et la désorganisation chaotique qui caractérisaient alors le laboratoire de l'Institut de recherche médicale des maladies infectieuses de l'armée américaine (USAMRIID) à Fort Detrick.

Ce même laboratoire sera, une décennie plus tard, officiellement désigné comme la source des spores d'anthrax responsables des attaques à l'anthrax de 2001, attaques qui seraient également officiellement le fait d'un chercheur « dérangé » de l'USAMRIID, bien qu'elles aient été initialement imputées à Saddam Hussein et à l'Irak par de hauts fonctionnaires du gouvernement et les grands médias. Ces attaques ont tué 5 Américains et en ont rendu 17 malades.

Pourtant, alors que l'enquête sur les attaques à l'anthrax de 2001 se déroulait, des accusations de grands journaux américains sont vite apparues, selon lesquelles le FBI sabotait délibérément l'enquête pour protéger l'attaquant à l'anthrax et que la CIA et les services de renseignement militaires américains avaient refusé de coopérer à l'enquête. Le FBI n'a officiellement clos son enquête sur les attaques à l'anthrax de 2001, surnommées « Amerithrax », qu'en 2010 et certains aspects de cette enquête restent encore confidentiels.

Plus récemment, en juillet dernier, le même laboratoire de Fort Detrick a été  fermé par le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), après qu'il a été  constaté que les chercheurs « ne tenaient pas un inventaire précis ou à jour » des toxines et « ne se protégeaient pas contre l'accès non autorisé à certains agents ». La fermeture du laboratoire pour ses nombreuses violations des protocoles de biosécurité a été  cachée au Congrès et l'installation devait être  partiellement rouverte de façon controversée en novembre dernier avant que tous les problèmes de biosécurité identifiés ne soient résolus.

Le jour même où le laboratoire a été autorisé à rouvrir partiellement, ce qui a été le résultat d'une forte pression du Pentagone, les médias locaux ont rapporté que le laboratoire avait subi « deux violations du confinement » l'année dernière, bien que la nature de ces violations et les agents pathogènes impliqués aient été expurgés dans le rapport des résultats de l'inspection  obtenus par le Frederick News Post. Depuis les  années 1980, l'USAMRIID travaille notamment en étroite collaboration avec des virologistes et des laboratoires de virologie à Wuhan, en Chine, où le premier épicentre des cas actuels du nouveau Coronavirus (Covid-19) a émergé. Le gouvernement chinois a depuis lors allégué que le virus avait été introduit en Chine par des membres de l'armée américaine, dont certains ont participé aux Jeux militaires mondiaux dans le pays en octobre dernier.

De telles similitudes entre ces violations au laboratoire de Fort Detrick, du début des années 1990 à 2001 jusqu'à aujourd'hui, ne sont peut-être que des coïncidences malheureuses qui sont le résultat d'un gouvernement fédéral et d'une armée obstinés qui ont refusé à plusieurs reprises d'appliquer les mesures de sécurité strictes nécessaires au principal laboratoire de guerre biologique du pays.

Pourtant, en examinant non seulement ces incidents de biosécurité à Fort Detrick, mais aussi les attaques à l'anthrax de 2001 et l'épidémie actuelle de Covid-19, un autre point commun étrange ressort - un exercice de jeux de guerre de haut niveau a eu lieu en juin 2001 qui a sinistrement prédit non seulement les attaques à l'anthrax, mais aussi le récit initial de ces attaques par le gouvernement et bien plus encore.

Cet exercice de juin 2001, connu sous le nom de « Dark Winter », a également permis de prévoir de nombreux aspects de la réponse des gouvernements à une pandémie, qui sont ensuite réapparus dans la simulation « Event 201 » d'octobre dernier, qui prévoyait une pandémie mondiale causée par un nouveau coronavirus juste quelques mois avant l'épidémie de Covid-19. En outre, le gouvernement américain allait diriger sa propre série de simulations de pandémie, appelée « Crimson Contagion », qui prévoyait également certains aspects de l'épidémie de Covid-19 et de la réponse du gouvernement.

Après une enquête plus approfondie, les principaux responsables de l'Event 201 et de Crimson Contagion, non seulement ont des liens profonds et de longue date avec les services de renseignements américains et le ministère de la défense des États-Unis, mais ils ont tous participé à l'exercice Dark Winter de juin 2001. Certaines de ces mêmes personnes ont également joué un rôle dans l'enquête « sabotée » du FBI sur les attaques à l'anthrax qui ont suivi et s'occupent maintenant des principaux aspects de la réponse du gouvernement américain à la crise Covid-19. L'un de ces individus, Robert Kadlec, a récemment été chargé de l'ensemble des efforts de réponse du Département américain de la santé et des services sociaux (HHS) à la crise du Covid-19, malgré le fait qu'il ait été récemment et directement responsable des actions qui ont inutilement infecté les Américains avec la Covid-19.

D'autres acteurs majeurs de Dark Winter sont maintenant les principaux acteurs des programmes de surveillance de masse de « biodéfense » actuellement promus comme solution technologique à la propagation de Covid-19, malgré les preuves que ces programmes  aggravent en fait les foyers de pandémie. D'autres ont encore des liens étroits avec le délit d'initié qui s'est récemment produit au sein d'un groupe restreint de sénateurs américains concernant l'impact économique de Covid-19 et sont prêts à profiter personnellement de contrats lucratifs pour développer non pas un seul, mais la majorité des traitements et vaccins expérimentaux Covid-19 actuellement en cours de développement par des entreprises américaines.

Notre série d'enquêtes, intitulée « Engineering Contagion : Amerithrax, Coronavirus and the Rise of the Biotech-Industrial Complex », examinera ces parallèles inquiétants entre les attaques à l'anthrax de 2001 et les scandales et « solutions » actuels de la crise du Covid-19 ainsi que les simulations qui ont sinistrement précédé les deux événements. En retraçant les principaux acteurs de Dark Winter de 2001 à aujourd'hui, il est également possible de retracer la corruption qui se cache derrière les efforts de « biodéfense » et de préparation aux pandémies des États-Unis depuis des décennies et qui se manifeste aujourd'hui de façon inquiétante, la panique pandémique détournant l'attention du public américain et mondial des individus fondamentalement indignes de confiance et franchement dangereux qui contrôlent la réponse du gouvernement américain et des entreprises américaines.

Étant donné leur implication dans Dark Winter et, plus récemment, dans Event 201 et Crimson Contagion, cette série cherche à explorer la possibilité que, tout comme les attaques à l'anthrax de 2001, des initiés du gouvernement aient eu connaissance à l'avance de la crise Covid-19 à une échelle qui, jusqu'à présent, n'a pas été signalée et que ces mêmes initiés manipulent maintenant la réponse du gouvernement et la panique du public afin de récolter des profits records et d'acquérir un pouvoir sans précédent pour eux-mêmes et le contrôle de la vie des gens.

Un hiver sombre nous attend

Fin juin 2001, l'armée américaine se  préparait à « Dark Winter ». Sur la base aérienne d'Andrews à Camp Springs, dans le Maryland, plusieurs membres du Congrès, un ancien directeur de la CIA, un ancien directeur du FBI, des initiés du gouvernement et des membres privilégiés de la presse se sont réunis pour mener une simulation de guerre biologique qui précéda de quelques mois les attaques du 11 septembre et les attaques à l'anthrax de 2001. Il s'agissait de simuler spécifiquement l'introduction délibérée de la variole dans le public américain par un acteur hostile.

La simulation était un effort de collaboration mené par le Johns Hopkins Center for Civilian Biodefense Strategies (qui fait partie du Johns Hopkins Center for Health Security) en collaboration avec le Center for Strategic and International Studies (CSIS), l'Analytic Services (ANSER) Institute for Homeland Security et l'Oklahoma National Memorial Institute for the Prevention of Terrorism. Le concept, la conception et le scénario de la simulation ont été créés par Tara O'Toole et Thomas Inglesby du Johns Hopkins Center, ainsi que par Randy Larsen et Mark DeMier de l'ANSER. Le script complet de l'exercice peut être  lu ici.

Le nom de l'exercice provient d'une  déclaration faite par Robert Kadlec, qui a participé au scénario créé pour l'exercice, lorsqu'il déclare que le manque de vaccins antivarioliques pour la population américaine signifie que « l'hiver pourrait être très sombre pour l'Amérique ». Kadlec, un vétéran de l'administration George W. Bush et un ancien lobbyiste pour les contractants du renseignement militaire, dirige maintenant la réponse du HHS à Covid-19 et a dirigé les exercices de l'administration Trump en 2019 sur la « Crimson Contagion », qui a simulé une pandémie de grippe paralysante aux États-Unis qui avait d'abord pris naissance en Chine. L'histoire professionnelle de Kadlec, son obsession de plusieurs décennies pour les scénarios d'attaques apocalyptiques par armes biologiques et les exercices Crimson Contagion eux-mêmes font l'objet de la troisième partie de cette série.

Dark Winter a commencé par un exposé sur le contexte géopolitique de l'exercice, qui comprenait des renseignements suggérant que la Chine avait intentionnellement introduit la fièvre aphteuse à Taïwan pour en tirer un avantage économique et politique, que Al-Qaida cherchait à acheter des agents pathogènes biologiques une fois que l'Union soviétique les avait transformés en armes, et que Saddam Hussein, en Irak, avait recruté d'anciens spécialistes de la guerre biologique de l'Union soviétique et importait des matériaux pour créer des armes biologiques. Il note en outre qu'une majorité d'Américains s'étaient opposés à un déploiement planifié de soldats au Moyen-Orient, auquel s'opposaient également l'Irak, la Chine et la Russie. Le texte affirme également que les soldats étaient déployés pour contrer et potentiellement engager l'armée irakienne. Plus tard, au fur et à mesure que l'exercice se déroule, beaucoup de ces Américains autrefois sceptiques sur ce déploiement de troupes commencent bientôt à appeler à la « vengeance ».

Dans ce contexte, la nouvelle se répand  soudainement que la variole, une maladie depuis longtemps éradiquée aux États-Unis et dans le monde, semble avoir éclaté dans l'État de l'Oklahoma. Les participants à Dark Winter, représentant le Conseil national de sécurité, en déduisent rapidement que la variole a été introduite délibérément et qu'elle est le résultat d'une « attaque bioterroriste contre les États-Unis ». On suppose que l'attaque est « liée aux décisions que nous pourrions prendre pour déployer des troupes au Moyen-Orient ».

Comme dans le cas de la crise de Covid-19, il n'y a pas de moyens de diagnostic rapide de la variole, pas de traitements disponibles et pas de capacité de pointe dans le système de santé. L'épidémie s'étend rapidement à de nombreux autres États américains et au monde entier. Les hôpitaux américains sont rapidement confrontés à des « situations désespérées », car « des dizaines de milliers de personnes malades ou anxieuses cherchent à se faire soigner ». A cela s'ajoutent, entre autres complications, « des fournitures nettement insuffisantes » et « des chambres d'isolement insuffisantes ».

Depuis que cet exercice a eu lieu en juin 2001, on peut noter les fortes allusions au fait que l'Irak dirigé par Saddam Hussein et Al-Qaida sont les principaux suspects. En effet, à un moment donné, dans l'un des reportages fictifs utilisés dans l'exercice, le journaliste  déclare que « l'Irak pourrait avoir fourni la technologie derrière les attaques à des groupes terroristes basés en Afghanistan ». De telles affirmations selon lesquelles le gouvernement irakien était lié à Al-Qaïda en Afghanistan réapparaîtraient des mois plus tard, au lendemain des attaques du 11 septembre, et seraient fortement encouragées par plusieurs participants à l'exercice Dark Winter, comme l'ancien directeur de la CIA James Woolsey, qui jurerait plus tard  sous serment que Saddam Hussein était impliqué dans le 11 septembre. Bien entendu, il apparaîtra plus tard que les liens de l'Irak avec Al-Qaïda et les attaques du 11 septembre étaient inexistants, ainsi que le fait que l'Irak ne possédait pas d'armes biologiques ou d'autres « armes de destruction massive ».

Cette insertion dans l'un des bulletins d'information de Dark Winter n'était notamment pas la seule partie de l'exercice qui visait à relier Saddam Hussein et l'Irak aux armes biologiques. Par exemple, pendant l'exercice, l'imagerie satellite a montré qu'une « installation de recherche biologique suspecte » en Irak semblait étendre une « zone d'exclusion » afin de limiter les activités civiles à proximité de l'installation ainsi qu'une « quarantaine possible » dans la même zone que cette installation. Auparavant, l'Irak était l'un des trois pays, avec l'Iran et la Corée du Nord, qui, selon des rumeurs répétées, avaient obtenu illégalement des cultures de variole soviétiques de scientifiques en fuite et l'Irak aurait offert un emploi à un éminent scientifique spécialiste de la variole qui avait travaillé sur le programme soviétique d'armes biologiques.

Puis, à la fin de l'exercice, un « éminent transfuge irakien » apparaît qui prétend que l'Irak a organisé l'attaque par armes biologiques « par des intermédiaires », ce qui est jugé « très crédible » même si « il n'y a pas de preuves médico-légales pour étayer cette affirmation ». L'Irak nie officiellement l'accusation, mais promet de cibler les États-Unis de « manière très dommageable » si les États-Unis « prennent des mesures contre l'Irak ». Il n'est donc pas surprenant que, comme nous le montrerons plus loin dans ce rapport, les principaux participants à Dark Winter fassent largement la promotion du récit selon lequel l'Irak est responsable des attaques à l'anthrax de 2001. D'autres participants, dont Robert Kadlec, ont ensuite été impliqués dans l'enquête « sabotée » du FBI lorsque le Bureau a commencé à se concentrer sur une source nationale, plutôt qu'internationale.

En outre, toujours dans le cadre de la simulation Dark Winter, les grands médias, dont le New York Times et d'autres, ont reçu des lettres anonymes qui menaçaient de nouvelles attaques contre les États-Unis, y compris des attaques à l'anthrax, si les États-Unis ne retiraient pas leurs troupes du Moyen-Orient. Dans cette simulation, ces lettres contenaient « une empreinte génétique de la souche de variole correspondant à l'empreinte de la souche à l'origine de l'épidémie actuelle ». Au cours des attaques à l'anthrax qui se produiraient quelques mois seulement après Dark Winter, Judith Miller - qui a participé à Dark Winter - et d'autres journalistes américains ont reçu des lettres de menace contenant une poudre blanche présumée être de l'anthrax. Dans le cas de Miller, la poudre s'est avérée inoffensive.

D'autres aspects de Dark Winter semblent plus notables que jamais, notamment à la lumière des récentes simulations de pandémie qui ont été menées par le Johns Hopkins Center for Health Security (Event 201) et l'administration Trump (Crimson Contagion) en 2019, ainsi que des options actuelles du gouvernement fédéral pour répondre à Covid-19.

Par exemple, Dark Winter met en garde contre la diffusion de « dangereuses informations erronées » en vendant en ligne des remèdes « non vérifiés » et en faisant des déclarations similaires « non vérifiées », qui sont toutes considérées comme une menace pour la sécurité publique. De telles préoccupations concernant la désinformation en ligne et le contrôle des récits ont récemment fait surface dans le cadre de la crise actuelle de Covid-19. Il faut cependant noter que la simulation « Event 201 » qui s'est tenue en octobre dernier, qui a simulé une pandémie mondiale causée par un nouveau coronavirus, a également fortement  souligné les préoccupations concernant cette désinformation et a suggéré une censure accrue des médias sociaux et des « fermetures limitées d'Internet » pour lutter contre ce problème. Cette simulation était co-organisée par le Johns Hopkins Center for Health Security, qui est actuellement  dirigé par le co-auteur de l'exercice Dark Winter, Thomas Inglesby.

Dark Winter aborde en outre la suppression et le retrait des libertés civiles, comme la possibilité pour le président d'invoquer « The Insurrection Act«, qui permettrait à l'armée d'agir en tant que force de l'ordre à la demande d'un gouverneur d'État, ainsi que la possibilité d'un « régime martial ». Le scénario de Dark Winter aborde également la manière dont les options pour la règle martiale « incluent, mais ne sont pas limitées à, l'interdiction de la libre assemblée, l'interdiction nationale de voyager, la mise en quarantaine de certaines zones, la suspension du mandat d'habeas corpus [c'est-à-dire l'arrestation sans procédure régulière], et/ou les procès militaires dans le cas où le système judiciaire devient dysfonctionnel ».

L'exercice comprend ensuite des « allégations crédibles » selon lesquelles les personnes jugées « suspectes de variole » par les autorités ont été arrêtées ou détenues illégalement et que ces arrestations ont largement visé des personnes à faibles revenus ou des minorités ethniques. En termes d'actualité, il convient de souligner que le procureur général des États-Unis, William Barr, et le ministère de la justice qu'il dirige ont récemment  demandé de nouveaux « pouvoirs d'urgence » qui seraient liés à l'actuelle épidémie de Covid-19. Cette demande fait spécifiquement référence à la possibilité de détenir indéfiniment des Américains sans droit à un procès libre.

Tisser un récit

Après avoir examiné Dark Winter, il devient important d'examiner les événements que l'exercice semblait prévoir, à savoir les attaques à l'anthrax de 2001. Cela est particulièrement crucial pour deux raisons : d'abord, la source de l'anthrax a ensuite été retracée jusqu'à une source nationale, prétendument le laboratoire USAMRIID de Fort Detrick ; ensuite, le mode d'attaque et le récit initial de ces attaques sont directement issus du manuel de Dark Winter. En outre, les principaux acteurs de la réponse gouvernementale aux attaques à l'anthrax, y compris ceux qui avaient apparemment connaissance des attaques, ainsi que ceux qui ont cherché (à tort) à relier ces attaques à Saddam Hussein et à Al-Qaïda, ont également participé à Dark Winter.

Quelques semaines avant la découverte du premier cas d'anthrax, dans la soirée du 11 septembre 2001, le personnel de Dick Cheney, alors vice-président, a reçu l'ordre de commencer à recevoir des injections de l'antibiotique Cipro afin de prévenir l'infection à l'anthrax. En outre, au moins un membre de la presse, le journaliste Richard Cohen - alors au Washington Post - avait également reçu l'ordre de  prendre du Cipro peu après le 11 septembre après avoir reçu un tuyau « de manière détournée d'un haut fonctionnaire du gouvernement ». Qui exactement, dans l'administration Bush et dans le Beltway, a commencé à prendre du Cipro quelques semaines avant les attaques à l'anthrax et pendant combien de temps ? Malheureusement, la réponse à cette question reste sans réponse. Pourtant, il a été révélé depuis que la personne qui avait dit à ces responsables de prendre du Cipro n'était autre que  Jerome Hauer, participant à Dark Winter, qui avait auparavant servi pendant près de 8 ans au sein du Commandement de la recherche et du développement médical de l'armée américaine (USAMRDC), qui supervise le laboratoire USAMRIID à Fort Detrick.

Le 11 septembre 2001, M. Hauer était le directeur général de Kroll Inc, une société privée de renseignement et de sécurité connue officieusement sous le nom de « CIA de Wall Street », une société que les services de renseignement français avaient  accusée de servir de façade à la véritable CIA. Au moment des attentats, Kroll Inc. était responsable de la sécurité du complexe du World Trade Center, mais Hauer n'était commodément pas présent à son bureau du World Trade Center le jour des attentats, apparaissant plutôt dans les médias. La série de « facilités » qui ont suivi Hauer tout au long de sa carrière, en particulier au cours de l'année 2001, et les sommes d'argent considérables qu'il s'est faites sur l'épidémie actuelle de Covid-19 seront examinées en détail dans la  deuxième partie de cette série.

Puis, le 12 septembre, Donald Kagan [le père de Robert, NdT], du groupe de réflexion néoconservateur Project for a New American Century (PNAC), dont les membres occupaient des postes clés dans l'administration Bush, a fait un commentaire étrange- pour l'époque, en tout cas - sur les attaques du 11 septembre et l'anthrax. S'exprimant sur la radio de Washington DC, Kagan - après avoir suggéré que les États-Unis envahissent l'Afghanistan, l'Irak et la Palestine en représailles du 11 septembre -  demande « Que se serait-il passé s'ils avaient eu de l'anthrax dans cet avion ? » Le même jour, James Woolsey, lui-même membre du PNAC et participant à Dark Winter, a déclaré que l'Irak était responsable du 11 septembre lors d'une interview sur le câble.

Une semaine plus tard, un autre membre du PNAC et conseiller de la Maison Blanche de Bush - Richard Perle -  a déclaré à CNN que la prochaine attaque terroriste impliquera probablement des « armes chimiques ou biologiques ». Peu après, Jérôme Hauer réapparaît, affirmant que le gouvernement a maintenant un « nouveau sens de l'urgence » concernant les menaces bioterroristes et affirme que « Oussama Ben Laden veut acquérir ces agents [biologiques] et nous savons qu'il a des liens avec Saddam et que Saddam Hussein les possède ». Bien entendu, Saddam Hussein ne possédait pas réellement ces armes biologiques, sauf dans le scénario de l'exercice fictif Dark Winter auquel Hauer avait activement participé. Quelques jours seulement après que Hauer ait fait ces déclarations audacieuses, ABC News a rapporté que les présumés pirates de l'air du 11 septembre pourraient avoir eu l'intention d'adapter des pulvérisateurs agricoles pour disperser l'anthrax.

Tout cela s'est passé plusieurs jours avant que la première victime de l'anthrax, le photojournaliste Bob Stevens, ne commence à présenter des symptômes et plus d'une semaine avant que les médecins ne commencent à soupçonner que son état était dû à un empoisonnement à l'anthrax.

Le 2 octobre, alors que la santé de Stevens commençait à se détériorer rapidement, un nouveau livre co-écrit par la journaliste Judith Miller du New York Times a été publié.  Intitulé « Germes : Les armes biologiques et la guerre secrète de l'Amérique », le livre affirme que les États-Unis sont confrontés à une menace bioterroriste sans précédent de la part de groupes terroristes comme Al-Qaïda. Il prétend en outre que ces groupes ont pu faire équipe avec des pays comme l'Irak et la Russie. Miller, qui avait participé à Dark Winter quelques mois auparavant, avait mené de nombreux entretiens avec de hauts fonctionnaires de la Maison Blanche pour le livre, en particulier avec le chef de cabinet de Dick Cheney, Lewis « Scooter » Libby.

Libby, bien qu'il n'ait pas participé  personnellement à Dark Winter, a été très affecté par l'exercice lorsqu'il en a eu connaissance, à tel point qu'il s'était personnellement arrangé pour que Cheney regarde la vidéo de l'ensemble de l'exercice Dark Winter le 20 septembre 2001. Cheney a présenté le contenu de Dark Winter au Conseil national de sécurité dès le lendemain. Le magazine New York a ensuite  rapporté que, « quelques jours après le 11 septembre », les principaux auteurs de Dark Winter - Randall Larsen, Tara O'Toole et Thomas Inglesby - rencontraient personnellement Cheney et des membres du personnel de sécurité nationale de l'administration au sujet de l'exercice.

Larsen, qui a travaillé en  étroite collaboration avec Robert Kadlec tout au long des années 1990, aurait introduit clandestinement dans la réunion un tube à essai de Bacillus globigii militarisé, « presque génétiquement identique à l'anthrax », selon ce rapport. On ne sait pas exactement quand cette réunion a eu lieu par rapport au moment où Cheney avait regardé la vidéo de l'exercice Dark Winter.

Le jour même où « Germes », le livre de Miller a été diffusé, le 2 octobre, un autre événement étrange a eu lieu. Un ancien scientifique du laboratoire USAMRIID à Fort Detrick, le Dr Ayaad Assaad, a reçu un appel du FBI après que quelqu'un qui connaissait intimement, et dans les moindres détails le parcours professionnel et la carrière d'Assaad (et qui affirmait également avoir déjà travaillé avec lui) l'a anonymement accusé d'être un « terroriste biologique potentiel » ayant une haine profonde du gouvernement américain. Au moment où la lettre a été reçue par le FBI, ni le public ni le FBI n'avaient connaissance d'une quelconque affaire d'anthrax. Assaad, qui travaillait alors pour l'Agence de protection de l'environnement, a déclaré au FBI qu'il pensait être victime d'un coup monté de la part de ses anciens collègues. Le FBI a estimé que cela était crédible et n'a plus jamais contacté Assaad dans le cadre de cette affaire.

Il est apparu par la suite dans le  Hartford Courant qu'Assaad avait été la cible d'un harcèlement important de la part d'une clique de collègues du laboratoire USAMRIID au début des années 1990. L'un de ces collègues qui avait harcelé Assaad devait quitter le laboratoire mécontent de la controverse sur les allégations de harcèlement d'Assaad. Il est ensuite retourné au laboratoire pour mener des recherches non autorisées, tard dans la nuit, sur l'anthrax et a été lié à plusieurs spécimens manquants d'anthrax et d'autres agents pathogènes - le lieutenant-colonel Philip Zack.

Zack, en 2001, travaillait pour la société de biotechnologie américaine Gilead Sciences. Bien qu'il ait commencé à travailler pour Gilead en 1999, il a été «  trié sur le volet« en 2001 pour diriger la création d'un « nouveau département de gestion de projet en liaison avec une restructuration complète de la R&D [recherche et développement] ». Donald Rumsfeld, un autre membre du PNAC, est  devenu le président de Gilead Sciences en 1997 et il a été président de cette société jusqu'à ce qu'il devienne le secrétaire à la défense de George W. Bush au début de 2001.

Rumsfeld annoncera plus tard, le 10 septembre 2001, que 2 300 millards de dollars avaient « disparu » du budget du Pentagone. Le bureau de comptabilité du Pentagone, dont le personnel tentait de retrouver ces milliards disparus, devait être détruit le 11 septembre 2001. Bien que le scénario d'avions percutant le Pentagone ait été décrit plus tard par les responsables gouvernementaux comme « inimaginable » et « impensable » après les attaques, une  simulation d'avions envoyés sur le Pentagone avait été réalisée moins d'un an avant le 11 septembre.

Le retour de la terreur

Le 4 octobre 2001, le diagnostic d'empoisonnement à l'anthrax de Bob Stevens a été porté à la connaissance du FBI et du CDC, puis le public a été informé par une conférence de presse. Le deuxième cas d'anthrax a été déclaré peu après et concernait un collègue de M. Stevens, qui avait travaillé pour le journal The Sun, basé en Floride.

Un jour plus tard, des fonctionnaires de la Maison Blanche ont commencé à faire immédiatement pression sur Robert Mueller, alors directeur du FBI, pour qu'il prouve que les attaques à l'anthrax étaient liées à Al-Qaïda, bien qu'il n'y ait aucune preuve d'un tel lien. « Ils voulaient vraiment blâmer quelqu'un au Moyen-Orient », a  déclaré plus tard un haut responsable du FBI au New York Daily News.

Au cours des semaines suivantes, des lettres suspectes contenant de la poudre blanche fine ont été envoyées à des journalistes américains connus, dont Tom Brokaw de NBC et Judith Miller du New York Times, bien que la poudre contenue dans la lettre adressée à Miller ait été jugée inoffensive. Il est à noter que ce dernier, et d'autres journalistes, du New York Times ont  écrit un total de 27 articles portant spécifiquement sur l'anthrax et son utilisation potentielle comme arme biologique entre le 12 septembre 2001 et la veille du diagnostic d'empoisonnement à l'anthrax de Stevens.

Des lettres contenant de l'anthrax ont également été reçues par les sénateurs Tom Daschle, Russ Feingold et Patrick Leahy, qui ont à  eux trois - à l'époque - empêché le US Patriot Act de passer rapidement au Sénat et qui ont résisté aux tentatives de l'administration de faire passer la législation sans débat important. Plusieurs de ces lettres portaient la date « 9-11-01 » et les phrases « Mort à l'Amérique, Mort à Israël, Allah est grand » en lettres majuscules soigneusement imprimées.

Peu après, une lettre suspecte a été trouvée dans le bureau de Mike Pence, alors membre du Congrès et actuel vice-président. Media Roots a  noté ce qui suit à propos de la conférence de presse ultérieure de Pence dans un podcast de 2018 qui examinait la chronologie des attaques à l'anthrax de 2001 :

Mike Pence, qui a un jour animé un talk-show matinal se décrivant lui-même comme « la version décaféiné de Rush Limbaugh«, a  tenu une conférence de presse à l'extérieur du Capitole, proclamant la vengeance et la justice biblique à l'encontre de ceux qui ont mené les attaques à l'anthrax. Sa famille - avec des caméras de télévision en accompagnement - a été testée à l'anthrax à l'hôpital après qu'il aurait été trouvé à son bureau.

Aucun média n'a mis en doute sa démesure ou l'étrange performance d'aller à l'hôpital avec sa famille, et contrairement aux sénateurs Daschle et Leahy dans leurs apparitions dans la presse, Mike Pence a fait allusion aux lettres à l'anthrax qui sont liées à la « guerre contre le terrorisme ».

Alors que la panique du public s'intensifiait, on continuait à trouver de plus en plus de lettres, non seulement aux États-Unis mais dans le monde entier, certaines contenant de l'anthrax, d'autres de simples canulars au Japon, au Kenya, en Israël, en Chine et en Australie, entre autres. Simultanément, des efforts pour relier les attaques à l'anthrax à Saddam Hussein et à l'Irak ont commencé à se manifester et ont rapidement gagné en intensité et en nombre.

Les médias ont commencé à établir un lien entre les attaques et l'Irak, d'abord avec le  Guardian, puis avec des médias américains comme le Wall Street Journal. Ces premiers rapports citaient des « enquêteurs américains » et des responsables de la défense non nommés et se concentraient en grande partie sur la  fausse déclaration selon laquelle le cerveau présumé du 11 septembre, Mohammad Atta, avait rencontré un diplomate irakien à Prague à la fin de l'année 2000, ainsi que sur des allégations tout aussi fausses selon lesquelles des membres d'Al-Qaïda avaient récemment obtenu des fioles d'anthrax en République tchèque.

James Woolsey, participant à Dark Winter et membre du PNAC, a joué un rôle clé dans la  diffusion de cette fausse histoire de Prague. Il a également été  révélé fin octobre 2001 que Woolsey était l'émissaire personnel de Paul Wolfowitz, « architecte » de la guerre en Irak et alors secrétaire adjoint à la défense, pour « enquêter sur l'implication de l'Irak dans les attaques du 11 septembre et les épidémies d'anthrax ».

Au-delà du Pentagone, des « experts » étrangers ont bientôt commencé  à affirmer qu'il y avait un lien entre les attaques à l'anthrax et l'Irak, dont l'ancien officier de renseignement militaire israélien  Dany Shoham. Shoham a récemment refait surface en  janvier dernier après avoir affirmé que le Covid-19 avait été développé par le gouvernement chinois comme une arme biologique.

Ces affirmations ont été rapidement suivies par un reportage de Brian Ross, d'ABC News, qui a affirmé (à nouveau à tort) que l'anthrax utilisé dans les attaques contenait de la bentonite. Ross a affirmé que la bentonite « est une marque de fabrique du programme d'armes biologiques du leader irakien Saddam Hussein » et qu'« un seul pays, l'Irak, a utilisé la bentonite pour produire des armes biologiques ». Ross a affirmé que ces informations provenaient de trois « sources bien placées mais distinctes », qui sont ensuite passées à quatre. Pourtant, aucun test effectué pendant l'enquête sur l'anthrax n'a jamais trouvé de bentonite, ce qui signifie que l'histoire était une invention dès le début. ABC et Brian Ross n'ont jamais rétracté l'histoire.

Glenn Greenwald, qui écrivait alors sur  Salon, a déclaré ce qui suit à propos des sources de Ross en 2008 :

Les quatre sources de Ross devaient avoir une connaissance spécifique des tests effectués et, si elles étaient vraiment « bien placées », on pourrait supposer qu'elles avaient un lien avec le laboratoire où les tests ont été effectués à Fort Detrick. Cela signifie que le même laboratoire gouvernemental d'où provenaient les attaques à l'anthrax elles-mêmes était le même que celui d'où provenaient les faux rapports qui accusaient ces attaques contre l'Irak.

Il est extrêmement possible - on pourrait dire très probable - que les mêmes personnes responsables des attaques soient celles qui ont fourni les fausses informations au public, par le biais d'ABC News, selon lesquelles Saddam était derrière elles. Ce que nous savons avec certitude - grâce aux lettres accompagnant l'anthrax - c'est que les auteurs des attentats voulaient faire croire au public qu'ils étaient envoyés par des musulmans étrangers. Donner à ABC News des allégations visant à lier Saddam à ces attentats reviendrait, pour des raisons évidentes, à promouvoir l'objectif du ou des auteurs des attaques à l'anthrax.

Bientôt, les médias ont commencé à noter les messages contradictoires du gouvernement américain concernant les attaques à l'anthrax, messages qui ont des parallèles frappants avec les messages de l'administration Trump sur la Covid-19. Dans un de ces rapports,  écrit par Matthew Engel pour The Guardian, on peut lire :

Les responsables ont aggravé les problèmes en envoyant des messages confus. L'arme à l'anthrax était-elle de qualité ou non ? Les Américains devraient-ils s'alarmer ou se détendre ? Le président Bush lui-même a-t-il été testé ? Les signaux ne cessent de changer. M. Thompson a suggéré très tôt que Bob Stevens, la première victime de l'anthrax, aurait pu boire de l'eau infectée.

Lors des attaques à l'anthrax de 2001, les actions contradictoires n'ont pas manqué non plus, comme le fait que le gouvernement n'ait pas exigé des postiers qu'ils prennent de la Cipro ou même qu'ils prennent les précautions les plus simples alors que les membres de l'administration Bush prenaient de la Cipro des semaines avant que les attaques à l'anthrax ne soient connues du FBI et du public. Pire encore, l'administration Bush a attendu extrêmement longtemps avant de fermer les bureaux de poste pour effectuer des tests de dépistage de l'anthrax, attendant que de nombreux postiers soient déjà infectés et que certains soient déjà morts. De plus, Ernesto Blanco - un employé de la poste de Floride qui s'est plus tard remis d'un empoisonnement à l'anthrax - et sa famille ont été désorientés par le refus du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de diagnostiquer un empoisonnement à l'anthrax alors qu'il était dans un état grave. La famille de Blanco a par la suite  affirmé que son diagnostic avait été gardé secret pour des raisons politiques.

« BASIS » pour la surveillance et le contrôle

La réponse contradictoire de l'administration Bush aux attaques à l'anthrax et la panique qui s'en est suivie ont également été mises en parallèle avec un système de capteurs tout aussi contradictoire, qui avait été installé quelques mois seulement avant les attaques à l'anthrax dans trente villes des États-Unis, malgré un bilan de précision douteux.

Au moment où les scénarios fictifs proposés dans Dark Winter étaient en cours d'écriture, les scientifiques américains développaient un système de capteurs pour la détection de l'anthrax et de la toxine botulique appelé BASIS (Biological Aerosol Sentry and Information Systems). Des mois avant que l'anthrax ne provoque une panique extrême et ne cible les sénateurs américains, des scientifiques de Los Alamos et du Lawrence Livermore National Laboratory testaient le dispositif de détection biologique au Dugway Proving Ground dans l'Utah, au sein de la Division des programmes spéciaux de ce qui fut le site du programme américain d'armes biologiques et où sont souvent produits les échantillons d'anthrax utilisés à Fort Detrick.

Il convient de noter que Dugway, comme Fort Detrick, a des problèmes de longue date avec les  manquements à la biosécurité qui ont entraîné de nombreux incidents, comme l'envoi  accidentel d'anthrax vivant plus de 70 fois à 86 laboratoires différents dans le monde entier entre 2005 et 2015. Des analyses indépendantes menées après la clôture de l'enquête du FBI sur les attentats ont suggéré que Dugway pourrait avoir été la source de l'anthrax utilisé dans les attentats, et pas Fort Detrick.

Pour en revenir à BASIS, les résultats des tests effectués sur ce nouveau système de capteurs en 2001 ont montré qu'il était très enclin à générer des  faux positifs et qu'il était donc sans valeur au-delà de la capacité à « induire la panique et la perturbation sociale qu'il est censé contrecarrer », selon le Livermore Laboratory, qui a néanmoins commercialisé BASIS comme un outil pour « protéger l'air que nous respirons ». Le vice-président Cheney, à la suite de son briefing de septembre 2001 sur Dark Winter, a décidé d'installer le système à la Maison Blanche.

Quelques jours après la conférence de presse du sénateur Tom Daschle qui a révélé qu'il avait été visé par l'attaquant à l'anthrax, le président Bush était à Shanghai pour assister au sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) lorsqu'il a reçu un appel de Dick Cheney dans son avion Airforce Two. Cheney a délivré un message effrayant : le président et les secrétaires Condoleezza Rice et Colin Powell, qui étaient avec Bush en Chine, auraient pu être exposés à la toxine botulique ultra-létale à la Maison Blanche.

BASIS avait donné deux résultats positifs pour la neurotoxine mortelle et - si les tests étaient avérés - trois des plus hauts responsables américains étaient « grillés ». Pourtant, une fois de plus, BASIS s'est montré à la hauteur de sa réputation de grand mécanisme de déclenchement de la panique lorsque les prétendus résultats de la toxine botulique ont été déterminés comme étant des faux positifs. Apparemment, cette caractéristique « involontaire » a été un véritable argument de vente, comme le prouve le déploiement ultérieur du système par George W. Bush dans  trente villes du pays sous les auspices du nouveau ministère de la sécurité intérieure dans le cadre d'un programme appelé  Bio-Watch.

Au vu des événements décrits, il est intéressant de noter que BASIS s'appuie sur le réseau de réponse des laboratoires (LRN) du CDC pour identifier les agents biologiques piégés par ses capteurs. Les 150 laboratoires d'État et locaux qui composent le LRN utilisent une analyse par réaction en chaîne de la polymérase (PCR), qui est mal équipée pour détecter la toxine botulique  susmentionnée. En outre, le programme Bio-Watch est miné par des problèmes bureaucratiques et logistiques, qui sapent encore plus les avantages potentiels pour la santé publique.

Le Département de la Santé (DHS) était pleinement conscient des limites du programme dès le début et a lancé des appels d'offres pour le développement d'une technologie de capteurs autonomes qui éliminerait la nécessité de prélever des échantillons manuellement. Le programme BAND (Bioagent Autonomous Networked Detector) a ensuite été lancé par l'HSARPA (Homeland Security Advanced Research Projects Agency) en septembre 2003 et, en 2008, a  attribué un contrat pluriannuel pour son développement à MicroFluidic Systems, Inc. une société fondée par Allen Northrup. Northup est également co-fondateur de Cepheid, une société de tests de diagnostic qui a reçu l'  approbation de la FDA pour un test Covid-19 en 45 minutes il y a moins de deux semaines.

Parallèlement au développement de BASIS peu avant le 11 septembre et les attaques à l'anthrax de 2001, la DARPA a parrainé un programme de surveillance visant à recueillir des données sur les citoyens américains à leur insu et sans leur consentement en utilisant leurs dossiers médicaux. Le but apparent de ce programme était de développer des algorithmes capables de détecter une attaque par arme biologique en se basant sur l'entrée de données en temps réel. La technologie de reconnaissance des indicateurs avancés de Bio-Event, ou Bio-ALIRT, est au cœur de ce que le co-auteur de Dark Winter, le Dr Tara O'Toole, appelle la « chaîne d'approvisionnement en informations ».

« Nous devons avoir un flux d'informations discipliné pendant les épidémies, qui va aux personnes qui ont besoin de savoir ce qu'elles ont besoin de savoir », a récemment  déclaré M. O'Toole à Ira Pastor dans une interview. « C'est différent de ce système de surveillance cosmique, qui capture toutes les informations possibles en permanence et nous dit, à l'avance, quand une épidémie se prépare. Nous avons besoin d'une chaîne d'information pour gérer l'épidémie ». O'Toole, qui  travaille maintenant pour In-Q-Tel, la branche de la CIA spécialisée dans le capital-risque, et sa promotion de longue date de la surveillance de masse au nom de la « santé publique » seront abordées dans un prochain épisode de cette série.

Les partenaires de la DARPA dans cette entreprise orwellienne étaient, sans doute sans surprise, des acteurs récurrents dans le domaine des simulations d'attaques biologiques, de Johns Hopkins à l'Université de Pittsburgh - dont les centres de biosécurité étaient  auparavant tous deux dirigés par O'Toole - et des géants de l'industrie de la défense, General Dynamics et IBM.

Au-dessus de ces innovations draconiennes flotte le récit général que les attaques à l'anthrax de 2001 étaient censées graver dans la conscience populaire. Bien que les attentats aient été imputés à Bruce Ivins, scientifique de l'USAMRIID, les méthodes d'enquête et de poursuite très discutables utilisées dans le cas de M. Ivins, sans parler de son suicide avant le procès, peuvent au contraire fournir des indices sur une opération bâclée sous faux drapeaux qui avait été conçue à l'origine pour soutenir la création d'un nouvel échiquier géopolitique opposant les États-Unis à leurs mêmes ennemis perpétuels.

Couvrir la véritable conspiration

Dès ses débuts, l'enquête « Amerithrax » du FBI sur les attentats à l'anthrax de 2001 a été clairement bâclée, sabotée et même farfelue. Par exemple, la lettre envoyée au Dr Ayaad Assaad aurait manifestement constitué un point de départ clair pour toute enquête honnête, car celui qui l'a écrite avait une connaissance préalable évidente des attentats, des liens avec l'USAMRIID et tentait de faire accuser quelqu'un d'autre d'un crime qui - au moment où elle a été envoyée - n'avait pas encore été commis. Pourtant, The Hartford Courant a  noté fin 2001 que « le FBI ne traque pas la source de la lettre anonyme, malgré son curieux timing, survenant quelques jours avant que l'existence de courrier contenant de l'anthrax ne soit connue ». Pourquoi le FBI ne s'intéresserait-il pas à l'auteur de cette lettre, alors qu'elle présente une piste claire sur quelqu'un qui, à tout le moins, savait qu'une attaque bioterroriste aurait bientôt lieu et que le profil de l'agresseur correspondrait à celui d'Assaad, c'est-à-dire musulman et ancien scientifique de l'USAMRIID.

En outre, dans les premiers jours de l'enquête, le 12 octobre 2001 - une semaine seulement après que les attentats ont fait leur première victime - le FBI a appelé l'université de l'Iowa et a exigé qu'elle détruise toute sa base de données sur la souche Ames de l'anthrax, souche dont on découvrira plus tard qu'elle est celle-là même qui a été utilisée dans les attentats.

Le FBI et l'université ont tous deux officiellement affirmé que la destruction de la base de données avait été ordonnée afin d'empêcher son utilisation potentielle par des terroristes à l'avenir et constituait donc une « précaution », bien qu'elle ait considérablement entravé la capacité de l'enquête à déterminer les origines de l'anthrax utilisé dans les attentats. Le Dr Francis Boyle, professeur de droit américain qui a rédigé le Biological Weapons Anti-Terrorism Act de 1989, a par la suite  affirmé que la décision du FBI d'ordonner la destruction de la base de données sur la souche Ames était une « obstruction à la justice, un crime fédéral », ajoutant que «... Cette collection aurait dû être préservée et protégée en tant que preuve. C'était de l'ADN, des empreintes digitales juste là. »

La destruction de la base de données sur les souches Ames et la décision de ne pas poursuivre les pistes liées à la lettre anonyme encadrant le Dr Assaad peuvent-elles être considérées comme de simples « faux pas » commis dans les premiers jours, sans doute les plus cruciaux, de l'enquête ? Le fait que l'administration Bush, comme mentionné précédemment, faisait fortement pression sur Robert Mueller, alors directeur du FBI, pour qu'il trouve un lien avec « quelqu'un au Moyen-Orient » au moment même où ces décisions ont été prises suggère plutôt que l'enquête a été hautement politisée et manipulée par de hauts fonctionnaires du gouvernement dès le début.

L'enquête du FBI a continué à être entachée par des actions d'obstruction similaires. Par exemple, l'échantillon d'anthrax qui se trouvait dans l'enveloppe adressée au sénateur Patrick Leahy contenait des traces d'ADN humain, une  découverte cruciale que le laboratoire du FBI a délibérément dissimulée aux propres enquêteurs de l'agence. Le laboratoire du FBI a alors refusé de rechercher une correspondance avec cet échantillon d'ADN humain, alors que cela devait conduire - selon toute probabilité - à l'agresseur réel.

En raison de toutes les obstructions et du sabotage délibéré qui ont eu lieu, l'enquête a progressé lentement, des indices cruciaux ayant été ignorés ou carrément écartés, apparemment dans le but d'éloigner les enquêteurs du FBI de la véritable piste. Après avoir subi des pressions politiques et médiatiques pour qu'au moins un suspect soit nommé, le FBI a commencé à se concentrer sur l'ancien chercheur de l'USAMRIID, Stephen Hatfill.

Bien qu'il n'y ait aucune raison valable de poursuivre Hatfill, le FBI -  accompagné d'équipes de télévision - a fait une descente dans l'appartement de Hatfill en combinaison de protection biologique et le procureur général de l'époque, John Ashcroft, l'a ensuite publiquement désigné comme « personne d'intérêt » dans l'affaire. Le FBI a fait pression sur l'employeur de Hatfill pour qu'il le licencie et a refusé de blanchir son nom des années après que le Bureau ait su qu'il n'avait aucun lien avec le crime. Hatfill a d'abord poursuivi le gouvernement en 2003 et le ministère de la justice a  réglé l'affaire avec Hatfill cinq ans plus tard, en lui versant 4,6 millions de dollars de dommages et intérêts.

Bien qu'elle ait finalement été réglée, la poursuite de Hatfill a d'abord donné lieu à des réclamations étranges de la part des enquêteurs du FBI, avec Richard Lambert, le fonctionnaire du FBI en charge de l'enquête sur Amerithrax,  affirmant que la poursuite « pourrait mettre en péril l'enquête et exposer des secrets nationaux liés aux mesures de défense des États-Unis contre les armes biologiques ». Il a également affirmé qu'elle « rendrait publique les vulnérabilités et les capacités des installations du gouvernement américain à mener des attaques par armes biologiques et exposerait les sources et les méthodes sensibles de collecte de renseignements ». Lambert allait plus tard intenter un  procès fédéral pour dénonciation, où il accusait le FBI d'avoir « considérablement entravé et gêné l'enquête ».

Le ministère de la Justice, qui supervise le FBI, a fait valoir un argument similaire lorsque Maureen Stevens, l'épouse de Bob Stevens, la première victime de l'anthrax, a poursuivi le gouvernement fédéral pour le laxisme des mesures de sécurité mises en place au laboratoire USAMRIID d'où proviendrait l'anthrax utilisé dans les attentats. L'avocat de Stevens a déclaré que la poursuite a également été  déposée en raison des « tactiques d'obstruction du gouvernement », qui comprenaient « le fait de prendre des mois pour remettre un rapport d'autopsie, de leur refuser l'accès aux tests ADN et même de leur refuser l'argent du Fonds d'indemnisation des victimes du 11 septembre ». Invoquant des « préoccupations de sécurité nationale », les avocats fédéraux ont cherché à retarder le procès de Stevens,  arguant que le litige « présenterait un risque important de divulgation d'informations classifiées ou sensibles relatives à l'acquisition, au développement et à l'utilisation d'armes de destruction massive telles que l'anthrax ».

En 2008, peu après que M. Hatfill ait été innocenté et que le procès avec lui ait été réglé, le FBI a commencé à se concentrer sur un autre chercheur de l'USAMRIID, le Dr Bruce E. Ivins. Celui-ci avait auparavant aidé le FBI à analyser l'anthrax utilisé dans les lettres envoyées aux politiciens, aux journalistes et à d'autres personnes. Il a été la cible d'une surveillance agressive de la part du FBI et de ce qui ne peut être décrit que comme un harcèlement extrême.

Comme l'a noté Glenn Greenwald dans  Salon en 2008, « l'enquête du FBI a été si intrusive qu'elle a été jusqu'à montrer des photos macabres des victimes de l'anthrax aux enfants adultes d'Ivins, en leur disant que c'est leur père qui a fait cela, tout en essayant de les inciter à se retourner contre lui en leur promettant une récompense ». Il a également été révélé que le conseiller en toxicomanie Jean Duley, dont l'ordonnance restrictive contre Ivins a été utilisée par les médias comme « preuve » qu'il était dérangé et probablement un « loup solitaire » terroriste, avait en fait été  incité par nul autre que le FBI à demander cette même ordonnance restrictive.

Le FBI, alors qu'il intensifiait son ciblage sur Ivins, a divulgué une grande partie de ses preuves aux médias, qui - pour la plupart - les ont rapportées sans esprit critique. Cependant, il est finalement devenu évident que l'affaire était bâclée et ne tiendrait jamais devant un tribunal car elle était fondée sur des  preuves circonstancielles et des analyses scientifiques douteuses.

Le 29 juillet 2008, il a été annoncé que M. Ivins, dont la vie et la carrière avaient été ruinées par les tactiques agressives du FBI, s'était suicidé au moment même où le gouvernement fédéral allait l'accuser d'être le seul coupable des attaques à l'anthrax. Peu de gens ont choisi de remettre en question le récit du suicide, malgré des raisons légitimes, comme l'absence de lettre de suicide sur les lieux et le fait qu'aucune  autopsie n'a jamais été pratiquée sur le corps d'Ivins.

Le procès intenté par l'ancien agent du FBI Richard Lambert pour dénonciation a  révélé par la suite que le FBI avait intentionnellement dissimulé une « mine » de preuves de l'innocence d'Ivins et a en outre accusé le DOJ et le FBI d'avoir « élaboré une campagne de gestion de la perception pour renforcer leur affirmation de la culpabilité d'Ivins » qui comprenait « des conférences de presse et des présentations de preuves très sélectives qui étaient pleines d'omissions matérielles ».

Après le suicide d'Ivins, des questions ont continué à se poser concernant le dossier du FBI contre le scientifique décédé, plusieurs journalistes et même le sénateur  Patrick Leahy - qui avait reçu une lettre à l'anthrax - insistant sur le fait que le dossier du FBI contre Ivins, en particulier l'accusation selon laquelle il avait agi seul, était peu plausible. Un ancien collègue d'Ivins, et l'un des meilleurs experts en guerre biologique du pays, Richard Spertzel, a  affirmé dans le Wall Street Journal qu'Ivins ne pouvait pas être le coupable car il ne savait pas comment fabriquer de l'anthrax de la qualité utilisée dans les attentats puisque seules 4 à 5 personnes dans tout le pays, dont Spertzel, savaient le faire. Spertzel a affirmé que l'une de ces 4-5 personnes aurait eu besoin d'au moins un an ainsi que d'un laboratoire complet et d'un personnel dédié à cette tâche afin de produire l'anthrax utilisé.

Pour tenter d'apaiser les critiques croissantes, Mueller a  annoncé en septembre 2008 qu'un panel de l'Académie nationale des sciences (NAS) examinerait de manière indépendante les analyses scientifiques du FBI qui avaient conduit à l'accusation d'Ivins. Cependant, le FBI a brusquement clos l'affaire en 2010, bien avant que le panel ne puisse conclure son examen, et a maintenu son affirmation controversée selon laquelle Ivins avait agi comme un « loup solitaire » et que l'anthrax provenant d'un flacon du laboratoire d'Ivins avait été « identifié de manière concluante comme étant la matière première de la poudre d'anthrax utilisée dans les envois ».

Lorsque l'Académie nationale des sciences (NAS) a  publié son examen des conclusions scientifiques du FBI un an plus tard en 2011, elle a constaté que les preuves scientifiques du Bureau contre Ivins étaient en fait très peu concluantes et a également identifié plusieurs problèmes non résolus avec les analyses du FBI pour lesquels le Bureau ne pouvait pas fournir d'explication.

Toutefois, comme Ivins est mort avant que le dossier scientifique du FBI ne puisse être jugé, les affirmations du FBI ne seront jamais contestées devant un tribunal. David Relman, vice-président du comité d'étude de la National Academy, a déclaré plus tard à  ProPublica que le procès d'Ivins aurait été le seul moyen pour « peser et contester les affirmations du FBI par des experts ».

L'étude de la NAS n'est pas le seul rapport indépendant qui a remis en cause le dossier du FBI contre Ivins après son suicide apparent. En 2014, le Government Accountability Office (GAO) a publié sa propre analyse de l'enquête du FBI et a conclu que l'approche du FBI manquait de cohérence, de normes adéquates et de précision. Le rapport du GAO a finalement soutenu la conclusion du NAS selon laquelle les preuves scientifiques ne prouvaient pas définitivement qu'Ivins était le coupable.

Les conclusions des rapports de la NAS et du GAO montrent que le « pistolet fumant » du FBI contre Ivins - ses analyses scientifiques - n'était pas un pistolet fumant car elles étaient tout aussi circonstancielles que le reste des preuves du Bureau contre le scientifique. Cela rend bien sûr significatif le moment où le FBI a décidé de clore l'affaire, un an avant qu'une analyse indépendante de ses preuves contre Ivins puisse être achevée.

Des personnages familiers

Les principaux acteurs de Dark Winter finiraient également par jouer un rôle dans l'enquête Amerithrax du FBI et dans les efforts de l'administration Bush pour les relier à une source étrangère, plutôt que nationale. Par exemple, alors que des efforts de plus en plus désespérés étaient faits pour relier les attaques à l'anthrax à Al-Qaïda au début de 2002, une équipe « indépendante » du Johns Hopkins Center for Civilian Biodefense Strategies a soutenu que les attaquants à l'anthrax étaient liés à Al-Qaïda, citant un diagnostic fait par un médecin de Floride en juin 2001 selon lequel le présumé pirate de l'air du 11 septembre Ahmed al-Haznawi avait une lésion cutanée qui était « compatible avec l'anthrax cutané ».

Pourtant, cette équipe de Johns Hopkins était - en réalité - loin d'être indépendante, puisqu'elle était  dirigée par les co-auteurs de Dark Winter, Tara O'Toole et Thomas Inglesby. Cependant, leur association avec Dark Winter et leur rencontre de septembre 2001 avec Dick Cheney n'ont pas été mentionnées, car les médias ont  repris l'affirmation de Tara O'Toole et Inglesby selon laquelle la lésion d'al-Haznawi prétendument liée à l'anthrax « soulève la possibilité que les pirates de l'air manipulaient de l'anthrax et étaient les auteurs des attaques de lettres à l'anthrax ». D'autres scientifiques et analystes ainsi que le FBI ont contesté et rejeté leurs affirmations.

Une autre figure de Dark Winter impliquée dans l'affaire Amerithrax était l'actuel secrétaire adjoint pour la préparation et la réponse (ASPR) au ministère américain de la santé et des services sociaux (HHS), Robert Kadlec, qui est devenu conseiller en matière de guerre biologique auprès du Pentagone dirigé par Rumsfeld dans les jours qui ont suivi le 11 septembre. La biographie officielle de Kadlec  indique qu'il a « contribué à l'enquête du FBI sur les attaques à l'anthrax », bien que l'on ne sache pas exactement quelles ont été ces contributions, à part avoir  rencontré au moins une fois des scientifiques à Fort Detrick en novembre 2001. Quelles qu'aient été ses contributions, Kadlec a longtemps été un  fervent partisan du récit officiel concernant Bruce Ivins, qu'il a qualifié de « scientifique dérangé » et de seul coupable des attentats. Kadlec a également  utilisé le récit officiel sur Ivins pour affirmer que les armes biologiques ont été « démocratisées », ce qui signifie, selon lui, que les agents pathogènes peuvent être utilisés par quiconque dispose de « quelques milliers de dollars » et de suffisamment de temps.

Il faut noter que Kadlec n'est pas le seul personnage clé dans la réponse actuelle du gouvernement américain à Covid-19 à avoir des liens avec l'enquête bâclée du FBI, puisque l'actuel secrétaire du HHS, Alex Azar, a  également participé à l'enquête du FBI. De plus, Azar a déclaré lors d'un point de presse à la Maison Blanche en 2018 qu'il avait été « personnellement impliqué dans une grande partie de la gestion de la réponse [aux attaques à l'anthrax] » en tant qu'avocat général du HHS à l'époque.

Pourtant, étant donné que l'enquête du FBI sur les attaques à l'anthrax et la réponse du gouvernement à ces attaques ont été si désastreuses et si fortement critiquées par les médias indépendants comme par les médias grand public, il est surprenant qu'Azar et Kadlec vantent avec tant de fierté leur implication dans ce fiasco, surtout si l'on considère que les analyses scientifiques utilisées dans cette enquête étaient fatalement erronées et ont, selon toutes les indications, conduit à la mort d'un homme innocent.

Alors que de telles références dans un monde « normal » constitueraient un motif d'exclusion du service public, elles ont apparemment l'effet inverse lorsqu'il s'agit de la politique du HHS et de la politique de biodéfense des États-Unis après 2001, qui - surtout après 2001 - a défendu les intérêts et les profits des sociétés pharmaceutiques et la vision apocalyptique des armes biologiques détenues par les faucons de guerre et les perpétuels guerriers du froid. Cette dernière catégorie comprend bien sûr les membres du défunt PNAC, qui a tristement qualifié les armes biologiques à visée raciale d'« outil politiquement utile » dans un document désormais  tristement célèbre de 2000, et leurs descendants idéologiques.

Comme le montrera le prochain épisode de cette série, Jerome Hauer, participant à Dark Winter et initié des attaques à l'anthrax de 2001, incarne cette fusion d'un perpétuel bellicisme et des intérêts des entreprises pharmaceutiques, puisqu'il a longtemps occupé (et continue d'occuper) des postes clés au sein du conseil d'administration de la même entreprise pharmaceutique qui a non seulement vendu des dizaines de millions de doses de vaccin contre l'anthrax au HHS à la suite des attaques à l'anthrax de 2001, mais qui est maintenant partenaire dans le développement de la majorité des vaccins, médicaments et traitements expérimentaux actuellement en cours de développement aux États-Unis pour le traitement du Covid-19.

Whitney Webb & Raul Diego

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter