14/05/2020 wsws.org  6 min #173862

Entretien de Bernie Sanders avec le Washington Post: La piètre substance des politiques du Parti démocrate

Par Genevieve Leigh
14 mai 2020

Lundi, le sénateur Bernie Sanders a accordé une entrevue en ligne au journaliste du Washington Post Robert Costa. Costa a posé un large éventail de questions, notamment sur la politique étrangère, le candidat à la vice-présidence de Joe Biden et les nominations de celui-ci à son cabinet, ainsi que sur la voie à suivre pour les partisans de Sanders lors des élections de 2020.

Sanders a répété ses appels habituels en faveur du «Medicare for all» (les soins de santé universels) et d'une «économie qui fonctionne pour tous», tout en régurgitant la ligne officielle du Parti démocrate sur presque toutes les questions et en réaffirmant son soutien sans réserve à Biden.

Bernie Sanders

La rhétorique de Sanders était nettement plus modérée que celle de sa campagne présidentielle. Il a largement minimisé l'ampleur de la catastrophe sanitaire et économique à laquelle sont confrontés des millions de travailleurs dans le cadre de la pandémie mondiale de COVID-19, et n'a pas fait mention des plans de renflouage des entreprises pour lesquels il a voté au Sénat.

Le but de l'événement, comme de toutes les apparitions de Sanders depuis la fin de sa campagne, était de réduire les attentes de ses partisans et de les amener à soutenir Biden et le Parti démocrate.

Au cours de l'entrevue, Sanders s'est solidarisé avec la campagne anti-Chine menée par les démocrates et les républicains. Il a déclaré qu'«en termes de coronavirus», le bilan de la Chine était «très, très problématique, c'est le moins qu'on puisse dire» et «très mauvais». Ces commentaires font suite à une publicité, très à droite, dévoilée par la campagne de Biden à la fin avril, dans laquelle Biden attaque Trump pour avoir «capitulé» devant le président chinois Xi et avoir dissimulé la responsabilité supposée de son gouvernement d'avoir permis au virus de se propager aux États-Unis et à d'autres pays.

La publicité de Biden indique clairement que le Parti démocrate, s'il remporte les élections en novembre, utilisera la crise sanitaire qui s'aggrave pour intensifier les tensions militaires avec la Chine. Le récit anti-Chine vise à détourner l'attention de la réponse criminellement négligente de l'administration Trump et de l'ensemble de l'establishment politique à l'épidémie de coronavirus.

Dès le début, la classe dirigeante américaine et ses serviteurs politiques se sont concentrés sur la menace que le virus représentait non pas pour le peuple américain, mais pour les marchés financiers. Une fois que le plan de renflouage de plusieurs billions de dollars, appelé «CARES Act», a été promulgué fin mars, stoppant la chute de la bourse et déclenchant une hausse record au cours des six dernières semaines, la campagne officielle pour forcer les travailleurs à reprendre le travail sans aucune protection contre le virus a commencé. Toute prétention à un effort coordonné pour contenir la pandémie a été largement abandonnée.

Le soutien de Sanders au récit anti-Chine fabriqué, qui n'a aucun fondement dans les faits, est très significatif bien que peu surprenant. Sanders soutient depuis longtemps l'impérialisme américain en général et le nationalisme économique et la guerre commerciale contre la Chine en particulier. Tout au long de sa campagne pour la présidence, il a alterné entre des ouvertures de  soutien aux mesures de guerre commerciale de Trump avec la Chine et des attaques contre Trump et même contre ses collègues démocrates pour ne pas s'être suffisamment engagés dans un conflit avec la Chine.

Il ne fait aucun doute que si Biden gagnait les élections, Sanders jouerait un rôle essentiel pour attiser le soutien de la «gauche» à une escalade militaire contre la Chine.

Le deuxième aspect notable de l'entretien est les commentaires de Sanders sur les mesures «progressistes» que ses partisans devraient attendre d'une présidence Biden. Costa l'a interrogé sur son projet de «faire pression» sur Biden en matière de soins de santé «pour qu'il poursuive plus qu'une option privée.» Après avoir d'abord rassuré Costa en lui disant qu'il «soutenait fermement Joe», il a donné une idée de ce qu'il envisageait en termes de «faire bouger Biden vers la gauche» en matière de soins de santé.

«Medicare for all est la direction que nous devons prendre», a-t-il déclaré. «Je vais faire de mon mieux pour faire avancer Joe dans cette direction... Je pense qu'une façon d'aller dans cette direction est d'abaisser l'âge d'éligibilité à l'assurance-maladie de 65 à 55 ans.» Sanders a conclu en disant qu'il espérait que Biden aille «dans cette direction.»

Cette légère réforme, qui n'a pas encore été adoptée par la campagne de Biden, n'équivaut même pas à une prétendue politique «progressiste.» Pour mettre cette proposition en perspective, en 2016, Hillary Clinton a évoqué une proposition visant à abaisser l'âge de l'assurance-maladie à 50 ans.

En d'autres termes, la version de Sanders d'une campagne «réussie» pour tirer Joe Biden vers la gauche consiste en une concession «progressiste» encore plus timide que celle proposée par la candidate du Parti démocrate il y a quatre ans. Et, comme Sanders le sait bien, il n'y a aucune chance qu'une administration dirigée par le vétéran du Parti démocrate et vice-président d'une administration qui a rejeté ne serait-ce que la couverture d'une «option publique» dans le cadre de sa célèbre Affordable Care Act (Loi sur les soins de santé abordables) - laquelle n'était rien d'autre qu'une mesure pro-marchés visant la réduction des coûts - promulgue une telle mesure.

Au contraire, la massive dette publique contractée pour le renflouage des sociétés effectué sous le couvert de la pandémie sera inévitablement imposée à la classe ouvrière sous la forme de coupes brutales dans les soins de santé et autres services essentiels, quel que soit le parti gagnant en novembre. C'est une question de politique de classe fondamentale pour l'oligarchie financière et corporative qui contrôle les deux parties.

Au cours de l'entrevue, Sanders a cherché à obscurcir sa trajectoire vers la droite en répétant certains de ses slogans démagogiques standards. À un moment donné, il a déclaré que le moment était venu de «dire à la classe des milliardaires que cette économie va changer et qu'elle ne peut pas être fondée sur la cupidité et l'égoïsme.» Après avoir capitulé en 2016 face à Clinton, une candidate de droite et fait de même en 2020 face à Biden, lui aussi de droite, dans un contexte de crise bien plus grave et de mouvement croissant d'opposition et de soutien au socialisme dans la classe ouvrière, tant aux États-Unis qu'au niveau international, l'effet des phrases creuses du beau-parleur Sanders s'estompe.

Il est intéressant de revoir la trajectoire politique de Sanders depuis le début de la pandémie. Il a mis fin à sa campagne et a appelé à «l'unité» derrière Biden au moment précis où le coronavirus a commencé à exposer devant des millions de personnes le caractère de classe du Parti démocrate et le conflit irréconciliable entre les intérêts de la classe ouvrière et ceux de la classe dirigeante.

Son dernier acte avant de suspendre sa campagne a été de voter pour le plan de renflouage de Wall Street et des entreprises qui a été adopté avec le soutien unanime des républicains et des démocrates au Sénat. Depuis lors, il s'est engagé à soutenir pleinement «son bon ami» Joe. Il n'a pas posé une seule exigence à la campagne de Biden et n'a pas non plus émis de critiques importantes sur sa politique.

Lorsque Costa a demandé à Sanders de se prononcer sur la question de savoir qui serait le meilleur colistier de Biden et quels politiciens «progressistes» Sanders encouragerait Biden à nommer dans son cabinet, Sanders a refusé de répondre. Il a justifié sa réponse en disant que le choix de la vice-présidence était «personnel et non idéologique.» En ce qui concerne les postes ministériels, il a renvoyé Costa au site web du Caucus progressiste du Parti démocrate.

L'aboutissement de «l'expérience Sanders» et, en particulier, ses actions tout au long de la pandémie, ont révélé la faillite absolue de sa soi-disant «révolution politique.» Plus fondamentalement, cela a révélé une fois de plus la futilité de la stratégie de réforme du Parti démocrate mise de l'avant par Sanders et les organisations dans son orbite, telles que les Socialistes démocrates d'Amérique. En fin de compte, sa campagne n'atteint même pas le niveau d'un mouvement pour des réformes significatives.

Il y a sans doute beaucoup de travailleurs et de jeunes sincères qui sont de plus en plus dégoûtés par ce que Sanders a fait et qui cherchent une alternative plus radicale et véritablement anticapitaliste.

La seule campagne qui cherche à développer un véritable mouvement socialiste est celle du Parti de l'égalité socialiste (États-Unis, SEP) et de ses candidats à la présidence et à la vice-présidence, Joseph Kishore et Norissa Santa Cruz. La campagne du SEP ne cherche pas à faire pression sur le Parti démocrate ou à réformer le système capitaliste. Elle cherche plutôt à construire un mouvement de la classe ouvrière indépendant des partis capitalistes pour mettre fin au capitalisme. Elle se bat pour une restructuration radicale et socialiste de l'économie sur la base de l'égalité sociale et de la satisfaction des besoins de la population, plutôt que pour la cupidité insatiable de l'aristocratie financière et corporative.

Nous appelons tous les travailleurs et les jeunes à se joindre à cette campagne et à soutenir ce combat.

Pour soutenir la campagne électorale du SEP et y participer, consultez le site  socialism2020.org.

(Article paru en anglais le 12 mai 2020)

L'auteure recommande aussi:

 Économie du capitalisme et politique de la mort [12 mai 2020]

 Bernie Sanders met fin à sa campagne: les leçons politiques [20 mars 2020]

 wsws.org

 Commenter