16/05/2020 reseauinternational.net  2 min #173973

Trump a commencé à se venger de l'affaire Russiagate

Un an s'est écoulé depuis que la rumeur de « l'intervention russe » s'est effondré, et Donald Trump est maintenant déterminé à riposter.

Cela est indiqué dans la publication de la revue Politico.

Il est à noter que Trump a décidé de se venger juste avant l'élection présidentielle. Plusieurs fois au cours de la semaine dernière, lui, sa famille et ses proches collaborateurs ont publié un mème sur les réseaux sociaux avec la légende : « J'espère que vous vous êtes amusé à me poser des questions, maintenant c'est mon tour ».

Dans ce contexte, le procureur général, William Barr, et le chef par intérim du renseignement national, Richard Grenell, sont allés plus loin que Trump dans la lutte contre les élites américaines au cours des trois dernières années.

La semaine dernière, Barr, par le biais de son ancien assistant, Timothy Shea, a pu clore le dossier contre l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, Michael Flynn.

Grenell, nommé peu après l'effondrement de la récente affaire de destitution, a déclassifié une liste de responsables de l'administration Barack Obama qui ont contribué à la démission de Flynn. De cette façon, il a donné à Trump une ressource pour la campagne, qui a déjà reçu le nom d'ObamaGate.

De plus, les alliés du président exercent une pression croissante sur la communauté du renseignement pour déclassifier les preuves qui réfutent en fait les allégations selon lesquelles la Russie se serait rapprochée de Trump en 2016.

« L'administration utilise Grenell comme un employé temporaire qui peut vérifier certaines choses, ce que le directeur confirmé ne pourra pas faire, car il devra maintenir des relations de travail avec les deux parties », a expliqué l'ancien responsable de l'administration Trump, ajoutant que Grenell « n'a tout simplement rien à perdre ».

D'autres sources de la publication ont confirmé que Grenell avait vraiment l'intention de quitter le poste. Vraisemblablement, l'actuel directeur du National Center for Counterintelligence and Security of the USA, Bill Evanina, prendra sa place.

Selon les médias, les responsables d'Obama sont nerveux et qualifient les actions de Trump de « stratégie de réélection » dans le but d'entraîner Joe Biden dans un autre scandale.

source :  fr.news-front.info

 reseauinternational.net

 Commenter