16/05/2020 reseauinternational.net  2 min #173974

Iran - Washington espère le maintien de l'embargo sur les armes, Moscou et Pékin opposés

par Mikhail Gamandiy-Egorov.

Alors que les USA ont failli à leurs engagements dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien, en sortant unilatéralement de l'accord, l'establishment US espère néanmoins le maintien de l'embargo sur les armes vis-à-vis de la République islamique d'Iran, au moment où deux membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU y soient clairement opposés.

On approche vraisemblablement d'un nouvel échec politico-diplomatique étasunien. Après l'échec des révolutions de couleur et des tentatives de déstabilisation de l'Iran de l'intérieur, l'incapacité à faire reculer la grande puissance perse sur le front politico-militaire, sans oublier le secteur énergétique et même dans le cadre de la propagation du Covid-19, Washington espère néanmoins à pouvoir réaliser son coup diplomatique dans le cadre onusien, en mettant activement à contribution ses alliés occidentaux, notamment européens, mais ayant en face l'infaillible et solidaire duo sino-russe. En parlant d'ailleurs du fameux Covid-19, alors que l'Iran était effectivement l'un des pays les plus touchés au début de la propagation, à l'heure actuelle Téhéran s'en sort incomparablement mieux dans le cadre sanitaire que ce n'est le cas pour les USA.

De l'avis même de nombre d'experts occidentaux, l'élite étasunienne  avance inévitablement vers un échec. Bien que mobilisant ses partenaires de l'UE, eux-mêmes comprenant parfaitement toutes les contradictions washingtoniennes mais incapables de lui dire « stop », les États-Unis ont bien peu de chances de pouvoir obtenir le maintien de l'embargo sur les armes à destination de l'Iran, sachant que Pékin comme Moscou comptent vraisemblablement utiliser leur droit de véto, et ce au grand dam des attentes étasuniennes.

Plus que cela, de sources provenant de hauts diplomates russes comme iraniens, Moscou et Téhéran sont déjà en train de  discuter d'un éventuel élargissement de la coopération militaro-technique, y compris à travers de possibles nouvelles livraisons d'armes russes en Iran. Une éventualité qui serait une énorme claque supplémentaire aux USA, et ce pour deux raisons. La première étant que Washington n'aura pas été capable de forcer l'application de sa « volonté » à l'ONU. Donc une nouvelle défaite politico-diplomatique. La deuxième étant purement stratégique et militaire. Sachant que si effectivement Moscou allait livrer de nouvelles armes, peut-être même stratégiques, aux forces armées iraniennes, cela augmentera plus que considérablement la capacité défensive de l'Iran - possédant déjà une capacité de riposte importante, l'ayant en passant ouvertement démontré lors des frappes contre des cibles US en Irak, suite à l'assassinat du général Qassem Soleimani, ainsi que dans le cadre de divers dossiers où Téhéran tient efficacement tête à Washington. Et qui ne manquent pas : Syrie, Irak, Yémen, entre autres...

Tout cela pour dire que Washington a beau continuer à prétendre être le gendarme terrestre, la réalité multipolaire du monde prouve, elle, tout le contraire. Et s'il y a bien encore un certain nombre de pays jouant le rôle de sous-traitants pour les USA, nombre d'autres lui résistent efficacement, dont la puissance et la détermination ne sont pas à démontrer. À bon entendeur.

source :  observateurcontinental.fr

 reseauinternational.net

 Commenter