17/05/2020 europalestine.com  4 min #174006

72 ans de Nakba, 72 ans de résistance palestinienne

 15 mai 2020

En ce 15 mai 2020, on peut dire que la Nakba continue, tout comme la Résistance palestinienne. Malgré tous les efforts et le nettoyage ethnique des gouvernements israéliens successifs, ils n'ont pu infliger aux Palestiniens le sort des Indiens d'Amérique.Et malgré le vol des terres et de l'eau, la démolition des maisons, l'enfermement sous toutes ses formes, barrages militaires, Mur de l'annexion, emprisonnements massifs des hommes, des femmes et des enfants, et blocus de Gaza, les Palestiniens sont plus de 5 millions à tenir très haut le flambeau de la résistance et à réclamer la liberté, l'égalité des droits et l'application de la résolution 194 de l'ONU concernant le droit au retour des réfugiés palestiniens.

En l'espace de 24 H, l'armée israélienne a tué, en plus du jeune Ziad Qaisia, 15 ans, (cf notre article de jeudi), Bahaa Awada, 21 ans, (également près d'Hébron), ainsi que Mustapha Yonis, 27 ans, Palestinien israélien, alors qu'il se trouvait devant l'hôpital de Tel Hashomer à Tel Aviv, avec sa mère pour une consultation liée à ses crises d'épilepsie. Il a suffi d'une altercation pour qu'il soit assassiné et laissé à terre en train de se vider de son sang.

Bahaa Awada

Mustapha Yonis

Nous relayons ce commentaire de Ziad Medoukh, intitulé :

15 mai 1948- 15 mai 2020 : 72 ans de catastrophe, d'apartheid, de confinement, et d'injustice

« Alors qu'une grande partie du monde est confinée chez elle depuis quelques mois, les Palestiniens confinés chez eux depuis plusieurs décennies, et privés de leurs droits, commémorent, et avec eux les solidaires de bonne volonté, les soixante-douze ans de la Nakba-la catastrophe. Une commémoration symbolique et virtuelle cette année dans cette période particulière.

Il est très difficile d'imaginer qu'actuellement, il y a toujours un peuple occupé, un peuple opprimé, un peuple dépossédé de sa terre, humilié et écrasé par la colonisation et l'apartheid, et qui subit une injustice depuis plus de sept décennies.

Cette année, le contexte est très particulier. marqué par la lutte contre une nouvelle épidémie à l'échelle mondiale certes, mais aussi par la poursuite des agressions israéliennes contre un peuple digne, la poursuite de l'injustice imposée à un peuple occupé. des plans et projets israéliens et américains pour annexer le reste de la Palestine, et surtout un silence complice d'une communauté internationale officielle, qui ne fait rien pour mettre fin à une souffrance qui dure depuis plus de 70 ans.

Soixante-douze ans depuis le début de cette injustice imposée à un peuple sur sa terre, soixante-douze ans de déportation d'un peuple pour le remplacer par un autre peuple.
Soixante-douze ans d'exil forcé, d'expulsion, de confinement, de confiscation des terres palestiniennes, de privation de droits élémentaires de tout un peuple palestinien.

Mais, soixante-douze ans de résistance, de patience, de détermination, de courage, et de persévérance pour un peuple toujours debout. Un peuple toujours attaché à sa terre, à ses racines et à sa Palestine en dépit de toutes les mesures de cette occupation illégale, une occupation aveugle, une occupation qui dure et qui dure !

Soixante-douze ans de persécution criminelle du peuple palestinien par des colons et des soldats haineux.
En 72 ans, l'occupation a appliqué toutes les mesures inhumaines illégales à l'encontre des Palestiniens: elle en a emprisonné plus d'un million, elle en a massacré et assassiné des milliers, elle a occupé tout leur territoire, et elle s'apprête à annexer le reste de la Palestine.
Cette occupation illégale a créé le drame des réfugiés palestiniens qui vivent dans des conditions humanitaires épouvantables dans les pays voisins et à l'étranger, et qui souffrent en permanence.

Cet Etat d'apartheid est le seul Etat qui, encouragé par les grandes puissances internationales, n'a jamais appliqué aucune des résolutions des Nations-Unies, pas plus que les accords de paix signés.
En 72 ans, cet État a toujours été un état illégal, hors la loi, un Etat d'apartheid, colonial, un État qui considère les citoyens arabes des territoires de 1948 comme des citoyens de seconde zone, un état qui a construit le mur de la honte en Cisjordanie, un état qui impose un blocus inhumain à la population civile de Gaza, un état qui érige tous les jours de nouvelles colonies dans les Territoires, un Etat qui vole tous les jours les ressources naturelles appartenant aux Palestiniens.
Un état qui n'a toujours pas de frontières, un état qui refuse toutes les initiatives de paix régionales et internationales.

72 ans de résistance remarquable de toute une population qui poursuit son combat pour retrouver la liberté et vivre dignement sur sa terre.
Soixante-douze ans après, les Palestiniens s'interrogent : 72 ans de violation de nos droits ne suffisent-ils pas ? Le temps n'est-il pas venu de réagir et d'imposer à cet état d'apartheid l'application du droit international ? Le temps n'est-il pas venu d'instaurer la justice en Palestine ? Les Palestiniens n'ont-ils pas le droit de vivre, après tant d'années de souffrance, dans un État libre et indépendant ?

72 ans après cette catastrophe, nous, Palestiniens, et quelles que soient les mesures d'apartheid et de terrorisme d'état pratiquées, poursuivons le combat et les sacrifices pour notre liberté. Nous sommes plus que jamais déterminés et avons un message à délivrer au monde entier, un message clair et précis. Nous sommes toujours attachés aux principes suivants :
-Non, nous n'oublierons jamais l'histoire noire de cette occupation illégale et ses différents crimes contre notre population civile.
- Non, nous ne partirons pas d'ici, nous resterons attachés à notre terre. Nous ne partirons pas. Ici est notre terre, ici sont nos racines, ici est notre vie et ici est notre Palestine !
- Oui, le droit au retour est sacré et tous les réfugiés palestiniens doivent pouvoir retrouver leurs villes et leurs villages d'origine.

- Oui, nous devons refuser tous les plans régionaux et internationaux qui ne prennent pas en considération les aspirations du peuple palestinien.
- Oui, nous poursuivrons notre résistance sous toutes ses formes afin de vivre en liberté sur notre terre, cette terre appelée Palestine, et qui s'appellera toujours Palestine.
- Oui, nous avons le droit de créer notre État libre et indépendant, avec Jérusalem comme capitale.
- Oui, nous sommes prêts à vivre en paix, une paix durable, mais une paix qui passera avant tout par la justice, par l'application du droit international, par la fin de l'occupation illégale, et de la colonisation et par la réalisation de toutes les revendications légitimes du peuple palestinien.
La lutte continue ! Pour une Palestine libre et pour une Palestine indépendante ! Nous sommes tous convaincus que notre liberté approche, et que la justice triomphera.

Ziad Medoukh

CAPJPO-EuroPalestine

 europalestine.com

 Commenter