20/05/2020 wsws.org  5 min #174141

Canada: Le gouvernement de l'Ontario a ignoré les plaintes des travailleurs d'une usine de volaille touchée par une épidémie mortelle de Covid-19

Par Roger Jordan
20 mai 2020

Le gouvernement populiste de droite de l'Ontario a ignoré les plaintes des travailleurs de l'usine de volaille de Maple Lodge Farms à Brampton début avril, deux semaines avant qu'une épidémie de coronavirus ne frappe l'établissement. À ce jour, un travailleur est mort et plus de 25 ont été malades à cause du COVID-19.

Les travailleurs ont déclaré à Global News qu'ils s'étaient plaints à la direction et au ministère du Travail de l'Ontario que Maple Lodge Farms, qui prétend exploiter la plus grande usine de transformation de poulet du Canada, ne fournissait pas d'équipements de protection individuelle (EPI) adéquats. Les mesures de distanciation sociale n'étaient pas non plus respectées dans les vestiaires et les zones de repas. Les travailleurs n'avaient accès qu'à un ou deux masques par quart de travail. «Je dirais que ça ressemble pas mal à du travail dans un atelier clandestin», a déclaré un travailleur à Global News.

L'entreprise aurait enregistré son premier cas de coronavirus le 15 avril, près de deux semaines après que les travailleurs se soient plaints pour la première fois au gouvernement de l'Ontario des conditions dangereuses régnant dans l'usine.

L'épidémie de Maple Lodge Farms n'a été portée à la connaissance du public que le 4 mai, date à laquelle des dizaines d'infections ont été confirmées. Tout au long du mois d'avril, les travailleurs mal payés et très exploités ont été soudoyés pour venir dans l'usine avec des chèques-cadeaux de 40 dollars pour KFC et d'autres détaillants. Cette pratique est d'autant plus criminelle qu'une grande partie des 1200 travailleurs de Maple Lodge Farm sont des immigrants récents dont le statut de résident au Canada est souvent lié à un seul employeur.

Un porte-parole du ministère du Travail, de la formation et du développement des compétences de l'Ontario a déclaré à Global News: «Nous pouvons confirmer qu'il y a eu huit plaintes entre le 2 avril 2020 et le 8 mai 2020 dans les installations de Maple Lodge Farms à Brampton».

Bien que l'entreprise ait déclaré qu'elle réduisait sa production d'un tiers pour faciliter un nettoyage en profondeur de l'usine, les travailleurs ont exprimé leur forte opposition à un retour au travail tant que la pandémie n'allait pas être maitrisée. «Je suis en fait assez effrayé», a déclaré un travailleur. «Je ne veux pas retourner au travail tant que ce n'est pas fini».

L'épisode de l'usine de Maple Lodge Farms souligne le mépris criminel pour la vie des travailleurs de la part du premier ministre Doug Ford et de son gouvernement progressiste-conservateur. Les médias indiquent que des travailleurs employés dans plusieurs secteurs ont déposé plus de 200 plaintes liées au COVID-19 auprès de la Commission des relations de travail de l'Ontario. Pas une seule n'a été retenue.

Le virus se répand sur les lieux de travail dans toute la province. À l'usine Conestoga Meats de Breslau, 44 travailleurs ont été testés positifs. À l'usine Saputo Dairy Products de Vaughan, un travailleur est mort et 23 autres sont infectés. Trois cas ont été enregistrés à l'usine de conditionnement de viande de Cargill à Guelph. Au moins cinq décès d'employés de soutien ont été enregistrés dans l'ensemble de l'Ontario.

Dans tout le Canada, au moins 1400 infections par le COVID-19 ont été enregistrées chez les conditionneurs de viande. À l'usine de Cargill's High River, en Alberta, quelque 950 cas ont été recensés. Trois décès sont liés à l'épidémie. Une usine Cargill située au sud de Montréal, au Québec, a été contrainte de fermer temporairement après des dizaines d'infections.

Le gouvernement libéral fédéral de Justin Trudeau a donné son aval au traitement brutal des travailleurs de l'industrie de la viande par les géants de l'agroalimentaire. Un ensemble de mesures d'aide de 77 millions de dollars a été dévoilé au début du mois pour les entreprises de transformation de la viande très rentables, prétendument pour aider à financer les mesures de sécurité dans leurs usines.

Le sort des travailleurs du secteur de l'emballage de la viande est révélateur des conditions horribles auxquelles tous les travailleurs seront confrontés à mesure que la campagne de retour au travail de l'élite dirigeante s'accélère. Les gouvernements provinciaux du Canada imposent des réouvertures généralisées dans tous les secteurs économiques, alors même que le nombre de nouvelles infections reste élevé. Les usines automobiles de l'Ontario doivent rouvrir aujourd'hui [lundi], réunissant des milliers de travailleurs dans des conditions qui rendront la propagation rapide du virus presque inévitable.

Les syndicats sont profondément complices de la campagne de retour au travail et ne font rien pour protéger les travailleurs qu'ils prétendent représenter. À Maple Lodge Farms, le syndicat des Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce (TUAC) a lancé des appels tièdes pour que les inspecteurs provinciaux travaillent avec l'entreprise afin de résoudre les problèmes de sécurité. Tim Deelstra, porte-parole de la section 175 des TUAC, a également fait remarquer de façon pathétique que les travailleurs ont le droit de refuser un travail dangereux sur une base individuelle.

Ce à quoi les syndicats s'opposent en toutes circonstances, c'est à l'action indépendante des travailleurs pour lutter pour des mesures de sécurité de base afin d'empêcher la propagation du coronavirus. À l'usine de Cargill en Alberta, les TUAC se sont opposés aux grèves ou à toute action des travailleurs alors même que le virus faisait rage dans l'usine, déclarant que cette action n'était «pas légale».

Les syndicats ont également donné leur aval au système de «négociation collective/relations de travail», mis en place par l'État au niveau fédéral et provincial, qui est favorable aux employeurs et qui sert supposément de mécanisme pour assurer la sécurité des travailleurs dans le cadre de la campagne de retour au travail. Alors que le nombre de morts parmi les travailleurs augmente et que la nouvelle du rejet massif des plaintes des travailleurs par les autorités de l'Ontario fait la une des journaux, le Congrès du travail du Canada a publié le 8 mai une déclaration sur la santé et la sécurité, affirmant que «les gouvernements doivent avoir la capacité et l'engagement de faire appliquer les lois sur la santé et la sécurité au travail. Si nous voulons éviter une deuxième vague dangereuse d'infections par le COVID-19, les gouvernements doivent également renforcer la recherche et les capacités en personnel pour un dépistage rapide et efficace de COVID-19 et la recherche des contacts afin d'endiguer la propagation des infections».

Une telle rhétorique creuse doit ressembler à une blague cruelle pour les travailleurs de la volaille et les emballeurs de viande, qui savent de première main que les syndicats s'opposent aux efforts visant à mobiliser la force collective des travailleurs pour s'assurer qu'eux et leurs familles sont protégés contre le nouveau coronavirus hautement contagieux et potentiellement mortel, et qu'ils cherchent systématiquement à les saboter.

La seule façon pour les travailleurs de ces usines et d'autres sections de la classe ouvrière de protéger leurs intérêts et même leur vie est d'amener leur propre réponse indépendante à la crise. Des comités de base doivent être formés indépendamment des TUAC et des syndicats procapitalistes pour exiger l'arrêt de toute production non essentielle avec un salaire complet pour les travailleurs touchés, et la mise en œuvre de mesures de sécurité immédiates, sous la supervision des représentants des travailleurs et des experts médicaux, dans les lieux de travail essentiels. Ces mesures doivent inclure la fourniture d'EPI adéquats à tous les travailleurs, des tests réguliers pour détecter les cas, la réduction de la vitesse des chaînes de production pour permettre la distanciation sociale, la réduction du nombre de travailleurs sur le lieu de travail pour éviter l'entassement dans les usines, et un salaire complet à tous les travailleurs qui doivent demeurer en confinement.

(Article paru en anglais le 18 mai 2020)

 wsws.org

 Commenter