21/05/2020 reseauinternational.net  12 min #174210

Alors que le vaccin de Moderna contre le Covid-19 est le candidat vaccin n°1, la récente promotion par la société des « vaccins à édition de gènes » préoccupe

par Whitney Webb.

Le médecin en chef de Moderna a décrit les produits de l'entreprise comme « le piratage du logiciel de la vie » et l'altération permanente du code génétique d'une personne. Si Moderna est sur le point de mettre sur le marché le premier vaccin contre le Covid-19, un examen plus approfondi de ses commentaires et de ses employeurs est justifié.

De plus en plus, des fonctionnaires, des experts politiques et des « experts en santé mondiale » autoproclamés, comme le milliardaire Bill Gates, font savoir au public que les rassemblements de masse et tout semblant de « normalité » ne reviendront pas tant qu'un vaccin contre le nouveau coronavirus Covid-19 n'aura pas été créé puis distribué aux masses. Au cours des dernières semaines, il est rapidement devenu évident que le principal candidat pour le vaccin contre le Covid-19 est le vaccin à ARN messager (ARNm) développé par la société Moderna Inc. de Boston.

Aujourd'hui, Moderna a annoncé que son vaccin candidat, appelé ARNm-1273, « semblait produire une réponse immunitaire chez huit personnes qui l'ont reçu ». La réponse de Moderna est étrange étant donné que « l'étude » en question est axée sur la sécurité et « n'est en fait pas conçue pour mesurer l'efficacité du vaccin », selon un  rapport publié dans TIME. En effet, aucune des conclusions de l'étude sur la sécurité du vaccin n'a été rapportée, si ce n'est qu'il est «  généralement sûr«. Il convient également de noter que cette étude « axée sur la sécurité » n'a commencé qu'en mars et ne représente donc, à ce jour, qu'un examen des effets du vaccin à très court terme.

Les principaux médias de  plusieurs pays ont fait la une des journaux en annonçant que le vaccin de Moderna contre le Covid-19 «  montre des résultats préliminaires prometteurs » et a présenté des « signes préliminaires encourageants » en raison de sa prétendue capacité à produire des anticorps contre le Covid-19 chez l'homme. En outre, ces rapports médiatiques n'ont pas abordé d'autres questions simples mais nécessaires, telles que la manière dont un échantillon de seulement huit personnes peut se traduire par des résultats scientifiques d'une réelle importance sans que des tests supplémentaires impliquant des échantillons plus importants soient effectués. Ils ont également omis de noter que l'étude en question n'est même pas terminée, car un  communiqué de presse du gouvernement américain a noté que les résultats en question ne sont que des « résultats provisoires ». En outre, l'étude est menée par l'Institut National américain des Allergies et des Maladies Infectieuses (NIAID), dirigé par le Dr Anthony Fauci, qui est une figure clé dans la réponse du gouvernement américain au coronavirus.

Bien que l'on ne sache pas si ces «  premiers signes encourageants » seront reproduits dans les futurs tests sur des échantillons plus importants pour tester l'efficacité du vaccin, la nouvelle a certainement été bien accueillie par Moderna, étant donné que leurs anciens vaccins à ARNm n'ont  produit pratiquement aucune réponse immunitaire, ce qui explique pourquoi la compagnie n'a jamais mis sur le marché le moindre vaccin à ARNm de toute son histoire en tant qu'entreprise.

Cependant, depuis l'automne dernier au moins, Moderna a cherché à résoudre ce problème en ajoutant des « nanoparticules » à son vaccin à ARNm, une  manipulation financée par l'Agence des Projets de Recherche Avancée de la Défense du Pentagone (DARPA). Moderna est un «  allié stratégique » de la DARPA et a reçu des millions de la DARPA et de la Fondation Bill et Melinda Gates  plusieurs années avant la crise actuelle du coronavirus. Les projets de la DARPA concernant les nanoparticules et les nanotechnologies et leurs applications potentiellement orwelliennes ont fait l'objet d'un  récent rapport sur The Last American Vagabond.

Grâce aux « résultats provisoires » de cette nouvelle étude, Moderna est en passe de prendre la tête de la course pour obtenir l'approbation du gouvernement pour un vaccin contre le Covid-19. Moderna avait déjà développé d'autres vaccins candidats contre le Covid-19 au cours des dernières semaines, devenant les premiers vaccins aux États-Unis à être testés sur l'homme (sans avoir eu à  faire d'essais sur les animaux) et bénéficiant d'un fort soutien du gouvernement américain. Par exemple, le vaccin contre le Covid-19 de Moderna a récemment  reçu l'approbation accélérée de la Food and Drug Administration (FDA) après avoir reçu le « feu vert » pour  passer à la phase 2 des essais avant que les résultats de la phase 1 ne soient publiés. Le Président de Moderna, le Dr Stephen Hoge, a récemment déclaré que l'entreprise s'attendait maintenant à commencer la troisième phase finale des tests cet été.

En plus du soutien de la FDA, Moderna a également reçu un financement considérable du gouvernement américain ( 438 millions de dollars) de la Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA), une division du HHS supervisée par le Secrétaire Adjoint du HHS pour la Préparation et la Réponse (ASPR)  Robert Kadlec. Moderna a également  déclaré qu'il collabore directement avec le gouvernement américain pour mettre son vaccin candidat sur le marché.

L'avance considérable de Moderna est également le résultat du soutien que la société a  reçu en janvier de la Coalition pour les Innovations de Préparation aux Épidémies (CEPI), qui a été fondée en 2017 par les gouvernements de Norvège et d'Inde avec le Forum Économique Mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates. Le vaccin contre le Covid-19 de Moderna a également reçu des  millions supplémentaires de la part de Bill Gates, qui soutient Moderna depuis longtemps. Gates a récemment  écrit un article dans lequel il décrit le vaccin à ARNm de Moderna contre le Covid-19 comme le « plus excitant » et en a longuement parlé.

L'affinité de Gates pour Moderna tient peut-être au fait que le co-fondateur de Moderna, Robert Langer du MIT, est un associé de Gates et dont le  laboratoire a développé le vaccin « tatouage quantique » marqueur d'identification financé par Gates, qui est « visible en utilisant un filtre et une application spéciale de caméra de smartphone » et a été décrit par Science Alert comme « un système de traçage à faible risque ». Un autre partenariat Langer-Gates est une «  micropuce de contrôle des naissances » insérée dans le corps qui libère des contraceptifs et peut être activée et désactivée sans fil.

Rencontrez le Dr Zaks

Moderna prenant fermement la tête par rapport aux autres espoirs du vaccin contre le Covid-19, il est intéressant de s'intéresser de plus près à l'homme qui a supervisé son développement, l'actuel médecin en chef de Moderna, le  Dr Tal Zaks. Zaks, un citoyen israélien qui a commencé sa carrière chez GlaxoSmithKline, supervise « le développement préclinique, le développement clinique et les affaires réglementaires » pour Moderna et toutes ses filiales.

Lors d'une conférence TED en 2017, deux ans après avoir rejoint Moderna, Zaks a longuement parlé de sa vision des vaccins à ARNm et de leurs modalités, notamment ceux qu'il produit chez Moderna. Dans un discours intitulé «  Le potentiel de l'édition génétique pour l'éradication des maladies«, la description que Zaks a faite des produits à ARNm de Moderna comme étant des éditions permanentes de gènes humains s'oppose aux  affirmations souvent vantées selon lesquelles le matériel génétique des vaccins à ARNm « se dégrade » avec le temps et n'altère pas de façon permanente la génétique humaine comme les vaccins à ADN.

Au début de son intervention, Zaks a déclaré que Moderna et d'autres entreprises similaires « piratent en fait le logiciel de la vie et que cela change notre façon de penser et de traiter les maladies ». Il décrit l'ARNm comme « une information critique qui détermine ce qu'une cellule va réellement faire » et déclare ensuite que, si l'on pouvait « introduire une ligne de code ou changer une ligne de code » dans le génome d'une personne, cela aurait « de profondes implications pour tout ». Il affirme ensuite à tort que les produits de Moderna à l'époque ont prouvé qu'ils « fonctionnaient chez l'homme ». Avant le Covid-19, la société n'avait jamais réussi à convaincre le gouvernement fédéral d'autoriser ses vaccins à ARNm pour l'homme en raison de leur manque d'efficacité.

Zaks a également décrit sa vision de maladies bien connues comme le cancer comme étant causées par un « ADN bousillé » qui peut être « réparé » avec les vaccins à ARNm de Moderna, ce qu'il appelle également dans le discours « thérapie de l'information » car il dit que les vaccins de Moderna fonctionnent en modifiant les « systèmes d'exploitation » des cellules humaines, c'est-à-dire leur code génétique.

Le résumé de l'intervention de Zaks résume son point de vue sous la forme de la simple question suivante : « Si nos cellules sont le matériel et notre matériel génétique le système d'exploitation, et si nous pouvions modifier quelques lignes de code » - ce qui semble indiquer que l'introduction permanente de modifications dans le génome humain est aussi simple que le dépannage ou la programmation d'une application informatique ou téléphonique. Il dit également que Zaks considère que l'avenir de la « médecine personnalisée » est « les vaccins à édition de gènes adaptés au système immunitaire de chaque patient ». Après avoir visionné le discours de Zaks sur le site web de Ted Talk, Ted Talk recommande notamment d'aborder un point clé que Zaks néglige, à savoir que l'édition de gènes peut «  changer une espèce entière - à jamais«.

Les déclarations de Zaks sont remarquables et préoccupantes pour plusieurs raisons, notamment le fait que la DARPA - « allié stratégique » de Moderna - finance aussi ouvertement des recherches visant à «  reprogrammer les gènes » et à « manipuler les gènes ou contrôler l'expression des gènes pour combattre les virus et aider le corps humain à résister aux infections » causées par le Covid-19. Le projet soutenu par la DARPA utiliserait une méthode dont on sait qu'elle provoque de  graves dommages génétiques et dont il a été démontré qu'elle aggrave les conditions qu'elle est censée guérir.

Avec une telle technologie de manipulation génétique permanente en passe de devenir le premier vaccin contre le Covid-19 largement disponible, il est profondément préoccupant que ce vaccin expérimental aux conséquences potentiellement considérables soit en train d'être mis au point grâce au soutien fervent du gouvernement américain et de philanthropes controversés qui ne semblent guère intéressés par des études examinant les effets à long terme du vaccin à ARNm. Étant donné que le  terrain est déjà préparé pour les vaccinations obligatoires qui seront « distribuées » dans l'ensemble des États-Unis  par l'armée, le moment est venu de sensibiliser vigoureusement le public à la capacité gravement sous-estimée du vaccin Moderna de « pirater le logiciel de la vie » d'une manière qui pourrait nuire à la santé publique.

source :  thelastamericanvagabond.com

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter