23/05/2020 wsws.org  5 min #174282

Les autorités canadiennes n'ont pas informé les travailleurs en lock-out de la raffinerie de pétrole de Regina de la menace d'un attentat à la bombe

Par Carl Bronski
23 mai 2020

Malgré une menace crédible d'attentat à la bombe dirigée contre le piquetage des travailleurs de la raffinerie de pétrole de Regina (Saskatchewan), ni le maire de la ville ni la police n'ont pris de mesures pour avertir les travailleurs ou les responsables du syndicat Unifor d'un attentat potentiellement mortel et imminent. L'incident s'est produit au plus fort des tensions sur les piquets de grève en février dernier, lors du lock-out musclé des installations de la Federated Cooperatives Limited (FCL), qui en est maintenant à son sixième mois.

Depuis leur mise en lock-out le 5 décembre 2019, les 750 travailleurs de FCL ont résisté à l'imposition de concessions contractuelles radicales, notamment le saccage des règles de travail, les pertes d'emploi et les réductions draconiennes des pensions qui leur coûteraient jusqu'à 20.000 dollars par an.

Piquet au complexe de la raffinerie coopérative de FCL, où 750 travailleurs ont été mis en lock-out depuis le 5 décembre

L'existence de la lettre de menace a été découverte la semaine dernière à la suite d'une demande d'accès basée sur la Liberté d'information par la section locale 594 d'Unifor. La lettre non datée était adressée aux services de police de Regina (RPS) et à la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Jusqu'à présent, aucun des deux services de police n'a fait de commentaires sur la date à laquelle ils ont eu connaissance de la menace ou sur les raisons pour lesquelles ils n'ont pas informé le syndicat. Ce que l'on sait, c'est qu'une copie de la lettre était en possession du maire Michael Fougere le 18 février. Fougere a déclaré qu'il avait immédiatement transmis sa copie de la lettre aux services de police de Regina, mais n'a pris aucune autre mesure.

La lettre prétendait parler au nom des «agriculteurs» pro-FCL, mécontents du blocus de la raffinerie et de ses dépôts de carburant périphériques mis en place par les travailleurs en lock-out. Elle demandait à la police de démanteler les barricades et ajoute: «Nous avons déjà mis en préparé des mélanges spéciaux - et nous les installons à certaines des entrées: les palettes et les barrières pourraient commencer à s'envoler. Nous ne sommes qu'à un appel téléphonique de l'heure d'allumage... Si nous ne voyons aucun progrès cette semaine, il sera temps d'agir.»

La lettre indique également que les noms et adresses des responsables syndicaux sont connus de ses auteurs, et qu'il est «temps d'agir» pour «se débarrasser des connards d'Unifor».

Dans un message officiel sur la page Facebook de la section locale 594 d'Unifor, le syndicat a déclaré: «Les fonctionnaires chargés de la sécurité des citoyens de Regina ont choisi de ne pas transmettre d'informations indiquant que des personnes étaient en danger. Ils ont délibérément ignoré que des personnes pouvaient être tuées par une explosion. Ils n'ont informé personne de prendre des précautions supplémentaires, car leur adresse a pu être divulguée à des personnes qui semblaient avoir l'intention de causer du tort».

Cependant, la déclaration syndicale ne soulève pas un certain nombre de questions cruciales. En effet, cela irait à l'encontre de la perspective en faillite d'Unifor, qui a fait appel au premier ministre de droite de la Saskatchewan, Scott Moe, pour intervenir et résoudre le conflit contractuel.

Il y a de bonnes raisons de croire que la lettre d'alerte à la bombe a été envoyée fin janvier ou début février, bien avant qu'elle n'atterrisse sur le bureau du maire. Cela signifie que la police était au courant de l'alerte à la bombe avant le 18 février.

La lettre demande que le blocus de la raffinerie soit rapidement démantelé par la police, et fait référence à des alliés parmi les «camionneurs» qui «atteignent également leurs limites». Un coup d'œil à la chronologie des événements suggère que la police pourrait bien avoir donné suite à la lettre - mais en faveur de ceux qui ont fait les menaces à la bombe.

Le 6 février, 18 jours après le début du blocus, sept camionneurs propriétaires-exploitants ont franchi le piquet de grève des travailleurs en lock-out avec la connivence de la sécurité de la FCL et ont pris des chargements complets de carburant. Lorsque les travailleurs ont renforcé leur blocus avec des automobiles pour maintenir les camionneurs confinés à l'intérieur de la raffinerie, la police a monté une opération pour retirer les véhicules. Le même matin, sans être inquiété par la police, un grand convoi de camionneurs indépendants a défilé pendant 90 minutes dans le centre de Regina et autour du bâtiment de la législature provinciale, appelant le chef de la police Evan Bray à «abattre le mur».

Plus tard dans la nuit, dans des actions rappelant un État policier, la police de Regina, enhardie par le vœu du premier ministre Scott Moe de «faire respecter la loi», a mis en place un point de contrôle sur une route publique menant à une porte clé de la raffinerie. Seuls les camionneurs de carburant figurant sur une liste préapprouvée étaient autorisés à emprunter cette route. Les travailleurs en lock-out se sont vu refuser l'entrée et interdire d'exercer leur droit constitutionnel de piquetage, la police ayant organisé le démantèlement du barrage. Des dizaines de camions-citernes ont ensuite été conduits par la police jusqu'à la raffinerie et, tout au long de la journée suivante, des millions de litres d'essence et de diesel ont été retirés pour être distribués à des points de vente de FCL, qui étaient à sec ou presque.

Au cours de la semaine suivante, quatre autres travailleurs et le négociateur en chef de l'Unifor, Scott Doherty, ont été arrêtés pour de fausses accusations de «méfaits». La police avait alors arrêté 19 travailleurs pacifiques, dont le président d'Unifor, Jerry Dias.

En plus de recevoir le soutien total de Moe et de la police, la direction de FCL a également trouvé des alliés proches dans les tribunaux capitalistes. Diverses injonctions ont imposé des restrictions scandaleuses sur les piquets, et ont abouti à des amendes de 350.000 dollars contre Unifor.

L'action visant à briser le blocus de Regina a eu lieu un jour après que le PDG de FCL, Scott Banda, ait fait une apparition au blocus d'un dépôt de carburant de FCL en périphérie de Carseland, en Alberta. Accompagné des dirigeants fascistes d'un mouvement autoproclamé «Yellow Vest» et des membres de «United We Roll» - un groupe d'autodéfense de camionneurs «indépendants» (c'est-à-dire des propriétaires-exploitants) d'extrême droite qui avait déjà tenté de briser le blocus des travailleurs au dépôt - Banda a déclaré lors d'une conférence de presse que les questions soulevées par le lock-out étaient d'importance politique nationale. «Les blocages comme tactique pour obtenir ce que vous voulez - c'est un défi et un précédent qui devrait tous, en tant que propriétaires et dirigeants d'entreprises, nous préoccuper gravement. Nous devons à toutes les autres entreprises de ne pas permettre à cette activité illégale de créer un dangereux précédent...»

La semaine suivante, le chef de la police de Regina, Evan Bray, a indigné les travailleurs de tout le pays lorsqu'il a déclaré aux journalistes que le blocus de 18 jours de la raffinerie était «à la limite du terrorisme». Pourtant, à ce jour, la police a refusé de commenter les crédibles menaces à la bombe contre les travailleurs de la raffinerie qui semblent avoir été rapidement suivies d'une attaque policière généralisée contre la résistance des travailleurs aux demandes de concessions contractuelles massives de FCL.

Les travailleurs doivent exiger des réponses à une série de questions concernant l'alerte à la bombe et l'inaction des autorités. Quand la GRC et la police de Regina ont-elles reçu la lettre? Quelles mesures d'enquête, le cas échéant, ont été prises pour découvrir les auteurs de l'alerte à la bombe? Pourquoi la police et le maire se sont-ils abstenus d'alerter le syndicat et les travailleurs de FCL sur les menaces violentes dont ils faisaient l'objet? Quels sont les liens entre la police et FCL, et les forces d'extrême droite?

Ces derniers développements soulignent encore une fois que l'ensemble de l'appareil d'État est mobilisé contre les travailleurs de la raffinerie FCL en lock-out. Pourtant, alors même que FCL, avec le soutien manifeste de Moe, utilise la pandémie de coronavirus et l'effondrement économique qu'elle provoque pour exiger des concessions encore plus importantes, Unifor continue de soutenir que les travailleurs doivent concentrer leurs énergies à demander au gouvernement de droite du Saskatchewan Party d'«intervenir» et de mettre fin au conflit en imposant une version précédente du contrat de concessions qui avait été recommandée par un médiateur.

(Article paru en anglais le 21 mai 2020)

 wsws.org

 Commenter