23/05/2020 europalestine.com  2 min #174286

Pétition contre le tour de vis supplémentaire de la dictature égyptienne

 23 mai 2020

Les officiers et soldats de l'armée égyptienne ont reçu une bonne nouvelle ce mois-ci : le gouvernement a approuvé une nouvelle augmentation de salaire pour eux, la 10e depuis l'arrivée au pouvoir du président Abdel-Fattah al-Sissi il y a six ans. Mais le «cadeau» le plus important est celui qui confère à l'armée - les procureurs militaires - le pouvoir d'interroger et de juger des civils, en vertu d'une réglementation d'urgence renouvelée tous les trois mois.

Cette nouvelle mesure adoptée par Sissi, et contraire à la constitution égyptienne, a suscité un tollé et indigné les organisations de défense des droits de l'homme, mais pas notre gouvernement.

Sissi a également interdit aux médias de diffuser des informations sur l'épidémie, après que ces derniers ont exprimé de sérieux doutes quant aux chiffres officiels du gouvernement. Les propriétaires de comptes Facebook ou Twitter qui ont remis en question les données officielles se sont rapidement retrouvés interrogés par la police et les services de renseignement - et certains d'entre eux ont même fait l'objet d'un procès.

Un ordre de libération des prisonniers, dans le but de réduire le surpeuplement dans les centres de détention en raison du coronavirus, a par ailleurs exclu les prisonniers politiques. Selon les organisations locales de défense des droits humains, leur nombre a atteint 60 000 depuis que Sissi est devenu président.

Et l'Égypte utilise le coronavirus pour renouveler la détention sans procès pour les dissidents, même si ces derniers ne peuvent pas appliquer les mesures de distanciation sociale. « Dans beaucoup de prisons égyptiennes, les conditions sont inhumaines : surpeuplement, insalubrité et mauvaise ventilation. Les installations sanitaires sont désastreuses, et l'accès à l'eau propre et/ou au savon, un privilège. », souligne Amnesty International.

L'ONG, cite parmi ces détenus,  Ramy Shaath, défenseur des droits humains egypto-palestinien, emprisonné injustement depuis bientôt 11 mois. Il se trouve actuellement dans une cellule de 25m² avec 18 autres codétenus. Difficile dans ces conditions de maintenir les gestes barrières...

Signez la pétition lancée par Amnesty International :  amnesty.fr

CAPJPO-EuroPalestine

 europalestine.com

 Commenter