03/06/2020 reseauinternational.net  5 min #174846

« Le monde ne peut pas respirer ! » écrasé par les états-Unis, un pays construit sur le génocide et l'esclavage

par Andre Vltchek.

Plus de deux siècles de mensonges sont maintenant dévoilés. Les contes farfelus sur la liberté et la démocratie s'effondrent comme des châteaux de cartes.

La mort d'un homme déclenche une avalanche de rage chez ceux qui, pendant des années, des décennies et des siècles, ont été humiliés, ruinés et exterminés.

Cela s'est toujours passé de la même manière tout au long de l'histoire de l'humanité - une seule mort, une seule « goutte de trop », un événement qui déclenche toute une chaîne d'événements, et soudain, plus rien n'est pareil. Rien ne peut plus être pareil. Ce qui semblait inimaginable hier encore, devient « la nouvelle normalité » littéralement du jour au lendemain.

*

Depuis plus de deux siècles, le pays qui se qualifie lui-même de pinacle de la liberté, est en fait tout le contraire de cela ; l'épicentre de la brutalité et de la terreur.

Dès sa naissance, afin de « libérer l'espace » pour ses colons européens brutaux et impitoyables, il a systématiquement liquidé la population locale du continent, au cours de ce qui pourrait largement être décrit comme l'un des génocides les plus scandaleux de l'histoire humaine.

Lorsque les Blancs ont voulu des terres, ils les ont prises. En Amérique du Nord, ou n'importe où dans le monde. Dans ce qui est aujourd'hui les États-Unis d'Amérique, des millions « de natifs » ont été assassinés, infectés volontairement par des maladies mortelles ou exterminés de différentes manières. La grande majorité des premiers propriétaires légitimes de la terre ont disparu. Les autres ont été enfermés dans des « réserves ».

En même temps, la « Terre de la Liberté » a prospéré grâce à l'esclavage. Les puissances coloniales européennes ont littéralement pourchassé les êtres humains sur tout le continent africain, les empaquetant, comme des animaux, dans des bateaux, afin de satisfaire la demande de main-d'œuvre gratuite dans les plantations d'Amérique du Nord et du Sud. Les colonialistes européens, main dans la main, ont coopéré, en commettant des crimes, dans toutes les parties du monde.

Que sont réellement les États-Unis ? Quelqu'un se demande-t-il, en faisant des recherches sur ses racines ? Qu'en est-il ; une réponse simple et honnête : Les États-Unis sont essentiellement la progéniture musclée de la culture colonialiste européenne, de son exceptionnalisme, de son racisme et de sa barbarie.

Encore une fois, des faits simples : d'énormes parties des États-Unis ont été construites sur l'esclavage. Les esclaves étaient humiliés, violés, torturés, assassinés. Quelle façon monstrueuse d'écrire les premiers chapitres de l'histoire du pays !

Les États-Unis, un pays de liberté ? Pour qui ? Sérieusement ! Pour les blancs chrétiens ?

Quel récit déformé ! Pas étonnant que notre humanité soit devenue si perverse, si immorale, si perdue et confuse, après avoir été façonnée par un récit qui a été fabriqué par un pays qui a exterminé la grande majorité de ses propres fils et filles indigènes, tout en s'enrichissant démesurément grâce à des vols inimaginables, des meurtres de masse, l'esclavage et plus tard - le semi-esclavage de la dictature corporative sauvage !

La brutalité endémique et institutionnalisée aux États-Unis a fini par s'étendre à toutes les régions de la planète. Aujourd'hui, depuis plusieurs décennies, les États-Unis traitent le monde entier comme une multitude d'esclaves personnels. Qu'est-ce qu'ils nous offrent à tous : des guerres constantes, des occupations, des expéditions punitives, des coups d'État, des assassinats réguliers de dirigeants progressistes, ainsi qu'un pillage complet des entreprises. Des centaines de millions de personnes ont été sacrifiées sur le grotesque autel américain de la « liberté » et de la « démocratie ».

Liberté et démocratie, vraiment ?

Ou peut-être simplement le génocide, l'esclavage, la peur et la violation de tous ces rêves humains merveilleux et naturels, et de la dignité humaine ?

*

Puis la mort d'un seul homme dont le cou a été écrasé par le genou d'un flic sans pitié. Et le pays a explosé. Des centaines de milliers de combattants et de militants pro-démocratie inondent maintenant les rues de Minneapolis, Washington, New York, Atlanta, Los Angeles et d'autres villes américaines.

La mort de George Floyd est vraiment un symbole, car les Noirs sont assassinés de la manière la plus méprisable qui soit, presque tous les jours. De janvier 2015 à ce jour, par exemple, 1 250 citoyens afro-américains ont été abattus par la police, aux États-Unis démocratiques.

Dans le « Pays de la Liberté », 2,3 millions d'êtres humains pourrissent vivants dans les prisons de plus en plus privatisées. Le taux de prisonniers aux États-Unis est le plus élevé au monde. Garder les gens derrière les barreaux est une affaire de gros sous. Les minorités constituent un pourcentage disproportionné des détenus.

*

Et ce n'est pas tout. En fait, le monde entier est déjà devenu une immense prison. Regardez autour de vous : la planète entière est maintenant surveillée, contrôlée à la manière très spéciale et très approfondie des États-Unis ; surveillée, brutalisée, et si elle ose protester - impitoyablement réprimée.

Les termes essentiels sont tous déformés. Le pays qui maltraite son propre peuple, ainsi que le monde entier, est défini par son système de médias et de propagande d'entreprise, comme « libre » et « démocratique ». Les nations qui défendent leur propre peuple contre le diktat brutal de l'empire sont insultées, appelées « régimes » et « dictatures ».

J'ai déjà décrit cette folie dans mon livre de 800 pages, « Exposer les Mensonges de l'Empire », après avoir été témoin de certaines des tendances les plus meurtrières déployées par les États-Unis dans quelque 160 pays.

Le meurtre de George Floyd a déchaîné la résistance ; il a ouvert les yeux d'un grand nombre de personnes. Aux États-Unis, et partout ailleurs. M. Floyd, les Afro-Américains, les Amérindiens et les autres opprimés des États-Unis sont les frères et sœurs de ces milliards d'hommes et de femmes qui sont, à ce jour, colonisés, brutalisés et assassinés par l'Empire, partout dans le monde.

Que ce soit le début d'une nouvelle vague de la lutte de libération mondiale !

Maintenant, de plus en plus de gens peuvent enfin voir ce que peu d'entre nous ont répété pendant des années : Le monde entier a le cou écrasé par la botte américaine. Le monde entier « ne peut pas respirer » ! Et le monde entier doit se battre pour son droit de pouvoir respirer !

 Andre Vltchek

source :  countercurrents.org

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
admin [Commentaire] 2020-06-04 #9595
En fait, le monde entier est déjà devenu une immense prison. Regardez autour de vous : la planète entière est maintenant surveillée, contrôlée à la manière très spéciale et très approfondie des États-Unis ; surveillée, brutalisée, et si elle ose protester - impitoyablement réprimée.

il y a là, ici, dans les entrailles de ce passage, un salut.
(article à écrire)
L'évolution technologique a de toutes façons lieu, que le monde soit pacifique ou guerrier. C'est à nous de modeler le monde en fonction de nos nouveaux outils, quitte à devoir changer de perspective, car ces outils existent en premier, de façon implacable

Afficher la suite
Référencé par : 1 article