18/06/2020 francais.rt.com  3 min #175616

Les personnes noires continuent de subir de «nombreuses discriminations», selon la Cncdh

Alors que le recours aux statistiques ethniques fait débat dans le gouvernement, le rapport de la Commission nationale consultative des droits de l'homme souligne que les personnes noires continuent de subir de «nombreuses discriminations» en France.

Si la Commission nationale consultative des droits de l'homme souligne dans son rapport annuel que l'«indice de tolérance» des Français a favorablement évolué depuis 2013, il est pourtant des injustices qui demeurent : les personnes noires continuent de subir des «discriminations nombreuses» en France.

Dans ce document, la CNCDH formule des recommandations et n'hésite pas à parler de «décoloniser les esprits». Dans l'édition 2019 de ses travaux «sur la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie», remis au Premier ministre le 18 juin 2020 dans la matinée, la commission développe une partie de son rapport, bouclé en mars, sur les particularités du racisme envers les personnes noires. Elle y relève un paradoxe : «Alors que la minorité noire est avec la minorité juive celle qui a la meilleure image» dans le baromètre de la CNCDH mesurant la tolérance des Français, «elle est en butte au quotidien à des préjugés offensants et des discriminations nombreuses».

Par opposition à une norme blanche

«Sur les réseaux sociaux ou dans les stades, s'exprime un racisme anti-noirs extrêmement cru, animalisant et violent, construit par opposition à une norme blanche», constate-t-elle encore. Et l'institution de citer une enquête commune Insee-Ined portant sur les descendants d'immigrés établis en France: «Les Noirs, aux côtés des Maghrébins subissent plus de discriminations que le reste de la population : ce serait le cas de 31% des personnes originaires des DOM et de 47% des immigrés originaires d'Afrique subsaharienne.»

32% de chances en moins de trouver un logement

Selon la Commission, «au-delà des infractions, c'est tout à la fois une histoire, une culture et un ensemble de préjugés qui sont à la racine du racisme anti-noirs». Toujours selon ce rapport, une personne noire sur deux dit avoir subi des discriminations au travail. Et une personne noire a 32% de chance en moins de trouver un logement.

Développer des enquêtes permettant de mieux connaitre les discriminations

«Comme la lutte pour l'égalité femme-homme, le combat contre le racisme envers la minorité noire nécessite une prise de conscience du phénomène par la société dans son ensemble, une décolonisation des esprits», écrit la Commission. Parmi ses recommandations, elle enjoint les pouvoirs publics «de développer des enquêtes permettant de mieux connaître les discriminations» ; d'étendre les outils comme les testings, «en particulier dans les services publics, les commissariats et les gendarmeries». Une démarche qui fait écho à d'autres initiatives, à l'heure où la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye relance  le débat sur les statistiques ethniques dans une tribune publiée par Le Monde.

1983 actes de racisme recensés entre 2018 et 2019

Le document dénombre 1983 actes de racisme recensés entre 2018 et 2019 et constate que ces données sont toujours en augmentation : +27% pour les actes antisémites (687 actes) ; 3 actes recensés ; +54% pour les actes anti-musulmans (154 actes) ; +130% pour tous les autres actes racistes (1 142 actes)

Ce rapport a été bouclé en mars, avant les manifestations de ces dernières semaines contre le racisme et les violences policières organisées par le comité Adama Traoré, jeune homme noir mort en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes en région parisienne. Une mobilisation revenue au premier plan depuis la mort de George Floyd, un quadragénaire noir asphyxié par un policier blanc le 25 mai à Minneapolis.

 Lire aussi Le gouvernement souhaite rouvrir «de manière apaisée» le débat sur les statistiques ethniques

 francais.rt.com

 Commenter