20/06/2020 reseauinternational.net  12 min #175686

Liban, Syrie, Irak : qui a inventé le Moyen-Orient ?

Par Jean-François Paillard

Après 1918, les Français et les Britanniques ont tracé des frontières à la règle, parachuté des rois fantoches, infiltré des faux experts et vrais espions... De bien mauvaises fées penchées sur le berceau de ces trois Etats.

En novembre 1918,  l'armistice ne met pas seulement fin aux hostilités en Europe. Il aiguise les appétits des vainqueurs pour des territoires situés à l'autre bout de la Méditerranée. L'Empire ottoman, allié de l'Allemagne vaincue, est démantelé. Le territoire de l'ancien colosse est réduit à l'actuelle Turquie ; ses possessions perdues sont préemptées par la France et la Grande-Bretagne. Pourquoi les deux puissances sont-elles si impliquées dans le partage du gâteau moyen-oriental ? Là-bas, les Britanniques sont militairement incontournables, de la  Palestine à Mossoul. Quant aux Français, quoique plus portés sur l'Afrique, ils ont des troupes au Mont-Liban et en Syrie.

La répartition des terres a eu lieu en grand secret deux ans plus tôt. C'est le Britannique Sir Mark Sykes, un ambitieux baronnet de 37 ans, qui s'en est chargé. Un fieffé  menteur qui prétend parler le turc et  l'arabe. Ce jeune député conservateur vient alors de publier un best-seller aux allures de guide touristique - Le Dernier Héritage du calife - qui laisse entendre qu'il possède une haute expertise sur la « question d'Orient ».

Invité par le Premier ministre Henry Asquith à s'exprimer sur le sujet au 10 Downing Street, Sykes arrive avec une carte de l'Arabie sous le bras. Au cours de la réunion, il la déploie et trace à la règle une  diagonale partant du « e » d'Acre et allant jusqu'au dernier « k » de Kirkouk. C'est la ligne de partage !  Londres contrôlera tout ce qui se situe au sud de la ligne : Palestine, Transjordanie, Mésopotamie (Irak actuel).  Paris s'arrogera tout ce qui se trouve au nord : Liban et Syrie. Agréée par Asquith, la proposition convient au négociateur français François Georges-Picot. Fervent partisan de la « mission civilisatrice » impériale de la France, cet ancien consul à Beyrouth saura convaincre le président du Conseil Aristide Briand de la justesse du tracé dit « Sykes-Picot ».

Syrie : la « créature » du général Gouraud

En réalité, cette « ligne tracée arbitrairement au milieu des sables », selon l'expression de l'historien anglais James Barr, ne fera qu'exacerber la rivalité entre le Royaume-Uni et la France. Car ce que veut surtout la Grande-Bretagne, c'est s'assurer le contrôle de l'ensemble de la péninsule arabique. Hyperpuissance maritime, elle veut aussi avoir la main sur l'ensemble du golfe Persique, ainsi que sur les ports du Koweït, confetti riche en  pétrole et idéalement placé sur la route des Indes. Les Français, eux, jouent la carte de la protection des chrétiens d'Orient. Ils se réservent le Levant, à l'exception de la Palestine, qui reste sous contrôle anglais.

En 1919, la Société des Nations (SDN), créée par le traité de Versailles, rebat encore les cartes du Moyen-Orient. Cette institution, dominée par la France et la Grande-Bretagne, est censée garantir le nouvel ordre international. C'est en fait un nouveau lieu d'affrontement pour des puissances aux appétits féroces. En avril 1920, la SDN place sous mandat français l'ancienne province ottomane de Syrie et sa capitale Damas. Paris exulte. Théoriquement, l'objectif du mandat est de mener la Syrie et le « Grand Liban » vers l'indépendance. Mais à quoi bon se défaire de territoires qui sont des étapes très utiles sur la route des possessions extrême-orientales de la France (Annam, Cambodge, Cochinchine, Laos et Tonkin) ?

Paris rit, les Arabes enragent et le War Office est embarrassé. Car pendant toute la guerre les Britanniques ont laissé entendre au chérif de  La Mecque, Hussein ben Ali, qu'une fois la paix venue ils l'aideront à constituer un « royaume arabe » avec Damas pour capitale. La promesse a été maintes fois relayée par Thomas Edward Lawrence, un  officier de renseignements de l'armée britannique. Ce trentenaire est déjà célèbre dans son pays sous le patronyme de Lawrence d'Arabie. Attifé en  Bédouin, El Aurens, comme l'appellent les Arabes, a multiplié les razzias et les opérations de sabotage contre les Ottomans aux côtés de Fayçal, fils d'Hussein et icône de la rébellion, avec lequel il s'est lié d'  amitié. Ce dernier ne veut pas renoncer à son rêve de royaume arabe.

Coup de théâtre ! En mars 1920, Fayçal crée à Damas une monarchie parlementaire, à la barbe des Français, dans une Syrie indépendante qui inclurait la Palestine et la Transjordanie. Le général Henri Joseph Eugène Gouraud ne l'entend pas de cette oreille, lui que la France vient de nommer haut-commissaire au Levant. « Fougueux, barbu, manchot et la main lourde », résume un diplomate britannique ! Homme à poigne, il a perdu un bras à Gallipoli, s'est couvert de gloire en Champagne et s'est illustré au Soudan par la capture de Samory Touré, un chef mandingue qui s'opposait aux Français. Gouraud lance un ultimatum à Fayçal, l'invitant à se soumettre ou à se démettre. Après sa défaite à la bataille de Maysaloun, où son armée est écrasée par un contingent de spahis marocains et de tirailleurs sénégalais, l'émir cède...

En juillet 1920, lorsqu'il pénètre dans Damas, Gouraud visite le  tombeau de Saladin, devant lequel il déclare : « Réveille-toi, Saladin, nous sommes de retour ! Ma présence ici consacre la victoire de la croix sur le croissant ! » Ce nouveau croisé est pris d'une frénésie créatrice. Fin 1920, le général fixe unilatéralement les frontières de quatre nouvelles entités : le Grand Liban (voir plus bas), les Etats d'Alep et de Damas, ainsi que le territoire des Alaouites (chiites hétérodoxes). Sa stratégie ? Diviser pour mieux régner. « Ma proposition... doit permettre au haut-commissariat de mettre en balance des rivalités pouvant être exploitées au plus grand profit de son autorité et, par conséquent, de la France », révèle Gouraud dans un télégramme adressé au chef du gouvernement français en août 1920.

Qu'en disent les populations locales ? Rébellion ! Parties du Djebel druze, les révoltes essaiment dans la Ghouta en périphérie, puis explosent à Damas, que l'aviation française bombarde en octobre 1925, provoquant des centaines de morts. Les troupes françaises ne quitteront le pays qu'en 1946. Ce dernier connaîtra pas moins de sept coups d'Etat et basculera en 1970 dans le régime militaro-policier de Hafez el-Assad, dominé par la minorité alaouite.

L'Irak : aux services secrets de sa Majesté

Retour en mars 1921. Vaincu par Gouraud, Fayçal est « exfiltré » de Syrie par les  services secrets britanniques. Ces derniers ont décidé de le placer à la tête de l'Irak, un pays qu'ils viennent de créer à l'initiative de  Winston Churchill, alors secrétaire d'Etat aux Colonies. C'est T. E. Lawrence, devenu entre-temps conseiller au Colonial Office, qui lui a soufflé l'idée, une manière pour lui d'honorer sa promesse à Fayçal. L'Irak est pourtant un amalgame disparate des anciens gouvernorats ottomans de Bagdad et de Bassora, dont la Grande-Bretagne a hérité depuis le traité de Sèvres d'août 1920. Ah oui ! Ce traité garantissait aussi la création d'un Etat kurde. Une autre promesse... On rattache de force les Kurdes et Turkmènes de l'ancien gouvernorat de Mossoul à l'Irak. Et s'ils se plaignent ? Dans une note adressée au War Office, Churchill préconise l'utilisation d'  armes chimiques pour combattre les populations animées par des velléités d'indépendance !

Mais il y a pis : en bombardant Fayçal à la tête de l'Irak, Londres décide unilatéralement que ce « patchwork ethnique et confessionnel », pour reprendre l'expression de l'historien Pierre Blanc, sera une monarchie sunnite. Un plébiscite est organisé pour légitimer le nouveau souverain. Toute candidature rivale étant proscrite, Fayçal obtient 96% des suffrages dans un pays où 65% des musulmans sont de confession chiite ! Résultat : « Le  royaume hachémite ainsi fondé ne reposait sur aucune assise locale », écrit l'historien Jean-Pierre Filiu. Pour preuve : lors de la cérémonie d'intronisation de Fayçal à Bagdad, faute d'hymne national irakien, l'orchestre joua le  God Save the King !

En 1924, en Irak, un nouveau code de la nationalité distingue un « certificat A » qui octroie aux sunnites la pleine  nationalité irakienne et un « certificat B » qui n'accorde que des droits restreints aux chiites, pourtant majoritaires. « Dès le début de son existence, l'Irak est déchiré entre une minorité au pouvoir dominée par les sunnites et une population à dominante chiite avec un fort irrédentisme kurde dans le Nord », poursuit Jean-Pierre Filiu. Le général Gouraud ne s'y trompe pas. Lors d'un entretien avec Churchill à propos de l'Irak, il déclare que, en portant au pouvoir un sunnite, « les Britanniques façonnent comme  Frankenstein un  monstre qui finira par les dévorer » !

Grand Liban : « une mosaïque quasi ingouvernable »

Henri Gouraud peut bien sermonner les Anglais : il est le plus doué des apprentis sorciers ! Dès 1920, le haut-commissaire crée par décret le Grand Liban et multiplie les décisions arbitraires, aux conséquences tragiques. Il considère ainsi que les limites traditionnelles du Mont-Liban ne sont pas viables économiquement. Qu'à cela ne tienne ! Il y adjoint la plaine fertile de la Bekaa, «un territoire pris à la Syrie qui deviendra un point de discorde entre les deux pays», note l'historienne Julie d'Andurain. Gouraud veut aussi combler les partisans chrétiens du Grand Liban. Cette communauté est marquée par la famine de 1915, conséquence du blocus ottoman. «Le patriarche de l'Eglise chrétienne maronite Hoyek revendique la sécurisation alimentaire du pays», explique Pierre Blanc. Pour éloigner le spectre de la faim, ils obtiennent des Français un Grand Liban plus vaste, incluant des plaines nourricières et des facilités portuaires. Mais ce sont aussi des hommes et des communautés différentes qui s'invitent dans le nouveau pays : Druzes, maronites, sunnites... Les chrétiens libanais perdent en réalité leur suprématie démographique. Ce pays est dès son origine une mosaïque de peuples et de communautés « dont la coexistence apaisée s'annonce dès le début difficile, sinon impossible », estime Pierre Blanc.

L'instabilité du pays, aggravée au cours des décennies suivantes par la présence de Palestiniens chassés de leur foyer, débouchera sur une guerre civile qui durera quinze ans, de 1975 à 1990. Elle s'accompagnera de la multiplication de milices politico-mafieuses (Amal, Forces libanaises, Brigade Marada, PSP druze, Hezbollah, etc.) enracinées dans une matrice communautaire qui reste aujourd'hui quasiment ingouvernable.

Les protagonistes

Le géomètre : Sir Mark Sykes > En 1915, le War Office britannique demande à cet ancien député conservateur de plancher sur le partage futur de l'Empire ottoman. Catholique et  francophone, il propose une solution plutôt favorable à la France, allié crucial dans le combat contre l'Allemagne. Il n'en mesurera jamais les conséquences désastreuses : il meurt en 1919 à Paris de la  grippe espagnole.

L'apprenti sorcier : François Georges-Picot > Appelé au printemps 1915 au ministère des Affaires étrangères, cet ancien consul à Beyrouth est chargé de signer pour la France l'accord secret dit « Sykes-Picot » qui définit les futures zones d'influence française et britannique dans l'Arabie ottomane. Pas plus que son homologue Sykes, il ne sut voir que cet accord allait être mis en échec par la montée du nationalisme arabe et la création d'un foyer juif en Palestine.

L'exalté : Thomas Edward Lawrence > Le futur Lawrence d'Arabie est dans les années 1910 un aristocrate qui sillonne la péninsule arabique pour une thèse d'  archéologie à Oxford. Engagé en 1914 dans l'armée britannique, il devient agent de liaison auprès de l'émir Fayçal et combat à ses côtés dans sa guérilla contre les Ottomans. Après la guerre, il pousse Fayçal à la tête du royaume d'Irak, entité créée par les Britanniques.

L'héritier : Fayçal ben Hussein > Issu d'une lignée hachémite qui remonterait à  Mahomet, il est le fils d'Hussein ben Ali, chérif de La Mecque. Il devient roi d'Irak en 1921. Horrifié par le massacre des chrétiens nestoriens d'Irak en août 1933, il part le 2 septembre en  Suisse et y décède le 8.

Le conquérant : Henri Joseph Eugène Gouraud > Militaire de carrière, il participe activement à la constitution de l'empire colonial français d'Afrique de l'Ouest, du Maghreb et du Moyen-Orient. Il perd un bras aux Dardanelles et joue un rôle décisif dans la contre-offensive victorieuse de Champagne en juillet 1918. Nommé haut-commissaire au Levant, il crée dans les années 1920 le Grand Liban et une éphémère Fédération d'Etats de Syrie.

L'impitoyable : Winston Churchill > En 1921, le bouillonnant homme politique est nommé secrétaire d'Etat aux Colonies lorsque la Palestine, la Transjordanie et la Mésopotamie (futur Irak) passent sous contrôle britannique. Ayant pris T. E. Lawrence comme conseiller, il favorise le couronnement de Fayçal en Irak et d'Abdallah en Transjordanie. Il se montre favorable à l'utilisation d'armes chimiques sur les Kurdes d'Irak pour contrer leurs velléités d'indépendance.

*Source :  ça m'intéresse

illustration: Proclamation du Grand Liban par le général Gouraud à Beyrouth, le 1er septembre 1920. © Wikimedia Commons

via:  france-irak-actualite.com

 reseauinternational.net

 Commenter