20/06/2020 lesakerfrancophone.fr  6 min #175696

1919 contre 2019

La dernière fois que la population américaine des moins de 65 ans a diminué, c'était lors d'une pandémie mondiale... Et maintenant ?

Par Chris Hamilton - Le 4 février 2020 - Source  Econimica

Ce qui se passe en Chine est vraiment effrayant, tant pour ceux qui sont actuellement à risque que pour le reste d'entre nous en raison du manque de transparence. Que la situation soit contenue ou métastase, cela semble vraiment être dans la balance, à l'heure actuelle. La dernière fois que le monde a été confronté à une pandémie mondiale de proportions épiques a été la grippe espagnole de 1918/1919. Bien qu'elle n'ait pas pris les proportions de la peste noire (qui a anéanti environ un tiers de la population européenne en cinq ans, ainsi qu'une grande partie de l'Eurasie), l'épidémie de grippe espagnole a été horrible. De toute évidence, la population mondiale était beaucoup plus petite à l'époque (moins de 2 milliards) et le monde était beaucoup moins interconnecté par les transports à grande vitesse et les frontières ouvertes, qui existent aujourd'hui. Pourtant, environ 500 millions de personnes ont été infectées par la grippe espagnole (un quart de la population mondiale) et entre 50 et 100 millions ont péri à cause de la maladie (entre 3 et 5 % de la population mondiale).

Actuellement, si « seulement » 1 % de la population mondiale mourait à cause du coronavirus, cela représenterait une perte de quelque 75 millions de personnes. Un résultat similaire à celui de la grippe espagnole signifierait quelque chose comme la perte de 200 à 400 millions de personnes... et un résultat similaire à celui de la peste noire qui a emporté un tiers de la population mondiale est trop macabre pour être imaginé.

Il s'agit là d'une affaire sombre et il est à espérer que rien de ce qui a précédé cette pandémie ne se produira, mais il semble important de faire un bilan historique pour voir à quel point cela pourrait devenir grave. Il est également très intéressant de noter que, dans le cas de la grippe espagnole, les personnes tuées se trouvaient dans la population en âge de procréer, de sorte que l'impact sur la population de moins de 65 ans fut atypique.

En parlant de la grippe espagnole, je voulais montrer l'impact que les décès de 1918-1919 ont eu sur la croissance de la population américaine et comparer l'évolution inverse du ratio de la dette américaine par rapport au PIB. Dans le graphique ci-dessous, la ligne jaune représente la croissance annuelle de la population américaine de moins de 65 ans par rapport à la dette américaine par rapport au PIB (colonnes bleues en période de stagnation ou de diminution de la dette par rapport au PIB, colonnes rouges en période d'augmentation de la dette par rapport au PIB). Les deux sont clairement inversement corrélés... la dette, autrefois utilisée pour financer la guerre, est maintenant remplacée par le ralentissement de la croissance démographique et la diminution du potentiel d'activité économique (en l'absence de dette supplémentaire/taux d'intérêt plus bas). Si l'on considère la croissance démographique annuelle des États-Unis, le ralentissement de 1790 à aujourd'hui n'est pas difficile à voir, mais l'effondrement brutal de la croissance dû à la grippe à la fin de la Première Guerre mondiale permet d'y regarder de plus près. Cependant, après que la grippe a été contenue en 1920, le taux de croissance des moins de 65 ans a immédiatement retrouvé son niveau tendanciel avant de poursuivre son ralentissement.

Il se trouve que 2019 et 1918/1919 avaient quelque chose de très important en commun, ce sont les seules années de l'histoire des États-Unis où la population des moins de 65 ans a diminué. Selon le  recensement, alors que la population totale des États-Unis a augmenté de 1,55 million (0,48 %) en 2019, toute la croissance nette de la population s'est produite chez les plus de 65 ans (qui ont augmenté d'environ 1,6 million). Cela signifie qu'en 2019, la population des moins de 65 ans a diminué d'environ 60 000 personnes. La seule fois où cela s'est produit auparavant dans l'histoire des États-Unis, c'était au plus fort d'une pandémie mondiale. Pourtant, il n'y a pas eu de pandémie en 2019... juste une population qui ne voulait pas devenir parent dans des proportions record et des taux d'immigration qui n'ont atteint que la moitié de ce qu'ils étaient au cours de la décennie précédente. Bien entendu, si une pandémie devait frapper maintenant avec un taux de croissance annuel des moins de 65 ans déjà inférieur à tout ce que les États-Unis ont connu, le déclin de la population serait naturellement sans précédent.

La cause de la baisse continue des taux de fertilité et des naissances semble être la croissance continue de la dette fédérale bien avant l'activité économique. La dette fédérale croissante de plus de 23 000 milliards de dollars (et le quadruple de la dette non financée) ne sera jamais remboursée et ne peut être honnêtement servie qu'à des taux d'intérêt minimaux imposés par la Réserve fédérale. Ainsi, la Fed continue de truquer les taux d'intérêt, ce qui truque le cours des actions et les matières premières... et le résultat est une appréciation anormalement élevée des actifs... qui récompense les détenteurs d'actifs âgés et institutionnels et punit les jeunes, les pauvres et les actifs absents. Les jeunes et les pauvres souffrent d'une augmentation du coût de la vie bien plus rapide que celle des revenus. Les mariages sont repoussés et l'éducation des enfants est un choix qui peut être évité grâce à un contrôle des naissances largement répandu. En termes simples, ce sont les mécanismes d'adaptation de la Réserve fédérale qui sont à l'origine des taux de fertilité historiquement bas, les jeunes adultes étant financièrement incapables ou peu désireux d'avoir des enfants. La Fed préserve le présent pour les personnes âgées et les institutions au détriment des jeunes et des pauvres présents et futurs.

Une pandémie à ce stade entraînerait un dépeuplement profond des États-Unis et enverrait probablement la Fed vers un QE++++ pour éviter qu'un marché libre ne détermine les prix des actifs. Le résultat de la pandémie, et le coût de la vie induit par la Fed continuant à monter en flèche au-dessus des revenus, aurait certainement un impact à la baisse supplémentaire sur les naissances aux États-Unis (déjà  en baisse de 12% depuis 2007...).

Qu'en est-il de la situation mondiale et de la capacité des États-Unis à importer de la croissance par le biais de l'immigration ? Le graphique ci-dessous montre l'évolution annuelle de la population mondiale des moins de 40 ans (à l'exclusion de l'Afrique... j'exclue l'Afrique en raison des faibles taux relatifs d'émigration, des faibles taux de revenu/épargne/crédit, des faibles taux de consommation). Les colonnes bleues correspondent à l'évolution annuelle en millions et la ligne rouge à l'évolution annuelle en pourcentage de la population mondiale, hors Afrique). L'année 1986 a été marquée par une croissance annuelle maximale de +53 millions de personnes de moins de 40 ans (soit une augmentation de 1,2 %).

Il se trouve qu'en 2020, la croissance de la population mondiale (hors Afrique), c'est-à-dire des personnes capables de procréer dans le présent et à l'avenir, a cessé. Le taux de fécondité des femmes de plus de 40 ans s'effondre et les femmes sont stériles à 45-50 ans. À partir de ce moment, il y aura chaque année moins de personnes capables de procréer et évidemment moins d'enfants indéfiniment (tous deux hors Afrique). Jusqu'à présent, les naissances annuelles dans le monde, à l'exception de l'Afrique, sont en baisse depuis 1989 et ont diminué d'au moins 15 % par rapport au pic de 1989 (et peut-être même de 20 % lorsque toutes les données pour 2019 seront disponibles). Alors que la population mondiale de plus de 40 ans est peut-être confrontée à une surpopulation, la population mondiale de moins de 40 ans (Afrique de l'Ouest ou la partie du monde qui consomme 97 % de tout) a commencé à se dépeupler. Et tout cela avant toute perte de vie due à une éventuelle pandémie.

Les données sur la population américaine et mondiale sont tirées du recensement américain et des Perspectives de la population mondiale 2019 de l'ONU...

Chris Hamilton

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter