22/06/2020 tlaxcala-int.org  4 min #175741

Rencontre avec l'artiste qui a peint la fresque de George Floyd sur le mur de séparation en Palestine

 Yumna Patel یمنا پٹیل يمنة باتل

« Le plus important, c'est que les gens sachent que cette peinture murale est un cadeau qui vient de la Palestine », dit Taqi Spateen à Mondoweiss. « C'est tout ce qui compte ».

 Palestinian artist Taqi Spateen painting George Floyd on the Separation Wall

C'est au milieu de la nuit que Taqi Spateen s'est emparé de son carton de bombes de peinture et qu'il s'est mis en route pour le mur de séparation israélien, à l'extrémité nord de la ville de Bethléhem, dans le sud de la Cisjordanie occupée.

Après avoir passé des jours à suivre les manifestations et les marches qui se sont multipliées aux USA après l'assassinat de George Floyd par un policier, l'artiste, basé à Bethléhem, s'est laissé guider par son inspiration, et par un soudain sentiment d'urgence.

Sous la surveillance étroite de soldats israéliens stationnés dans le mirador militaire tout proche, Spateen s'est empressé de commencer une peinture murale de Floyd. Et quand elle a été terminée, deux heures plus tard, il a remballé ses affaires, et il est rentré à la maison.

La première peinture murale de George Floyd, par Taqi Spateen, sur le mur de séparation à Bethléhem, Cisjordanie occupée. (Photo : Yumna Patel)

Depuis que Spateen a peint la fresque de Floyd, qui maintenant se trouve à côté de celle, plus grande que nature, de la jeune militante palestinienne Ahed Tamimi, et de l'infirmière assassinée pendant son travail Razan al-Najjar, les photos de sa fresque sont devenues virales sur les médias sociaux, et elles figurent même sur le compte Instagram de CNN.

Quand Mondoweiss lui a demandé ce qu'il pensait de l'accueil qui était réservé à sa peinture murale, Spateen a répondu qu'il ne s'attendait absolument pas à ce qu'elle explose comme elle l'a fait. Quand nous lui avons montré le message sur la page Instagram de CNN, il a été sidéré.

"Le portrait de George Floyd est apparu dans la ville palestinienne de Bethléhem sur le mur de béton érigé par Israël pour le séparer de la Cisjordanie. Depuis qu'il a été monté, il y a près de 20 ans, en réaction à la violence de la Deuxième Intifada, un soulèvement armé, le mur est devenu l'un des plus célèbres supports de graffitis au monde. Le dernier né sur le mur montre un George Floyd, enroulé dans un haut à capuchon de couleur bleue, cherchant à saisir le regard du passant - une version de l'une des images le représentant qui a le plus circulé, une photo prise contre un mur de briques."(Photo : Abeer Salman/CNN)

« Le plus important, c'est que les gens sachent que cette peinture murale est un cadeau qui vient de la Palestine » a dit Spateen. « C'est tout ce qui compte ».

Spateen est un peintre et graffiteur bien connu en Palestine, avec un certain nombre de ses peintures murales qui sont disséminées tout au long du mur de séparation d'Israël.

En marchant le long du mur à Bethléhem, sous un petit nombre de peintures murales, on peut voir le nom de Spateen, griffonné au coin de chacune de ses peintures - toutes, sauf une.

« J'ai fait un effort réfléchi pour ne pas signer mon nom au bas de cette fresque » dit-il. « Je n'ai pas voulu qu'il s'agisse de moi, car il ne s'agit pas de moi ».

Spateen a dit à Mondoweiss qu'il avait d'abord hésité à avoir cet entretien, affirmant qu'il ne voulait pas détourner l'attention du véritable problème.

Taqi Spateen est un artiste palestinien, basé à Bethléhem, en Cisjordanie occupée.
(Photo : Yumna Patel)

« Je veux que toutes celles et ceux qui passent devant ce mur maintenant voient cette fresque de George Floyd, et qu'ils se souviennent de lui et l'honorent » dit-il. « Je veux que les gens, en Amérique, qui voient cette peinture murale sachent que nous, en Palestine, nous nous tenons à leurs côtés, parce que nous savons ce que c'est que d'être étouffé, tous les jours ».

Pour Spateen, il était important de peindre la fresque de Floyd sur le mur de séparation pour une raison majeure. « George Floyd a été tué parce qu'ils l'ont pratiquement étouffé, et qu'ils lui ont coupé la respiration » dit Spatten. « Et tous les jours, ce mur nous étouffe et fait qu'il est difficile pour nous de respirer ».

« Il faut se rappeler que George Floyd n'est pas mort pour avoir manqué d'oxygène. Il est mort à cause d'un manque de justice ».

À la suite de notre entretien avec Spateen, il a saisi son pinceau et son échelle, et il a commencé à travailler sur sa plus grande peinture murale jusqu'à ce jour : une autre fresque de George Floyd.

Plus de cinq heures plus tard, la fresque, qui s'étend sur toute la hauteur du mur, lequel fait 25 pieds (plus de 7 mètres), était terminée. À côté du visage de George Floyd, Spateen avait écrit les mots : « Je ne peux pas respirer. Je veux la justice, pas de l'O2 (oxygène) ».

Traduction : BP pour l'Agence Média Palestine

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de mesure d'audience.J'accepteX

Courtesy of  Agence Médias Palestine
Source:  mondoweiss.net
Publication date of original article: 12/06/2020

 tlaxcala-int.org

 Commenter