22/06/2020 lesakerfrancophone.fr  10 min #175754

La « réouverture » économique est une fausse piste

Par Brandon Smith − Le 22 mai 2020 − Source  Alt-Market.com

Comment définir une « réouverture » économique ? Je pense que la plupart des gens diraient qu'une réouverture signifie que tout redevient comme avant la crise ; ou du moins aussi proche que possible. La plupart des gens diraient également qu'une réouverture est quelque chose qui va durer. Déclarer simplement que « l'Amérique a ré-ouvert » tout en maintenant de nombreuses restrictions dans certaines parties du pays est un peu une farce. Et ré-ouvrir avec l'intention de mettre en place à nouveau des mesures de confinement dans quelques semaines sans expliquer la situation au public est une escroquerie de premier ordre.

Par exemple, des États comme New York, la Californie, l'Illinois et le New Jersey ont prolongé leurs mesures de confinement ; la prolongation de Los Angeles reste ambiguë après qu'ils aient initialement déclaré des restrictions pour trois mois supplémentaires. Le confinement de New York est prolongé jusqu'à la fin du mois de mai (jusqu'à présent). C'est le cas dans de nombreux États et villes des États-Unis, tandis que les zones rurales sont pour la plupart ouvertes. C'est ce qu'on appelle une « réouverture partielle », mais y a-t-il un but derrière cette approche inégale ?

Comme je l'ai prédit dans mon article «  Pandémie et effondrement économique : Les prochains 60 jours«, les restrictions se poursuivront dans les principaux centres de population américains, tandis que les zones rurales se sont pour la plupart ré-ouvertes en fanfare. Le résultat final sera un afflux de citadins vers les villes rurales à la recherche d'un soulagement par rapport aux conditions de confinement plus strictes. Dans un mois environ, nous devrions voir apparaître de nouveaux foyers épidémiques dans des endroits où la transmission était limitée. Je suggère qu'avant les vacances du 4 juillet, les gouvernements des États fédérés et le gouvernement fédéral vont parler de nouvelles mesures de confinement, en utilisant comme excuse le pic d'infection prévisible.

C'est ce qui se passe actuellement dans le  nord-est de la Chine - une nouvelle résurgence a eu lieu et 100 millions de personnes sont maintenant soumises à des restrictions de quarantaine. La réouverture de la Chine date d'à peine deux semaines, et les craintes de « flambées » d'infection étaient  largement répandues lorsque l'annonce a été faite. Aujourd'hui, les grands médias semblent confus ; la Chine est-elle ouverte ou fermée ? Bien sûr, nous ne saurons peut-être jamais à quel point le problème est et était grave en Chine, car il a été démontré que leurs chiffres sont totalement truqués et escamotés depuis le début, mais le fait est que l'expression « réouverture » n'a pas de sens là-bas, tout comme ici aux États-Unis.

Cela fait partie du plan. La farce des réouvertures a en effet un but. J'en parle de façon très détaillée dans mon article «  Vagues de mutilation : La tyrannie médicale et la société sans cash« publié en avril. Les globalistes sont clairement les seuls bénéficiaires de cet événement ; avec un état de surveillance globale désormais ouvertement sur la table et un passage accéléré aux systèmes de monnaie numérique, les globalistes soit profitent de cette crise pour faire avancer leur programme, soit ils ont « fabriqué » le virus et provoqué la crise sanitaire pour faire avancer leur programme.

Dans les livres blancs publiés par les globalistes à l'Imperial College de Londres ainsi qu'au MIT, le plan est ouvertement admis. Ils suggèrent d'utiliser des « vagues » d'ouvertures économiques, puis des fermetures pour contrôler la propagation du virus. Les calendriers semblent varier, mais en général les modèles prévoient un cycle ouvert d'un mois et un cycle fermé de deux mois. L'objectif est d'augmenter délibérément les infections tous les deux mois dans des régions spécifiques d'un pays, puis de déclarer un arrêt économique et des mesures de quarantaine une fois que la propagation atteint un certain niveau ; cela devrait se poursuivre jusqu'à ce qu'un vaccin soit mis au point, ce qui pourrait prendre des années.

Lorsque les globalistes du MIT disent « Nous ne reviendrons pas à la normale », c'est ce qu'ils veulent dire. En ce moment, le grand public (du moins dans certaines régions du pays) applaudit aux réouvertures, mais ce qu'il ne réalise pas, c'est que ces réouvertures sont une illusion. Les restrictions vont rester en place dans de nombreux États et villes, tandis qu'elles seront levées puis rétablies dans d'autres. En fait, la situation va s'aggraver avec le temps, à dessein.

Le prochain confinement, dès qu'il sera annoncé, sera absolument dévastateur pour l'économie américaine qui est déjà dans une spirale descendante. Les facteurs atténuants seront l'efficacité des mesures de relance de la banque centrale à freiner la chute libre (peu efficace jusqu'à présent). D'autres facteurs comprennent le pourcentage de petites entreprises qui survivent au premier confinement et le nombre d'emplois que ces entreprises peuvent ramener dans l'économie. Un grand nombre d'Américains et d'entreprises pourraient survivre au premier confinement, tandis que le second détruirait financièrement toutes les entreprises sauf les plus préparées. Et ne vous y trompez pas, il y aura beaucoup d'autres confinement au cours des deux prochaines années.

Dans l'intervalle, des banques internationales comme Wells Fargo et JP Morgan ont fait en sorte que les petites entreprises soient  durement touchées par la crise en canalisant l'argent du renflouement et en remboursant les prêts à leurs gros clients plutôt qu'aux petites entreprises auxquelles l'argent était destiné. Sur les 300 000 clients de JP Morgan qui ont demandé un prêt d'urgence dans le cadre du programme de sauvetage du gouvernement, seuls 18 000 ont effectivement reçu un prêt et beaucoup de ces clients n'étaient pas des petites entreprises.

Si le cycle d'immobilisation se poursuit, les petites entreprises seront rayées de la carte. Les élites ont truqué le jeu économique ; elles contrôlent où va chaque dollar de l'argent du renflouement, et beaucoup de leurs entreprises sont les seules institutions qui sont équipées pour survivre à l'assaut. Certaines de ces entreprises vont disparaître, mais à long terme, l'objectif est, à mon avis, la centralisation totale de la production et de la distribution.

C'est exactement ce qui s'est passé pendant la Grande Dépression, lorsque JP Morgan et d'autres grandes banques ont dévoré des milliers de petites banques locales dans tout le pays et les ont éliminées du système en tant que concurrentes. Après la dépression, le secteur bancaire a été complètement centralisé entre les mains de quelques méga-sociétés triées sur le volet. Aujourd'hui, elles tentent d'effacer toute concurrence localisée des petites entreprises aux sociétés internationales.

Reprendre l'infrastructure commerciale de nations entières et supprimer toute concurrence indépendante n'est qu'une des raisons pour lesquelles le confinement se poursuit. Il y a aussi le processus d'acclimatation du public à l'idée que les périodes de confinements sont la « nouvelle normalité ». Bien que je constate une résistance dans certaines parties du monde, y compris aux États-Unis, de nombreux pays d'Asie et d'Europe ont été témoins d'une réaction plutôt mièvre à l'idée d'une tyrannie médicale. Je vois également un immense feu de forêt de législations anticonstitutionnelles et de mesures étatiques illégales se déployer aux États-Unis alors que le public est distrait par les circonstances financières et la menace du virus.

Il semble bien que la plupart des Américains détestent le confinement. Mais seront-ils dupés par la « réouverture » dans la complaisance pendant les prochaines semaines alors que le gouvernement se prépare à les frapper avec la prochaine série de restrictions ? Seront-ils tellement pris au dépourvu qu'ils ne sauront pas comment réagir ? Imaginez la dévastation économique d'un seul autre événement de confinement à l'échelle nationale ? Ce sera un carnage, et la population perdra beaucoup d'espoir.

Deux voies s'offrent alors à nous : La soumission, ou la rébellion. Soit la majorité du peuple américain acceptera le confinement comme une nouvelle réalité de la vie quotidienne, soit il sera tellement enragé par la destruction de son économie qu'il se révoltera.

Si l'intention est de maintenir le cycle jusqu'à ce qu'un vaccin soit introduit, comme l'affirment les publications élitistes, alors nous avons un LONG chemin à parcourir et ce premier confinement a été un jeu d'enfant comparé à ce qui va suivre.

L'excuse du modèle de vagues sera qu'il faut contrôler et ralentir la propagation de l'infection au fil du temps pour éviter de submerger nos infrastructures médicales. Mais cela n'a pas beaucoup de sens pour moi à ce stade. Peut-être que dans le premier ou les deux premiers mois de la pandémie, cela était quelque peu logique, afin que nous puissions évaluer la menace du virus. Ce que nous savons actuellement, c'est que le virus est au moins trois fois plus mortel que la grippe annuelle moyenne ; c'est une chose dont il faut s'inquiéter, mais pas une chose dont nous devrions nous débarrasser en détruisant notre économie.

Franchement, il n'y a pas de logique au modèle de vagues, sauf si l'objectif est de détruire l'économie. Si l'objectif est de continuer à infecter la population jusqu'à ce que tout le monde ait développé une immunité ou qu'un vaccin soit proposé, alors pourquoi ne pas simplement supprimer définitivement tous les verrous et en finir maintenant ? Cela entraînerait beaucoup moins de décès à long terme par rapport à l'effondrement de l'économie. Si l'objectif est une « immunité collective », nous pouvons y parvenir beaucoup plus rapidement par transmission virale que si nous attendons des années pour un vaccin qui pourrait ou non fonctionner.

Mais les élites ne se soucient pas de l'« immunité collective » ; ce qui les intéresse, c'est le contrôle. Le discours sur le vaccin lui-même est une forme de contrôle. Vous devez attendre que l'establishment vous sauve. Vous devez attendre qu'ils permettent l'ouverture de l'économie, même pour une courte période, afin que vous puissiez ensuite être autorisé à travailler ou à diriger votre entreprise. Vous devez attendre l'autorisation de vivre votre vie normale. Et, si les élites obtiennent ce qu'elles veulent, vous n'aurez pas cette permission tant que vous n'aurez pas accepté les passeports d'immunité, les applications de traçage et un vaccin.

Je traiterai de la question des vaccins dans un prochain article, mais le message sous-jacent que le public entend quotidiennement est que vous n'avez plus le pouvoir de prendre des décisions pour vous-même, vous devez attendre les instructions. Si le coronavirus est une chose qu'il faut prendre au sérieux (jusqu'à un certain point), le modèle des vagues n'est pas une solution acceptable au problème.

Et alors que de nombreux conservateurs cherchent à faire obstacle aux confinements à l'avenir, je leur recommande de ne pas retenir leur souffle. M. Trump a fait volte-face à de nombreuses reprises sur ces questions, y compris sur sa position quant à savoir si la décision de confiner doit être laissé ou non aux États. Avec un cabinet débordant de globalistes et d'élites bancaires, je ne mettrais pas beaucoup d'espoir dans une intervention de la Maison Blanche.

Ne vous laissez pas tromper par la réouverture. Elle n'est pas réelle parce qu'elle n'est pas censée durer. Il s'agit d'une soupape de vapeur destinée à calmer l'indignation du public et à nous conditionner à une tyrannie périodique. Les élites pensent que nous finirons par nous habituer aux confinements tant que nous aurons une réouverture à attendre dans quelques mois. Elles croient que notre tendance à la rébellion sera réprimée par de faux espoirs que la prochaine réouverture sera une réouverture permanente. Ils pensent qu'après 18 mois ou plus du modèle de vagues, nous serons si désespérés de retrouver une vie normale que nous ferons tout pour l'obtenir, y compris renoncer volontairement à la moindre once de liberté qui nous reste. Tel est le véritable objectif de la pandémie.

Brandon Smith

Note du Saker Francophone Comme tous les analystes lisant dans les entrailles encore chaudes de cette crise sanitaire/économique en temps réel, Brandon Smith applique ses grilles d'analyses habituelle pour tenter de donner du sens à la nouvelle réalité perçue et celle qui se trouve derrière le brouillard de la crise. C'est évidemment plus difficile et risquée. Mais il le fait avec constance et une certaine rigueur si on se place de son point de vue. A chacun de le comprendre pour en retirer ce qu'il y a à y piocher. Que ce soit la Chine, Trump, la Fed... on peut bien critiquer certains points de vue mais il s'agit des siens par rapport à ses peurs et à ses espoirs. Il faut aussi avoir à l'esprit que ses réflexions recouvrent aussi la pensée d'une partie de l'opinion publique américaine. Pour son hypothèse, pardon sa théorie [du complot forcément], rien n'est encore visible. On peut encore l'imaginer ou penser à un retour à la "normale", la 1ere vague ayant déjà dévastée l'économie occidentale sans qu'un "complot" puisse se voire forcément, autre que la cupidité de certains acteurs. On n'a pas fini de spéculer...

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter