23/06/2020 elcorreo.eu.org  3 min #175794

L'artillerie idéologique des droites mondiales

1) Les droites ont été désinhibées, tandis que les courants progressistes ou de gauche ou nationaux et populaires exigent des démissions au nom du bien commun, de quarantaines qui protègent la santé de la communauté, les droites descendent dans la rue, s'affichent sans masque et s'expriment contre « l'autoritarisme » quasi soviétique de l'Etat. Le « restez à la maison » est l'inverse de prendre les rues des gauches. C'est « 68 » à l'envers. Maintenant, les droites exigent de jouir de la liberté.

Quelle autorité ces types ont-ils pour me faire rester à la maison ? De cette façon, les droites comptent en leur faveur avec une dépolitisation ininterrompue de larges segments de la population qui a commencé dans les années 80 et est redessinée dans la pandémie actuelle. C'est la gauche qui, avec très peu de moyens symboliques, doit assumer l'héritage émancipateur des différents signes et les réinventer, au risque qu'ils soient présentés, grâce aux dispositifs néolibéraux, comme des impositions arbitraires. Dans toute politique nationale et populaire, dans chaque projet de la gauche souveraine, il y a toujours une dimension éthique irréductible. Et là où il y a l'éthique, il y a toujours un devoir de renonciation contre les pulsions narcissiques. Celles-là même que l'ordre néolibéral promeut de manière illimitée.

2) La xénophobie traditionnelle et le racisme de ces droites se sont lentement tournées vers la véritable position qui les soutient. Cependant, lorsque le gouvernement est souverain ou tente de l'être, un algorithme médiatique est déclenché martelant que le gouvernement est filo-communiste et castro-bolivarien. Tous ceux qui aiment leur peuple sont exclus de la limite de la Nation et cette opération n'a plus besoin d'un coup d'État classique. Sa tendance progressive et soutenue vers l'état d'urgence suffit, comme cela a déjà été démontré qu'ils peuvent le faire quand ils se sont approprié le pouvoir judiciaire.

3) Les droites savent maintenant que les projets transformateurs ne peuvent et ne doivent pas gagner. C'est un pacte international qui est au-dessus des organisations internationales, qui à leur tour sont traitées par les droites mondiales avec un profond dédain.

4) Les droites mondiales ont plus que jamais des représentants occasionnels et aléatoires. Leurs noms propres ne comptent pas beaucoup car ce ne sont que de simples courroies de transmission de la dictature du Capital.

Compte tenu de cet ordre de choses, quel genre d'alliances un projet de la gauche nationale et populaire doit-il mener pour ne pas tomber sous le siège de la guerre des droites ? Et quelle est la substance politique éthique qui doit la soutenir ?

Les différents secteurs féministes, salariés, gens de bien qui ne soutiennent pas la haine consommée et autoritaire des droites doivent rassembler leurs énergies pour changer la corrélation des forces dans les relations du Capital avec le Travail. Mais cette fois ce n'est pas seulement l'expérience collective celle qui transformera le sujet singulier. Maintenant, l'inverse doit aussi se produire, le désir éthique de l'individu singulier lui-même (qui n'est pas l'individualisme) doit être un agent de subversion du collectif.

Jorge Alemán* pour  Página 12

 Página 12. Buenos Aires, 22 juin 2020

Traduit de l'espagnol pour  El Correo de la Diaspora par : Estelle et Carlos Debiasi

El Correo de la Diaspora. Paris, le 22Juin 2020

Cette création par  elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basée sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.

 elcorreo.eu.org

 Commenter