24/06/2020 mondialisation.ca  12 min #175845

Nuages noirs au-dessus de la péninsule coréenne. La Corée du Nord a été patiente, puis déçue et maintenant elle est en colère.

Par  Joseph H. Chung

En 2012, un jeune homme éduqué en Occident a pris le pouvoir à Pyongyang ; il a décidé de transformer la Corée du Nord en un pays ordinaire où les gens peuvent mener une vie décente. Il s'appelle Kim Jong-un.

Il a tout donné pour atteindre ses objectifs.

Il a rencontré trois fois Moon Jae-in, président de la Corée du Sud, et trois fois Donald Trump, président des États-Unis.

Il a fait un voyage en train de plusieurs milliers de kilomètres en février 2019 pour se rendre à Hanoifilled avec l'espoir de la paix ; il a été trahi par Trump, mais il n'a pas abandonné cet espoir ; il a toujours fait confiance à Moon Jae-in ; il a été patient, puis il a été déçu.

Source :  commons.wikimedia.org

Ensuite, un groupe de réfugiés nord-coréens en Corée du Sud n'a pas cessé d'envoyer des ballons de propagande anti-Kim Jong-un, insultant la dignité du leader suprême.

Sa sœur, Kim Yo-jong, a fait des déclarations violentes contre Moon Jae-in et la Corée du Sud ; elle a même promis de faire sauter le bâtiment du bureau de liaison conjoint dans la ville de Gaesung, symbole du dialogue de paix Nord-Sud.

La Corée du Nord pourrait renvoyer des unités de l'armée, y compris des unités d'artillerie à longue distance, dans la ville de Gaesung et dans la région de Geumgan-san, ce qui permettrait d'éviter une confrontation militaire dans la péninsule coréenne menaçant la Corée du Sud, en particulier la région métropolitaine de Séoul où vivent 50 % des Sud-Coréens.

Cet article commence par l'épisode des tracts de propagande suivi de l'analyse des raisons cachées de la réaction violente de la Corée du Nord par l'intermédiaire de Kim Yo-jong.

Il aborde ensuite la coopération économique Nord-Sud qui est le seul moyen de surmonter la crise de sécurité nationale actuelle.

Incidence des tracts de propagande

Du 9 avril au 31 mai 2020, un groupe radical de droite de réfugiés nord-coréens a envoyé par air et par mer plus de 10 000 tracts de propagande avec un sac de riz, un billet d'un dollar et beaucoup de sales paroles insultantes contre Kim Jong-un et la Corée du Nord.

Il y a environ 30 000 réfugiés nord-coréens, la plupart sont maintenant des citoyens sud-coréens, et certains reçoivent de l'argent des services de renseignements étasuniens et sud-coréens en inventant des histoires, fabriquées de toutes pièces par le gouvernement conservateur sur les abus de pouvoir et les violations des droits de l'homme en Corée du Nord.

Quelques groupes radicaux travaillent pour des ONG étasuniennes qui financent l'opération d'envoi de tracts ; cette opération viole certaines lois sud-coréennes existantes et, en particulier, la déclaration de Panmunjom d'avril 2018 ainsi que la déclaration conjointe de Pyongyang de septembre 2018.

Kim Yo-jong, vice-directrice du département du front uni du Parti du travail de Corée (PTC), qui

est maintenant considéré comme le commandant en second à Pyongyang, s'en est pris publiquement à la Corée du Sud pour avoir permis le lancement de tracts de propagande anti-Pyongyang.

Cependant, ses déclarations ne se limitent pas à sa colère contre les tracts de propagande; elles reflètent la frustration cumulée de la Corée du Nord face à l'inaction de Séoul et de Washington.

Son accusation était inhabituelle à plusieurs égards.

Premièrement, le ton était très agressif, traitant la Corée du Sud comme un ennemi ; elle coupait tous les canaux de communication directe, y compris les lignes militaires. De plus, elle a demandé à l'armée de prendre des mesures appropriées contre la Corée du Sud.

Deuxièmement, ses déclarations sont rapportées depuis plusieurs jours dans Ro-DongSinmun, le journal officiel du Parti du Travail. Cela signifie que toute la population nord-coréenne est informée de ces questions.

Troisièmement, les citoyens ont manifesté dans les rues pendant plusieurs jours et même le chef du restaurant le plus célèbre de Pyongyang a fait une déclaration très dure contre la Corée du Sud. Cela signifie que toute la population nord-coréenne est autorisée à se joindre à la campagne de dénigrement de la Corée du Sud.

Certaines des déclarations de Kim Yo-jong montrent comment les Nord-Coréens se sentent par rapport à la Corée du Sud et aux États-Unis.

« De plus en plus forts chaque jour sont les voix unanimes de tous nos concitoyens qui demandent que l'on règle définitivement nos comptes avec la racaille qui défie le prestige absolu de notre chef suprême représentant notre pays et sa grande dignité et qui fait voler des déchets sur le territoire inviolable de notre pays avec l'aide de ceux qui sont complices d'un tel vandalisme, quel qu'en soit le nombre »

Source :  koreatmes.co.kr

Ce qui semble avoir blessé Kim Yo-jong, ce sont ces expressions que l'on trouve dans les tracts et qui portent atteinte à la dignité et au prestige de Kim Jong-un, dont l'autorité absolue est essentielle pour diriger le pays. De plus, les messages de ces tracts portent également atteinte au prestige de la famille de Kim. Dans le passé, il y avait de nombreux tracts de propagande contre la Corée du Nord, mais ils ont rarement attaqué directement le leader et sa famille.

Kim Yo-jong blâme Moon Jae-in pour des raisons plus sérieuses.

« Si les autorités sud-coréennes ont maintenant la capacité et le courage de faire immédiatement ce qu'elles n'ont pas fait depuis deux ans, pourquoi les relations Nord-Sud sont-elles toujours dans l'impasse comme en ce moment ? »

Source : koreatmes.co.kr/www/nation/2020/06/103_29115.html

Cette déclaration montre à quel point la Corée du Nord a compté sur le courage de Moon Jae-in pour concrétiser sa promesse malgré l'opposition de Washington.

Il y a également eu une déclaration du ministre nord-coréen des affaires étrangères, Ri Son-gon :

« La question est de savoir s'il sera nécessaire de continuer à serrer la main à Singapour, car nous voyons qu'il n'y a rien à améliorer dans les faits dans les relations RPDC-USA simplement en maintenant des relations personnelles entre notre direction suprême et le président américain. Jamais plus nous ne fournirons au chef de l'exécutif américain un autre paquet à utiliser pour des réalisations sans recevoir aucun retour. »

Source : koreatimes.co.kr/www/nation/2020/06/103_291115.html

Dans cette déclaration, nous pouvons voir à quel point la Corée du Nord est déçue par l'inaction de Washington malgré les actions sincères de Pyongyang. Mais en même temps, nous voyons que Pyongyang est toujours prêt à avoir un dialogue avec Washington.

Les vraies raisons de la réaction violente de Kim Yo-jong

L'incidence du lancement de brochures est l'une des raisons. Mais la raison la plus importante derrière le coup de fouet du Kim Yo-jong est quelque chose de plus profond ; la vraie raison est l »accumulation de la frustration causée par l'échec du dialogue de paix.

La dernière rencontre entre Kim-Trump et Moon a eu lieu le 30 juin 2019 à la DMZ. Mais aucun résultat significatif n'est ressorti de cette rencontre. Constatant le manque de volonté de Washington de poursuivre le dialogue de paix, Kim Jong-un a clairement indiqué, lors de la réunion de trois jours du Parti des travailleurs de Corée (WPK), fin 2019, que la Corée du Nord devait suivre sa propre voie pour garantir la paix et le développement économique sans dépendre de l'aide extérieure.

Kim Jong-un a déclaré :

« Nous pourrions même nous retrouver dans une situation où nous n'aurions pas le choix, mais où nous trouverions le moyen de défendre la souveraineté du pays et les intérêts suprêmes de l'État et de parvenir à la paix et à la stabilité de la péninsule coréenne » (38the north.org/2019/01/12/rfrank010219/).

En fait, la Corée du Nord a fait de son mieux pour être plus autonome.

Kim Jong-un comptait sur le développement de la zone de développement touristique de Wonsan-Kalma, dans laquelle Kim Jong-un déversait la majeure partie des ressources disponibles. Kim Jong-un y a passé beaucoup de temps pour accélérer le projet. Mais le succès de « My Way » de Kim Jong-un dépendait beaucoup de la coopération économique Nord-Sud, comme le stipule la Déclaration de Pyongyang 9.19, signée par Kim Jong-un et Moon Jae-in le 19 septembre 2018.

La Déclaration de Pyongyang 9.19 est la synthèse des trois déclarations suivantes :

  • la Déclaration 6.15 (15 juin 2000), signée par Kim Dae-jung et Kim Jong-il,
  • la Déclaration 10.4 (4 octobre 2007) signée par Rho Moo-hyun et Kim Jong-il
  • et la Déclaration 4.27 de Panmunjom (27 avril 2018) signée par Kim Jong-un et Moon Jae-in

La Déclaration de Pyongyang comprend six sections :

  • Arrêt des activités militaires hostiles dans la DMZ et communication constante à haut niveau.
  • Une coopération économique soutenue, notamment la réouverture du complexe industriel de Gaesung (GIC) et le développement du complexe touristique de Geumgang (GTR). L'accord comprend également la coopération en matière d'épidémies et de santé publique.
  • La coopération humanitaire incluant, en particulier, le regroupement des familles séparées.
  • La réconciliation et la coopération pour la réunification de la Corée, y compris les échanges culturels et sportifs.
  • La dénucléarisation de la péninsule, y compris le démantèlement des sites d'essai des moteurs de missiles de Dongchang-ri et de la plate-forme de lancement sous l'observation d'experts étrangers, ainsi que le démantèlement permanent des installations nucléaires de Yongbyon en échange de l'uranium correspondant.
  • La visite à Séoul de Kim Jong-un.

Ce que Kim Jong-un espérait désespérément obtenir de Washington était la garantie de la non-agression des États-Unis et l'allègement des sanctions.

Mais, depuis la trahison de Trump à Hanoi, la Corée du Nord sait qu'elle ne peut plus faire confiance à Washington.

La coopération Nord-Sud comme moyen de surmonter la crise politique actuelle

Le complexe industriel de Gaesung a été le meilleur modèle de coopération économique Nord-Sud, dans lequel le Sud fournit les capitaux et la technologie, tandis que le Nord offre des terres et une main-d'œuvre hautement qualifiée et bon marché.

Plus de 100 entreprises sud-coréennes réalisent d'énormes bénéfices et des sommes considérables qui sont versées au Trésor public nord-coréen.

Le modèle GIC sera le cadre de base de la future coopération économique Nord-Sud, le complexe touristique de Geumgang étant l'une des principales sources de revenus pour la Corée du Nord. Le Hyundai Asan est l'investisseur clé. Il sera intégré dans la nouvelle zone touristique colossale de Wonsan-Kalma, qui deviendra l'une des principales attractions touristiques mondiales.

Les liaisons ferroviaires nord-sud sur la côte ouest et la côte est sont d'une grande importance stratégique, car elles marquent le début de l'intégration de la péninsule coréenne dans l'Initiative Ceinture et Route (ICR) et dans les chemins de fer transsibériens.

En d'autres termes, le projet a pour fonction d'intégrer l'économie coréenne dans l'économie de l'Eurasie et de l'UE.

Crise du coronavirus

L'une des raisons de la réaction exceptionnellement dure de la Corée du Nord est la crise du coronavirus.

En effet, la Corée du Nord a complètement fermé en janvier le trafic transfrontalier de personnes et de marchandises, ce qui a conduit à une situation économique désespérée.

La Corée du Nord ne dispose d'aucun système de santé publique adéquat pour faire face à la crise. La Corée du Nord a besoin de la Corée du Sud pour lutter contre le coronavirus.

La crise du coronavirus, combinée à l'inaction de Moon Jae-in et au geste stupide de certains réfugiés nord-coréens, a conduit au geste violent de Kim Yo-jong.

Le président Moon Jae-in a réagi au comportement inhabituellement hostile de la Corée du Nord.

Le président Moon Jae-in a fait la déclaration suivante le 15 juin, qui marquait le 20e anniversaire de la déclaration de 6h15 signée en 2000 par Kim Dae-jung, président de la Corée du Sud, et Kim Jong-il, dirigeant suprême de la Corée du Nord :

« La déclaration de Panmunjom du 27 avril et la déclaration conjointe du 19 septembre à Pyongyang sont des promesses solennelles que le Sud et le Nord doivent tenir fidèlement. C'est un principe ferme qui ne peut être influencé par aucun changement de circonstances. »

« Notre gouvernement fera des efforts incessants pour appliquer les accords que nous avons conclus. Nous poursuivrons nos efforts pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. Le Nord et le Sud doivent arrêter leurs tentatives de couper la communication, d'augmenter les tensions et de revenir à une ère de confrontation. Nous espérons que les problèmes inconfortables et difficiles auxquels les deux parties sont confrontées seront résolus par la communication et la coopération. »

(koreatimes.co.kr/www/nation/2020/06/356_291235.html)

Ces déclarations du président Moon indiquent clairement qu'il respectera les accords par la communication et la coopération.

Il a essayé de mettre en œuvre l'accord, mais il n'a pas été en mesure de le faire, en partie à cause des contraintes politiques internes et en partie à cause du manque de coopération de Washington.

Maintenant, comme nous l'avons vu ci-dessus, les contraintes politiques internes atténuent la victoire écrasante de son parti démocrate aux dernières élections générales d'avril.

Moon Jae-in fera ce qui lui a été promis, mais on ne sait pas très bien dans quelle mesure Washington coopérera avec Moon, étant donné les troubles politiques et sociaux déroutants aux États-Unis.

Il sera peut-être difficile d'obtenir le soutien de Trump, mais Moon devrait pouvoir convaincre Trump de ne pas s'immiscer dans la coopération économique Nord-Sud tant que cette coopération ne viole pas les sanctions.

Conclusion

Il est temps que la Corée du Sud ait davantage son mot à dire dans les relations Nord-Sud, qui sont beaucoup plus importantes pour les Coréens que pour les Étasuniens.

Pour résumer, je voudrais ajouter un mot pour Kim Jong-un et KimYo-jong.

La plupart des Sud-Coréens comprennent la frustration de la Corée du Nord.

Mais n'oublions pas que grâce au dialogue de paix initié par Moon Jae-in et mis en œuvre par Kim Jong-un et Donald Trump, le statut international de Kim Jong-un a été assuré et l'image de la Corée du Nord s'est grandement améliorée.

De plus, la paix est établie depuis 2018 dans la péninsule coréenne.

En ce qui concerne la coopération économique Nord-Sud, on peut se permettre un certain optimisme, étant donné la ferme détermination du gouvernement Moon à mettre en œuvre la déclaration commune de Pyongyang.

En plus, la domination de l'Assemblée nationale par le Parti démocratique progressiste peut faciliter la politique de coopération inter-coréenne de Moon.

Enfin, la Corée du Nord ne doit pas oublier que les Nord-Coréens et les Sud-Coréens sont un même peuple qui était uni depuis plus de 4 000 ans, mais séparé depuis 75 ans.

Ils ont des drapeaux différents, mais le sang est le même.

La seule façon de résoudre les problèmes est d'unir les efforts du Nord et du Sud dans le cadre d'une coopération internationale.

Professeur Joseph H. Chung

Article original en anglais :

 Dark Clouds of Military Tension Over the Korean Peninsula, North Korea Waited, Disappointed and Now Angry, le 19 juin 2020.

Traduit par Maya pour  Mondialisation

Le professeur Joseph H. Chung est professeur d'économie et codirecteur de l'Observatoire de l'Asie de l'Est (OAE) du Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Il est associé de recherche du Centre de recherche sur la mondialisation (CRG)

La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright ©  Joseph H. Chung, Mondialisation.ca, 2020

 mondialisation.ca

 Commenter