25/06/2020 wsws.org  9 min #175919

Plus de 1500 infections par le Covid-19 dans un abattoir en Allemagne

Par Marianne Arens et Peter Schwarz
25 juin 2020

Lundi, 1553 travailleurs de l'abattoir Tönnies en Allemagne ont été testés positifs pour COVID-19. Il s'agit de la plus grande infection groupée en Allemagne depuis que le premier cas a été détecté il y a cinq mois.

Au moins vingt travailleurs infectés dans l'abattoir à Rheda-Wiedenbrück, situé dans l'ouest de la Rhénanie du Nord-Westphalie (Rhénanie du Nord -Westphalie), sont actuellement traités dans des hôpitaux locaux, dont cinq en soins intensifs. Près de 7000 travailleurs de Tönnies sont désormais en quarantaine. À la suite de l'épidémie, les écoles et les maternelles du district de Westphalie orientale ont été contraintes de fermer à nouveau.

La production à l'abattoir a été suspendue mais seulement après que tous les approvisionnements en viande ont été transformés. Un autre abattoir de Tönnies à Weissenfels (Saxe-Anhalt) augmente désormais sa production pour suppléer aux activités d'abattage et de transformation de l'abattoir fermé.

L'abattoir à Rheda-Wiedenbrück

Les travailleurs et les responsables sanitaires ont accusé Tönnies, l'une des plus grandes entreprises européennes de transformation de la viande, d'avoir empêché la transmission des informations sur la propagation des infections et entravé les efforts pour contacter les travailleurs infectés et les mettre en quarantaine.

L'épidémie est le résultat d'une politique délibérée qui place les profits avant la santé et vies des travailleurs - une politique qui a le soutient de tous les partis au Bundestag (parlement).

Les conditions scandaleuses dans les abattoirs sont connues depuis des années. Grâce à l'externalisation et un système compliqué de sous-traitance, les travailleurs, qui comprennent un grand nombre d'immigrants d'Europe de l'Est, sont brutalement exploités. Ils restent à leur poste de travail pendant dix, douze heures ou plus par jour et ne gagnent souvent qu'une fraction du salaire minimum légal après des retenus de frais d'agence, de frais de transport et d'hébergement.

Les autorités du Land ont constaté une surpopulation, un risque d'effondrement des bâtiments, des fuites de toits, de moisissures, des installations insalubres, des infestations de rats et des déficiences de protection contre les incendies dans les logements collectifs et les appartements de la société. Lors de l'inspection de 650 logements, où vivent plus de 5300 personnes, on fait état de 1900 plaintes moyennes et graves déposées. Les mesures d'hygiène nécessaires pour lutter contre la propagation de cette maladie mortelle ne sont pas envisageables.

Les logements insalubres ne sont pas le seul terreau fertile pour le COVID-19. Les abattoirs et les installations de transformation de la viande sont également devenus des points chauds mettant la vie en danger. Sur les 6650 travailleurs testés à Tönnies, un peu plus d'un cinquième ont été infectés. Dans le service de découpe, où les moitiés de porcs sont découpés, les deux tiers des travailleurs ont été infectés. Les travailleurs du service se tiennent coude à coude sur les tapis roulants. L'air est constamment refroidi et humide. Le travail est physiquement pénible, et les travailleurs respirent fortement et crient, propulsant ainsi des gouttelettes et des aérosols encore plus petits partout.

Le fait que les abattoirs de transformation de la viande soient les principaux vecteurs de propagation de l'infection est bien connu dans le monde entier. Aux États-Unis, 25 000 travailleurs de l'industrie de la viande ont été infectés et au moins 91 sont décédés. Il y a également eu des épidémies majeures au Royaume-Uni et au Brésil. Néanmoins, la production à Tönnies s'est poursuivie à plein régime, même après que des centaines de cas ont été détectés dans plusieurs abattoirs allemands début mai. Chez Tönnies même, il y avait également un cas de COVID-19 dès mars, et il y a six semaines, plusieurs travailleurs étaient testés positifs.

Les politiciens qui se plaignent maintenant hypocritement «que l'on joue avec la santé des travailleurs pour maximiser le profit» (le ministre de la Santé du Land de Rhénanie du Nord -Westphalie, Karl-Josef Laumann, un chrétien- démocrate), et versent des larmes de crocodile sur «l'exploitation des personnes» (le ministre du Travail fédéral Hubertus Heil, social-démocrate) sont directement responsable de la catastrophe chez Tönnies.

Avec l'introduction des «réformes» Hartz en matière de travail et de protection sociale il y a 15 ans, le Parti social-démocrate (SPD) a créé les conditions d'une exploitation brutale des travailleurs de l'industrie de la viande. Le SPD fait maintenant partie d'un gouvernement fédéral qui préconise et ordonne un assouplissement impitoyable des directives de sécurité. Les partis capitalistes de tous bords au sein du gouvernement fédéral, de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) d'extrême droite, aux chrétiens-démocrates (CDU / CSU) et aux démocrates libéraux (FDP) au SPD, en passant par les Verts et le Parti de gauche, tous s'emploient à lever les réglementations et les confinements de la pandémie le plus rapidement possible.

En rouvrant les écoles et les garderies, le gouvernement a clairement fait savoir à des sociétés comme Tönnies que les intérêts des grandes entreprises passeraient en premier, malgré le danger persistant du coronavirus. Les mesures de confinement n'ont pas été réintroduites en Westphalie orientale, même si le nombre de nouvelles infections pour 100 000 habitants dans le district de Gütersloh est de 243, bien au-dessus de la barre des 50 que le gouvernement lui-même avait fixée comme seuil pour le retour au confinement.

Le patron de cette grande entreprise, Clemens Tönnies, fils de boucher devenu le milliardaire «Baron de la viande» de l'Allemagne grâce à des méthodes d'exploitation impitoyables, est politiquement bien connecté. Il est président du conseil de surveillance du club de football de première ligue FC Schalke 04 depuis 19 ans et bénéficie ainsi d'un réseau étroit de relations politiques et commerciales. Son entreprise a fait un don total de 147 000 € à la CDU, qui dirige l'exécutif du Land de Rhénanie du Nord -Westphalie sous la direction du premier ministre Armin Laschet.

Le membre le plus éminent du conseil consultatif de Tönnies Holding est Siegfried Russwurm, président par intérim des conseils de surveillance de Thyssenkrupp et Voith, et ancien membre du conseil d'administration de Siemens. La semaine dernière, Russwurm a été nommé président de la Confédération des industries allemandes (BDI). En ce qui concerne la pandémie de coronavirus, le Manager Magazin l'a cité en disant qu'il voulait travailler pour s'assurer que «les entreprises en Allemagne et en Europe surmontent la récession la plus rapidement possible» pour atteindre le sommet du classement mondial.

Tönnies lui-même et son entreprise ont fait l'objet de nombreuses enquêtes - pour fraude, évasion fiscale, fixation des prix, corruption, faux étiquetage et surveillance vidéo des employés, entre autres - entraînant plusieurs amendes. Les conditions scandaleuses dans ses entreprises ont fait les manchettes à plusieurs reprises. Mais rien de tout cela n'a nui à l'essor de l'entreprise: le groupe Tönnies est la plus grande entreprise de conditionnement de viande d'Allemagne, employant environ 16 500 travailleurs dans le monde. En 2019, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires record de 7,3 milliards d'euros et une part de 30 pour cent du marché allemand de la transformation du porc.

L'épidémie de coronavirus à Tönnies donne un aperçu des conditions courantes dans des secteurs de plus en plus importants de l'industrie et contribue à enrichir une mince couche supérieure de milliardaires. Aujourd'hui, des milliers de personnes travaillent dans des conditions similaires dans les industries automobile et métallurgique, dans la construction, la santé, la restauration, les aéroports, des transports privés et publics. Ils sont tous contraints de travailler malgré le danger persistant du coronavirus.

Bien que le nombre d'infections au COVID-19 atteigne de nouveaux records dans le monde et augmente également à nouveau en Allemagne, les partis politiques capitalistes sont déterminés à lever toutes les restrictions et à ne pas en émettre de nouvelles - même si cela entraîne une augmentation des infections et des dizaines de des milliers de morts.

Armin Laschet, premier ministre de Rhénanie du Nord-Westphalie, qui vise à succéder à Angela Merkel à la présidence de la CDU et à devenir son successeur au poste de chancelier, est depuis longtemps aux avant postes pour la réouverture du pays. Le Premier ministre du Land de Thuringe, Bodo Ramelow, du Parti de gauche, a été le premier à abroger toutes les réglementations contraignantes.

En même temps, le gouvernement a déployé 65 soldats de la Bundeswehr, censés contrôler la situation à Tönnies. Bien que les soldats soient principalement des ambulanciers paramédicaux, qui effectuent des tests de coronavirus, le déploiement de forces militaires crée un dangereux précédent. La classe dirigeante se prépare à réprimer violemment toute résistance à l'abandon des mesures de sécurité restantes et aux conséquences sociales de la crise du coronavirus.

Les mesures de quarantaine imposées aux employés de Tönnies, qui souvent ne parlent pas allemand, sont appliquées d'une façon impitoyable militaire. Des rangées entières de maisons sont fermées et isolées par clôtures de sites de bâtiment. Pendant ce temps, le Premier ministre du Land, Laschet, a tenté à plusieurs reprises d'attiser des sentiments anti-immigrants contre les travailleurs d'Europe de l'Est. Dans un premier temps, il a affirmé, sans aucune preuve, que le virus avait été introduit par des Roumains et des Bulgares de retour en Allemagne.

Les implications de cette politique ont été exposées samedi soir à Göttingen, en Basse-Saxe, lorsque la police a violemment attaqué les 700 habitants d'une grande tour où près de 120 personnes ont été infectées et mises en quarantaine pendant des jours. Environ 200 résidents ont manifesté lorsqu'ils ont appris qu'ils allaient subir un deuxième test et ne comprenaient pas pourquoi, en raison de difficultés linguistiques. Trois cents policiers ont lancé un assaut contre eux en utilisant massivement des sprays anti-agression, notamment contre des femmes et des enfants.

Les conditions de vie dans ces appartements sont insupportables. Les appartements, dont certains sont occupés par des familles avec plusieurs enfants, ne mesurent qu'entre 19 et 37 mètres carrés, selon le maire local Rolf-Georg Köhler (SPD). Néanmoins, plus de 200 enfants dans le bâtiment n'ont pas été autorisés à quitter la maison en raison de la mise en quarantaine.

Dans son roman «The Jungle», Upton Sinclair a écrit il y a 115 ans sur les parcs à bestiaux et les abattoirs de Chicago, où de nombreux immigrants se sont installés dans l'espoir de gagner leur vie en Amérique. Le Beef Trust était «l'incarnation de l'avidité aveugle et insensible. C'était un monstre dévorant à mille bouches, piétinant à mille sabots; c'était le Grand Boucher - c'était l'esprit du capitalisme fait chair.»

Il s'agit d'une description appropriée de ce à quoi les travailleurs doivent faire face aujourd'hui.

Le Sozialistische Gleichheitspartei (Parti de l'égalité socialiste) et le World Socialist Web Site appellent les travailleurs nés dans le pays et les immigrants dans le secteur des abattoirs et toutes les autres industries à se réunir en comités d'action indépendants des syndicats pour assurer la protection nécessaire des travailleurs et de la population.

Les travailleurs malades, quelle que soit leur origine nationale, doivent recevoir les meilleurs soins possibles et le paiement intégral de leur salaire. Les mêmes garanties de revenus et traitements médicaux doivent être accordés aux travailleurs mis en quarantaine.

Pour financer cela, la richesse de milliardaires tels que Clemens Tönnies et sa famille, ainsi que les sous-traitants mafieux qui profitent de l'exploitation des travailleurs pauvres, doit être expropriés. Cela ne peut être réalisé que sur la base d'un programme international et socialiste.

(Article paru en anglais le 24 juin 2020)

 wsws.org

 Commenter