25/06/2020 lesakerfrancophone.fr  11 min #175945

Administration postffondrement

Par Dmitry Orlov - Le 19 juin 2020 - Source  Club Orlov

J'ai remarqué une tendance marquée à penser qu'une fois que le coronavirus aura disparu, tout redeviendra comme avant - ou même mieux, à cause des voitures volantes électriques d'Elon Musk et des cliniques de changement de sexe tout-inclus, ou autres. Une explication simple de cette tendance est que c'est ce que les gens veulent penser : chacun veut simplement revenir à ce à quoi il est habitué, reprendre là où il s'est arrêté et chatouiller ses fantasmes sauvages comme il le souhaite. Une explication un peu plus nuancée est que la nouvelle réalité post-effondrement est un domaine mystérieux et inconnu et que pour beaucoup de gens, y penser est trop inconfortable (si c'est bien fait) ou carrément inutile (si cela consiste à bricoler des stéréotypes tirés de films comme Mad Max et Waterworld ou d'autres attractions de parcs à thème post-apocalyptiques).

Ceux qui veulent croire que ce qui se passe n'est qu'un hoquet causé par un virus pas particulièrement mortel et que tout cela va bientôt se dissiper sont sûrs d'être déçus. Si l'on prend l'exemple des États-Unis, la crise a clairement commencé avant que le virus ne frappe, comme en témoigne le ralentissement constant et assez sensible de l'économie physique depuis 2018, attesté par des statistiques aussi ennuyeuses que l'absence de ventes de nouveaux camions trans-continentaux. Mais c'était avant que l'enfer ne se déchaîne.

Depuis février 2020, les États-Unis ont perdu 46 millions d'emplois à temps plein, soit plus d'un tiers de la population active totale. Bloomberg prévoit que ces emplois ne reviendront pas avant six ans - et seulement si, dans l'intervalle, la croissance économique est régulière. Mais le Congressional Budget Office (CBO) prévoit une baisse du PIB de 5,6 % et 10 ans pour revenir au niveau actuel (en supposant que le pire soit déjà passé), si bien qu'une croissance économique régulière semble un peu une chimère. En fait, la Réserve fédérale prévoit une baisse du PIB de 52,8 % au deuxième trimestre, et la prévision du CBO n'est donc plausible que pour les partisans d'une reprise en forme de V qui ne semble pas se produire. En revanche, je pense que cette récession/dépression/effondrement peut être représentée par la lettre L et le chiffre 0.

Note de l'auteur Il y avait (et il y a peut-être encore) une émission de télévision pour enfants à la télévision publique nationale américaine. Chaque épisode était "parrainé" par une lettre et un numéro que les enfants devaient apprendre. La lettre "L" est la forme de la courbe de récupération post-covid, c'est-à-dire pas de récupération du tout. Le chiffre zéro correspond à l'évolution probable du PIB après la reprise.

Il est plus raisonnable de penser qu'avec une économie déjà réduite de moitié, 20 % des emplois à temps plein devront être perdus dans les mois à venir en raison d'une vague de faillites qui a jusqu'à présent été freinées par diverses mesures d'urgence telles que des allocations de chômage temporaires, des moratoires sur les expulsions et les saisies, des retards dans le remboursement des prêts étudiants, des exonérations fiscales de trois mois, etc. Pour éviter que le château de cartes financier ne s'affaisse, la dette fédérale américaine a dû passer de 21 000 à 28 000 milliards de dollars en un laps de temps assez court. Tout le monde se demande combien de temps cela peut encore durer, mais il semble y avoir un consensus sur le fait que cela ne peut pas durer éternellement. En attendant, les données de mai 2020 indiquent que 26 % des Américains ne peuvent pas se nourrir de façon indépendante, et comme ce chiffre continue d'augmenter, il sera de plus en plus impossible d'ignorer le fait que le placard est en effet vide et que la nation autrefois la plus riche du monde est maintenant une nation de mendiants.

Une fois qu'une solide majorité de la population sera dans le dénuement, que deviendra la plus grande superpuissance du monde, la nation indispensable, ce brillant phare de la liberté et de la démocratie et cette incarnation de l'esprit de candeur avec la liberté et la justice pour tous ? Sur le terrain, il est certain qu'il y aura beaucoup de bennes à ordures en feu, beaucoup de magasins pillés, condamnés et en faillite, diverses sections des centres-villes devenant des zones interdites à la police (si la police est encore présente quelque part) dirigées par des voyous lourdement armés. Après que toutes les statues des exploiteurs et des oppresseurs impérialistes blancs d'antan auront été renversées et que tous les blancs auront été forcés de s'agenouiller devant des gens très gentils venus du ghetto, il y aura certainement un moment (du moins pour ceux qui, à ce moment-là, sont encore capables d'un semblant de pensée rationnelle) pour poser une question évidente : Qu'est-ce qui va suivre, si tant est qu'il y ait quelque chose qui suive ?

Au vu des développements tout aussi désastreux en Europe, il semble raisonnable de conclure, comme beaucoup l'ont déjà fait, que le capitalisme occidental est entré dans sa crise terminale. Son existence est fondée sur une expansion continue du capital et des ressources physiques et humaines qui le rendent utile et donc précieux. Plus précisément, les coûts d'entretien du capital (tels que les installations et le personnel formé pour les faire fonctionner) sont financés par des emprunts sur l'avenir, en faisant le pari qu'à l'avenir, l'économie se développera davantage (tant en termes de ressources que de capital) et permettra d'assurer le service de la dette. Mais une économie plus grande contient à son tour plus de capital, ce qui entraîne des coûts d'entretien encore plus élevés, nécessitant à son tour des emprunts encore plus importants pour son entretien.

Ce programme peut se poursuivre jusqu'à ce qu'il se heurte à une grave limitation des ressources physiques [et démographiques, comme les articles de Chris Hamilton le montrent, NdT]. La principale ressource physique dans une économie industrielle (la seule qui existe encore) est le pétrole brut et, avec l'effondrement du « miracle » du pétrole de schiste aux États-Unis, le pic pétrolier (conventionnel) de 2005 redeviendra un facteur dominant, empêchant toute possibilité d'expansion économique supplémentaire. En retour, la fin de l'expansion économique signifie la fin du celle du capitalisme, car le capital se transforme en collections d'actifs immobilisés : des navires qui ne naviguent pas, des avions qui ne volent pas, des travailleurs qui ne travaillent pas.

Puisque le terme « capitalisme » a été inventé par Karl Marx, il est naturel de se tourner vers le bon vieux Karl pour voir ce qu'il pense qu'il devrait se passer une fois que le capitalisme aura épuisé sa base de ressources et se sera effondré. Et ce que Karl pensait qu'il arriverait ensuite est ce qu'il aimait appeler le « communisme » : une économie de subsistance rationnelle et centralement planifiée où les gens sont amenés à produire des biens qui sont ensuite distribués par l'État pour la consommation publique. Cette perspective est, bien sûr, effrayante pour la plupart des gens ; en effet, un exemple très frappant de cette sorte de communisme est celui des champs de la mort de Pol Pot au Cambodge. Bien sûr, il existe des exemples bien plus probants de vie en commun. Cependant, un problème majeur du communisme est que les gens ne semblent pas l'aimer beaucoup.

La plupart des gens préféreraient, si le capitalisme n'est plus possible, le socialisme comme solution de repli. Mais le socialisme est fondé sur l'existence d'une économie de marché capitaliste pour produire les biens et les services à distribuer plus équitablement que dans le cadre du capitalisme pur. Beaucoup de jeunes pensent que le socialisme serait juste épatant. Ce qu'ils semblent vouloir dire par là, c'est que beaucoup de bonnes choses (nourriture, logement, éducation, soins médicaux, etc.) leur seront fournies gratuitement par les riches. Mais si les riches sont riches en actifs immobilisés - des navires qui ne naviguent pas, des avions qui ne volent pas et des travailleurs qui ne travaillent pas - qu'auront-ils encore exactement qui vaille la peine d'être partagé, à part les certificats d'actions de sociétés en faillite et les obligations émises par des gouvernements en faillite ? Certains d'entre eux seront encore en mesure de partager des terres, mais la terre est une ressource, pas un bien ou un service, et nécessite un travail pour soutenir une population - un travail qui pourrait peut-être être mieux effectué par une commune.

Ainsi, lorsque le capitalisme échoue, le socialisme échoue aussi. Voici ma théorie du capitalisme de la cruche brisée : visualisez le capitalisme comme un tas de cruches en argile contenant des choses utiles. Maintenant, prenez un bâton et réduisez-les en miettes. Ensuite, recollez les tessons pour avoir un tas de cruches socialistes. Ce serait facile, n'est-ce pas ? Mais ensuite vient la question clé : Qu'allez-vous mettre dans ces pots socialistes, et où allez-vous le trouver ?

Retour au communisme, alors. Dans une situation où rien ne fonctionne, le communisme offre certains avantages. Alors que sous le capitalisme, les gens sont motivés par une combinaison de peur et d'avidité, sous le communisme, les gens sont motivés par la peur et la fierté : la fierté du travail bien fait (et non la fierté d'une estime de soi injustifiée) et la peur de l'humiliation (ou pire) pour avoir fui ses responsabilités. Cela fonctionne plutôt bien s'il n'y a pas beaucoup de raisons d'être avide, mais le danger est faible puisque le but est la subsistance et non l'abondance. En fait, ce qui fait échouer le communisme, c'est une trop grande abondance qui entraîne un comportement égoïste et des querelles sur la façon de la répartir. L'échec du communisme est assuré dès lors que les gens parviennent à accumuler une certaine richesse (basée sur le mérite) et tentent ensuite de la transmettre à leurs enfants qui eux peuvent ne pas la mériter du tout.

Alors que sous le capitalisme, la richesse universelle est le but absolu et qu'aucune distinction n'est faite entre l'essentiel et le non essentiel, sous le communisme, cette distinction est essentielle. Sous le capitalisme, les consommateurs décident de ce qu'ils veulent consommer et l'obtiennent ou non en fonction de leur capacité à payer. Les préférences des consommateurs ont force de loi. La manière dont les consommateurs trouvent l'argent (et s'ils le trouvent ou non) est leur affaire. Certains consommateurs peuvent s'offrir des excès décadents alors que, dans la rue, des familles entières de consommateurs (temporairement gênés financièrement) meurent de faim. Aucune aide ne doit leur être apportée, car cela serait socialiste, et non capitaliste

Alors que sous le capitalisme, la richesse universelle est le but absolu et qu'aucune distinction n'est faite entre l'essentiel et le non essentiel, sous le communisme, cette distinction est essentielle. Sous le capitalisme, les consommateurs décident de ce qu'ils veulent consommer et l'obtiennent ou non en fonction de leur capacité à payer. Les préférences des consommateurs ont force de loi. La manière dont les consommateurs trouvent l'argent (et s'ils le trouvent ou non) est leur affaire. Certains consommateurs peuvent s'offrir des excès décadents alors que, dans la rue, des familles entières de consommateurs (temporairement gênés financièrement) meurent de faim. Aucune aide ne doit leur être apportée, car cela serait socialiste et non capitaliste.

Sous le communisme, les besoins de base sont couverts sans condition mais peuvent être scandaleusement basiques. Par exemple, la plomberie intérieure est un luxe, le bain c'est une fois par semaine, la nourriture de la soupe au chou, du porridge et du pain, la boisson est de l'eau et les vêtements sont un uniforme standard. Le fait d'être pourvu de ces éléments peut être considéré comme un droit, alors que tout ce qui va au-delà de ces éléments de base nécessite un équilibre dynamique entre les privilèges et les responsabilités : chaque privilège est la responsabilité de quelqu'un d'autre, dont on s'acquitte de plein gré ou à contrecœur, et si c'est à contrecœur, un certain rééquilibrage est nécessaire. Les privilèges et les éléments non essentiels peuvent exister (si les temps sont favorables) mais sont distribués (et non achetés) comme des récompenses pour le mérite.

Ce système peut sembler bien trop austère pour la plupart des gens, mais les mendiants ne peuvent pas être les seuls à pouvoir choisir. Une fois que tous les magasins ont été pillés, que toutes les statues ont été abattues, que les villes sont dirigées par des voyous armés et que tout le monde se promène en attendant l'aumône, une certaine belle caractéristique du communisme apparaît : on peut se tirer d'affaire à partir de pratiquement rien. Tout ce dont vous avez besoin, c'est de quelques personnes dévouées, d'outils, de semences, de bétail et de terres - plus l'endroit est inaccessible et éloigné, mieux c'est. Le désespoir est un élément clé du succès du communisme : il faut que les choses aillent très mal avant qu'un nombre suffisant de personnes soient prêtes à l'essayer.

Un dernier élément à garder à l'esprit est que le succès du communisme est une question d'échelle : il doit rester modeste. Alors que le capitalisme est dans une large mesure auto-organisé, poussé par les préférences des consommateurs et par la recherche du profit chez les producteurs, le socialisme n'étant qu'un simple parasite du capitalisme, le communisme est strictement un système contrôlé manuellement et planifié de manière centralisée, et plus le système est grand, plus il est difficile de bien le planifier. Je serais très curieux de voir si les technologies contemporaines de l'information, les systèmes de télédétection et l'intelligence artificielle peuvent rendre le communisme à grande échelle plus efficace, mais cette expérience n'a pas encore été tentée. Pour l'instant, il serait probablement prudent de conserver vos expériences communistes à petite échelle.

Ces expériences deviendront de plus en plus mises en pratique. Il existe deux approches pour commencer. La première consiste à s'emparer d'un terrain, à rassembler les ressources dont vous avez besoin et à créer une commune. Pour ce faire, il faut avoir un apport financier (les pièces d'or et d'argent ont tendance à bien fonctionner quelles que soient les circonstances économiques environnantes), un caractère fort et indéfectible, un dos solide et un noyau de personnes cohérent (les familles nombreuses sont celles qui fonctionnent le mieux). L'autre approche consiste à errer dans le paysage à la recherche d'une commune à rejoindre. Ici, les conditions requises sont l'absence de vices, l'amabilité et l'humilité, et la volonté de travailler dur.

Il peut être encourageant de savoir que de telles expériences ont été tentées à de nombreuses reprises au cours de l'histoire des États-Unis, avec des degrés de réussite variables. Ce qui tend à y mettre fin, c'est la richesse excessive, mais compte tenu des tendances économiques actuelles, il semble y avoir très peu de danger que cela se produise. Pour en savoir plus sur ce sujet, veuillez lire mon livre  Communities that Abide ou de précédents articles ( ici et  ici).

Dmitry Orlov

Le  livre de Dmitry Orlov est l'un des ouvrages fondateurs de cette nouvelle « discipline » que l'on nomme aujourd'hui : « collapsologie » c'est à-dire l'étude de l'effondrement des sociétés ou des civilisations.

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter