25/06/2020 tlaxcala-int.org  3 min #175956

Le viol d'une petite fille autochtone par un groupe de militaires choque la Colombie

 Santiago Torrado

Les procureurs enquêtent sur huit soldats alors que le président Ivan Duque invoque la réclusion à perpétuité récemment approuvée pour les agresseurs d'enfants

Le viol collectif d'une jeune fille autochtone du peuple Embera Chamí a choqué la Colombie. Les premières enquêtes désignent un groupe de soldats de l'armée, et le bureau du procureur général a déjà entamé une enquête urgente sur les abus sexuels qui ont eu lieu lundi dans le hameau de Santa Cecilia, dans la municipalité de Pueblo Rico, dans le département de Risaralda, au centre du pays.

Les militaires appartiennent au bataillon San Mateo, a déclaré l'armée dans un communiqué de presse dans lequel elle confirme que « ce fait déplorable a été porté à la connaissance du commandant de l'unité par un sous-officier », et a été immédiatement signalé aux autorités compétentes. « d'une gravité extrême et d'un caractère totalement répréhensible, les abus sexuels d'une jeune fille indigène par des soldats, dénoncés à Pereira », la capitale de Risaralda, a déclaré le ministre de la Défense Carlos Holmes Trujillo sur les réseaux sociaux, en annonçant qu'il avait donné des instructions pour collaborer à l'enquête. « Les responsables méritent une punition sévère », a-t-il déclaré.

Les autorités autochtones de Pueblo Rico, pour leur part, ont déclaré que la jeune fille de 12 ans, qui appartient à une réserve de la région, a été kidnappée dimanche et agressée « par un nombre indéterminé de soldats ». Elle a été trouvée lundi soir près d'une école locale et emmenée à l'hôpital. Le bureau du procureur a spécifiquement identifié huit soldats comme « auteurs présumés », bien que le peloton compte 30 hommes en uniforme.

Cette affaire suscite un débat sur la violence contre les enfants à un moment particulièrement sensible. La semaine dernière, le Congrès a approuvé la réforme constitutionnelle permettant la prison à vie pour les meurtriers et les violeurs d'enfants, un souhait de longue date des secteurs les plus conservateurs, qui a été fortement soutenu par le gouvernement d'Iván Duque. La réforme controversée, critiquée par les experts et les universitaires, doit encore passer le filtre de la Cour constitutionnelle.

Le président s'est empressé d'encadrer ce crime dans la nouvelle controverse sur l'emprisonnement à vie. « Ce pays doit faire face, avec force et d'une manière drastique, à toute agression contre un mineur. Tout meurtre ou tout viol, quel qu'il soit. Et nous ne pouvons tolérer un tel comportement ici. Nous devons être drastiques », a-t-il déclaré mercredi dès que la nouvelle s'est répandue. « Cela me fait mal que des membres de la Force publique soient accusés d'avoir commis un viol sur une fille indigène, mais nous allons aller au fond des choses. Et si nous devons commencer par eux la peine de prison à vie, nous allons commencer par eux », a-t-il déclaré, bien que cela ne relève pas de l'exécutif et que la réforme nécessite encore plusieurs étapes pour être réglementée. « Nous serons implacables dans l'enquête et nous devons être implacables dans la sanction », a conclu le président.

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  elpais.com
Publication date of original article: 25/06/2020

 tlaxcala-int.org

 Commenter