27/06/2020 wsws.org  21 min #176012

Sept jours en mai (1964): Quand le cinéma américain imaginait un coup d'état militaire

Par Joanne Laurier et David Walsh
27 juin 2020

Le lundi 1er juin, dans un discours au peuple américain prononcé devant la Maison-Blanche, Donald Trump a déclamé: «Je suis votre président de la loi et de l'ordre». Il a ensuite qualifié d'«actes de terreur intérieure» les manifestations de grande envergure, généralement pacifiques, en réaction au meurtre de George Floyd et contre la violence policière.

Si les marches et les manifestations ne cessaient pas, Trump a promis d'invoquer l'Insurrection Act de 1807 et de «déployer l'armée américaine» dans les rues des villes américaines, y compris à Washington, D.C. Faisant référence à la capitale du pays, le président a poursuivi: «En ce moment même, j'envoie des milliers et des milliers de soldats lourdement armés, de personnel militaire et d'agents de la force publique pour mettre fin aux émeutes, aux pillages, au vandalisme, aux agressions et à la destruction gratuite de biens».

Burt Lancaster et Kirk Douglas dans Sept jours en mai (1964)

Le lendemain, dans une déclaration publiée sur le site du World Socialist Web Site, le Socialist Equality Party (US) a expliqué que par cette menace sans précédent dans l'histoire de réprimer l'opposition politique par le recours à l'armée, Trump avait «répudié la Constitution» et tentait «d'établir une dictature présidentielle, soutenue par l'armée, la police et les milices fascistes d'extrême droite agissant sous son commandement».

Plusieurs milliers de soldats de la Garde nationale de 11 États ont finalement été amenés dans la région, pour renforcer les 1200 soldats de l'État déjà appelés. De plus, les responsables du Pentagone ont averti la Garde, selon le New York Times, que s'ils ne pouvaient pas contrôler la situation, «M. Trump appellerait probablement la 82e Aéroportée».

À ce moment, la vie politique aux États-Unis vacillait sur le fil du rasoir. Face à la menace dictatoriale de Trump, le Parti démocrate n'a rien dit et rien fait. Les médias sont restés largement silencieux. Ce n'est que le 4 juin que Trump a autorisé le renvoi des troupes régulières chez elles.

Sept jours en mai

En fait, rien n'a été résolu. Comme l'a commenté le SEP par la suite, «les conspirateurs à la Maison-Blanche n'ont pas cessé de comploter. L'armée attend son heure et examine ses options. La police reste armée jusqu'aux dents».

Ces «quelques jours en juin» ont rappelé à beaucoup le film américain Seven Days in May (Sept jours en mai, 1964), réalisé par John Frankenheimer et mettant en scène Kirk Douglas, Burt Lancaster, Fredric March et Ava Gardner, qui envisage une tentative de coup d'État militaire aux États-Unis. Basé sur le roman à succès de 1962 du même titre de Fletcher Knebel et Charles W. Bailey II, le film a été scénarisé par Rod Serling de la célèbre série Twilight Zone. Accueilli chaleureusement par la critique et le public, Seven Days in May a suscité la colère du Pentagone, du FBI et de l'extrême droite. Les continuités et les discontinuités entre cette période et aujourd'hui se distinguent.

Le film de Frankenheimer, qui se déroule en 1974, est centré sur les plans du chef d'état-major interarmées de l'armée américaine, James Mattoon Scott (Lancaster), un général de l'armée de l'air égocentrique et autoritaire, visant à renverser le président élu, Jordan Lyman (March), convaincu qu'il doit sauver la nation d'un dirigeant «mou envers le communisme». Scott pense avoir choisi un moment opportun: les sondages indiquent que seulement 29% de la population approuve la performance du président Lyman et l'humeur générale du pays est tendue.

Fredric March et Burt Lancaster dans Sept jours en mai (1964)

L'administration a récemment signé un traité de désarmement controversé avec l'Union soviétique. Dans la séquence d'ouverture du film, des manifestants pro et anti-traité se battent devant les portes de la Maison-Blanche.

Violemment opposé à l'accord avec le gouvernement soviétique, Scott met en branle sa tentative de renversement, avec l'aide et l'assistance d'autres membres de l'état-major. Un assistant, le colonel de marine «Jiggs» Casey (Douglas), a vent du complot et finit par convaincre le président sceptique que la situation est grave.

Selon le plan de Scott, une unité secrète de l'armée américaine connue sous le nom d'ECOMCON prendra le contrôle des réseaux de téléphone, de radio et de télévision du pays, tandis que le Congrès sera empêché d'appliquer le traité de désarmement. Scott lance son plan avec la complicité de Frederick Prentice (Whit Bissell), le puissant sénateur démocrate de Californie, et du commentateur de télévision de droite et démagogue Harold McPherson (Hugh Marlowe).

Bien que personnellement opposé à la politique de Lyman, le colonel Casey est consterné par ce complot. Alerté du grave danger, Lyman réunit un cercle de conseillers de confiance pour enquêter et réagir, dont Art Corwin (Bart Burns) des services secrets, le secrétaire au Trésor Christopher Todd (George Macready), l'ami et conseiller de longue date Paul Girard (Martin Balsam) et le sénateur Raymond Clark de Géorgie (Edmond O'Brien).

Ava Gardner dans Sept jours en mai (1964)

Girard est envoyé à Gibraltar pour obtenir une reconnaissance écrite de la conspiration de l'évasif amiral Farley Barnswell (John Houseman), tandis que Clark s'envole pour l'ouest du Texas afin de localiser le mystérieux «Site Y», la base secrète où les troupes de choc du coup d'État s'entraînent pour la prise de contrôle et attendent les dernières instructions.

À la demande du président, avec une certaine réticence, Casey rend visite à Eleanor Holbrook (Ava Gardner), l'ancienne maîtresse de Scott, dans l'espoir d'obtenir des preuves incriminantes contre le général. En fait, il met la main sur des lettres d'amour préjudiciables, mais Lyman décide finalement de ne pas utiliser un scandale sexuel pour se débarrasser du chef de l'état-major.

Lorsque Lyman demande à Casey, un Marine et admirateur de Scott, ce qu'il pense du traité avec l'Union soviétique, ce dernier lui répond qu'il ne l'approuve pas, ajoutant toutefois: «Je pense que c'est vraiment votre affaire. La vôtre et celle du Sénat. Vous l'avez fait, et ils sont d'accord, donc, eh bien, je ne vois pas comment nous, les militaires, pouvons le remettre en question. Je veux dire que nous pouvons le remettre en question, mais nous ne pouvons pas le contester. Nous ne devrions pas, de toute façon.»

Le président interprète cela à sa façon: «Vous respectez donc la Constitution, Jiggs ?» En fait, la Constitution américaine, comme il se doit, fait l'objet de nombreuses discussions ou références dans le roman de Knebel-Bailey, ainsi que dans le film.

John Frankenheimer

Le livre, par exemple, décrit Casey, dans «une modeste maison à deux niveaux à Arlington [Virginie]», se frottant les yeux, éteignant la lampe et déposant «une copie abîmée du World Almanac. C'était le seul livre qu'il avait pu trouver dans la maison qui contenait le texte de la Constitution des États-Unis».

Plus tard, le sénateur Clark, assis à la Maison-Blanche, «séparé du président par un mur seulement», a les pieds posés sur un canapé et lit «avec attention, une copie annotée de la Constitution des États-Unis - ce qu'il n'avait pas fait depuis la faculté de droit».

Le générique de Seven Days in May passe sur une image de l'ébauche originale de 1787.

Après avoir établi la réalité de la tentative de coup d'État imminente et avec des preuves documentaires en main, le président appelle Scott à la Maison-Blanche pour un affrontement. Exposant les faits qui ont été mis au jour, Lyman accuse sans ménagement et avec colère le général de l'armée de l'air de planifier «le renversement militaire du gouvernement des États-Unis». Il poursuit: «Je suis prêt à vous traiter de ce que vous êtes, Général. Un égoïste qui se pavane avec un complexe de pouvoir napoléonien et un traître absolu».

Affiche pour Seven Days in May (1964)

Lors d'une conférence de presse annonçant la démission de Scott, que ce dernier présente à contrecœur, Lyman explique: «Les Américains, traditionnellement et historiquement, ont donné libre cours à leurs opinions. Le jour où le gouvernement fera quoi que ce soit d'arbitraire pour étouffer ces opinions, il devra changer de forme. Il cessera d'être une démocratie». Ce commentaire relativement discret est l'un des passages les plus forts du film et parle directement de la situation actuelle.

L'un des thèmes majeurs de Serling et Frankenheimer est la nécessité de subordonner l'armée à un pouvoir civil élu, un principe qui a été presque entièrement abandonné par l'administration Trump, qui a vu l'élévation de nombreuses personnalités du Pentagone au rang de ministres et à d'autres postes importants.

Dans l'ensemble, Seven Days in May se tient debout, 56 ans plus tard. Tout d'abord, la question de la menace que représente l'armée américaine pour les droits démocratiques du peuple n'est guère passée au second plan. Au contraire, elle est dix fois plus pressante qu'elle ne l'était en 1964. Des décennies de déclin politique et économique ont rongé la démocratie américaine, ne lui laissant guère plus qu'une coquille. Des observateurs superficiels et myopes peuvent conclure des événements récents que l'armée américaine est le porte-flambeau de la démocratie. Pas du tout! Le Pentagone, qui reste un foyer d'éléments d'extrême droite et fascistes, a simplement choisi de ne pas se laisser entraîner prématurément dans des opérations ouvertement répressives et meurtrières en Amérique.

Le fait que, après près de 60 ans, le film de Frankenheimer soit toujours porteur d'urgence et d'indignation est un hommage à ses forces. Le spectateur reste rivé pour l'essentiel au niveau généralement élevé des performances, à la tension de l'action et à l'élément de suspense et d'intrigue.

John F. Kennedy et les chefs d'état-major des armées, juillet 1962

(Il est intéressant de noter qu'il y a eu une autre adaptation du thriller politique de Knebel-Bailey. En 1983, la télévision soviétique a diffusé une adaptation en quatre parties de Seven Days in May, intitulée The Last Argument of Kings, réalisée par Viktor Kisin et avec un scénario du journaliste Vladimir Dunaev).

Douglas, Lancaster et March se sont clairement investis dans la production. Ils sont tout à fait crédibles dans le rôle de ces êtres humains.

Quatre ans plus tôt seulement, Douglas, une grande vedette du cinéma des années 1950 et 1960, avait contribué à mettre fin au règne de terreur maccartiste à Hollywood en engageant et en créditant le scénariste de la liste noire Dalton Trumbo sur Spartacus (1960). Dans Seven Days in May, l'acteur met de côté certaines facettes du mélodramatique auquel il se livre parfois et livre une caractérisation discrète.

Lancaster est encore plus une figure de gauche. Il a commencé à tourner le film de Frankenheimer tout juste après avoir travaillé avec le cinéaste italien de gauche Luchino Visconti sur Le Léopard, dans lequel il a donné l'une de ses performances les plus mémorables. Lancaster est ensuite apparu dans Executive Action (1973), coécrit par Trumbo et Mark Lane, un drame qui raconte comment l'assassinat de Kennedy a pu être planifié et réalisé par des éléments d'extrême droite, des hommes d'affaires et des agents du renseignement. L'acteur a également narré The Unknown War (1978), une série de 20 épisodes documentant le conflit sanglant entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique. Lancaster a passé trois semaines dans huit villes d'URSS pour le tournage de ce projet.

Dans Seven Days in May, Lancaster est à juste titre terrifiant, dans une présence relativement courte à l'écran, comme l'incarnation d'un type particulier de l'armée américaine, impitoyable, implacable et cruel dans son efficacité technocratique. Voici un homme qui exterminerait dix mille hommes, femmes et enfants par un raid de bombardement avant le déjeuner et qui arriverait ponctuellement pour un rendez-vous à trois heures.

Le général Curtis LeMay

Membre d'une génération plus âgée, March était une figure extrêmement polyvalente et convaincante d'Hollywood, en particulier dans les années 30 et 40, travaillant avec des réalisateurs tels que Howard Hawks, Ernst Lubitsch, John Ford et George Cukor. Il a joué un rôle important dans l'une des plus belles œuvres de critique sociale de l'après-guerre, The Best Years of Their Lives (1946) de William Wyler. March, toujours un interprète remarquable et réfléchi, apporte une véritable profondeur et intelligence à son rôle. Son président Lyman est considérablement plus fort que le personnage du roman.

Les trois protagonistes centraux sont plus qu'habilement soutenus par une foule d'acteurs de caractère, la formidable ressource de l'industrie cinématographique américaine de l'époque, dont Balsam, O'Brien, Macready, Marlowe, Bissell, Richard Anderson, Andrew Duggan et Helen Kleeb. Gardner est mémorable dans son rôle d'amante rejetée du futur Führer Scott. Elle dit à Casey qu'elle se rend compte maintenant que le général «n'a jamais vraiment ressenti quoi que ce soit. Chaque mouvement était calculé... Je ne crois pas qu'il n'ait jamais pris de risque dans sa vie ou qu'il n'ait jamais vraiment ressenti quoi que ce soit, une émotion réelle».

L'armée et le FBI ont pris bonne note de Seven Days in May, révélant leur intense sensibilité à de telles critiques. Un mémo découvert dans le dossier du FBI de Ronald Reagan révèle que le bureau craignait que le film ne soit utilisé comme propagande communiste et qu'il soit donc «préjudiciable à nos forces armées et à notre nation».

Un mémo du 20 mars 1964 détaille les communications entre l'amiral à la retraite Arleigh Burke et le directeur adjoint du FBI William Sullivan concernant le film et ses dommages potentiels. Le mémo inclut cette proposition de diffamation: «Un correspondant, selon l'amiral Burke, a porté les accusations suivantes concernant les principaux membres de l'équipe du film: (1) Fredric March, ainsi que sa femme Florence Eldridge, ont été membres d'une vingtaine d'organisations de front communiste; (2) Burt Lancaster est un «pilier zélé de Moscou» et a été affilié à plusieurs fronts communistes; et (3) Kirk Douglas et Ava Gardner ont été cités par une Commission californienne sur les activités antiaméricaines».

Tokyo brûle sous les bombes incendiaires des B-29 le 26 mai 1945

À l'époque, les films hollywoodiens, malgré leur approche parfois maladroite (et malgré les conséquences idéologiques débilitantes des purges anticommunistes), s'efforçaient toujours de traiter de grands problèmes politiques et sociaux. Dans une certaine mesure, la rencontre entre Lyman et Scott concrétise et concentre artistiquement une collision sociale centrale, une nécessité de la dramaturgie durable.

Dans son ouvrage consacré aux films de Frankenheimer, le critique Gerald Pratley note que les «lignes respectables et libérales» de March ont fait l'objet de critiques de la part de certains commentateurs «radicaux». Il y a sans aucun doute matière à critiquer l'attitude et les positions de Lyman, mais Pratley, à notre avis, a tout à fait raison de noter que les paroles de dialogue susmentionnées sont «livrées par March avec un naturel complet, à des moments où elles sont logiquement nécessaires, et avec une grande honnêteté et conviction. Ils réaffirment peut-être des principes familiers, mais il faut les répéter, même si nous les avons déjà entendus».

Lyman s'exprime avec force, mais il est remarquable de constater à quel point la tentative de coup d'État de Scott est proche de réussir, mais elle n'est bloquée que par une contre-attaque improvisée et amatrice de la part du président et d'une poignée de collègues. Et sa quasi-réussite n'a rien d'exagéré!

Dans cet ordre d'idées, Seven Days in May fait sans doute comprendre au téléspectateur le caractère très sombre de la période en question. L'image que l'administration John F. Kennedy (et sa famille) a offerte au monde était celle de la jeunesse, d'une pensée sociale progressiste et d'un engagement en faveur de la démocratie. Sous la surface relativement glamour de ce néo-«Camelot», se cache cependant une réalité plus laide, plus sinistre et bien plus contradictoire.

Bien que ce fut l'apogée du boom de l'après-guerre aux États-Unis, beaucoup de choses sinistres et conspirationnistes se produisaient en coulisses. En fait, il y avait plusieurs couches de réaction politique en jeu. Même avant l'arrivée de Kennedy au pouvoir en janvier 1961, le président sortant Dwight D. Eisenhower, dans son discours d'adieu, a mis en garde les «conseils de gouvernement» contre «l'acquisition d'une influence injustifiée, recherchée ou non, par le complexe militaro-industriel. Le risque d'une montée désastreuse d'un pouvoir mal placé existe et persistera». Knebel et Bailey placent cet avertissement d'Eisenhower sur la page de dédicace du roman.

Une fois au pouvoir, Kennedy a autorisé l'attaque de la baie des Cochons sur Cuba en avril 1961, visant à renverser le gouvernement de Fidel Castro, et ne s'est retenu d'une invasion à grande échelle que par peur de la réponse soviétique. Avec son frère Robert, il a expérimenté divers complots pour tuer Castro, faisant ainsi intervenir la mafia. Sous l'administration Kennedy, l'intervention américaine au Vietnam s'est intensifiée, quelles qu'aient pu être les inquiétudes du président. En général, les interventions mondiales contre-révolutionnaires de Washington se sont poursuivies sans relâche.

Le général Edwin Walker

En outre, comme le film de Frankenheimer le fait valoir, il y a eu de violents conflits au sein de l'État américain. Kennedy a eu des affrontements récurrents avec les chefs militaires américains et était profondément inquiet du danger d'un coup d'État. Et soixante ans plus tard... !

Plusieurs références sont faites dans le livre et le film aux vues d'extrême droite de diverses personnalités militaires, en particulier d'un certain colonel John Broderick (John Larkin). Au début du film, un des collègues militaires de Casey qualifie Broderick de «bon officier». Casey répond: «Pour certaines armées. Le genre qui marche au pas de l'oie». Plus tard, le sénateur Clark suggère avec mépris que les vues de Broderick «frôlent le fascisme pur et simple!»

Expliquant son intérêt pour Seven Days in May, un projet qui lui a été présenté par le partenaire commercial de Douglas à l'époque, le producteur Edward Lewis, Frankenheimer observe qu'il a «estimé que la voix des militaires était beaucoup trop forte... Nous venions de terminer huit ans avec le président Eisenhower, ce qui était à mon avis huit années très décourageantes pour le pays. Toutes sortes de factions essayaient de prendre le pouvoir. Le film était l'occasion d'illustrer la force énorme que représente le complexe militaro-industriel». Le réalisateur a également expliqué plus tard qu'il voyait le film comme une opportunité de «mettre un clou dans le cercueil de [sénateur Joseph] McCarthy».

Ce sont là des ambitions et des préoccupations honorables, et le film est largement à la hauteur de celles-ci. Mais il ne faut pas fermer les yeux sur les contraintes dommageables dans lesquelles les cinéastes libéraux ont travaillé, et qu'ils acceptaient pour la plupart. Les hypothèses du scénario incluent l'anticommunisme réactionnaire qui était la quasi-religion d'État de l'époque aux États-Unis. Le film considère comme acquis, malgré les événements troublants qu'il dépeint, que l'Amérique, si elle repousse Scott et ses complices, peut encore être un phare de démocratie et de liberté et que l'Union soviétique représente la tyrannie, le mensonge et la duplicité (ce qui est en fait plus prononcé dans le roman de Knebel-Bailey).

«Le libéralisme américain, tant sur le plan politique qu'intellectuel», comme l'affirme un commentaire du WSWS à l'occasion du 40e anniversaire du meurtre de Kennedy, «était fondé sur un mensonge. Il avait survécu au tumulte social des années 1930 et 1940 en concluant un pacte faustien avec la réaction politique. L'anticommunisme est devenu l'idéologie dominante de l'establishment américain, adoptée par les politiciens démocrates et républicains» - et aussi par de nombreux cinéastes, romanciers et artistes américains en général.

Un autre aspect problématique du film de Frankenheimer est le fait, comme nous l'avons noté dans une nécrologie du réalisateur en 2002, «que le président et ses conseillers n'envisagent jamais d'avertir ou de mobiliser la population américaine. En effet, le général Scott et les autres conspirateurs sont finalement simplement contraints de démissionner, sans que leurs activités aient été rendues publiques. Le président déclare explicitement que la population, qui a à peine évité de tomber sous le joug d'une dictature militaire, ne doit pas être informée de la conspiration, car cela créerait du désordre!» Il est absurde et socialement illogique de dramatiser une tentative de coup d'État soutenue par la quasi-totalité du haut commandement militaire et de suggérer ensuite que le pays dans son ensemble peut être dans un état politique et social sain.

En effet, ce n'est pas la communauté des cinéastes d'Hollywood qui a formé l'épine dorsale de l'opposition au danger que représente l'extrême droite. Le poids du mouvement social de masse qui a éclaté dans les années 1930 était toujours présent. Les syndicats continuaient à représenter une force significative dans la vie américaine et la campagne de masse pour les droits civils des Afro-Américains exerçait un pouvoir politique et moral énorme.

Les lacunes de Seven Days in May sont sans doute concrètement liées à ses origines et à son développement. Kennedy, impliqué dans des conflits avec les chefs militaires américains, a lu et approuvé le roman de Knebel-Bailey, bien qu'il en ait critiqué les aspects plus faibles, et a activement encouragé sa transformation en film.

Frankenheimer a par la suite déclaré qu'il était certain que les responsables du Pentagone «n'étaient pas contents quand ils ont appris que nous allions le faire, mais en même temps ils n'ont pas essayé de nous censurer». Le réalisateur a fait remarquer qu'il avait entendu indirectement «que le président Kennedy... a dit qu'il voulait vraiment que le film soit réalisé. Pierre Salinger, qui était alors son attaché de presse, nous a beaucoup aidés et lorsque nous avons tourné les scènes de la Maison-Blanche, il a fait en sorte que le président se rende à Hyannisport [dans le Massachusetts]. Mais si la Maison-Blanche n'avait pas voulu que le film soit réalisé, je peux vous assurer que nous n'aurions pas pu obtenir la permission de tourner une petite émeute devant elle».

Le capitalisme américain au début des années 1960 était au sommet de sa puissance économique et politique. Les fondements de ce pouvoir, cependant, comme l'a expliqué la WSWS en 2003, «étaient sur le point d'être détruits par d'immenses tensions et contradictions qui ne pouvaient être contenues par les politiques de Kennedy». Seven Days in May a été filmé pendant l'été 1963, et sa sortie en salle était prévue pour décembre. Cette sortie a été retardée par le meurtre de Kennedy à Dallas le 22 novembre. (La sortie du Dr Strangelove de Stanley Kubrick dans les salles de cinéma a été retardée pour la même raison). La cruelle ironie est que les modèles réels des éléments fanatiques de droite de l'appareil militaire et des services de renseignement dépeints dans le film - auxquels on aura permis de démissionner et de s'effacer - étaient sans aucun doute liés à la cabale qui a perpétré l'assassinat.

Scott est généralement considéré comme une version fictive ou un composite de plusieurs figures militaires ou d'anciens militaires de premier plan de l'époque, dont notamment Curtis LeMay, nommé par Kennedy chef d'état-major de l'armée de l'air, et Edwin Walker, un général fasciste de l'armée américaine.

Le général LeMay est un personnage notoire, avec un long passé de crimes horribles à son actif. L'armée de l'air l'a envoyé en 1945 pour diriger la guerre aérienne contre le Japon. Un article du magazine New Yorker explique que LeMay, réalisant que les Japonais n'avaient presque plus de défense aérienne, «a envoyé trois cent vingt-cinq avions chargés de bombes incendiaires à essence gélifiée au-dessus de Tokyo aux premières heures du 10 mars 1945.... La mission a réussi: le Strategic Bombing Survey des États-Unis a estimé que «probablement plus de personnes ont perdu la vie par le feu à Tokyo en six heures qu'à n'importe quel autre moment de l'histoire de l'humanité». Lors de ce premier raid, «40 km carrés de la capitale japonaise [ont été] brûlés, faisant au moins cent mille morts et des centaines de milliers de blessés».

LeMay a organisé des bombardements incendiaires «nuit après nuit jusqu'à la fin de la guerre, alors que soixante-trois villes japonaises avaient été totalement ou partiellement brûlées et plus d'un million de civils japonais tués. Hiroshima et Nagasaki n'ont survécu (que pour plus tard être incinérées par la bombe atomique) que parce que Washington les avait retirées de la liste des cibles de Curtis LeMay». Des années plus tard, il a déclaré à un cadet: «Je suppose que si j'avais perdu la guerre, j'aurais été jugé comme criminel de guerre. Heureusement, nous étions du côté des vainqueurs».

Plus tard, en tant que commandant du Commandement aérien stratégique (SAC), LeMay, dans son premier plan de guerre élaboré en 1949, proposa de larguer la totalité du stock de 133 bombes atomiques en une seule attaque massive sur 70 villes soviétiques en 30 jours. Au moment de la crise des missiles cubains en octobre 1962, LeMay a insisté sur le bombardement des sites de missiles nucléaires soviétiques à Cuba et a fait campagne pour une invasion militaire. Il a finalement quitté l'armée de l'air en raison de désaccords sur la politique de la guerre du Vietnam (il a menacé de bombarder le Vietnam du Nord pour le ramener à «l'âge de pierre») et s'est présenté comme colistier de l'archiségrégationniste George Wallace, gouverneur de l'Alabama, en 1968 sous l'étiquette du Parti indépendant américain.

Dans le Dr Strangelove de Kubrick, le général Buck Turgidson (George C. Scott) et le général de brigade Jack D. Ripper (Sterling Hayden) sont considérés comme des versions satiriques de LeMay.

Le général Walker, cité nommément dans Seven Days in May, était une figure d'extrême droite, qui a été contrainte de démissionner de l'armée américaine en 1961 - le seul général américain à avoir démissionné au XXe siècle - en raison de ses tentatives d'endoctriner les troupes sous son commandement en Allemagne avec du matériel fourni par la John Birch Society d'extrême droite et la Croisade chrétienne fanatiquement anticommuniste de Billy James Hargis.

Walker a ensuite participé à des événements politiques organisés par Hargis et d'autres éléments d'extrême droite. En septembre 1962, Walker a déclenché un soulèvement pour protester contre la tentative de James Meredith, un vétéran afro-américain, d'intégrer l'université du Mississippi. Walker a appelé 10.000 «patriotes» de tous les États à se rassembler à Oxford, dans le Mississippi. Des milliers de membres du Ku Klux Klan et de divers racistes et fascistes se sont présentés et une violente mêlée a éclaté, au cours de laquelle deux personnes ont été tuées et des centaines blessées. Walker a été arrêté, mais les accusations ont finalement été abandonnées. On dit que lui aussi a partiellement inspiré le personnage de Ripper dans Dr Strangelove.

En représentant ces psychopathes dans leur film, on pourrait dire que Frankenheimer et Lancaster ont fait preuve d'une retenue considérable, presque excessive. Seven Days in May reste une dénonciation directe de l'ingérence militaire dans la politique intérieure, avec beaucoup de ses implications, et une défense de la démocratie et de la Constitution américaine.

Où en sommes-nous par rapport à ces questions quelque 60 ans plus tard? L'assassinat de Kennedy a marqué un tournant historique. L'un de ses objectifs, qu'il aura finalement atteint, était de faire basculer les politiques du gouvernement américain vers la droite et d'intimider l'opposition politique. Il ne s'agissait pas de la conspiration finale, mais plutôt de l'entrée dans une ère de conspiration, identifiée à des épisodes ultérieurs tels que le Watergate, l'Iran-Contra, la crise de la destitution de Clinton, le détournement des élections de 2000 et les événements inexpliqués du 11 septembre 2001. Une guerre sans fin, des attaques incessantes contre les droits démocratiques, la croissance d'une inégalité sociale inimaginable, voilà ce qui a caractérisé une grande partie de la période intermédiaire. Et maintenant, nous sommes arrivés à un point où le président des États-Unis est la figure de proue d'une conspiration visant à renverser l'ordre constitutionnel.

Dans ce contexte, Seven Days in May est loin d'être le point final sur ces questions. Mais il met en scène de manière convaincante et concrète comment la dictature peut arriver en Amérique et par qui cela pourrait être fait.

(Article paru en anglais le 19 juin 2020)

 wsws.org

 Commenter