27/06/2020 wsws.org  6 min #176016

Les travailleurs arrêtent la production à l'usine automobile Fiat Chrysler Jefferson North de Detroit à cause du Covid-19

Par Shannon Jones
27 juin 2020

Les travailleurs de jour de l'usine d'assemblage Fiat Chrysler Jefferson à Detroit ont été renvoyés chez eux en début d'après-midi du jeudi pour des raisons de santé. Ce n'était qu'après que les travailleurs aient organisé une manifestation suite à des rapports qui indiquent que trois travailleurs ont contracté le virus de COVID-19 à l'usine. Au moment où nous écrivons ces lignes, les travailleurs de la deuxième équipe, connue sous le nom d'«équipe B», ont refusé de reprendre la production, bien que les superviseurs et les responsables syndicaux aient utilisé une combinaison de menaces et de fausses déclarations pour convaincre les travailleurs de redémarrer la chaîne de montage.

Des travailleurs de l'automobile à l'intérieur de l'usine d'assemblage de Fiat-Chrysler Jefferson North à Detroit. (Crédit: [Twitter/@FiatChrysler_NA)]

Cette action intervient alors que les cas de COVID-19 se multiplient dans de vastes régions des États-Unis. Cela fait suite à la fin des mesures de confinement et la réouverture d'usines, de restaurants et d'autres lieux de travail, y compris le redémarrage de la production automobile. Lundi, Fiat Chrysler Automobiles (FCA) et Ford ont repris l'exploitation à plein régime de leurs usines dans toute l'Amérique du Nord.

Un travailleur de Jefferson a déclaré au Bulletin des travailleurs de l'automobile (Autoworkers Newsletter) du World Socialist Web Site: «trois cas ont été confirmés sur le quart A. Ils ont été obligés de fermer la ligne trois heures et demie avant la fin de la journée de travail, vers midi. Ce n'était ni la direction ni le syndicat - ce sont les travailleurs qui ont fermé la ligne».

«Les gens sont super énervés. Ils n'ont pas encore commencé la production de l'équipe B. Ils sont prêts à quitter la ligne. Les responsables syndicaux sont introuvables. Les gens disent: "Pourquoi sommes-nous ici alors que des gens sont malades?" On a entendu dire que c'était un ouvrier du moteur et deux ouvriers de la finition qui ont été testés positifs.»

Un travailleur écrivant sur la page Facebook de la section locale 7 des Travailleurs unis de l'automobile (UAW) a déclaré: «Quelqu'un est tombé malade et a vomi sur des pièces qui ont été distribuées dans l'usine depuis 8 heures du matin. Où se trouve notre syndicat pour gérer ces situations? Les gens sont menacés parce qu'ils refusent de travailler avec ces pièces...»

Un autre travailleur a écrit: «Quelqu'un avait le virus de COVID dans l'équipe A. Ils ont dû arrêter la ligne à 12 heures et ont refusé de travailler. Tout ce que je sais, c'est que lorsque nous sommes arrivés ici, la ligne a refusé de travailler et nous n'avons fait que quelques voitures, puis nous nous sommes arrêtés. Maintenant, toute l'usine est arrêtée. Il y a eu 3 cas de COVID ici aujourd'hui».

Un travailleur de l'équipe du soir a écrit: «Les ouvriers ont refusé de travailler à cause des 3 cas de COVID-19 positifs sur le quart A aujourd'hui. J'ai vu tout le monde se serrer les coudes pendant des heures maintenant. Le directeur de l'usine, toute l'équipe de direction semble être là maintenant. Nos représentants syndicaux de l'UAW... tous ceux qui sont quelqu'un sont là-bas pour essayer de négocier avec les voyeurs du groupe Axle. Mais ils tiennent bon et refusent toujours de travailler».

Un travailleur a posté son soutien sur Facebook: «J'espère que vous avez tout fermé; nous sommes revenus trop tôt de toute façon, ils savaient que cela pouvait arriver».

Une travailleuse a déclaré au Bulletin des travailleurs de l'automobile: «La chaîne de montage ne travaille toujours pas à la JNAP. Seulement 10 voitures ou 2 minutes de production sur l'équipe B. Quelqu'un est tombé malade sur la ligne. Les ouvriers du moteur et de l'essieu refusent de travailler. Le directeur de l'usine et les responsables de l'UAW essaient de les faire redémarrer la production, mais ils n'arrivent pas. Mais les responsables de l'entreprise ne veulent pas fermer l'usine. C'est tout simplement trop d'argent potentiel pour eux. S'ils pouvaient nous faire produire 45 minutes entre 2 h 15 et 3 h du matin, ils le feraient».

Fin mai, on avait signalé une maladie inexpliquée à l'usine de Jefferson qui a provoqué l'effondrement de plusieurs travailleurs. Aucune interruption de la production n'a eu lieu, aucune mesure n'a été prise pour assurer la désinfection de l'usine.

Ce n'est pas la première fois qu'il y a eu des actions de grève à cause d'inquiétudes liées au COVID-19 depuis la réouverture des usines automobiles le 18 mai. Le mois dernier, les travailleurs de l'usine Ford Dearborn Truck ont brièvement arrêté la production après la découverte de cas de coronavirus. Certains travailleurs de l'usine General Motors de Wentzville, dans le Missouri, ont également mis en place un arrêt de travail après que des travailleurs aient été testés positifs au COVID-19.

À la mi-mars, des actions non officielles menées par des travailleurs de Windsor Assembly, Sterling Heights Assembly, Dundee Engine et Toledo North ont forcé la FCA, puis tous les constructeurs automobiles, à suspendre la production. La production a repris le mois dernier, parallèlement à une campagne de propagande menée par les entreprises, les médias et l'UAW, selon laquelle de nouveaux protocoles de sécurité protégeraient les travailleurs contre cette maladie mortelle.

Ces grèves spontanées ont été menées par les travailleurs au mépris de l'UAW, qui a fait office de force de police pour la direction tout au long de la pandémie de COVID-19.

La FCA s'est vantée d'avoir repris toutes ses activités et s'est engagée à ne pas procéder à un nouvel arrêt des opérations. Toutefois, les entreprises d'automobile sont confrontées à des niveaux élevés d'absentéisme en raison de la résistance des travailleurs à s'exposer et à exposer leurs familles au COVID-19. Les pénuries de main-d'œuvre se poursuivent malgré l'embauche de plus de travailleurs temporaires à temps partiel, les équipes prolongées et les heures supplémentaires du dimanche. Un travailleur de l'Assemblée de Sterling Heights a rapporté avoir entendu parler d'un travailleur qui a fait 120 heures de travail en une semaine.

«Les travailleurs sont épuisés», a-t-il déclaré. «Ils sont plus susceptibles de tomber malades. Certains partent à 3 heures du matin et repartent à midi».

Même s'il expose les travailleurs au danger de COVID-19, la FCA bénéficie d'un renflouement de 6,9 milliards de dollars du gouvernement italien et de réductions d'impôts massives des autorités municipales de Detroit.

Personne ne va défendre la vie et la santé des travailleurs, sauf les travailleurs eux-mêmes. C'est pourquoi les travailleurs doivent élire des comités de sécurité de la base, indépendants de l'UAW corrompue. Ainsi, ils doivent affirmer leur contrôle sur les conditions de santé et de sécurité, y compris les heures de travail et la vitesse des chaînes de montage. Lorsque les conditions ne sont pas sûres, on doit arrêter le travail. En même temps, les travailleurs doivent exiger des équipements de protection complets, des tests réguliers, des soins de santé universels et un revenu garanti, ainsi que la diffusion d'informations. Les travailleurs de la FCA doivent s'unir avec les travailleurs des États-Unis et du monde entier dans une lutte unifiée contre le capitalisme, un système qui sacrifie des vies humaines pour le profit des entreprises.

(Article paru en anglais le 26 juin 2020)

 wsws.org

 Commenter