27/06/2020 les-crises.fr  13 min #176028

Déconfinement : les leçons des clusters Covid-19

Source :  ScienceNews
Traduit par les lecteurs du site les-Crises

Les flambées dans les restaurants, les bureaux et autres lieux confinés pourraient orienter les stratégies visant à lever les directives de distanciation sociale.

Plusieurs mois après le début de la pandémie de COVID-19, les pays cherchent des moyens de relancer leur économie ; les responsables de la santé publique cherchent à guider la réouverture des restaurants en toute sécurité et les citoyens cherchent à échapper au virus. Mais plusieurs leçons ont déjà pu être tirées par les pays qui ont entamé leur déconfinement.

Prenons l'exemple de la Corée du Sud : en avril, après que le nombre de nouveaux cas ait régulièrement baissé, le pays a commencé à assouplir les restrictions de confinement. Mais ce répit a été de courte durée.

Le 6 mai, un homme de 29 ans a été  testé positif pour le SRAS-CoV-2, quelques jours seulement après avoir visité  cinq clubs de danse en une nuit dans le district d'Itaewon à Séoul.

Le 8 mai, la Corée du Sud a réagi rapidement,  repoussant d'un mois les projets de réouverture des écoles et pressant les bars et les clubs de fermer à nouveau. Le 8 juin, les centres coréens de contrôle des maladies avaient mis en relation le malade avec 96 autres clients de clubs qui ont été infectés, plus 178 personnes avec lesquelles ces clients sont entrés en contact.

Ce n'est pas le seul cluster qui a freiné les plans de réouverture de la Corée du Sud. Rapidement d'autres clusters ont pu être identifiés dans un centre de vente en ligne, un parc à thème, un club de ping-pong et une poignée d'églises.

D'autres pays devraient s'attendre à ce genre de situation avec l'assouplissement des règles de confinement. « Le déconfinement n'est pas une voie à sens unique, et nous devrons peut-être faire demi-tour«, a déclaré Andrew Noymer, épidémiologiste à l'université de Californie, à Irvine.

L'étude de ces types de clusters - qu'il s'agisse des modes de transmission ou des types d'environnement favorables à la propagation de la Covid-19 - nous permet de voir comment éviter un reconfinement.

À cette fin, l'épidémiologiste Gwenan Knight et ses collègues de la London School of Hygiene and Tropical Medicine ont  compilé une vaste base de données des clusters Covid-19 dans le monde entier en se basant sur les comptes rendus des médias, les études scientifiques publiées et les rapports des ministères de la santé.

Au 10 juin, leur base de données comprenait 231 événements de clusters, ou de groupes de cas liés au même environnement. Les données sont limitées aux clusters connus et à ce dont les patients concernés se souvenaient et à ce qu'ils ont dit aux enquêteurs.

Où COVID-19 se propage-t-il ?

Une équipe de la London School of Hygiene and Tropical Medicine a compilé une base de données de 231 clusters Covid-19 connus, représentés dans le graphique ci-dessous. Les paramètres sont codés par couleur selon que le virus se répand dans un environnement intérieur ou extérieur, et la taille de chaque bulle représente le nombre de cas dans le cluster.

Dans la mesure du possible, l'équipe a examiné le premier cycle de transmission, dans l'espoir d'obtenir un aperçu précis des risques que présentent les différents types de milieux. Lorsque les données étaient disponibles, l'équipe a également calculé le taux d'attaque d'un cluster, ou le pourcentage de personnes qui sont tombées malades par rapport au nombre total de personnes présentes.

Le milieu le plus fréquent parmi les groupes signalés est celui des ménages, et les groupes les plus importants se sont produits à bord de navires. La base de données de l'équipe de Londres comprend des entrées qui représentent plus d'une cluster ; dans ce tableau, ceux-ci ont été séparés de sorte que chaque bulle affichée représente un seul cluster.

Certaines tendances intéressantes sont apparues. Les environnements intérieurs dominent, en partie parce que le virus frappe en hiver, lorsque les gens passent la plupart de leur temps à l'intérieur, et en partie parce que dans les environnements extérieurs, un flux d'air frais abondant aide à dissiper les particules de virus exhalées par une personne infectée. Les rayons ultraviolets du soleil peuvent également contribuer à tuer les particules virales.

Les ménages sont le lieu de transmission le plus fréquent, représentant 15 %, soit 38 des 231 cas de contamination. Et l'heure des repas était le moment le plus propice. « Ce n'est pas le fait de manger. C'est le fait de s'asseoir et de parler«, soupçonne Noymer.

Le SRAS-CoV-2 se propage principalement par les gouttelettes respiratoires et par contact direct. Bien que le partage de la nourriture ou des ustensiles puisse théoriquement présenter un risque d'infection, aucun groupe n'a été lié à l'alimentation elle-même.

Une étude publiée le 3 juin dans Emerging Infectious Diseases a trouvé  des traces de matériel génétique du SRAS-CoV-2 sur les baguettes utilisées par des patients à Hong Kong, mais on ne sait pas si des particules de virus pourraient survivre sur une baguette et infecter réellement quelqu'un.

Les plus grandes concentrations connues se sont produites dans des endroits qui sont maintenant bien connus : des navires (le navire de croisière Diamond Princess et le porte-avions USS Teddy Roosevelt), des usines de conditionnement alimentaire et des prisons.

Les dortoirs de Singapour, où  les travailleurs migrants vivent dans des conditions d'exiguïté, ont également connu un grand nombre d'infections. Dans tous ces endroits, les gens vivent ou travaillent à proximité les uns des autres pendant de longues périodes.

L'ensemble de données indique également les endroits où une activité peut être plus risquée qu'une autre, explique Quentin Leclerc, un épidémiologiste de l'équipe de M. Knight qui gère la base de données. « Par exemple, pourquoi avons-nous trouvé des clusters associés à un type de sport en salle, mais pas à un autre ? »

Dans un groupe de 112 cas provenant de  cours de Zumba à Cheonan, en Corée du Sud, un instructeur de pilates et de yoga du même gymnase figurait parmi les personnes infectées. Mais ce professeur n'a pas transmis le virus à ses élèves par la suite. Les sports à haute intensité qui impliquent une respiration lourde dans des espaces confinés pourraient être des  lieux de transmission privilégiés, tandis que les activités à faible intensité, comme le yoga, pourraient ne pas être aussi risquées.

Un seul cluster lié au transport - trois cas dans un bus - apparaît dans la base de données, mais cela ne signifie pas que le virus ne se propage pas dans les bus ou les trains. « Les épidémies dans les transports sont très difficiles à identifier«, déclare Yuguo Li, ingénieur à l'université de Hong Kong qui étudie la transmission des maladies infectieuses.

Bien sûr, il pourrait y avoir d'autres modes de transmission possibles que les chercheurs ne connaissent pas ou n'ont pas pu étudier. Mais les clusters ci-dessous pourraient offrir des informations utiles.

Un restaurant mal ventilé

Un récit édifiant sur la mauvaise ventilation nous vient de Guangzhou, en Chine, à la veille du Nouvel An lunaire. Une femme de 63 ans et sa famille sont entrées dans un restaurant bondé pour le déjeuner, après être rentrées de Wuhan la veille. Le même jour, elle a eu de la fièvre et a toussé ; elle a ensuite été testée positive au coronavirus.

Sur les 89 autres clients qui ont visité le restaurant ce jour-là, 10 sont tombés malades du Covid-19, dont la femme et quatre membres de sa famille.  Les patients sont les plus contagieux au moment où leurs symptômes apparaissent, donc cette femme était très probablement le cas index - la première personne du groupe à être infectée.

Les cinq autres infections sont survenues dans des familles assises à la table de chaque côté de la sienne, à moins d'un mètre de distance. Les images de sécurité montrent que les trois familles n'ont pas interagi ou touché les mêmes objets.

Les gouttelettes que la femme a produites en discutant avec sa famille n'ont probablement pas atteint les autres tables par elles-mêmes.  Le virus a donc probablement été aidé par l'air conditionné qui a soufflé directement au-dessus de la rangée de trois tables, selon le rapport des chercheurs du Centre de contrôle et de prévention des maladies de Guangzhou dans le numéro de juillet de Emerging Infectious Diseases.

Le restaurant n'avait pas de fenêtres. La seule source d'air extérieur était un ventilateur d'extraction dans une salle de bain. L'unité de climatisation ne faisait que recirculer l'air intérieur, soufflant les gouttelettes respiratoires de la femme vers les tables voisines. Avec très peu d'air frais entrant, la concentration de gouttelettes devenait de plus en plus élevée, explique Yan Chen, ingénieur à l'université Purdue de West Lafayette, en Inde.

Dans la zone

Dans le restaurant de Guangzhou illustré ici, un client malade en a infecté neuf autres. Les unités de climatisation ont refroidi différentes zones, et une unité a soufflé directement au-dessus des trois tables où les cas de COVID-19 se sont produits.

La femme que l'on croit être le cas index (magenta, juste à gauche du centre en haut de l'image) était assise avec sa famille à la table du milieu. L'air circulant de l'unité de climatisation a pu souffler ses gouttelettes respiratoires sur la table la plus éloignée de l'unité de climatisation. L'air a ensuite rebondi sur le mur et a ramené ces gouttelettes en direction de la table de l'autre côté, à côté de l'unité de climatisation.

Dans cette simulation informatique basée sur des tests de gaz à l'état de traces effectués au restaurant, les gouttelettes (turquoise) se rassemblent dans l'air autour des trois tables en raison du flux d'air provenant de l'unité de climatisation et de la mauvaise ventilation de la pièce. Les chiffres en rouge représentent les autres personnes qui sont tombées malades du Covid-19 après avoir mangé au restaurant au même moment.

Lorsque le restaurant était vide pendant le confinement, Li et ses collègues ont testé la théorie avec quelques volontaires humains, quelques mannequins et des gouttelettes de gaz inoffensif pour tracer et simuler la propagation.

Leurs simulations préliminaires, mises en ligne le 22 avril sur medRxiv.org, montrent que le flux d'air conditionné dans la salle aurait pu créer une bulle de petites gouttelettes autour des trois tables, et qu'il y avait une quantité exceptionnellement faible d'air frais dans la salle.

C'est là que se situe la responsabilité de l'infection, affirme l'équipe de Li. Avec plus d'air frais dans le mélange, la concentration des gouttelettes aurait probablement été plus faible.

De longues heures de travail à proximité

Un autre cluster dans un centre d'appel sud-coréen illustre la façon dont la Covid-19 peut émerger dans un environnement de bureau ouvert très animé - et comment intervenir et arrêter la transmission.

Le centre d'appel du centre-ville de Séoul occupe quatre étages d'un immeuble de 19 étages qui abrite des bureaux commerciaux et des résidences. Lorsque la quasi-totalité des utilisateurs de l'immeuble - 1 143 personnes - ont été testés, 97 étaient positifs pour le SRAS-CoV-2 ; 94 d'entre eux  travaillaient dans les bureaux du centre d'appel au 11ème étage, rapportent les chercheurs dans le rapport d'août sur les maladies infectieuses émergentes.

Les employés étaient assis côte à côte, parlant au téléphone pendant de longues heures. Comme une majorité frappante de cas étaient concentrés dans une seule zone de travail ouverte sur un côté du bâtiment, les chercheurs soupçonnent que la proximité prolongée, plutôt que, disons, le fait de toucher le même bouton d'ascenseur, a favorisé la propagation.

Un centre d'appel bondé

La plupart des 97 cas COVID-19 dans un immeuble mixte résidentiel et commercial du centre-ville de Séoul, en Corée du Sud, étaient concentrés au 11e étage. Là, 94 employés du centre d'appel ont été testés positifs au COVID-19 (les postes de travail des personnes infectées sont indiqués en bleu), la plupart d'entre eux se concentrant sur un côté du bâtiment.

Au centre d'appel, le CDC coréen a été extrêmement minutieux dans ses tentatives pour trouver des cas et arrêter leur propagation, en testant 99,8 % des personnes qui ont eu un contact avec le bâtiment et en isolant rapidement tous les cas positifs.

Au-delà du bâtiment, les enquêteurs ont suivi 225 contacts familiaux de ces cas positifs, et 34 ont été testés positifs. Grâce à ce processus de dépistage intense, l'agence a coupé les chaînes de transmission et empêché l'apparition de nouveaux cas. « Cela montre comment l'intervention peut fonctionner«, déclare Werner Bischoff, épidémiologiste à l'université Wake Forest de Winston-Salem, en Caroline du Nord.

Partager plus que des souvenirs

Une famille d'Irbid, en Jordanie, à une soixantaine de kilomètres au nord d'Amman, nous met en garde sur l'importance de la distanciation sociale.

Défiant l'interdiction locale des grands rassemblements, la famille a organisé une célébration de mariage en mars. Sur les quelque 360 personnes présentes,  76 ont été testées positives au coronavirus dans les quatre semaines qui ont suivi, selon les chercheurs dans le rapport de septembre sur les maladies infectieuses émergentes.

Deux jours avant la cérémonie, le père de la mariée, âgé de 58 ans et originaire d'Espagne, se sentait fiévreux et souffrait d'un écoulement nasal et d'une toux. Il a été testé positif au coronavirus deux jours après le mariage.

Bien qu'il ne se souvienne pas d'avoir été en contact avec une personne atteinte de COVID-19 en Espagne, les scientifiques pensent qu'il est à l'origine du cluster. En Jordanie, il est courant que la famille de la mariée accueille tous les invités à l'entrée de la réception, généralement par une accolade ou un baiser. « Ces facteurs, en plus de la danse dans la foule et de la communication étroite en face à face, ont probablement contribué au grand nombre d'infections au cours du mariage«, écrivent les chercheurs.

Stratégies de déconfinement

Certaines variables inconnues - comme  l'efficacité des masques en tissu et le degré de propagation du virus par les personnes infectées  asymptômatiques - pourraient influencer l'équation du risque pour le coronavirus dans l'un de ces contextes et dans d'autres.

À mesure que les restrictions seront levées, les gens devront faire des choix difficiles en ce qui concerne les interactions sociales. La distanciation sociale reste importante. Vous pouvez limiter vos contacts, mais vous n'avez aucun contrôle sur les autres personnes que vous rencontrez.

À mesure que les restrictions s'assouplissent,  certains responsables de la santé publique suggèrent de créer  des « bulles » COVID-19, ou d'élargir les cercles sociaux aux personnes qui acceptent d'observer les mêmes mesures de précaution.

Les restaurants et les lieux de travail peuvent prendre des mesures à leur réouverture pour tenter de limiter la transmission, comme certains l'ont déjà fait.

L'installation de barrières en plexiglas entre les tables et l'amélioration de la ventilation par l'ouverture des fenêtres, le service aux clients à l'extérieur, la mise en marche des ventilateurs d'extraction et l'utilisation de filtres HEPA pourraient contribuer à réduire le risque de transmission.

Il est également judicieux de maintenir une distance d'au moins deux mètres entre les tables ou les bureaux. Le CDC a publié  des directives de réouverture pour tout, des restaurants aux parcs aquatiques.

La question de savoir si d'autres cas de transmission à l'extérieur apparaîtront à mesure que les températures augmenteront et que les gens passeront plus de temps dehors reste ouverte.

L'air frais et la lumière du soleil pourraient limiter le nombre de cas dans les lieux extérieurs, ou des groupes pourraient apparaître dans les lieux extérieurs nouvellement ouverts, tels que les piscines ou les camps de vacances. Les données sur le comportement du virus en été n'existent pas encore.

Si la première tentative de la Corée du Sud pour assouplir les restrictions a été vaine, c'est que la réouverture et la suppression des pratiques de distanciation sociale ne sont pas sans conséquence : de nouvelles infections par la COVID-19 vont se produire. Les câlins et les poignées de mains sont encore loin. « Ce n'est pas un marathon«, déclare M. Noymer. « C'est un sprint de 40 kilomètres. »

Source :  ScienceNews
Traduit par les lecteurs du site les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter