28/06/2020 reseauinternational.net  4 min #176055

Encore une fois, quels étaient les avantages du confinement ?

par Edward Peter Stringham.

Les fermetures d'écoles, les ordres de rester chez soi, les fermetures d'entreprises, l'interdiction des chirurgies électives, la fermeture d'événements de divertissement physique, les vols bloqués et l'imposition soudaine d'un régime central - tout cela est arrivé soudainement à partir de la mi-mars en quelques jours seulement, et au grand dam de personnes qui considéraient auparavant leur liberté et leurs droits comme acquis.

Malgré l'énorme pression exercée par Washington, huit États n'ont pas imposé de confinement ou ont fait preuve d'une grande légèreté : Le Dakota du Sud, le Dakota du Nord, la Caroline du Sud, le Wyoming, l'Utah, l'Arkansas, l'Iowa et le Nebraska.

Au bout de 100 jours, nous sommes en mesure de procéder à une analyse préliminaire des performances des États verrouillés par rapport à ceux qui ne l'ont pas fait. L'AIER  a déjà publié les preuves que les États en état d'urgence avaient des taux de chômage plus élevés.

 The Sentinel, une source d'information à but non lucratif du Kansas Policy Institute, confirme notre recherche en rapportant les données suivantes : les États en état d'urgence ont un taux de chômage global de 13,2%, tandis que les États ouverts ont un taux de chômage de 7,8%.

Mais peut-être cette meilleure performance économique s'est-elle faite au détriment de la santé ?

En termes de santé, les États confinés ont un taux de mortalité près de quatre fois supérieur à celui du COVID-19.

Les résultats ne prouvent pas que le fait de rester ouvert a nécessairement provoqué de bons résultats, mais devraient certainement nous amener à remettre en question la notion selon laquelle « les fermetures sont nécessaires, sinon nous allons tous mourir ».

Il est certain que de nombreux facteurs atténuants peuvent exister. Les États ouverts peuvent avoir eu moins d'établissements de santé à long terme accueillant des personnes à faible espérance de vie ; dans chaque État, ceux-ci représentent environ la moitié de tous les décès dus au COVID-19.  En fait, « les décès d'un groupe restreint de 1,7% de la population sont plus nombreux que les décès des 98,3 % restants ».

La densité de population varie également d'un État à l'autre, ce qui pourrait être une variable explicative. Les États ouverts n'ont pas non plus de gouverneurs  qui ont exigé que les maisons de retraite acceptent les patients infectés par le COVID. Au début de ce mois, nous avons publié une recherche plus détaillée  « Unemployment Far Worse in Lockdown States, Data Show » de l'économiste Abigail Devereux qui a trouvé des résultats similaires.

Les médias nous répètent régulièrement que les opposants au confinement font passer la liberté et la richesse avant la sécurité et la santé. Mais comme nous pouvons le constater à partir de cet examen approfondi des résultats, les États ouverts ont connu moins de douleurs économiques et moins de douleurs dues à la maladie elle-même.

Nous voyons des tentatives désespérées de la part des politiciens, des responsables de la santé publique et des commentateurs des médias pour comprendre pourquoi les États-Unis ont poursuivi dans cette voie avec les confinements, les ordres de rester chez soi, les interdictions de voyager et la quarantaine quasi universelle, en violation de tous les principes que l'Amérique a célébrés dans sa culture civique.

Avec les preuves qui arrivent que les fermetures n'étaient ni économiquement ni médicalement efficaces, il va être de plus en plus difficile pour les partisans des fermetures de rassembler les preuves pour convaincre le public que l'isolement des gens, la destruction des entreprises et des institutions sociales en valaient la peine.

source :  aier.org

traduction de  Aube Digitale

via  aubedigitale.com

 reseauinternational.net

 Commenter