29/06/2020 lesakerfrancophone.fr  5 min #176127

La russophobie, comme la nature, n'aime pas le vide

Pour maintenir le Russiagate en vie, les «officiels» font de nouvelles allégations sans fournir de preuves

Par  Moon of Alabama − Le 27 juin 2020

Il y a eu des allégations concernant des courriels qui avaient été exfiltrés de la DNC, la Convention nationale du parti démocrate, et fournis à Wikileaks. C'est forcément la Russie qui l'avait fait. Le FBI et d'autres services de renseignement l'ont clamé partout. En fin de compte, aucune preuve n'a été fournie à l'appui des allégations.

Il y a eu des allégations selon lesquelles Trump n'avait pas vraiment remporté les élections. La Russiel'avait aidé. Les divers services de renseignement américains, avec leurs amis britanniques, ont fourni toutes sortes de fuites étranges sur ce cas présumé. En fin de compte, aucune preuve n'a été fournie à l'appui des allégations.

Un agent double britannique, Sergej Skirpal, aurait été blessé lors d'une attaque russe contre lui. Les services de renseignement ont dit toutes sortes de bêtises contradictoires sur l'affaire. En fin de compte, aucune preuve n'a été fournie à l'appui des allégations.

Les trois cas avaient deux points en commun. Ils étaient basés sur des sources proches des services de renseignement américains et britanniques. Ils ont été conçus pour accroître l'hostilité contre la Russie. Le dernier point a ensuite été utilisé pour saboter les plans originaux de Donald Trump pour établir de meilleures relations avec la Russie.

Maintenant, les services de renseignement font une nouvelle affirmation qui s'inscrit parfaitement dans le schéma ci-dessus.

Des journalistes du New York Times et du Washington Post ont été approchés par des « responsables » anonymes qui leur ont demandé d'informer sur le fait que la Russie paie des Afghans pour tuer des soldats américains en Afghanistan. Il n'y a aucune preuve de cette affirmation. Le porte-parole des talibans le nie. Le nombre de soldats américains tués en Afghanistan est minime. Les sources présumées des allégations sont des criminels que les États-Unis ont faits prisonniers en Afghanistan.

Toutes ces bêtises sont à nouveau utilisées pour faire pression contre le souhait de Trump de nouer de meilleures relations avec la Russie. Imaginez la scène : Trump a été informé de ces affirmations absurdes et il ne fait rien à ce sujet !

Les mêmes services de renseignement et «officiels» ont, précédemment, payé des primes pour amener des prisonniers innocents à Guantanamo Bay, les torturer jusqu'à ce qu'ils fassent de faux aveux en mentant. Les mêmes services de renseignement et «officiels» ont menti sur les Armes de destruction massive en Irak. Les mêmes «responsables du renseignement» ont payé et encore payé des djihadistes déguisés en «rebelles syriens» pour tuer des troupes russes et syriennes qui défendent leur pays.

Les normes journalistiques du New York Times et du Washington Post doivent être inférieures à zéro pour publier de telles bêtises sans demander de preuves tangibles. Le communiqué de presse comme les histoires ci-dessous de sources anti-Trump et anti-russes n'ont  rien à voir avec le « grand reportage » mais sont de la sténographie pure.

Le  New York Times :

La Russie a secrètement offert des primes aux militants afghans pour tuer les troupes américaines, selon les renseignements

Les responsables du renseignement américain ont conclu qu'une unité de renseignement militaire russe a secrètement offert des primes aux militants liés aux Talibans pour attaquer les forces de la coalition en Afghanistan - y compris pour cibler les troupes américaines - dans une escalade frappante de l'hostilité du Kremlin envers les États-Unis.... Les officiels familiers avec les renseignements n'ont pas expliqué le retard de la Maison Blanche à décider comment répondre à ces renseignements concernant la Russie. Alors que certains de ses conseillers les plus proches, comme le secrétaire d'État Mike Pompeo, ont conseillé des politiques plus agressives envers la Russie, M. Trump a adopté une position accommodante envers Moscou.... L'évaluation du renseignement serait basée au moins en partie sur les interrogatoires de militants et criminels afghans capturés.

Le  Washington Post :

Une opération russe a ciblé des troupes de la coalition en Afghanistan, selon les services de renseignement

Une unité d'espionnage militaire russe a offert des primes aux militants liés aux Taliban pour attaquer les forces de la coalition en Afghanistan, y compris les troupes américaines et britanniques, dans une escalade frappante de l'hostilité du Kremlin envers les États-Unis, a révélé le renseignement américain. L'opération russe, rapportée pour la première fois par le New York Times, a suscité un intense débat au sein de l'administration Trump sur la meilleure façon de répondre à une nouvelle tactique troublante d'un pays que la plupart des responsables américains considèrent comme un ennemi potentiel, mais que le président Trump a fréquemment reconnu comme un ami, ont déclaré les responsables, qui ont parlé sous condition d'anonymat pour discuter d'une question sensible du renseignement.... L'unité russe que les responsables ont identifiée comme responsable d'avoir prétendument offert les primes a également été liée à l'empoisonnement et à la tentative de meurtre de l'ancien espion militaire russe Sergei Skripal en Grande-Bretagne en 2018.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter