29/06/2020 tlaxcala-int.org  7 min #176136

Mahmoud Darwich, le poète national palestinien et l'étouffement des voix des femmes

 Rajaa Natour رجاء ناطور רג'אא נאטור

Après l'annonce que Mahmoud Darwich avait eu une fille hors mariage, des légions d'hommes sont venues défendre l'honneur du poète national, démontrant à quel point le récit palestinien, façonné par Darwish, est masculin

Mahmoud Darwich, par Ernest Pignon-Ernest, Ramallah 2009

Je l'admets : j'attendais ce moment. Je suis accro à l'abattage de vaches sacrées de toutes sortes, de tous les genres et de toutes les couleurs. Depuis longtemps, j'avaisi envie de massacrer Mahmoud Darwich, le poète national palestinien, le mythe, le Dieu, le saint, qui est au-delà de toute critique, politique ou littéraire. Ne vous inquiétez pas, je serai précise et pointue, et vous ne remarquerez pas le sang.

Je me souviens bien de la première fois où j'ai découvert Darwish. J'étais une jeune fille et j'ai pris un livre dans la bibliothèque de mon père dont la couverture avait le visage d'un bel homme à lunettes que je ne connaissais pas. J'ai lu le titre, « Blocus aux éloges de la mer », et je n'ai rien compris. J'ai essayé de lire quelques passages du livre et je me suis étouffé de frustration. Qu'est-ce que c'est que ça, me suis-je demandée ?

À l'époque, je n'avais ni les outils ni les connaissances nécessaires pour faire une revue littéraire, mais ce mois-ci, l'occasion que j'avais attendue depuis des années s'est finalement présentée. Le 6 juin, Salim Barakat, romancier et poète syrien bien connu, au CV littéraire respectable, a publié dans le journal Al-Quds Al-Arabi un article littéraire personnel relatant sa longue et merveilleuse amitié avec Darwich ( محمود درويش وأنا). Mais vers la fin de l'article, il a révélé un petit détail négligeable : Darwich a eu une fille d'une aventure d'un soir avec une femme mariée.

Le ciel lui est tombé sur la tête. Les médias arabes et les médias sociaux, les écrivains palestiniens et les écrivains arabes en général ont tiré des volées de messages, de tweets et d'articles d'opinion. Tous ont répondu, tous se sont sentis obligés de protéger l'honneur, la vie privée et le statut littéraire et culturel de Darwich contre son ami, qui l'avait poignardé dans le dos. L'océan de contenus a produit quelques pièces intéressantes mais n'a pas réussi à générer un discours culturel complexe au-delà de l'étiquetage de Barakat comme traître et de l'appel à l'ouverture de la chasse à l'homme.

Comme on pouvait s'y attendre, la plupart des contenus ont été écrits par des hommes. Ils se sont levés comme une armée aveugle et dévouée et ont systématiquement défendu et nettoyé la « bévue » morale du grand poète. Leurs textes étaient peu profonds et triviaux, s'étendant entre deux pôles principaux : La trahison de Barakat et l'affirmation que la vie privée de Darwish est son affaire personnelle et ne concerne pas le public.

Le plus scandaleux est que la plupart des textes n'abordent pas le sujet culturel de l'article de Barakat et vont jusqu'à disqualifier d'emblée sa poésie et son écriture. Cinq livres, des dizaines d'articles et une contribution importante à la poésie arabe ont été anéantis en une seconde. Le culte de Darwich a mené un lynchage personnel et culturel de Barakat.

L'une des réactions a été intéressante, stimulante et éclairante. Elle a été écrite par le poète jordano-palestinien Musa Hawamda, qui a affirmé que Darwich utilisait intelligemment les œuvres d'autres poètes de sa génération, arabes et non arabes. Hawamda a même soutenu que Darwich avait cité des textes bibliques entiers et a conclu que le pain de Darwich était plein de la farine des autres.

Barakat n'est pas le premier écrivain arabe à dévoiler les secrets personnels d'autres écrivains et artistes. Il a été précédé par l'écrivaine syrienne Ghada al-Samman et l'écrivain égyptien Rajaa al-Nakash. Al-Samman a publié des lettres qui lui ont été envoyées par Ghassan Kanafani et a été fustigé pour avoir exposé une partie de la vie privée d'une autre légende masculine palestinienne. En revanche, al-Nakash, un homme, a publié les lettres de la poétesse palestinienne Fadwa Tuqan à l'Égyptien Anwar al-Madawi, et n'a pas été critiqué pour avoir révélé les secrets de Tuqan.

J'imagine que si ces articles avaient été publiés à l'époque des médias sociaux, al-Samman aurait payé un prix encore plus élevé.

Pour beaucoup, le récit palestinien doit rester invincible. Toute tentative de le saper, de le fissurer et de le tacher est une entreprise coûteuse : le prix à payer est d'être réduit au silence et d'être mis sur une liste noire personnelle ou culturelle. Pour de nombreux écrivains, bien qu'ils ne l'aient pas admis, Barakat a non seulement violé la vie privée de Darwch et révélé un secret intime ou « honteux », mais il a aussi endommagé, terni et même profané l'essence et le cœur de la question palestinienne, sacrée et pure.

C'est parce que Darwich a livré les biens nationaux les plus purs ; il a écrit, fidèlement communiqué et défendu le récit palestinien incontesté - le domaine linguistique qui traite de la patrie et de sa perte, du déplacement et du fait d'être un réfugié. Il a façonné la conscience et le travail de nombreux Palestiniens, ce qui a transformé le poète, sciemment ou non, en récit palestinien lui-même et même en Palestine perdue. De nombreux Palestiniens considéreraient toute atteinte à son œuvre comme une grave atteinte à la narration palestinienne. Darwich est devenu une sorte de Jésus palestinien. Je ne l'envie pas : je ne voudrais pas avoir à porter cette croix nationaliste palestinienne, qui n'a pas de fissures, de tensions ou de questions, sur mon identité palestinienne d'aujourd'hui.

Darwich a systématiquement épousé le récit masculin d'une victime palestinienne et à aucun moment il n'a essayé de confronter les aspects laids, effrayants, déroutants et paralysants de cette identité. Je ne nie pas l'identité collective palestinienne de victime ni sa légitimité, mais elle n'est pas censée être l'alpha et l'oméga. Nous, hommes et femmes palestiniens, devons poser les questions politiques, culturelles et identitaires séparément de Darwich et de ses collègues poètes masculins, pour qui la nationalité, la masculinité et la victimisation sont l'essence du récit palestinien.

Et comment se fait-il que la seule réponse des hommes palestiniens à la catastrophe nationale historique soit la victimisation classique, sans questions, sans examens ni résistance ? Parce que la victimisation est le seul équivalent de l'héroïsme qu'ils ont perdu en tant qu'hommes, héroïsme qui n'est pas notre langage politique en tant que femmes palestiniennes.

La déification de Darwich lui a permis, poétiquement et culturellement, de dominer et même de dicter la forme, le contenu et les limites du récit palestinien d'une manière presque incontestable. Cela a non seulement créé un récit palestinien spécifique et nationaliste, mais aussi un récit spécifique, nationaliste et masculin qui exclut automatiquement les récits féminins poétiques, culturels et politiques.

Le résultat est un récit politique et historique dépourvu de la présence, des souvenirs et des voix des femmes palestiniennes. En ce sens, le récit masculin, culturel et poétique que Darwich a apporté était le reflet exact et la continuation du vaste récit politique et masculin palestinien qui prévaut dans l'arène politique jusqu'à ce jour.

Oui, l'histoire de la Nakba est une histoire masculine sans contenu, analyse et interprétation palestinienne féminine. Les hommes palestiniens nous ont confisqué le récit, non seulement par le silence, l'exclusion et l'effacement historique des histoires de nos mères palestiniennes. Ils l'ont fait par la mort, sa glorification et sa sanctification, par la chahada [le témoignage, le martyre], ou la profession de foi islamique ; qui peut rivaliser avec cela ?

Je vois les attaques contre Barakat comme une nouvelle tentative de préserver le récit palestinien masculin et nationaliste avec la défense aveugle, artificielle et superficielle de l'honneur de Darwich. C'est une tentative de perpétuer le discours de l'héroïsme masculin.

Ce petit scandale devait être l'occasion d'une discussion profonde, contemporaine et critique sur l'œuvre de Darwich. L'occasion a-t-elle été manquée ? Peut-être, mais pour que cela se produise réellement, Darwich le dieu doit mourir, et à sa place, se lèvera Darwich le poète mortel.

Courtesy of  Tlaxcala
Source:  haaretz.com
Publication date of original article: 28/06/2020

 tlaxcala-int.org

 Commenter