30/06/2020 lesakerfrancophone.fr  11 min #176146

Le Malaisien Najib pourrait être libéré des charges pesant sur la 1mdb

Les questions d'intégrité judiciaire fusent dans le procès pour corruption de l'ex-Premier Ministre après que les procureurs aient abandonné les charges contre son beau-fils

Par Nyle Bowie − Le 22 mai 2020 − Source  Asia Times

L'ancien Premier Ministre malaisien Najib Razak arrive à la Haute Cour de Kuala Lumpur pour l'ouverture de son important procès 1MDB, centré sur les allégations selon lesquelles des centaines de millions de dollars liés au fonds d'État ont fini sur son compte bancaire. Photo : AFP/Mohd Rasfan

SINGAPOUR - Les audiences de Najib Razak sur la corruption ont repris cette semaine en Malaisie, alors que l'on spécule de plus en plus sur le fait que le gouvernement du Premier Ministre Muhyiddin Yassin pourrait être prêt à favoriser un traitement plus indulgent de l'ex-Premier Ministre entaché de scandale que ce n'était le cas sous la précédente administration de Mahathir Mohamad.

Alors que le Premier Ministre Muhyiddin, en poste depuis trois mois grâce à une alliance entre l'Organisation Nationale Unie des Malaisiens (UMNO) et le parti au pouvoir depuis longtemps dirigé par Najib, et sur lequel il exerce toujours une certaine influence, les observateurs se demandent si le nouveau leader a la volonté politique de maintenir les poursuites à haut niveau engagées par le gouvernement de Mahathir.

La récente décision des procureurs d'État d'abandonner les charges de blanchiment d'argent contre Riza Aziz, producteur de films et beau-fils de Najib, dans le cadre d'un accord de confiscation d'actifs a, en outre, soulevé de nouvelles questions sur l'indépendance judiciaire, une préoccupation persistante sous le mandat de Najib.

La négociation de plaidoyer a également provoqué une réaction négative qui continue de se faire sentir parmi les meilleurs avocats, l'ancien Procureur Général du pays réfutant catégoriquement les affirmations de son successeur nommé par Muhyiddin selon lesquelles il avait accepté « en principe » les conditions du règlement controversé.

Riza, qui est accusé d'avoir détourné 248 millions de dollars US du fonds d'investissement de l'État - 1Malaysia Development Berhad (1MDB) - pour la production du film « Le Loup de Wall Street », récompensé aux Oscars, et d'autres films hollywoodiens, a accepté de restituer 107,3 millions de dollars d'actifs à l'étranger dans le cadre d'un accord annoncé le 14 mai.

L'ordonnance du tribunal n'équivaut pas à un acquittement, et on ignore pourquoi les Autorités ont permis à Riza de restituer moins de la moitié de la somme totale que les procureurs l'accusent d'avoir blanchie. Les critiques ont en outre fait remarquer que la plupart des actifs qu'il a accepté de restituer avaient déjà été saisis par le Ministère américain de la Justice (DoJ) et auraient de toute façon été restitués à la Malaisie.

Le beau-fils de l'ancien Premier Ministre Najib Razak, Riza Aziz, sur une photo d'archive. Photo : Twitter

Les Autorités américaines et malaisiennes affirment qu'environ 4,5 milliards de dollars ont été détournés de la 1MDB entre 2009 et 2014, dont une partie a été utilisée par Najib - qui a utilisé l'expression « l'argent est roi » pour suggérer que même le soutien public peut être acheté - comme caisse noire politique pour soutenir la fortune électorale de sa coalition Barisan Nasional (BN). Najib nie avoir commis des méfaits et a plaidé l'innocence devant le tribunal.

Des fonds publics détournés auraient été utilisés pour l'achat par son beau-fils de trois maisons de plusieurs millions de dollars à New York, Los Angeles et Londres, et auraient alimenté les extravagantes courses et les achats de luxe de Rosmah Mansor, l'épouse de Najib, que beaucoup considèrent comme ayant exercé une influence politique indue pendant les neuf années de mandat de son mari.

Tommy Thomas, un avocat chevronné qui a quitté son poste de Procureur Général de Malaisie en février dernier avec le changement de gouvernement, a tourné en dérision la libération conditionnelle de Riza comme étant un « accord d'amour » qu'il « n'aurait jamais approuvé », réfutant ainsi l'affirmation de l'actuel procureur général Idrus Harun selon laquelle il avait précédemment consenti à l'accord.

« J'aurais perdu toute crédibilité aux yeux du peuple malaisien que je me suis efforcé de servir au mieux de mes capacités en tant que procureur, honnêtement et professionnellement, si je l'avais approuvé », a affirmé Thomas dans une déclaration du 18 mai qui accusait son successeur, ainsi que la Commission Malaisienne de Lutte contre la Corruption (MACC) dans des remarques antérieures, de colporter de la « fiction ».

Avant sa démission, Thomas a pris la direction des poursuites contre de hauts fonctionnaires, dont Najib, qui aurait volé les fonds de la 1MDB dans le cadre d'un hold-up très élaboré à l'échelle mondiale. Avec le retournement de la situation politique, ses remarques ont soulevé des questions quant à savoir si le système judiciaire malaisien sera soumis à des pressions politiques lorsqu'il se prononcera sur cette affaire historique.

« Le système judiciaire ne doit en aucun cas être blâmé pour cela, [il] a agi sur la base de ce qui lui a été présenté », a déclaré l'éminent avocat constitutionnel Gurdial Singh Nijar au Asia Times.

« Le Procureur Général a mené l'ensemble de l'affaire. Si l'accusation dit qu'elle souhaite que le tribunal rende l'ordonnance et que les deux parties sont d'accord, le tribunal n'a pas d'autre choix que de rendre l'ordonnance aux conditions convenues », a déclaré l'avocat chevronné, qui estime que l'accord de plaidoyer de Riza devrait être annulé pour des raisons d'intérêt public.

Le Premier Ministre malaisien Muhyiddin Yassin répond aux questions de la presse, 29 février 2020, Kuala Lumpur. Photo : AFP via NurPhoto/Mohd Daud

Suite au tollé provoqué par l'abandon des charges contre le beau-fils de Najib, Muhyiddin a publié une déclaration niant toute implication dans l'affaire. Le Premier Ministre de 73 ans, qui a été remercié en tant qu'adjoint de Najib en 2016 pour avoir dénoncé le scandale de la 1MDB, a tenté de définir son leadership comme étant dur envers la corruption et gardien de l'indépendance judiciaire.

« Le système judiciaire a montré jusqu'à présent qu'il est plus que capable d'assurer un procès équitable. Il n'y a aucune raison d'en douter », a déclaré Surendra Ananth, un avocat constitutionnel. « La préoccupation, si tant est qu'il y en ait, est de savoir si les accusations portées contre les personnes accusées de corruption sont abandonnées. Mais même pour cela, c'est au Procureur Général de décider. »

Le problème, selon Mustafa Izzuddin, analyste senior des affaires internationales chez Solaris Strategies Singapore, n'est pas tant que le système judiciaire malaisien soit incapable de se prononcer sans entrave, « mais plutôt une interférence politique potentielle qui retarderait, voire entraverait, les affaires portées devant le système judiciaire en premier lieu. »

« L'interférence politique est encore plus probable maintenant que l'UMNO se renforce de jour en jour, avec le soutien de l'UMNO, qui joue un rôle central dans le maintien au pouvoir de Muhyiddin, dans le cadre des luttes politiques constantes avec l'ancien Premier Ministre Mahathir Mohamad », a-t-il déclaré en faisant référence à la scission des factions qui divisent maintenant le parti au pouvoir, le Parti Pribumi Bersatu Malaysia (PPBM), ou Bersatu.

« Muhyiddin est un politicien trop avisé pour s'immiscer personnellement dans les procès car il ne serait pas bien vu par la population locale », a déclaré l'analyste.

« Mais à la demande de l'UMNO, il est susceptible de faire pression sur d'autres leviers du gouvernement en coulisses pour freiner la chasse agressive aux affaires de corruption dont sont victimes les membres de l'UMNO, ce qui, en fin de compte, ralentira les procès qui se déroulent dans les tribunaux. »

Lorsque le procès de Najib a repris le 19 mai pour la première fois depuis l'ajournement des audiences des tribunaux nationaux en mars en raison de la pandémie du Covid-19, le Procureur principal Gopal Sri Ram a déclaré qu'il citerait l'ancien Premier Ministre pour outrage au tribunal pour des remarques qu'il avait faites dans une interview à Reuters le 4 mars, quelques jours après l'investiture de Muhyiddin.

Les anciens Premiers Ministres malaisiens Najib Razak (à gauche) et Mahathir Mohamad (à droite) en photos. Photo : AFP

Najib, lorsqu'on lui a demandé s'il s'attendait à ce que la chute imprévue du gouvernement de Mahathir ait un impact sur ses difficultés juridiques, a été cité comme ayant dit : « Je m'attendais à ce que l'atmosphère soit plus propice à un procès équitable. Je ne fais allusion à rien, car le procès n'est pas terminé... Mais j'espère, vous savez, que j'aurai un procès équitable. »

Sri Ram a déclaré au juge que les remarques de l'ancien Premier Ministre représentaient « une allégation très sérieuse » selon laquelle il y avait eu une « atmosphère de procès inéquitable » avant le changement de gouvernement. Muhammad Shafee Abdullah, l'avocat de l'ex-Premier Ministre, a soutenu qu'il n'avait fait référence qu'à l'éviction de Mahathir, que Najib accuse de persécution politique.

Par ailleurs, Sri Ram a déclaré au tribunal que Riza était prêt à témoigner contre son beau-père en tant que témoin à charge. Il n'est pas clair si son récent accord de plaidoyer a été scellé à la condition qu'il témoigne. Shafee, en tout cas, a salué l'annonce et a déclaré que le témoignage de Riza pourrait même aider l'ancien Premier Ministre à se positionner dans le procès 1MDB.

Clare Rewcastle-Brown, rédactrice en chef de Sarawak Report, le site web de dénonciation largement reconnu pour son rôle dans la découverte de la piste de l'argent à l'origine incertaine et des machinations politiques derrière le scandale de la 1MDB, pense que le retour de l'UMNO au gouvernement a enhardi Najib au point qu'il est devenu apparemment sûr de son propre acquittement.

« Il n'a pas caché ce qu'il pense sur son Facebook et d'autres plateformes. Non seulement il semble penser que les perspectives sont favorables à son exonération totale, mais il est maintenant déterminé à se venger », a-t-elle déclaré, en référence aux menaces légales que Najib a faites contre elle dans un  post du 17 avril dans lequel il a dit qu'il engagerait des poursuites quand ses affaires judiciaires seraient « réglées ».

« Il a clairement indiqué qu'il avait l'intention de me poursuivre en justice à cause de ma couverture et a fait référence à des articles qui sont depuis longtemps prescrits pour diffamation au Royaume-Uni et dans la plupart des autres pays. Cependant, il a probablement l'intention de me poursuivre en Malaisie », a déclaré Rewcastle-Brown, qui a également été victime de harcèlement juridique pendant le mandat de Najib en tant que Premier Ministre.

En août 2015, la police malaisienne a notifié à Interpol qu'elle avait accusé Rewcastle-Brown, qui est britannique, de diffuser de faux documents et de participer à des « activités préjudiciables à la démocratie parlementaire ». L'agence internationale de police a toutefois rejeté une demande de publication d'une notice rouge - semblable à un mandat d'arrêt international - à son encontre.

Les charges contre Rewcastle-Brown ont été abandonnées après la chute du gouvernement de Najib en mai 2018, mais la précédente coalition réformiste de Malaisie ayant été balayée du pouvoir par un coup d'État politique en février, la rédactrice du Sarawak Report déclare qu'elle ne se rendra pas en Malaisie.

Une pancarte pour le fonds d'État 1Malaysia Development Berhad à Kuala Lumpur. Photo : AFP

Le lanceur d'alerte suisse Xavier Andre Justo, qui a contribué à déclencher des enquêtes mondiales sur la 1MDB en communiquant des données clés sur le scandale au Sarawak Report et à d'autres médias, a notamment fui la Malaisie en mars, peu après l'arrivée au pouvoir du gouvernement non élu de Muhyiddin.

« Le bilan montre combien l'indépendance du système judiciaire malaisien peut être fragile lorsqu'il est soumis à des pressions politiques, en particulier aux plus hauts niveaux concernant des personnes ayant des relations puissantes », a déclaré Mme Rewcastle-Brown à Asia Times.

Les procureurs ont porté 42 accusations allant du blanchiment d'argent à l'abus de pouvoir contre Najib, qui affirme catégoriquement n'avoir commis aucun crime. Sa femme Rosmah a également clamé son innocence pour 17 accusations de blanchiment d'argent et d'évasion fiscale, tandis que son fils Riza était jusqu'à récemment accusé de cinq chefs d'accusation de blanchiment d'argent.

« Avec l'ascension d'un nouveau gouvernement malaisien qui se bat pour sa survie, il semble que tout soit sur la table et que des accords politiques doivent être conclus par ceux qui ont les moyens de pression et les relations nécessaires », a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint pour l'Asie de Human Rights Watch, en réponse à l'abandon des charges contre Riza.

Le leader de l'opposition Anwar Ibrahim, dans des remarques à Bloomberg en début de semaine, a déclaré que l'accord impliquant le beau-fils de Najib établissait un « précédent dangereux et inquiétant » et montrait « un manque de compréhension et d'engagement envers une véritable réforme juridique ». Il a déclaré que les Malaisiens n'accepteraient pas le règlement et a demandé que la question soit réexaminée.

« Tout cet arrangement pue au plus haut point et est de très mauvais augure pour la justice et la responsabilité dans l'énorme affaire de corruption 1MDB et les violations des droits associés commises lorsque le Premier Ministre de l'époque, Najib Razak, a désespérément essayé de couvrir ses méfaits et de punir ses détracteurs », a déclaré Robertson à Asia Times.

Nyle Bowie

Note du Saker Francophone Les pays asiatiques sont aussi pris dans les méandres probables de népotisme mais aussi de manipulation externe de type guerre hybride pour favoriser les élites jouant le jeu des puissances globalistes. Si Human Rights Watch se plaint, c'est qu'il faut sans doute regarder la lune et pas le doigt.

Traduit par Michel, relu par Hervé et Marcel pour Le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter